Haro sur la "bétonisation" : la percée verte aux municipales inquiète le monde du logement

 |   |  763  mots
Jusqu'alors, Grenoble était la seule métropole française dirigée par un élu vert (ici en photo : Éric Piolle). Lyon, Strasbourg et Marseille l'ont rejointe, et de plus petites villes comme Besançon et Poitiers.
Jusqu'alors, Grenoble était la seule métropole française dirigée par un élu vert (ici en photo : Éric Piolle). Lyon, Strasbourg et Marseille l'ont rejointe, et de plus petites villes comme Besançon et Poitiers. (Crédits : DR)
Le secteur du logement va-t-il pâtir de la percée écologiste observée lors des dernières élections municipales ? Depuis l'arrivée au pouvoir en 2014 d'Éric Piolle à Grenoble par exemple, le nombre de permis de construire des logements y a chuté de près de 40%. À Bordeaux, le candidat des écologistes et de la gauche Pierre Hurmic fraîchement élu promet quant à lui de "geler les programmes immobiliers" pour lutter contre la "bétonisation" supposée de la ville. Des prises de position qui inquiètent les professionnels de la filière.

Élus pour la première fois dans plusieurs grandes villes françaises, les maires écologistes vont-ils freiner les nouveaux logements? Le secteur surveille nerveusement ces adversaires déclarés de la "bétonisation" des villes.

"On craint un coup d'arrêt ou en tout cas un ralentissement", reconnaît auprès de l'AFP Olivier Salleron, président de la Fédération française du bâtiment (FFB).

Les résultats des municipales sont sans précédent. Jusqu'alors, Grenoble était la seule métropole française dirigée par un élu vert. Lyon, Strasbourg et Marseille l'ont rejointe, et de plus petites villes comme Besançon et Poitiers.

Lire aussi : Municipales 2020: les grandes villes passent au vert, une abstention record... un second tour hors normes

Ces nouveaux maires écologistes ont souvent fait campagne sur une franche opposition aux projets de construction immobilière, au nom de la défense de l'environnement.

À Bordeaux, Pierre Hurmic promet ainsi de "geler les programmes immobiliers" pour lutter contre la "bétonisation" supposée de la ville.

Lire aussi : Municipales 2020 : victoire historique de Pierre Hurmic et des écologistes à Bordeaux

"On s'attend toujours à ce que des villes basculent d'un côté ou de l'autre", explique M. Salleron. "Mais là, on crée une idée nouvelle, celle qu'il faut vivre d'une façon différente".

"Aujourd'hui sont arrivées des personnes qui ont vraiment des idées bien arrêtées et je pense qu'il va y avoir un sacré blocage".

De telles frictions interviendraient alors que le besoin de logements est pressant dans plusieurs grandes villes gagnées par les écologistes, comme en témoigne une hausse marquée des prix ces dernières années à Bordeaux et, plus récemment, à Lyon.

Surtout, la construction a été brutalement interrompue plusieurs mois par la crise du coronavirus, au point de menacer le marché d'un déficit de plusieurs dizaines de milliers de logements neufs cette année.

Or, les maires détiennent une responsabilité cruciale dans la politique du logement en décidant ou non d'octroyer la plupart des permis de construire.

"Si ces élus veulent que la ville soit vraiment écologiste, il ne faut pas qu'ils imposent des choses à des fins électorales et populistes", estime auprès de l'AFP Marc Villand, un responsable de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

"Sinon, qu'est-ce qui va se passer? Il n'y aura plus de projets nouveaux et les prix de l'ancien vont flamber", insiste-t-il, s'attendant néanmoins à ce que les nouveaux maires écologistes adoucissent leurs discours.

Programmes nuancés

"Il y a une vertu du pragmatisme dans l'exercice du pouvoir", assure-t-il. "Je connais quelques élus écologistes, ils ne sont pas anti-construction. Enfin, pas toujours".

Certains nouveaux maires verts ont effectivement un discours nuancé. Celui de Lyon, Grégory Doucet, veut limiter les immeubles de bureaux dans le quartier d'affaires de la Part-Dieu, mais au profit de nouveaux logements.

Comment deviner ce que feront vraiment les mairies vertes?

On peut regarder celle déjà en place à Grenoble, dont le maire Éric Piolle a été réélu largement dimanche. Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le nombre de permis de construire des logements y a chuté de près de 40%. Sur la même période, il a aussi décliné en France mais de manière bien moins marquée.

Ces chiffres annoncent-il un effondrement dans toutes les nouvelles villes vertes? Difficile d'en juger et certains professionnels refusent d'ailleurs de restreindre leurs inquiétudes aux seuls élus verts.

Ils remarquent que certaines thématiques écologistes dominent désormais largement le débat public, comme la lutte contre l'étalement urbain.

Avec cette idée, selon laquelle les villes grandissent trop vite au détriment des zones rurales, et son corollaire, l'"artificialisation" des sols, ce sont surtout les constructeurs de maisons qui se sentent menacés.

"On déconne complètement. Si on ne fait plus de maisons et qu'on ne fait plus d'immeubles, qu'est-ce qu'on va faire?", regrette auprès de l'AFP Patrick Vandromme, patron d'Hexaom, premier constructeur de maisons en France.

Il vise surtout la Convention citoyenne pour le climat. Ces citoyens tirés au sort viennent de rendre leurs conclusions et demandent, entre autres, de limiter drastiquement l'artificialisation des sols.

Lire aussi : 15 milliards pour "la conversion écologique", référendum...: les principales annonces de Macron à la Convention climat

"C'est inquiétant pour l'avenir du logement et pour la [sortie] de la crise économique", conclut M. Vandromme. "C'est bien gentil de planter de la lavande mais ce n'est pas ça qui va faire repartir la machine."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/07/2020 à 0:39 :
Depuis que le Maire écologiste de Grenoble a été élu, la construction de logements a justement explosé, je ne sais pas où vous avez eu vos statistiques mais je vous assure qu'Eric Piolle bétonne à vitesse grans V la ville.
a écrit le 03/07/2020 à 13:38 :
Attendons de voir ce que va faire la petite vague écologiste surtout qu'avec 60% d'abstention , cela ne correspond absolument pas à la majorité des français !
C'est bien une minorité qui décide malheureusement parce que les 60% n'ont pas voulu voter..., et qui veut par tous les moyens imposer leur prisme dogmatique.
Est ce vraiment la démocratie écologique ?
a écrit le 03/07/2020 à 12:06 :
J'attends toujours mon fric les génies !
a écrit le 02/07/2020 à 19:20 :
Les propriétaires vendeurs ont intéret à attendre :
l'offre se raréfiant, la flambée des prix va s'amplifier dans ces grandes villes.
a écrit le 02/07/2020 à 19:14 :
Haro sur la "bétonisation" : la percée verte aux municipales est une énorme chance pour la France :

la percée des verts doit se traduire par la prise de contrôle des locaux vacants pour les affecter au logement des sans logis ;

de surcroit,

c'est une excellente opportunité pour financer les hôpitaux et rétablir tous les services publics qui ont été fermés ces 15 dernières années ...

il y a des solutions multiples et PRO-productives qui vont RUISSELER massivement pour améliorer le budget de l'Etat au delà des besoins pour les retraites :

Par exemples, il s'agit de taxer très lourdement tous ces actifs inertes de pures spéculations par les rentiers qui se gavent en dormant :
comme le suggère le post précédent :
"Les syndicats!!!!!!! a écrit le 01/02/2020 à 7:37 :
Pour le financement d'une partie des retraites, les divers syndicats doivent demander au gouvernement la taxation des œuvres d'arts enveloppe fiscale trop protégées. "
Ajoutons :
taxer très lourdement tout l'immobilier vacant qui représente un potentiel de plus de 50 milliards de taxes ... ANNUELLES ... en basse hypothèse ... et probablement 100 milliards de taxes ANNUELLES ... ANNUELLES
*** Les Maires seront les premiers gagnants, c'est un excellent sujet pour les élections municipales ...! ***
Taxer le plus lourdement possible, sans exception, toutes les surfaces et locaux vacants sera salvateur car les rentiers seront placés devant 2 choix :
- 1er choix : remettre sur le marché de la vente ou de la location, le cas échéant en faisant des travaux de mise à niveau ce qui donnera beaucoup de travail aux entreprises du bâtiment ... au passage l'Etat bénéficiera des vertus de ces mises sur le marché :
a) ces travaux créeront des emplois en nombres massifs
b) les artisans auront beaucoup de travail
c) l'Etat encaissera des recettes de TVA
d) l'Etat aura moins besoin de construire
e) les prix de l'immobilier à la vente et à la location vont baisser grâce à ces remises sur le marché d'un énorme nombre de M² de surfaces habitables, la bulle immobilière sera terminée
2ème choix : les rentiers héritiers spéculateurs propriétaires récalcitrants devront payer les lourdes taxes sur la vacant ce qui produira de belles recettes fiscales pour l'Etat et les collectivités
Réponse de le 03/07/2020 à 7:27 :
Sur l'air des petits trous de Gainsbourg on pourrait entonner : Une ptite taxe, une ptite taxe, toujours une ptite taxe. C'est bien sûr la potion magique universelle contre tous les maux. Il n'y a pas de problème qu'une petite taxe ne saurait régler. C'est curieux, nous faisons ça depuis 40 ans et les problèmes sont toujours là.Et ce n'est pas en Vert en contre toute logique que la recette changera quoique ce soit.
a écrit le 02/07/2020 à 16:50 :
Article visiblement sponsorisé par l'industrie du bâtiment.
On a l'impression que le monde du bâtiment découvre qu'on ne peut pas et n'allons pas construire à l'infini. Oui il faudra toujours construire mais à population stable, qui peut penser qu'il faut construire encore et encore et étaler les villes ?
Faites-nous déjà des immeubles qui ne commencent pas à se lézarder passée la garantie décennale.
a écrit le 02/07/2020 à 15:00 :
Sur ce sujet ils ont raison, y'en à marre des betonneuses, ils produisent que des logements façon blockhaus laid et qui se degradent en 10 ans, de l'obsolescence programmée au niveau de l'habitat, du jamais vu !

ILs nous bouchent la vu justement avec leurs blockhaus, on est pas en quarante, tous aux abris.
a écrit le 02/07/2020 à 13:36 :
Pourquoi a t on bitumé nos parking extérieurs alors qu'en Allemagne ils sont juste grillagé avec du béton qui laisser passer l'herbe et ainsi n’empêche pas l'eau de s'infiltrer ?
a écrit le 02/07/2020 à 13:30 :
on dit que le chichon contient bcp de thc, et que le thc ca rend schizo
ca tombe bien, les ecolos sont de gros fumeurs de shit
c'est les memes qui ne veulent pas de construction pour pas de beton, qui veulent que les gens n'aillent pas habiter ailleurs pour pas de transport!
c'est les memes qui coulent les centres villes, puis emandent a l'etat de prendre ses responsabilites ( en clair ' donner de l'aergent') pour redynamiser les centres villes qu'ils ont coule en rigolant
j'attend avec impatience qu'ils demandent a l'etat un plan de relance du batiment, quand ils l'auront coule
a écrit le 02/07/2020 à 12:13 :
Oui pour des logement mais pas de passoires thermiques ou en carton laissant passer tout les bruits de voisinage et qui ne respectent pas l'environnement (béton = inondation) il faut aussi penser que l'eau se fait de plus en plus rare et nous la gaspillons.Comment n'arrive t on pas a la stocker.Comment en 2020 nous faisons encore nos besoin dans de l'eau potable alors que certaines personnes de certains pays rêveraient de boire cette eau? Il faut une révolution sur l'eau.Il faut la préserver.
a écrit le 02/07/2020 à 11:21 :
Pourqoui delocalise-t-on autant en Europe de l'Est ? Les salaires ne sont plus 1/10ème des salaires d'Europe de l'Ouest, comme en 1990. Mais les dirigeants de ces pays, bien qu'ayant beaucoup de défauts, ont compris une chose : si l'immobilier flambe, le cout de la vie augmente trop et avec la fiscalité, ce qui ferait qu'il ne serait plus très rentable de produire dans le pays, au bout d'un moment.
Donc, ils font tout pour que le foncier reste abondant et bon marché, le cout du logement est très proche du cout de construction. Ils sont très conscients de cette faiblesse des occidenatux qui veut s’enrichir avec la finance et l'immobilier, et l'exploitent à fond.
Le cout du foncier agit comme un démultiplicateur des couts de production dans un pays, écologie ou pas, on ne peut pas ignorer cette réalité simple. Car aujourd'hui ce ne sont plus les industries les moins rentables et les plus polluantes qui se délocalisent, mais les centres de recherche et développement qui emploient les travailleurs les plus qualifiés.
a écrit le 02/07/2020 à 11:01 :
C'est très bien les percées vertes dans les villes.... ca aère les quartiers et ca permet de faire de pistes cyclables.

Trêve de blagues, on ne résoudra pas les problèmes des grandes métropoles si on ne réduit pas leur population et la transhumance journalière des salariés.

Paris, 22 000 hab/km2, c'est 11 tonnes de matière fécale, 22 tonnes d'urine à traiter, et 22 tonnes de CO2...PAR JOUR et AU km2 !
Et je ne parle là que des émissions de base du troupeau (les veaux chers à De Gaulle). Rien que ca c'est ingérable, d'autant plus que le troupeau se déplace, se chauffe, jette des papiers gras et des déchets de toute sorte (740 g/jour).

Le seul moyen de faire baisser la pollution à un niveau acceptable c'est de réduire la densité de population et la quantité de déplacements.

Il faut que les français quittent les métropoles et retournent dans les villes et villages de province.
Mais ça n'a pas de sens s'ils doivent faire 50 km chaque jour pour aller bosser, 10 pour acheter leur baguette et 40 pour voir un médecin.

Il faut donc accompagner le retour au pays par celui des services publics, les commerces, les artisans et les emplois locaux suivront.
Réponse de le 02/07/2020 à 12:23 :
"et ca permet de faire de pistes cyclables"


Chez moi, la piste cyclable construire en parallèle de la route a coûté près d'un million d'euros.Aucun cycliste du dimanche dit "chevronné" ne veut la prendre ,pour eux c'est bon pour les gosses et leur vélo à trois roues.
Réponse de le 02/07/2020 à 13:20 :
Cher monsieur,
le veau vous remercie.
Hereusement il ne crois plus depuis longtemps aux périls tant vantés par les écologistes vu que chaque chiffre qu'il a vérifé s'est avéré faut ou faussement présenté.
J'adore les dictatures idéologiques, mais dans ce cas, je veux le bel uniforme bien sexy qui va avec.
Et puis si je dois assasiner de l'humain pour rammener les veaux de 7,5mds à 0,5mds comme le souhaitent vos cinglés, un uniforme a une place pour le revolver.
C'est plus adapté.
Réponse de le 02/07/2020 à 14:12 :
Il est bien plus simple et écologique de traiter 11 tonnes de matières fécales par km2, que de faire la même chose mais sur un territoire de 100km2. Ce que souhaitent les écolos, c'est lutter contre la bétonnisation et l'étalement urbain. Selon moi, la meilleure méthode pour atteindre ce résultat est de densifier les territoires occupés par l'homme pour protéger les autres.
Réponse de le 02/07/2020 à 19:41 :
" Selon moi, la meilleure méthode pour atteindre ce résultat est de densifier les territoires occupés par l'homme pour protéger les autres."

Donc, selon vous, l'idéal c'est Paris, puisque c'est ville la plus densément peuplée d'Europe.

Et pourtant l'air y est insalubre une grande partie de l'année, y compris dans le métro. La pollution sonore est un calvaire. Les déchets sont évacués chez les autres parce que les habitant ne peuvent pas composter. Les voies de circulation sont congestionnées 6h/j. Les logements sont rares et absurdement chers. Le milieu urbain est surchauffé en été , parcourus de corridors glacés en hiver. La promiscuité favorise les épidémies et exacerbe les confrontations sociales.

Et c'est là dedans que vous voulez parquer la majorité de la population?
Vous voulez construire des clapiers style banlieue dans Paris intra-muros?

Pour épargner qui? pour épargner quoi?

La moitié du territoire français est vide et ce ne sont pas des zones inhabitables et inhospitalières. Ce sont des territoires qui ont été désertés quand on a décidé de déporter les employés vers ville plutôt de d'amener le travail au pays.
a écrit le 02/07/2020 à 10:37 :
En soi il est pas etonnant que les habitants d une ville votent pour un maire qui refuse de construire et donc qui pousse a la hausse le prix de leur logement.
C est l inverse a la campagne ou les habitant sont pour car ca fait passer du terrain agricole en constructible et donc une joli culbute pour le proprietaire du terrain

Apres si les ecolos sont coherant avec eux meme, ils sont pour la densification : plus d immeubles et moins de maisons
Réponse de le 02/07/2020 à 14:21 :
Du même avis que vous. En soi, la seule méthode pour moins construire sur des terres naturelles ou agricoles c'est soit de réduire la population, soit de densifier davantage les villes et donc de couler davantage de béton pour des tours de plus en plus hautes. Une meilleure répartition aiderait aussi quand on visite les petites villes désertées, mais pour cela il faudrait une vraie réindustrialisation et le climat social et politique que cela necessiterait.
Réponse de le 02/07/2020 à 15:58 :
La solution durable n'est certainement pas le beton ni le goudron. On sait construire dans des materiaux durables (meme des immeubles de plusieurs etages en bois) mais on continu d'utiliser du beton, et l'isolation par l'exterieur est absent de la plupart des nouvelles constructions. Il faut plus de chauffe eaux solaires (surtout dans le sud), une isolation optimale des la conception et arreter l'installation de grilles pains.
Si on densifie avec du beton ou du goudron on aura tout simplement des ilots de chaleur de plus en plus insupportable en ete (et meme au printemps) et des problemes d'inondations grandissants avec les changement climatique. Donner aussi une priorite a la renovation, destructions/reconstruction plutot qu'a l'accaparement de toujours plus de terres cultivables dont nous aurons besoin si on veut relocaliser la production de nourriture tout en reduisant le CO2 des transports et plus de bio. On donne aussi beaucoup d'aides pour des velos electriques qui sont en soit une catastrophe ecologique avec un duree de vie de 3 ans en moyenne. Beaucoup a dire aussi sur les bureaux dans les villes qui pourraient pour moitie etre transformes en logements, avec plus de bureaux en co-working, 2 jours de teletravail par semaine, avec des roulements....
a écrit le 02/07/2020 à 10:14 :
Limiter drastiquement l'artificialisation des sols est un objectif nécessaire que l'on vote écolo ou pas.
Le raisonnement économique de l'article est stupide.
Concernant la lavande tout dépend du prix de la lavande.
Le vrai libéralisme est basé (ecole autrichienne d'économie) sur des valeurs subjectives et une fleur peu avoir plus de valeur qu'une voiture si les individus l'entendent ainsi.
Il n'y a donc rien d'absurde dans le fait qu'un champ de lavande puisse avoir plus de valeur et contribuer plus au pib qu'une maison.
Réponse de le 02/07/2020 à 13:22 :
Bien sur il y a 7%-10% du territoire artificialisé.
On artificialise un département tous les dix ans, donc 1% tous les dix ans.
On en a donc pour 800 ans avant d'avoir tout artificialisé.
C'est vrai que c'est le sujet le plus urgent.
Réponse de le 02/07/2020 à 16:48 :
les gens sans toit poseront leur matelas pneumatique sur la lavande. Double effet. :-)
Il parait qu'on a assez de logements mais certains sont dans des endroits peu habités (faute d'activité), loin de tout.
a écrit le 02/07/2020 à 9:46 :
Ce n'est pourtant pas l'ancien a réhabiliter qui manque !
a écrit le 02/07/2020 à 9:31 :
C'est bizarre qu'une bande de bobos citadins , généralement sectaires et dogmatiques aient pu s'emparer de l'écologie. Ceux qui vont être gérés par eux vont apprendre rapidement qu'ils sont rarement à l'écoute d'autres opinions, enfermés qu'ils sont dans leurs certitudes. Le nucléaire est un exemple édifiant. On supprime les centrales qui n'émettent pas de Co2 pour utiliser le charbon allemand. On veut des voitures électriques qui pour le moment polluent plus en raison du recyclage et des terres rares etc... La volonté de sauver la planète, c'est bien mais il faut savoir analyser les technologies. Les batteries vont s’améliorer , on progresse dans les déchets nucléaires. Ces écolos devraient faire confiance dans les progrès de la science. Pour le moment , il n'y a pas de technologies vraiment propre , même l'hydrogène.
Le sectarisme aveugle , ce n'est pas d'imposer 110 à l'heure sur les autoroutes ou l'utilisation du vélo qui vont changer le climat,. Un simple Tankers qui vient de Chine pollue plus que des dizaine de milliers d'autos et on peut multiplier les exemples.
Réponse de le 02/07/2020 à 13:25 :
Attention BA, c'est un crime de lése écologie que vous commettez là.
Vous risquez l'anathéme. Surtout si vous avez raison.
Le diesel était une technologie poussé par les écolos dans les années soixante dix. Grâce aux mêmes mécanismes ils veulent aujourd'hui s'en débarasser en détruisant l'industrie qui ne suis pas la mode des écolos.
Pardon, mea maxima culpa, j'ai péché je ferais trois tours en trotinette éléctrique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :