Plus que d'un second porte-avions, la Marine a besoin de plus de frégates de premier rang

Un rapport sénatorial a relancé un vieux débat sur la construction de deux porte-avions. Mais la marine nationale a beaucoup plus besoin d'accroître sa flotte de frégates de première ligne face aux nombreux défis qui augmentent sur toutes les mers du monde.
Michel Cabirol

3 mn

Nous sommes déjà à la limite de nos capacités d'action maritime avec les frégates de premier rang, a reconnu le chef d'état d'état-major des armées, le général François Lecointre.
"Nous sommes déjà à la limite de nos capacités d'action maritime avec les frégates de premier rang", a reconnu le chef d'état d'état-major des armées, le général François Lecointre. (Crédits : Naval Group)

Entre un second porte-avions, dont le débat a été relancé par un rapport sénatorial, et le renforcement de la flotte de frégates de premier rang, la marine nationale a aujourd'hui beaucoup plus besoin sur le plan opérationnel de frégates. Au sein de la Marine nationale, qui a pratiquement fait son deuil d'un deuxième porte-avions - ce qu'elle n'avouera jamais - , on plaide discrètement depuis plusieurs années pour disposer d'au moins 18 frégates de premier rang pour remplir toutes les missions assignées dans un contexte de plus en plus dangereux comme l'illustre le grave incident entre la frégate française Courbet et des bâtiments turcs en mer Méditerranée. "Nous sommes déjà à la limite de nos capacités d'action maritime avec les frégates de premier rang", a d'ailleurs confirmé en novembre 2019 à l'Assemblée nationale le chef d'état d'état-major des armées, le général François Lecointre.

La loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 a maintenu l'objectif de la précédente LPM en prévoyant, à l'horizon 2030, une flotte de 15 frégates de premier rang composée notamment de huit FREMM (contre 17 initialement), deux FDA (frégates de défense aérienne Horizon) et cinq FDI (frégates de défense et d'intervention). Les deux dernières frégates multi-missions "Alsace" et "Lorraine" seront admises au service actif respectivement en 2022 et 2023 tandis que la livraison des FDI s'étalera entre 2023 (pour une mise en service en 2025) et 2030. Un socle capacitaire vraiment minimal. Pourtant, le besoin défini avant 2008 était de 17 FREMM, deux FDA et cinq frégates Lafayette (FLF). Soit 24 bâtiments en tout. Sept ans plus tard, en 2015, la cible Ambition 2030 a été réduite à 15 bâtiments. Pour autant, la marine compte réduire ses lacunes capacitaires avec la mise en place des doubles équipages sur les FREMM. Ce qui lui permettra de passer de 110 à 180 jours de mer annuels.

"Les nouvelles menaces, ou le renforcement de certaines existantes, ont été intégrés dans cette démarche et ont nourri les choix capacitaires portés par cette LPM", a expliqué le ministère des Armées.

Des besoins capacitaires trop justes

"Aujourd'hui, avait expliqué en octobre 2019 à l'Assemblée nationale le chef d'état-major des armées, je compte les frégates pour faire face aux contraintes opérationnelles". En novembre 2019, il avait d'ailleurs détaillé les nombreuses missions données à la Marine. Celle-ci a "l'obligation" d'engager une frégate de premier rang en permanence dans le golfe Persique pour la sécurité du détroit de Bab El-Mande. Dans le détroit d'Ormuz, "il faudrait idéalement deux frégates au lieu d'une, ce qui assurerait une permanence", avait pour sa part estimé en octobre au Sénat le chef d'état-major de la marine, l'amiral Christophe Prazuk. La marine doit également en engager une autre dans le canal de Syrie pour surveiller Idlib et faire respecter les lignes fixées par le président de la République en cas d'emploi d'armes chimiques.

La France souhaite être également présente en mer de Chine pour des "actions de contestation de la contestation de la liberté de circulation dans les espaces maritimes que nous impose la Chine en mer de Chine du Sud", avait expliqué le général Lecointre. La France a envoyé deux frégates, à deux occasions différentes, patrouiller au large de Chypre dont les relations se sont tendues avec la Turquie. Le chef d'état-major des armées a par ailleurs besoin d'une frégate supplémentaire pour protéger les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) français de l'espionnage des Russes lorsqu'ils quittent Brest et se diluent dans l'océan. Enfin, la marine doit surveiller les mouvements des sous-marins russes, qui partent de la presqu'île de Kola pour s'engager dans l'Atlantique Nord. "Je suis au bout de mes capacités !", avait regretté le général François Lecointre. Et d'affirmer qu'il n'avait "déjà pas assez de frégates de premier rang pour faire face à toutes ces sollicitations". Ce qui pose problème.

Michel Cabirol

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 06/07/2020 à 14:57
Signaler
La France a effectivement besoin de davantage de frégates de premier rang, tout comme elle a besoin de 2 porte avions. Question de cohérence et de volonté politique, avant d'être une question de moyens, cela a été maintes fois rappelé. Pour en reven...

à écrit le 04/07/2020 à 16:00
Signaler
La France est sur la voie descendante en matière militaire, toutes armes confondues, je ne peux citer tout ce que de jeunes engagés m'ont raconte , il y déjà longtemps que ce défraichissement avancé de notre matériel a commencé, mais ce n'est pas ave...

à écrit le 03/07/2020 à 21:55
Signaler
Il faut produire 1 porte avions tous les 10 ans au minimum. Sinon on perd de ma compétence. Chaufferie nucléaire au Thorium pour être reprise dans de petites centrales civiles sous marine. Dans les îles... la France n'en manque pas pour amorcer le b...

à écrit le 03/07/2020 à 14:53
Signaler
Force est de constater que les dirigeants qui se sont succéder après le Général De Gaulle, ont sans cesse diminuer le budget défense. Quelle incompétence crasse en terme de stratégie géopolitique. C'était par idéologie, c'était par la soif du pouvoir...

à écrit le 03/07/2020 à 11:40
Signaler
L'OTAN et l'Europe doivent payer pour le second parte-avion euro-français !

à écrit le 02/07/2020 à 19:55
Signaler
Les marins ne semblent pas faire la différence entre un radar en mode de recherche de cible et un radar en mode conduite de tir. C'est pas le moment de leur fournir des armements trop sophistiqués. Entre ça et la mascarade des missiles réfractair...

à écrit le 02/07/2020 à 19:15
Signaler
Le sujet de fond est, en fait, le problème de notre souveraineté au plan de la Défense, laquelle n'est pas très compatible avec notre dépendance stratégique dans le cadre de l'OTAN. Notre indépendance nucléaire, principal vecteur de notre souverainet...

le 02/07/2020 à 20:04
Signaler
Bien sur ! nous avons besoin d'un second porte navion pour défendre tahiti tuhamutu ou un atoll à pingouin en antarctique. A moins que se soit pour pouvoir seconder en toutou fidèle les errances militaires de l'Oncle SAM (surface to Air Missile), ...

le 03/07/2020 à 9:51
Signaler
à Tahiti; amusant, certes, mais la réalité est rarement fana de la plaisanterie et là où il y a des hommes, il n'y a que des histoires d'hommes, pas très amusantes. Cela fait des siècles que l'un de ces hommes a dit "si vis pacem, para bellum"...

à écrit le 02/07/2020 à 18:27
Signaler
Je propose un nom pour le 2ème porte-avion : "Maginot" ...

à écrit le 02/07/2020 à 16:58
Signaler
Les Britanniques ont maintenant deux porte-avions de 65000 tonnes ( construits en...Ecosse ! ). Pour couvrir son espace maritime, 2° du monde, et ses engagements internationaux, la France a besoin de deux P-A de 75000 tonnes à propulsion nucléaire, 2...

le 03/07/2020 à 16:19
Signaler
Le Royaume uni a construit 2 PA mais mais n'a plus les moyens de payer les bâtiments d'escorte et les avions qui vont avec. Nous sommes dans un cas similaire, nous avons suffisamment de bâtiments d'escorte pour un seul PA. Un deuxième PA ne coûter...

à écrit le 02/07/2020 à 14:28
Signaler
Quand on veut avoir la parole en géopolitique et se faire respecter, il faut s'en donner le moyens. La force de dissuasion est le moyen le plus important et De Gaulle l'avait très bien compris en son temps. Regardez l'évolution croissante du Budg...

le 03/07/2020 à 16:52
Signaler
Deux P-A Britanniques + deux P-A Français , le compte y est !...mais incompatibilité entre leurs systèmes aériens , car les Brits embarquent des F-35B et les Frouzes attendent une version navale du SCAF, à défaut du Rafale-Marine. Quand nous av...

à écrit le 02/07/2020 à 13:29
Signaler
L'Europe doit payer pour le second porte-avion !

le 02/07/2020 à 15:40
Signaler
... et il restera à quai ad vitam eternam le temps que l'UE vote à l'unanimité ou la majorité qualifiée les missions ? Et confier des moyens militaires à une techno-structure non-élue, c'est effrayant comme perspective

à écrit le 02/07/2020 à 13:24
Signaler
Incident Franco-Turc en méditerranée: Une frégate française, 3 frégates turque... Un seul porte avion. En 1997, Jospin nous expliquait "qu'il fallait toucher les dividendes de la paix"..et envoyait au tapis la Marine.

à écrit le 02/07/2020 à 12:52
Signaler
Et combattre le matériel qu'on leur a vendu? Qui sait c'est peut être moins onéreux d'en acheter un aux Russes et construire les frégates chez-nous, faut tout de même du matos qui dépotent contre la piraterie maritime

à écrit le 02/07/2020 à 11:38
Signaler
Frégattes, Mouettes et Chandon !

à écrit le 02/07/2020 à 10:44
Signaler
Il est vrai qu'un seul porte avions, partiellement opérationnel à cause de ses longues périodes de maintenance, c'est un peu ridicule. Par ailleurs il vieillit beaucoup. Deux semble le minimum sérieux et encore.

le 02/07/2020 à 12:25
Signaler
avant toute chose, soyons certain de la longueur du pont d'atterissage necessaire pour eviter la risée des ingenieurs militaires du monde entier....

le 02/07/2020 à 15:54
Signaler
les rentiers inutiles ont toujours plus de besoin

le 03/07/2020 à 9:50
Signaler
réponse à "la fourmi"…la longueur du pont d'atterrissage convient parfaitement à nos avions embarqués et vous confondez un problème technique avec un problème géopolitique. Quant à "la risée des ingénieurs militaires du monde entier" permettez-moi de...

à écrit le 02/07/2020 à 10:11
Signaler
Il faudrait investir dans des chaufferies au Thorium. Et équiper les bâtiments de premier plan. Ces investissements seraient bénéfique pour l'industrie civile nucléaire. Et le Thorium est non proliférant...

à écrit le 02/07/2020 à 10:08
Signaler
Une second porte avion revient de fait à doubler le nombre de bateaux d'escortes et de soutien, hors comme on le devine avec la Libye il est nécessaire de disposer d'une flotte significatives de frégates bien armé ainsi que de sous marins pour la sur...

à écrit le 02/07/2020 à 7:32
Signaler
Bien sur , sa ne coute rien de demander .... Mais les djihadistes ne marche pas sur l'eau , donc çela ne semble pas une priorité.... Par compte, si s'est pour aller en mer de Chine , pourquoi pas ... Mais notre pays souhaitént îls une guerre comme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.