Manipulation des changes : BNP Paribas et Société Générale dans la tourmente

 |   |  545  mots
Un deuxième volet de l'affaire de manipulation des changes est-il sur le point de s'ouvrir?
Un deuxième volet de l'affaire de manipulation des changes est-il sur le point de s'ouvrir? (Crédits : reuters.com)
Les banques françaises BNP Paribas et Société Générale ont été assignées par le régulateur financier de New-York pour avoir manipulé les taux de devises, selon l'AFP.

Des banques françaises sont dans le viseur du régulateur des services financiers de New York (DSF), Benjamin Lawsky. Il a adressé une assignation aux banques françaises BNP Paribas et Société Générale qu'il soupçonne d'avoir manipulé les taux de devises, ont indiqué vendredi à l'AFP des sources proches du dossier.

Par ailleurs, une investigation en cours de Benjamin Lawsky contre Barclays dans cette même affaire retarde actuellement un accord de l'établissement britannique avec d'autres régulateurs américains et britannique, selon les mêmes sources ayant requis l'anonymat.

Assignation adressée en décembre

L'assignation adressée, en décembre, à BNP Paribas, Société Générale, Goldman Sachs et Credit Suisse leur demande de fournir des documents liés aux opérations sur les devises, a précisé une des sources, ajoutant que M. Lawsky s'intéresse particulièrement à des "technologies spécifiques" utilisées par ces banques.
Les quatre établissements coopèrent, selon elle. Contactée par l'AFP, SocGen n'a pas réagi dans l'immédiat. Ni les services de Benjamin Lawsky, ni BNP Paribas, ni Credit Suisse n'ont souhaité faire de commentaire.

Les autorités américaines reprochent aux cambistes - des opérateurs de marché spécialistes des devises - de grandes banques d'avoir utilisé des forums de discussion sur internet et des messageries instantanées pour se concerter de façon indue afin d'infléchir les cours des monnaies.

Barclays aussi dans le viseur...

En ce qui concerne Barclays, Ben Lawsky soupçonne la banque d'avoir eu recours à de la manipulation algorithmique, ont indiqué les sources à l'AFP. Le régulateur a ainsi décidé de ne pas s'associer à un accord en négociation entre la banque et le département de la Justice américain, le régulateur américain des marchés dérivés (CFTC) et l'autorité de conduite financière du Royaume-Uni (FCA).

Cette intransigeance du régulateur new-yorkais, qui a le droit d'octroyer ou de révoquer la licence bancaire d'une banque opérant à New York, contrecarre les projets de Barclays qui souhaite conclure un accord global, selon la source.

Benjamin Lawsky est en train de faire examiner les ordinateurs de la plateforme électronique de courtage Barx, propriété de Barclays, selon les sources. Ces "super" ordinateurs sont dotés d'algorithmes capables d'effectuer de façon automatisée des opérations très sophistiquées dans des temps extrêmement courts.

... tout comme Deutsche Bank

Les mêmes soupçons pèsent sur l'allemande Deutsche Bank, dont les ordinateurs de la plateforme d'échanges électronique Autobahn sont également scrutés, selon une des sources.
Barclays s'est toujours refusée à commenter ces informations, tandis que Deutsche Bank a déjà dit à l'AFP qu'elle coopère avec toutes les enquêtes la concernant et prendrait des mesures disciplinaires contre des individus si nécessaire.

Ben Lawsky a installé un surveillant chez Barclays et un autre chez Deutsche Bank pour contrôler leurs opérations de courtage de changes, selon les sources.
En novembre, un premier volet de l'affaire avait été refermé avec l'imposition d'une pénalité de 4,25 milliards de dollars à un groupe de banques actives sur le marché des changes comprenant JPMorgan Chase, Citigroup, Royal Bank of Scotland, UBS et HSBC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2015 à 13:51 :
Encore et encore, ces banksters continuent de racketter le public ;))!!!
a écrit le 02/03/2015 à 18:27 :
Le racket va recommencer ,j’espère que cela va être la goutte d'eau qui va faire réagir nos élites ,qui sont un peu molles et faibles.Mais enfin,les ricains sont devenus parano ou quoi,ils nous rackettent vivendi,DSK,SNCF , BNP, ils nous espionnent ,espionnent nos entreprises, sont avec les perfides rosbifs à l'origine du french bashing ,leurs entreprises volent l’état en ne payant pas leurs impôts,mais les médias sont tous vendus (a part la tribune ) ou quoi,il y a un gros probleme à régler à la hussarde!
a écrit le 02/03/2015 à 8:24 :
On devrait mettre d'office tous les banquiers en prison
a écrit le 01/03/2015 à 21:35 :
Encore la Société Générale!
a écrit le 01/03/2015 à 16:10 :
43 millions d'euros le cout en commercial au salon agricole pour le spontsor (890 livret A ouvert aux enfants de cultivateur par tirage au sort montant livret 7500 euros etc etc)
a écrit le 01/03/2015 à 11:20 :
Les us qui donnent de la morale et des amendes. les juges, leurs administrations, leur commune, récupere une partie des amendes pour eux, quasiment jamais les clients léser. Comme croire a l'étique d'un pays qui a un etat paradis fiscal comme le delaware ? Séparons les banques en activites de depots, de credits, de finances, en incluant la responsabilite penale, fiscale, et patrimoniale des hauts dirigeants et ne leur confions plus la gestion de la monnaie. il faut aussi les obliger a rembourser les clients pas que a payer des amendes et a la publicité de leurs condamnations. Imaginer sur la porte d'une agence bancaire une affiche mentionnant ici x clients ont été remboursé de x euros ... heu je viens de me reveiller. le cauchemar de la realite reprend. les banksters ont fait voter une loi empechant leurs poursuites pour la vente de prets toxiques. Prets titritisés aupres des banque us, qui sont non renegociables. Donc a vos poches pour payer beaucoup et pendant longtemps.
a écrit le 01/03/2015 à 7:49 :
Et qui retrouve-t-on à la tête des deux banques concernées ? De quelle école nationale, de quel corps de l'état sont-ils issus?
a écrit le 01/03/2015 à 6:17 :
Je ne comprends pas. J'entends généralement dire que la spéculation ne pouvait qu'accentuer la tendance (à la baisse ou à la hausse) d'une valeur, mais en aucun cas, ne pouvait créer la tendance qui n'est due qu'aux opérateurs "physiques".
Ah si, peut-être. Il y a deux types de spéculateur : celui qui anticipe, et celui qui manipule. Du grain à moudre pour les juristes spécialisés en mathématique, et oublieux de morale élémentaire...
a écrit le 28/02/2015 à 22:13 :
Les Américains punissent les banques qui font n'importe quoi. Chez nous en Europe, si une banque comme HSBC organise une fraude fiscale massive, elle n'est nullement sanctionnée. Une honte!
a écrit le 28/02/2015 à 19:23 :
La manipulation chez les banquiers, ce n'est pas une nouveauté. Manipulation des changes: un point de plus pour conforter leur image de Bankster.
a écrit le 28/02/2015 à 16:41 :
De ces nouvelles exactions de la SG, ce qui va être intéressant, c'est d'écouter les explications alambiquées des petits chefs d'agences de la société générale,

ils n'ont plus aucun pouvoir de décision, derrière leurs grandes baies vitrées, leur reste le titre de chef de bureau pour remplir des cases à l'écran de leurs ordinateurs surannés et compter les crayons et les gommes consommées par les subalternes et autres stagiaires qui brassent du papier.
Réponse de le 01/03/2015 à 19:05 :
Les soupçons de manipulation de change ne pèse aucunement aux chefs d'agence mais serait hypothétiquement le fait de traders en salle de marché... vous seriez plus aimable de déverser votre bile plus loin.
a écrit le 28/02/2015 à 16:38 :
Les personnes impliquées dans les scandales financiers ne sont JAMAIS CONDAMNEES et ne vont JAMAIS en prison. On donne juste des amendes aux banques (donc aux actionnaires), souvent inférieures aux gains réalisés avec la fraude. Donc les scandales continuent et sont de plus en plus fréquents, puisque les vrais coupables ne sont jamais condamnés et ont au contraire été récompensés par de gros bonus avant la découverte de leur fraude. En effet les banques ne sont pas soumises à la vraie justice mais à des "régulateurs" composés d'anciens banquiers, d'où une absence totale de justice pour les affaires bancaires, et donc des fraudes massives et nombreuses.
a écrit le 28/02/2015 à 16:13 :
Quel lampiste vont ils pouvoir désigner ?
a écrit le 28/02/2015 à 15:24 :
Tout à fait d'accord avec Herzed il y a beaucoup de DG parmi les commentateurs...
Ceci étant écrit, une banque que je ne nommerais pas a proclamé haut et fort qu'un comité éthique (ou autre structure adéquate) avait été créée afin de résoudre tous les problèmes de gouvernance.
Je ne connais pas les dates des possibles (*) infractions citées dans l'article mais cela fait quand même désordre.
Pour répondre à Amandine, des banques américaines ont aussi payé des amendes significatives aux EU et mais aussi en GB, si je ne me trompe pas. Par exemple,on pourrait créer une législation européenne pour les transactions en Euro, similaire à celle, très stricte, des EU pour les transactions en USD. Ceci étant écrit, au jour d'aujourd'hui, les transactions en Euro sur le marché international des capitaux sont négligeables par rapport à celles effectuées avec le USD.
Cordialement
(*) j'écris bien "possibles" car rien n'est prouvé.
a écrit le 28/02/2015 à 15:10 :
Comme entendu hier sur BFM radio, l'amende bancaire est devenue une nouvelle matière première outre-Atlantique... vivement la fin du mandat de Papabama!
a écrit le 28/02/2015 à 14:57 :
Je suis sidéré par la compétence des commentateurs qui savent tout , qui jugent tout ...!
comment tous ces gens là ne sont-ils pas , vu leurs compétences, ne sont -ils pas à la tète des banques françaises pour les remettre dans le droit chemin ?
Réponse de le 28/02/2015 à 21:40 :
Pour les remettre "sur le droit chemin" comme vous dites, ce n'est pas la compétence qu'il leur faut mais de l'éthique. Ce qui me fait marrer, c'est que toutes ces boîtes ont des codes d'éthiques.On se demande pourquoi elles ne se l''appliquent pas.Encore une fumisterie.
a écrit le 28/02/2015 à 14:35 :
Mais étonnamment jamais de controverse ni de pénalités européennes à l'égard de nos "amis " américains et de leurs banques: seraient ils "tous cleans" eux !... ou la France et autres pays auraient ils peur de dire la vérité et des représailles?
C'est peut être effectivement du linge sale en famille compte tenu des l'internationalité des banques en cause.
Allez MM les journalistes financiers, à l'attaque et dites nous tout!
a écrit le 28/02/2015 à 14:34 :
Et voilà un fait divers de plus dans lequel la Société Générale est citée, ca n'arrête pas depuis le milieu des années 90-2000.

Décidément, cette Société Générale est vraiment la banque à fuir.

Comment oser rester dans une bankster dirigée par des mafias.
a écrit le 28/02/2015 à 13:36 :
Franchement, on savait que les banques françaises avaient du poids surtout en France mais de la a les accuser d'organiser ce réseau mafieux mondial et ce trafic généralisé, je suis plus que suspicieux, si il y a des megabanques qui organisent ce genre d'arnaques internationales elles seraient plutôt a chercher vers ceux qui tiennent les ficelles du système. Ça ressemble plus a du règlement de compte pour trouver un bouc émissaire facile. Comme avec Paribas et les 5 milliards.
Réponse de le 28/02/2015 à 14:08 :
Ne vous y trompez pas, BNP Paribas et Société Générale sont deux poids lourds du système bancaire international ; ces établissements possèdent des ramifications dans toutes les régions du monde et sont très actifs dans la finance à l'échelle mondiale.
Bien qu'étant listées au CAC et possédant toutes deux leurs sièges en France, on ne peut plus parler de "banques françaises" tellement elles ont dépassé ce stade ; en témoigne les différents scandales de ces dernières années...
a écrit le 28/02/2015 à 13:23 :
Savez-vous si les actionnaires de ces banques ont été informés dès que les assignations ont été reçues ?
Cordialement
a écrit le 28/02/2015 à 13:18 :
savent mêmep
a écrit le 28/02/2015 à 13:17 :
Nationalisons pour la bonne sante du capitalisme.... Aujourd’hui`hui les états sont gouverner par la mafia financiere
Réponse de le 28/02/2015 à 13:28 :
Oui bonne idée, comme d'hab on pourrait nationaliser les banques quand elles perdent des montagnes d'argent et privatiser les profits. Ou laisser faire n'importe quoi à des banques publiques (crédit lyonnais, dexia...)
Le plus drôle dans l'histoire c'est que les amendes baissent d'autant les bénéfices... et donc les impôts perçus par l'état français.
Bientôt les américains vont coller des amendes aux banques parce que les traders regardent CNBC et Bloomberg !
a écrit le 28/02/2015 à 13:08 :
BNPPARIBAS dans tous les coups foireux, aucune déontologie dans cette banque qui ne manque pas de faire la leçon à certains de ses clients. Trop c'est trop je change d boutique
a écrit le 28/02/2015 à 13:06 :
Le régulateur financier de New York travaille pour les banques américaines

Combat de mafieux
Réponse de le 28/02/2015 à 20:16 :
Bien sûr ! Les banques françaises sont blanches comme neige et les banques américaines n'ont pas été condamné à des amendes se chiffrant en dizaines de milliards de dollars.

L'amende reçue par BNP Paribas fait pâle figure au regard des 25 milliards payés par Bank of America. Ce qui n'a pas empêché le gouvernement français d'intervenir en sa faveur, choqué par une amende dépassant l'habituel seul dissuasif des 50 000 euros....
Réponse de le 28/02/2015 à 22:34 :
Les banques françaises ,ni la France d'ailleurs n'a de leçons à recevoir d'un pays qui nous rackette,nous espionne avec les perfides rosbifs,qui torture à Guantánamo et surement ailleurs et dont les policiers tirent à bout portant sur des enfants noirs!
Réponse de le 01/03/2015 à 0:46 :
Votre commentaire est affligeant et n'a absolument aucun rapport avec le sujet. Si les banques françaises veulent ne pas rendre de compte aux USA, qu'elles agissent légalement ou qu'elles quittent ce pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :