Méditerranée orientale : l'enquête de l'OTAN sur l'incident naval franco-turc mise sous le boisseau

 |  | 663 mots
Lecture 3 min.
L'incident naval a éclaté le 10 juin, quand une frégate de la Marine française, le Courbet, dans le cadre de la mission de surveillance de l'Otan baptisée Sea Guardian, a tenté d'inspecter un cargo naviguant transpondeur coupé et refusant de communiquer son port de destination, soupçonné de transporter des armes vers la Libye.
L'incident naval a éclaté le 10 juin, quand une frégate de la Marine française, le "Courbet", dans le cadre de la mission de surveillance de l'Otan baptisée Sea Guardian, a tenté d'inspecter un cargo naviguant transpondeur coupé et refusant de communiquer son port de destination, soupçonné de transporter des armes vers la Libye. (Crédits : Reuters)
Selon les autorités françaises, en juin, en Méditerranée orientale, des bâtiments de la Marine turque ont "illuminé" (ciblé) à trois reprises la frégate de la Marine française, le "Courbet", avec leurs radars de conduites de tirs, alors que celle-ci venait de tenter d'inspecter un cargo navigant sans transpondeur et soupçonné par les Français d'acheminer des armes vers la Libye. Un acte extrêmement agressif" s'était indignée Florence Parly, notre ministre des Armées.

L'enquête de l'Otan sur l'incident naval survenu en juin entre la France et la Turquie en Méditerranée orientale a été classée trop sensible pour être débattue en public et ne débouchera pas sur des sanctions, a-t-on appris auprès de diplomates.

Ce dossier opposant deux États membres de l'Alliance atlantique est l'un des contentieux qui met à mal son unité.

Lire aussi : Grèce-Turquie : des manœuvres militaires rivales impliquant les États-Unis et la France se poursuivent malgré les appels à la désescalade

"Un acte extrêmement agressif "

Il a éclaté le 10 juin, quand une frégate de la Marine française, le "Courbet", dans le cadre de la mission de surveillance de l'Otan baptisée Sea Guardian, a tenté d'inspecter un cargo naviguant transpondeur coupé et refusant de communiquer son port de destination, soupçonné de transporter des armes vers la Libye.

Selon les autorités françaises, des bâtiments de la Marine turque ont alors "illuminé" à trois reprises la frégate avec leurs radars de conduites de tirs.

"Par ailleurs, des personnels (turcs) en gilets pare-balles et casque lourds se sont postés aux affûts des armes légères de ces navires. C'est un acte extrêmement agressif et qui ne peut pas être celui d'un allié face à un autre allié qui fait son travail sous commandement de l'Otan", dénonçait quelques jours plus tard la ministre français des Armées, Florence Parly.

Les autorités turques ont catégoriquement démenti ces "fausses accusations" et exigent des excuses de la France.

Trois mois plus tard, et alors que Paris et Ankara poursuivent leur guerre des mots, il semble improbable que l'enquête ouverte par l'Otan ne puisse régler le litige.

Le rapport est achevé mais "balayé sous le tapis"

Selon un responsable de l'Alliance, le rapport est terminé, mais il refuse de fournir la moindre précision sur son contenu.

"Il a été balayé sous le tapis", dit un diplomate européen.

Un autre explique que l'Otan veut à tout prix conserver la Turquie en son sein, du fait de son influence militaire et de la position stratégique qu'elle occupe sur le flanc sud-est de l'Alliance. Dans ces conditions, il semble exclu de la désigner du doigt.

"Le rapport sur l'incident avec le 'Courbet' n'a pas abouti car personne ne veut humilier la Turquie, qui a demandé bruyamment des excuses", avance une source européenne, qui ajoute cependant que "l'incident a été acté" et que le conseil atlantique a réaffirmé le respect de l'embargo sur la Libye et les règles de comportement entre Alliés.

Gisements d'hydrocarbures, ventes d'armes à la Libye

Dans cet entre-deux, les deux parties continuent de crier victoire.

La semaine dernière, en marge du sommet des pays euroméditerranéens qu'il présidait en Corse, Emmanuel Macron a de nouveau dénoncé les "comportements inadmissibles" du président turc Recep Tayyip Erdogan; lequel a répliqué:

"Ne cherchez pas querelle à la Turquie."

La France accuse la Turquie de ne pas respecter l'embargo sur les ventes d'armes à la Libye; elle dit aussi défendre la souveraineté de la Grèce et de Chypre, ses partenaires européens, face aux visées turques sur les gisements d'hydrocarbures ou la définition des zones économiques exclusives.

À la recherche de la "déconfliction"

Côté Otan, on tente de favoriser des discussions de "déconfliction" entre les deux Alliés.

Mais là encore, dit un haut responsable de l'Otan, "il est difficile de dire si ces négociations produiront un résultat. Chaque déclaration de Paris, Ankara ou Athènes complique à chaque fois tout retour en arrière".

Un ambassadeur américain en Europe y voit le résultat d'un choc des ambitions entre "la volonté de Macron d'être le grand homme de l'Europe" et celle d'Erdogan.

(Agence Reuters, avec John Irish et Tangi Salaün à Paris et Tuvan Gurumkcu et Ali Kucukgocmen à Istanbul)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2020 à 17:12 :
Sa Grandeur insulte notre "incompétent "président mais pleurniche sur le titre "Sirtik gir Erdogan ! " d'un journal grec . l' humour et les dictateurs....
a écrit le 18/09/2020 à 17:52 :
OTAN en emporte le vent ... désolé j'ai pas pu résister, trop facile 😁😁😁
a écrit le 18/09/2020 à 15:45 :
"Un acte extrêmement agressif " ben oui, c'est juste avant de tirer, ils avaient quels ordres les Turcs, de tirer et n'ont pas voulu (irréversible) ou non ?
Les empêcher de commercer illégalement c'est pas gentil. Nous sommes trop rigoureux.
a écrit le 18/09/2020 à 14:02 :
Bon , comme il n'y a eux effectivement d'acte ( agression ) , se n'est que perte de temps ....
a écrit le 18/09/2020 à 9:52 :
Pour sortir de la crise et se faire réélire en 2022, "il nous faudrait une bonne guerre" dixit Jupiter
a écrit le 18/09/2020 à 9:47 :
A quoi sert l'OTAN si maintenant des membres de l'alliance sont nos ennemis ? OTAN = USA Ni plus , ni moins.
a écrit le 18/09/2020 à 9:31 :
En attendant un Churchill on fait avec un Chamberlain..
a écrit le 18/09/2020 à 8:30 :
"Un acte extrêmement agressif"

Quand on veut jouer à la guerre il faut faire extrêmement attention aux mots et vu le niveau faiblard de nos LREM c'est dangereux pour nous qu'ils jouent à ce jeu.

"Un acte agressif" était largement suffisant, simple et précis exprimant un incident militaire avec la Turquie, rajouter "extrêmement" c'est exposer que l'on a peur or dans un cas de figure aussi tendu, un risque de guerre possible, on n'expose pas à l'adversaire que l'on a peur.
a écrit le 18/09/2020 à 7:27 :
Que fait encore la France dans l'Otan? L'Otan est aux ordres des USA et de son vassal l'Allemagne qui ne veulent pas froisser Erdogan La France se ridiculise en restant dans cette structure qui nous entraîne dans des conflits qui ne nous concerne pas!
a écrit le 18/09/2020 à 1:02 :
La France a dominé le ciel libyen en 2011 en y envoyant quelques Rafale, et en réduisant au silence en une matinée la défense aérienne du Kadhafi. Menacer tout navire non "vérifié" d'être envoyé par le fond par nos sous marins d'attaque produirait sensiblement le même effet. Décréter un blocus et une "no sail zone" quelque sorte. Facile à mettre en place.
Réponse de le 18/09/2020 à 11:01 :
Le problème c'estle jeu trouble et diffus que la Turquie joue avec le reste de l'OTAN. Serait-elle passée dans le camp russe ? Exclure la turquie de l'OTAN :
aucune intégration de laTurquie dans l'UE. Le deputé Philippe de VIlliers à raison ! Nouveau problème de sécurité et de terrorisme en vue !
Réponse de le 18/09/2020 à 21:02 :
La Turquie n'est pas la Libye que Macron essaye d'envoyer une flottille où un escadron de chasseur sur la Turquie il verra la réponse des Turcs. Macron se prend pour le nombril de l'Europe mais il est seul dans son délire.
a écrit le 17/09/2020 à 20:36 :
Mais il se trouve que ce cargo transportait effectivement des armes de manière illégal !
La France c'est donc couchée et a laissé passé l'impétrant, c'est ce que tout le monde retient.
Réponse de le 17/09/2020 à 21:26 :
la France ne s'est pas couchée mais a évité une escalade dangereuse face à des marins idiots prêts à allumer le feu pour obéir aveuglément à leur hiérarchie. La Turquie est gonflée et joue le bluff contre les grandes puissances militaires dont la france mais la fin de la récré a été sonnée par ce coup de pub de la turquie. Desormais on ne rigole plus avec et l'envoi des rafales à dissuasion nucléaire a été un choc pour ce dictateur qui ne sait plus quoi faire a part hurler à qui veut l'entendre ses délires et insulter macron. Qui a bien réagit d'ailleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :