Les start-up spécialisées dans la défense et la sécurité poussent tous azimuts

 |   |  471  mots
La Station F accueille plusieurs start-up couvées par le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT)
La Station F accueille plusieurs start-up couvées par le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT) (Crédits : DR)
Cinq des dix start-up accompagnées par Generate, l'accélérateur du Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT), sont devenues des scale-up.

Qui a dit que la défense et la sécurité n'étaient plus un domaine d'innovations... Deux ans après le lancement de son accélérateur de start-up dans le domaine de la défense et de la sécurité (Generate), le Groupement des Industries Françaises de Défense et de Sécurité Terrestres et Aéroterrestres (GICAT) tire un bilan positif des deux premières promotions de start-up accompagnées. Sur les dix ayant intégré Generate dès le départ, cinq ont franchi un cap pour devenir les fameuses scale-up (ou TPE). Ce sont le cas d'Aleph Networks, qui explore le deep et le dark web, de CerbAir (lutte anti-drone), de Diodon (drones), d'Internest, qui améliore la sécurité des vols des drones et des hélicoptères et, enfin, de l'éditeur de logiciels Linkurious, qui fournit des analyses de réseaux sociaux.

En revanche, Othello, qui a développé une approche scientifique du comportement humain, Numalis, qui analyse les logiciels pour détecter et corriger les vulnérabilités numériques, Physip, qui propose des solutions d'analyse automatique de l'activité cérébrale basées sur l'EEG (électroencéphalogramme) et Uniris, qui fournit des services inviolables d'authentification, vont rester une année supplémentaire au sein de Generate afin de d'essayer de passer le cap de start-up. Enfin, Sterblue, qui édite une solution de pilotage automatique adaptable à tous les drones du marché, va se consacrer aux marchés civils. Cette start-up nantaise, créée par des anciens d'Airbus, a réussi fin 2018 une première levée de fonds de 2 millions de dollars.

8 millions d'euros de levées

En deux ans, 50% des start-up de Generate ont réussi à lever des fonds, nouer des partenariats industriels, remporter des contrats et se projeter à l'export. Ainsi, elles ont réussi à lever 8 millions d'euros de fonds auprès d'investisseurs publics, privés et notamment des Venture Capital d'industriels du GICAT. Elles ont réalisé un chiffre d'affaire de 4,8 millions d'euros et près d'une start-up sur deux est aujourd'hui présente à l'export et y remporte des marchés. Elles emploient aujourd'hui près d'une centaine de personnes, dont la moitié a été recrutée sur les deux dernières années. Enfin, elles ont remporté sept trophées et prix aussi bien dans la défense et la sécurité, mais également auprès d'organisme civil.

Pour le GICAT, ces résultats confirment sa volonté de poursuivre le recrutement de nouvelles pépites, en développant son système de parrainage, en se faisant connaitre auprès d'investisseurs et en accompagnant nos partenaires institutionnels (Délégation générale de l'armement, Agence Innovation défense, Armées, Ministère de l'intérieur, etc.). Generate accueille ou a accueilli au total 28 start-up depuis ses débuts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2019 à 10:48 :
il faut chasser en meute, paraît-il.. y a t'il des liens entre cette structure soutenue par les pouvoirs publics et d'autres entités; je pense en particulier au cluster Eden ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :