MBDA, qui fête ses 18 ans, est en pleine croissance

 |   |  720  mots
Le missile tactique MMP a décroché son premier contrat à l'export
Le missile tactique MMP a décroché son premier contrat à l'export (Crédits : MBDA (Laurent Guichardon))
Le missilier européen prévoit cette année une nouvelle hausse du chiffre d'affaires, de nouveaux recrutements et des commandes supérieures au chiffre d'affaires. MBDA est sur une très belle dynamique en 2019 et au-delà.

Dix-huit ans après sa création, MBDA est en pleine croissance. Comme l'a révélé La Tribune, 2018 a été pour le missilier européen MBDA une bonne année sur le plan commercial. L'an dernier, il a obtenu 4 milliards d'euros de commandes, ce qui porte son carnet de commandes à des niveaux record (17,4 milliards d'euros). Des succès qui ont permis à MBDA d'enregistrer 2,5 milliards d'euros de commandes (contre 1,6 milliard en 2017) provenant de ses clients nationaux (France, Royaume Uni, Italie et Allemagne) et 1,5 milliard d'euros à l'export (contre 2,6 milliards en 2017). Le chiffre d'affaires du missilier continue d'augmenter, atteignant 3,2 milliards d'euros. Soit cinq ans d'activité. MBDA a également affiché de bons résultats financiers avec une marge opérationnelle de près de 10%.

"Notre très bonne performance financière, en particulier sur nos marchés nationaux, traduit bien l'importance stratégique que revêt le secteur des missiles pour les pays européens", a estimé le PDG e MBDA, Antoine Bouvier.

Ce volume important de nouvelles commandes s'est accompagné tout au long de l'année par de nombreux recrutements au sein de MBDA, avec près de 1.200 nouveaux collaborateurs embauchés à travers l'Europe, dont près de 500 en France. L'ensemble des "efforts visant à la préparation du futur a atteint un niveau de près de 9% du chiffre d'affaires en 2018", a précisé le contrôleur financier du groupe, Dominique Fillard. Le missilier  prévoit d'en recruter encore 1.000 cette année, dont près de la moitié en France.

Commandes domestiques en hausse

Parmi les commandes nationales les plus importantes en 2018, figure l'attribution d'un contrat par la Direction générale de l'armement (DGA) portant sur le développement du missile air-air MICA de nouvelle génération (MICA NG) pour un montant de près de 900 millions d'euros. La DGA a notifié également un contrat sur le renouvellement du soutien en service du missile Aster pour le compte de la France, l'Italie et le Royaume-Uni. En Grande-Bretagne, le ministère de la Défense a attribué à MBDA un contrat de 400 millions de livres (465 millions d'euros) pour le programme de maintien de la capacité du missile air-sol Brimstone, afin de prolonger sa durée de vie au-delà de 2030. Enfin, le missilier a obtenu une commande pour la modernisation et le soutien du missile de croisière Taurus en Espagne.

Les principales commandes à l'export portent sur l'armement des avions de combat Eurofighter Typhoon (autour de 1 milliard d'euros), qui seront équipés par les missiles air-air Meteor et et air-sol Brimstone, et des hélicoptères NH90, armés par le missile air-sol Marte ER. Deux commandes mises en vigueur en 2018 par le Qatar. MBDA a pu également compter sur des contrats plus modestes avec la vente de missiles Taurus (Corée du Sud), MMP et Mistral (Estonie).

Année de croissance en 2019

Pour 2019, Antoine Bouvier prévoit une forte croissance de son chiffre d'affaires. Son groupe vise pour la septième année consécutive un ratio commandes sur chiffre d'affaires supérieur à 1. Il a toutefois mis un bémol sur les performances commerciales de MBDA en raison de certaines difficultés actuelles à obtenir des licences d'exportation (ITAR et Allemagne) et du Brexit.

Le missilier peut en principe compter cette année sur une commande du ministère de la Défense allemand, qui pourrait signer un contrat portant sur un système de défense aérienne et antimissiles German Taktisches Luftverteidigungssystem (TLVS). Le contrat est estimé à 3,5 milliards d'euros. La France devrait également lancer un nouveau programme cette année (autour de 200 millions), le missile air-sol terrestre futur (MAST-F)  destiné à équiper les hélicoptères de combat Tigre dans la version standard 3. Il sera doté d'une capacité de neutralisation de combattants, de cibles blindées ainsi que  d'infrastructures, de jour comme de nuit jusqu'à 8.000 mètres. Il remplacera notamment le missile Hellfire 2 qui équipe actuellement les Tigre.

Le MAST-F était initialement prévu dans le cadre d'une coopération franco-allemande mais Berlin a préféré privilégier sa base industrielle et technologique de défense (BITD), qui passe par... Israël. L'Allemagne, via Diehl, souhaite germaniser le missile israélien Spike, qui n'équipe même pas... les hélicoptères de Tsahal. L'armée israélienne lui préfère le missile américain Hellfire pour ses AH-64 Apache.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/05/2019 à 19:08 :
MBDA se porte tellement bien, qu'avec SOITEC, ils ont tenté de spolier les actionnaires de DOLPHIN! Les brevets pour leurs missiles étaient indispensables! Mais la magouille a été dénoncée et quelques gros actionnaires sont en train de faire du foin, avec des avocats de haut vol... Le tribunal de commerce a botté en touche, voir a faire un déni de justice et va certainement se faire punir sous peu! Alors qu'il suffisait de faire un OPR sur DOLPHIN... mais à vouloir économiser 3 ronds...ils vont mal finir ces escrocs!
a écrit le 20/03/2019 à 21:27 :
Le malheur des uns fait le bonheur des autres...Pas de quoi se réjouir... le regard de histoire sur la période actuel risque d'être vraiment sévère!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :