Airbus : le conseil confirme le départ de Fabrice Brégier, remplacé par Guillaume Faury

 |   |  157  mots
Fabrice Brégier quitte Airbus sans avoir démérité
Fabrice Brégier quitte Airbus sans avoir démérité (Crédits : Reuters)
Le numéro deux d'Airbus, Fabrice Brégier quitte le groupe européen.

Selon des sources concordantes, le conseil d'administration d'Airbus, qui s'est réuni ce jeudi, a entériné le départ en février du numéro deux du groupe, Fabrice Brégier, comme l'avait révélé La Tribune. Il sera remplacé par le patron d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, selon des sources concordantes. Enfin, le conseil a également entériné que le patron d'Airbus, Tom Enders, ne sera pas renouvelé en 2019. Airbus devrait annoncer ce remaniement vendredi matin.

Le conseil s'est réuni dans une ambiance délétère sur fond d'affaires (Serious Fraud Office et parquet national financier) et de spéculations sur un départ de la direction franco-allemande du constructeur européen. Une bonne nouvelle est venue éclaircir l'horizon agité du groupe européen ce mercredi avec l'annonce par Delta Air Lines d'une commande ferme de 100 avions moyens-courriers A321neo pour 12,7 milliards de dollars au prix catalogue, un camouflet pour son concurrent Boeing.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2017 à 12:10 :
Quelles sont les compétences de Monsieur Guillaume Faury pour assumer un tel poste ?
Ses réussites ?
a écrit le 17/12/2017 à 14:27 :
Le patron d'Airbus Helicopters, Guillaume Faury, aurait-il obtenu des résultats, pour mériter une telle promotion ?
a écrit le 17/12/2017 à 12:28 :
L'important c'est que Airbus se dépêche à se secouer.
Beaucoup de signes sur cette entreprise passent au rouge, la Chine va entrer dans la cour des grands et je ne donne pas cher à Airbus qui traîne l'A380 et l'avion militaire das ses flops.
Elle doit se diversifier et élargir son panel de compoétences.
a écrit le 15/12/2017 à 7:34 :
Ce qui est important, c'est que c'est un français qui remplace un français partant.
Ce ne sont à nouveau pas les compétences qui comptent mais uniquement la politique et le copinage.
a écrit le 15/12/2017 à 0:39 :
"Une bonne nouvelle est venue éclaircir l'horizon agité du groupe européen (...)"
Non, non, vous n'avez pas compris:
le départ de Tom Enders est déjà une très très bonne nouvelle,
et celui de Fabrice Brégier est une bonne nouvelle.
a écrit le 14/12/2017 à 22:30 :
Comme à Versailles sous l'ancien regime.....des complots de cour pour écarter les uns et les autres....et ces gens auraient fait les plus grandes ecoles.....pauvre France....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :