Gazoducs Nord Stream : les marines russe et américaine présentes au moment des fuites de gaz

La guerre hybride sous-marine fait partie des capacités développées par les Etats-Unis de façon historique (guerre froide) et plus récemment par la Russie. Les fonds sous-marins sont un espace stratégique pour toutes les puissances mondiales, dont les Etats-Unis et la Russie.
Michel Cabirol
Les Russes et les Américains possèdent un certain nombre de capacités offensives pour réaliser ce type d'opérations. Des opérations navales qui vont très certainement se multiplier. Pourquoi ? Elles sont non-attribuables et ne sont pas censées déclencher une guerre, explique-t-on à La Tribune.
Les Russes et les Américains possèdent un certain nombre de capacités offensives pour réaliser ce type d'opérations. Des opérations navales qui vont très certainement se multiplier. Pourquoi ? "Elles sont non-attribuables et ne sont pas censées déclencher une guerre", explique-t-on à La Tribune. (Crédits : RITZAU SCANPIX)

Difficile d'y voir encore vraiment clair dans le bouillonnement des eaux de la Baltique provoqué par des fuites de gaz massives au large des côtes danoises dans les eaux internationales. Coïncidence ou pas, au moment des fuites de gaz, les marines russe et américaine étaient présentes sur les lieux, selon nos informations. Ces deux marines sont toutes les deux capables de mener des opérations de sabotage de ce type, si la thèse du sabotage des gazoducs est validée. Des drones sous-marins équipés de caméras pourront prochainement déterminer la cause de ces fuites, voire la caractériser si des résidus de poudres d'explosifs peuvent être prélevés à l'issue d'investigations subaquatiques. En général (sauf billard à trois bandes), les explosifs utilisés révèlent leur provenance.

Des explosions sous-marines

Les quatre fuites touchant les gazoducs Nord Stream en mer Baltique sont dues à des explosions sous-marines équivalant « à des centaines de kilos » de TNT, a indiqué vendredi un rapport officiel de la Suède et du Danemark remis aux Nations Unies. « La magnitude des explosions a été mesurée respectivement à 2,3 et 2,1 sur l'échelle de Richter, soit probablement l'équivalent d'une charge explosive de centaines de kilos », indiquent les deux pays scandinaves dans une communication au Conseil de sécurité de l'ONU. « Toutes les informations disponibles indiquent que ces explosions sont la conséquence d'un acte délibéré », écrivent la Suède et le Danemark dans leur lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, sans pointer un pays responsable.

Si cette thèse se confirme, quel modus operandi ? Il est exclu qu'un sous-marin de taille conventionnelle soit à l'origine d'une telle opération. En revanche, les gazoducs très endommagés sont situés à une profondeur estimée entre 70 à 80 mètres, accessibles encore à des plongeurs appartenant à des forces spéciales (maximum 80 mètres). Il est également possible que les gazoducs aient pu être endommagés par des mines mobiles (torpille spéciale, mine maraudeuse) déclenchées depuis la surface ou un sous-marin ou par un minuteur, voire même par un drone kamikaze téléopéré depuis la surface ou par un sous-marin. Les Russes et les Américains possèdent un certain nombre de capacités offensives pour réaliser ce type d'opérations. Des opérations navales qui vont très certainement se multiplier à l'avenir. Pourquoi ? « Elles sont non-attribuables et ne sont pas censées déclencher une guerre », explique-t-on à La Tribune.

Etats-Unis : leader de la guerre hybride sous-marine

Depuis la guerre froide, les États-Unis possèdent une solide expérience des opérations conduites sur, et depuis le fond des mers. Le réseau historique SOSUS (SOund Surveillance System), réseau américain d'hydrophones passifs destiné à la détection des sous-marins et navires a notamment fourni du renseignement acoustique de qualité sur les activités navales soviétiques, y compris près des côtés russes. Actuellement, la marine américaine met notamment en œuvre une flotte de deux câbliers et six navires océanographiques.

Selon le ministère des Armées, ces navires, qui possèdent tous de puissants sondeurs multi-faisceaux, peuvent mettre en œuvre des drones sous-marins autonomes (Autonomous Underwater Vehicle). Ces AUV sont capables d'opérer jusqu'à 6.000 m de profondeur (AUV de type Hugin-6000 et AUV de type Remus-6000) et une combinaison de véhicule sous-marin téléopéré (ROV) pouvant atteindre 4.000 m (ROV de type Hercules et Sea Horse) et 6.000 m (ROV de type CURV-21). La compétition croissante avec la Russie, qui monte en puissance dans le domaine de la maîtrise des fonds marins, et la Chine qui investit massivement dans ce domaine, a conduit les États-Unis à relancer leur effort

Dans ce contexte de tensions, la marine américaine modernise son système SOSUS de détection acoustique, désormais appelé l'Integrated Undersea Sound System (IUSS). Il intègre notamment des dispositifs d'écoute projetables sur un théâtre d'opération. Parallèlement, avec le soutien de la Darpa, elle développe plusieurs projets visant à se doter d'une gamme complète de drones sous-marins, compatibles avec les porteurs existants ou futurs. Elle travaille à la conception d'un drone de taille intermédiaire désignés MUUV (Medium Unmanned Underwater Vehicle), destiné à la fois à des missions de Guerre des mines et de collecte de données environnementales. Ce programme va permettre de développer des grands drones multi-missions disposant d'une grande autonomie (XLUUV Echo Voyager/Orca par exemple - XLUUV : Extra-large uncrewed underwater vehicles).

La marine travaille à l'amélioration de l'autonomie et de l'endurance des drones sous-marins grâce à des stations sous-marines fixes, destinées à leur rechargement énergétique, aux communications et au transfert de données (Forward Deployed Energy and Communications Outpost - FDECO). Enfin, elle imagine des réseaux de systèmes autonomes, rapidement projetables et configurables (Advanced Undersea Warfare System - AUWS), ou des systèmes de charges utiles fixes encapsulées, capables de déployer des leurres, des armes, des nœuds de communication (Modular Undersea Effectors System - MUSE).

La montée en puissance de la Russie

Depuis plusieurs années, la Russie est complètement décomplexée dans le domaine de la guerre hybride. Elle est donc très active pour tout ce qui a trait à la lutte sous la mer. « La maîtrise des fonds marins fait partie intégrante de la stratégie navale russe avec un accent particulier sur la détection sous-marine et l'emploi de drones », explique le ministère des Armées. Créée en 1965, la Direction principale pour la recherche en grande profondeur (GUGI) est directement rattachée à l'État-major des armées russes. Elle réunit tous les moyens d'investigation et d'intervention sur les fonds marins jusqu'à une profondeur de 7.000 m et met en œuvre un panel complet de moyens comprenant des sous-marins d'intervention opérant à partir d'autres sous-marins « porteurs », des navires hydrographiques et océanographiques, mais aussi des mini-sous-marins habités, des AUV et des ROV.

Moscou investit dans le renouvellement et l'extension des moyens du GUGI, au-delà du seul besoin scientifique et dans un contexte de contraintes économiques. A un horizon plus prospectif, la Russie mise à l'instar des Etats-Unis sur le développement de drones lourds pour assurer certaines missions de lutte sous la mer, principalement dans les nouveaux espaces maritimes du Grand Nord. La Russie procède à un renforcement non négligeable de ses capacités navales avec, entre autres, l'adjonction de deux navires de collecte de renseignements de la classe Yantar (Yantar et Almaz) et de sous-marins auxiliaires.

En outre, les systèmes de propulsion à base de pile à combustible ou d'énergie nucléaire permettront aux drones de naviguer plus d'un mois. Enfin, en mars 2018, le président Poutine a annoncé le développement du système Poséidon, une torpille à propulsion nucléaire d'une portée de 10.000 km, qui porterait une charge nucléaire. Le nouveau méga-sous-marin mis en service en juillet, le Belgorod (184 mètres de long), serait capable de transporter jusqu'à huit Poséidon.

_____

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 05/10/2022 à 0:33
Signaler
Quel intérêt pour les USA ? Ils nous vendent déjà tout le gaz qu'ils peuvent... De plus ça déstabilise l'UE, principal partenaire commercial, aucun intérêt pour eux si notre économie se plante. Par contre pour Poutine cela s'intègre dans une longu...

le 05/10/2022 à 20:55
Signaler
Donc imposer des sanctions et menacer l'UE si elle décidait de passer outre, n'a pas pour conséquence la déstabilisation de ses alliés ? lol

le 05/10/2022 à 22:58
Signaler
Les USA n'ont rien à faire de l'Europe. De plus si le nord stream 2 n'a jamais été mis en service c'est à cause des sanctions et des menaces envers les etats et entreprises qui étaient sur le projet. Par ailleurs l'ukraine n'était pas d'accord car ce...

à écrit le 01/10/2022 à 23:45
Signaler
Faut voir plus loin que le bout de son nez .. les avantages tirés de cette affaire serez plus bénéfiques aux Russes qu aux usa pour lequel la ficelle est trop grosse . C est Une action russe a plusieurs couches - comme les poupées russes- : 1/ eff...

le 02/10/2022 à 11:11
Signaler
Brehat/giselle/etc.. toujours à fond dans son film: allons zenfants de la patrie...

le 02/10/2022 à 12:29
Signaler
Difficile de voir un quelconque avantage tiré par les russes dans cette affaire. Ils n'ont qu'à couper le robinet en amont s'ils le souhaitent. Par contre d'autres super-puissances se sont, elles, toujours opposés à la construction de ce pipeline. Ma...

à écrit le 01/10/2022 à 19:17
Signaler
Les Russkofs n'ont pas besoin de faire sauter les pipelines de gaz : ils ont la main sur le robinet. Et avec tout ce qu'on ch.... dans leurs bottes, ils ont bien raison de le fermer. C'est une question de principe.

à écrit le 01/10/2022 à 18:07
Signaler
Une autre hypothèse ,si il y a eu charge explosive ,c'est que les dites charges ont été posé à l'époque où Biden avait dit qu'il ne permettra pas que nord stream 2 voit le jour ? Mais cela serait grave !

le 01/10/2022 à 23:30
Signaler
Citez vos sources ou selon vous biden aurait dit cela … vous seriez plus crédible !!

le 02/10/2022 à 8:48
Signaler
d un autre coté les USA n ont pas interet a ce que l europe manque de gaz cet hiver et que la population geigne car elle ne peut pas aller a la piscine et donc fasse pression pour qu on arrete d aider les ukrainien et qu on capitule fasse aux russes....

à écrit le 01/10/2022 à 17:07
Signaler
Qui a toujours été opposé au Nordstream ? les USA, Qui avait intérêt à mettre fin au Nordstream ? les USA, Qui a promis qu' il mettrait fin au Nordstream ? les USA, Qui a saboté le Nordstream ? la Russie !!!

à écrit le 01/10/2022 à 13:47
Signaler
Si la marine des US était bien sur place, comment n'a-t-elle pu pas détecter le sabotage réalisé par les russes et les en empêcher ?? (si tant est que ce soient bien les russes qui aient saboté). Ils sont si nuls que ça les radars et la défense anti-...

le 01/10/2022 à 23:34
Signaler
Vous êtes tellement simpliste et manipulable … lol les russes l ont fait via sous marin ou drone ss marin indétectable à ce jour ( trop petit) Ça permet à Poutine : - semer le trouble parmi les alliés ( comme vous) - pas de retour en arrière ap...

le 02/10/2022 à 12:48
Signaler
@Giselle, peut-être mais on ne peut pas nier que les USA semblent vouloir faire la guerre en Europe et à Taiwan, et pas sur leur sol bien sûr. Cela est factuel et cela pose question.

à écrit le 01/10/2022 à 12:46
Signaler
François Asselineau @UPR_Asselineau LT, "La Russie, vers laquelle tous les regards se sont tournés, rejette toute responsabilité et accuse les Occidentaux3, F Asselineau "AH BON ? Pour La Tribune,si l'on cherche l'auteur des sabotages des ga...

le 01/10/2022 à 14:44
Signaler
On s'en tape de l'avis d'Asselinono, et du votre encore plus Gédéon, vous nous fatiguez avec votre complotisme à 2 balles.

le 01/10/2022 à 17:23
Signaler
@Vladimir Complotisme : Projet secret élaboré par un groupement de personnes contre une ou plusieurs personne(s) ou une institution. Il est caractérisé par l’existence d’un petit groupe de personnes puissantes qui se coordonnent secrètement pour pla...

le 01/10/2022 à 22:07
Signaler
Vladimir va falloir vous reveillez. Notons que si vous ne l'êtes toujours pas c'est peine perdue.

le 02/10/2022 à 12:20
Signaler
Comme le dit un commentaire on se fout de asselineau un apparatchik du système vu sa carrière professionnelle … aucune crédibilité .. émigrez en Gb vous verrez et vivrez les avantages du Brexit l: tx d intérêt ( pratiquement le double qu en France)...

à écrit le 01/10/2022 à 11:18
Signaler
On se doute bien que les marines US et russes étaient présentes lors des fuites. Ce qui serait beaucoup plus intéressant c’est de savoir si elles étaient présentes lors des explosions !

le 01/10/2022 à 12:58
Signaler
La bombe pourrait avoir été introduite directement dans le pipeline en profitant des arrêts pour maintenance. Cela expliquerai pourquoi personne n'a rien détecté en mer. Reste à savoir si l'explosif a été introduit coté Ouest, ou Est... Il aurait été...

à écrit le 01/10/2022 à 10:59
Signaler
Jusqu'où ira la propagande éhontée qu'on nous impose chaque jour contre tout bon sens ? A-t-on vraiment aussi peur de se poser des questions et de considérer les intérêts en jeu ? C'est orwellien...

le 01/10/2022 à 12:17
Signaler
Quant aux explosifs utilisés, si l'armée ukrainienne a fourni les USA, en matériel russe puisqu'elle l'utilise elle-même... C'est d'ailleurs curieux que l'Ukraine ait été dans les premiers à réagir et à accuser la Russie, comme si ses dirigeants s'y ...

à écrit le 01/10/2022 à 10:50
Signaler
Difficile de choisir son camp, quand nous n'avons droit qu'à un "son de cloche" médiatique qui vient de l'Occident ! Que les peuples européens n'aient pas été consulté en subissant les conséquences et qu'il existe une coalition agressive qui veut en ...

à écrit le 01/10/2022 à 10:35
Signaler
"Selon nos informations". Pas serieux.

à écrit le 01/10/2022 à 10:26
Signaler
Hypothèses: ils ouvrent en grand les vannes des gazoducs sinistrés et ils mettent le feu au bazar que se passerait-il: effet de souffle, perte de l'oxygène, Etc... quant aux câbles et autre satellites.. La guerre hybride est commencée... Il serait te...

à écrit le 01/10/2022 à 9:57
Signaler
Surpris d'entendre dans les médias de masse le doute concernant ces sabotages, enfin !

à écrit le 01/10/2022 à 9:15
Signaler
La Marine suedoise patrouillait les fuites la semaine des explosions sans rien remarquer, ni des navires US ou soviets. Il faut tirer les chooses au Clair. Nest ce pas Mr Putin ?!

à écrit le 01/10/2022 à 8:45
Signaler
Après le sabotage des gazoducs dont personne en Europe n'osera jamais incriminer les USA - si leur implication devait s'avérer - les représailles du camp adverse ne pourraient-elles pas s'illustrer via un sabotage des lignes internets sous-marines, ...

le 01/10/2022 à 23:42
Signaler
Faut voir plus loin que le bout de son nez .. les avantages tirés de cette affaire serez plus bénéfiques aux Russes : C est Une action russe a plusieurs couches - comme les poupées russes- : 1/ effrayer et donner un avertissement aux occidentaux s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.