Koweït : Airbus Helicopters engrange un nouveau très beau contrat

 |   |  612  mots
Le Caracal (H225M) est vraiment le best-seller de ce début d'année pour Airbus Helicopters
Le Caracal (H225M) est vraiment le best-seller de ce début d'année pour Airbus Helicopters (Crédits : DGA)
Le Koweït veut s'offrir "dans les meilleurs délais" 24 hélicoptères de transport de type Caracal fabriqués par Airbus Helicopters. Un contrat évalué à 1 milliard d'euros.

Pologne, Mexique et maintenant Koweït ainsi que l'avait révélé La Tribune. Le Caracal (H225M) est vraiment le best-seller de ce début d'année pour Airbus Helicopters. Le Koweït souhaite signer "dans les meilleurs délais" une commande pour l'achat de 24 hélicoptères de transport de type Caracal à Airbus Helicopters, a annoncé mercredi l'Élysée. Cette annonce fait suite à un entretien téléphonique entre François Hollande et l'Émir du Koweït, le cheikh Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah.

"Dans le cadre du partenariat de défense qui unit la France et le Koweït, l'Émir du Koweït a exprimé le souhait du gouvernement koweïtien d'équiper les forces aériennes de son pays de 24 hélicoptères lourds de type Caracal", a précisé la présidence de la République dans un communiqué. Une commande évaluée à 1 milliard d'euros. Le contrat sera signé en présence du ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, et de son homologue, le cheikh Khaled Al Jarrah Al Sabah. L'engagement du Koweït avait été "indiqué à Jean-Yves Le Drian lors de son déplacement de samedi et dimanche dernier (6 et 7 juin) à Koweït Coty par la voix de l'émir", indique-t-on dans l'entourage du ministre.

Airbus Helicopters a gagné 5 campagnes commerciales majeures

Depuis l'automne 2014, Airbus Helicopters pistait une autre grande commande au Moyen Orient en dehors du Qatar. Le Koweït avait lancé un appel d'offre pour acquérir 24 hélicoptères de transport militaire avec du support, de la formation et de l'entrainement. Le Caracal, utilisé par les forces spéciales françaises et servant à la fois au combat et au transport de troupes a gagné face au Black Hawk américain de Sikorsky. Moins médiatisé et moins important que celui en Pologne, cette campagne revêtait une importance pour la France, pour qui le Koweït avait été un grand partenaire dans les années 80 dans le domaine de la défense.

Pour Airbus Helicopters, c'est le grand chelem même si les contrats doivent être encore tous finalisés et signés. Engagé dans cinq campagnes majeures au début de l'année - Pologne, Qatar, Koweït, Corée du Sud et Mexique -, le constructeur de Marignane les a toutes gagnées ou presque (Mexique). Ce qui augure d'une année commerciale exceptionnelle.

Mexique, Pologne, Qatar et Séoul

Au Qatar, Doha a signé en mars 2014 une lettre d'intention en vue d'acheter 22 hélicoptères de transport militaire NH90 pour près de deux milliards d'euros. Dans le détail, il s'agit de 16 NH90 pour le transport tactique et de six exemplaires de la version de lutte anti-sous-marine ainsi que des heures d'entrainement  et des pièces de rechange. "On fait du sur-mesure avec le Qatar", précise-t-on. Airbus Helicopters visait la signature d'un contrat début 2015. En Pologne, le constructeur compte sur une signature début septembre pour la vente de 50 Caracal, selon nos informations. En Corée, la confirmation de l'acquisition de plus de 300 appareils civils et d'attaque de la classe des 5 tonnes, est attendue très rapidement.

Enfin, le Mexique pourrait très vite acheter à Airbus Helicopters 50 Caracal. Si le contrat évalué à 2 milliards d'euros environ est suffisamment mûr, une signature est attendue en présence des deux présidents - François Hollande et Enrique Peña Nieto - à l'occasion du 14 juillet, jour de la fête nationale où le Mexique est invité d'honneur cette année. Des militaires mexicains défileront à cette occasion sur les Champs-Élysées.

___

        >> Aujourd'hui, suivez en direct le Paris Air Forum

____

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2015 à 10:08 :
Encore un succès éclatant pour Monsieur Le Drian, qui s'affirme comme l'un des meilleurs Ministres des vingt dernières années. Bravo !
a écrit le 11/06/2015 à 9:13 :
En tout cas, Le Drian est le meilleur vrp de l'industrie de l'armement français. Chapeau bas, surtout c'est un grand défenseur de l'armée.

Entre les rafales qui se vendent enfin à l'étranger, les caracals vendus à plusieurs pays, l'armement de l'armée libanaise, les humvee de Renault Trucks. L'industrie de l'armement revit comme dans les années 80, on en est à 15 milliards de commande ferme.
Réponse de le 15/06/2015 à 22:01 :
Oui Le Drian est clairement un des tous meilleurs ministre de la défense que nous ayons connu, et de loin.
a écrit le 10/06/2015 à 22:52 :
bonjour

Pour ce qui est du contrat Caracal avec la Pologne certains diplomates de l'Ambassade de Pologne à Paris sont pessimistes. Dans le cas probable selon eux où l'opposition de droite gagnerait les élections en novembre le contrat serait remis en cause (tropisme américain et localisation de l'électorat conservateur dans les régions où les Polonais ont des JV avec Sikorski.

Cordialement

M.
a écrit le 10/06/2015 à 22:09 :
Et pendant ce temps, on lit dans la presse :
"En visite à Milan, Vladimir Poutine a annoncé la préparation d'un contrat qui assurera des commandes à des entreprises italiennes pour un montant de 3 milliards d'euros. Russie et Italie construiront ensemble des hélicoptères lourds."

L'Europe unie, jamais sera vaincue !
a écrit le 10/06/2015 à 19:36 :
Est ce que ces armes, tous comme les autres, finiront entre les mains de Daesch ?
Vendre des armes à une dictature qui bafoue les droits de l'homme ... c'est ça Monsieur Hollande votre vision de la France, patrie des Droits de L'Homme ?
Réponse de le 10/06/2015 à 22:26 :
Ben voyons, la "France patrie des Droits de l'Homme" a-t-elle encore les moyens de se permettre ces postures idéologiques ? C'est bien beau les grands principes, mais ça remplit pas la gamelle. Si ce n'est pas nous qui les vendons, d'autres le feront à notre place...et nous pourrons toujours ânonner notre éthique et notre morale, tel un coq les pieds dans la m***e.
a écrit le 10/06/2015 à 18:20 :
Pour la Pologne une grande partie du contrat se fera dans ce pays de mémoire. Pour le Mexique, on peut penser que la situation sera la même. Question ou est facturer la plus value? Certes on exportera des pièces à l'étranger mais la plus grosse valeur est perdue pour la France. Pour l'Airbus A320 s'est la même chose (chaîne en Chine, Mobile)? Ai-je tords?
Je suis très content de ces grands contrats mais les différentes caisses sociales de la France en voient-elles la couleur?
Au plaisir de lire vos réponses.
Réponse de le 10/06/2015 à 22:05 :
@Benoit
"Pologne une grande partie du contrat se fera dans ce pays de mémoire"
Sans le détail du contrat, c'est un peu rapide comme affirmation.
La forte valeur ajoutée est sur les pièces critiques, le moteur, l'avionique, l'optronique, pas sur une chaine d’assemblage ou des tôles.
Les armements, pièces de rechange, simulateurs, formations et évolutions pourraient aussi servir des emplois et augmenter le chèque.
Airbus dispose déjà d’usines en Pologne pour l’assemblage.
Turbomeca, je ne sais plus.
---
Avec réserves:
Le cadeau possible: une usine pour concevoir les rotors principaux.
les boîtes de transmission à Marignane et les pales à la Courneuve. Pour Safran à Bordes, Tarnos, Bidos, Montluçon et Mantes, les pièces des turbines, les trains d’atterrissage, les centrales inertielles, les régulateurs de moteurs. Thalès et peut-être Sagem/Safran, et MBDA pour les roquettes.
Réponse de le 11/06/2015 à 6:54 :
@Alain D, je vous remercie de votre réponse. Certes, la France fabriquera certaines pièces, la Pologne d'autres et fera l'assemblage final. La question que je me pose, est la suivante, la France encaisse-t-elle autant de taxes sur une vente en pièces et sous ensembles qu'en unité complète?
a écrit le 10/06/2015 à 18:04 :
Cellule, moteur, btp, et avionique made in France, pas une coopération à problème !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :