Carlos Tavares, ancien numéro 2 de Renault, sera le prochain patron de PSA

 |   |  693  mots
Carlos Tavares a une sacré expérience chez Renault et Nissan
Carlos Tavares a une sacré expérience chez Renault et Nissan (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
PSA Peugeot Citroën annoncera ce lundi, après bourse, l'arrivée de Carlos Tavares. L'ex-numéro 2 de Renault remplacera Philippe Varin d'ici à l'été 2014 à la tête du groupe en crise. Une excellente nouvelle, vu les excellents états de service du futur patron.

PSA Peugeot Citroën va annoncer ce lundi après bourse " l'arrivée de Carlos Tavares. Il remplacera à terme Philippe Varin à la tête du groupe ", affirme une source proche du dossier. Voilà une excellente nouvelle pour le constructeur automobile français en crise. Enfin, un homme de l'automobile à la présidence de PSA ! Du jamais vu depuis des décennies. L'ancien numéro 2 de Renault, limogé l'été dernier par Carlos Ghosn, PDG de l'ex-Régie, est l'homme qu'il fallait pour redresser PSA, lui redonner confiance et mobiliser des équipes passablement découragées. Carlos Tavares devrait remplacer Philippe Varin, président du directoire depuis 2009,  d'ici à l'été prochain.

Négociations avec Dongfeng

Philippe Varin, qui a échoué dans son projet d'alliance avec le japonais Mitsubishi puis dans son alliance avec GM - au périmètre réduit progressivement - négocie actuellement une vaste alliance avec le consortium chinois Dongfeng, en vue d'une augmentation de capital jusqu'à trois milliards d'euros. Cette opération verrait l'Etat français et Dongfeng prendre chacun une participation de l'ordre de 20-30% dans le constructeur, toujours d'après l'agence Reuters. "Une lettre d'intention entre PSA Peugeot Citroën et Dongfeng pourrait être signée avant Noël", affirmait récemment une source interne du groupe auto français. 

Le discussions sont lentes et d'autres projets alternatifs sont aussi étudiés. Le capital de PSA Peugeot Citroën est contrôlé aujourd'hui à 25,2% par la famille fondatrice - qui possède 37,9% des droits de vote - et son allié américain General Motors qui en détient 7% depuis 2012.

Une expérience intercontinentale

Ingénieur portugais d'origine, passionné et fin connaisseur de l'automobile, Carlos Tavares apportera au groupe PSA les talents et les connaissances stratégiques et technologiques  qui lui manquent. Ce sportif, qui dispute à ses heures de loisirs des épreuves avec sa propre voiture de course, pourra rivaliser avec les spécialistes de l'automobile que sont la plupart des patrons des constructeurs allemands !

Ce centralien arrivé chez Renault en 1981 où il a notamment dirigé le projet de la Mégane, est parti chez Nissan en 2004 . Homme lige de Carlos Ghosn, il a notamment été responsable de la stratégie et du planning des produits au sein de l'allié nippon de Renault, avant de devenir le patron de la zone Amériques du groupe japonais. Il est revenu chez Renault en 2011 comme Directeur général délégué, pour remplacer Patrick Pelata, sacrifié par Carlos Ghosn à cause de la pseudo affaire d'espionnage.

Polyglotte, cet homme réputé austère, intègre, gros travailleur et très exigeant, supportait mal chez Renault d'être cantonné au rôle de numéro 2. A l'initiative du projet de renaissance de la marque sportive Alpine au sein de l'ex-Régie, Carlos Tavares apportera, outre sa connaissance de l'automobile, sa vision internationale et sa vaste culture d'entreprise japonaise et anglo-saxonne.

Crise financière profonde

PSA a vu son chiffre d'affaires baisser de 3,7% sur un an au troisième trimestre, et de 3,8% sur les neuf premiers mois de l'année, alors que les incertitudes sur son avenir restent vives. Sa division automobile, qui se trouve au coeur de ses activités, demeure lourdement déficitaire, avec une perte opérationnelle de 510 millions d'euros sur le premier semestre. Les usines tournent en Europe à 74% à peine de leurs capacités, et même à 61% seulement sur la seule France. C'est peu.

Le taux d'endettement grimpe

Le taux d'endettement a grimpé au 30 juin à 3,32 milliards, passant de 31% des capitaux propres à fin décembre dernier à 35%. Lesdits capitaux propres ont continué à dégringoler, passant de 10,17 milliards à 9,56 milliards en six mois. Le groupe devrait encore consommer 1,5 milliards de cash (au plus) sur l'année. Même si c'était prévu, c'est beaucoup. Et Philippe Varin ne confirme plus l'objectif d'un retour à l'équilibre fin 2014, fixé précédemment. Il ne s'est d'ailleurs pas engagé non plus sur un flux de trésorerie équilibré en 2015...

Dans le cadre d'un plan de restructuration annoncé en juillet 2012, le constructeur a entrepris de supprimer au total 8.000 emplois en France, dont 3.000 dans son usine d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, près de Paris. Et ce n'est pas fini.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2014 à 12:00 :
Tavares est un très mauvais chez pour faire redresser Peugeot !
*************************************************************************
Il n/a pas les qualités d/un grand P.D.G.---peut--être bon directeur général !
a écrit le 26/11/2013 à 13:27 :
Il va peut être se rendre compte rapidement que devoir rendre des comptes à 4 ou 5 menbres de la famille Peugeot ( pas d'accord entre eux) , ce n'est pas beaucoup mieux qu'avoir un Carlos Ghosn comme boss.
a écrit le 25/11/2013 à 22:22 :
Une montée au capital de PSA à hauteur de 25% par Dongfeng est très dangereuse.
Si par la suite des actionnaires, ou GM, ou même des membres de la famille Peugeot vendent leurs actions, on risque de perdre assez vite le contrôle du capital de PSA Peugeot Citroën … avant de voir partir toutes les usines - après la technologie…
Il ne faut surtout pas reproduire la catastrophique passivité qui nous a laissé déposséder des fleurons industriels qu étaient PECHINEY et ARCELOR - avec les piteux résultats que l on connaît.
L état US a mis 50 Md de $ chez GM pour lui permettre de se redresser - avant de revendre très progressivement en bourse en fonction des résultats. GM est donc resté entièrement américain et s est même permis de prendre 7% de PSA ...
Pourquoi ne propose t on pas - comme les Américains l ont fait pour GM - une aide massive au groupe français pour lui permettre de se passer de ces dollars (billets de Monopoly émis chaque mois en quantité phénoménale par la FED) et de ces yuans qui l asservissent ?
Pourquoi ne pas faire monter davantage l État au capital de PSA via le FSI et obliger au rapprochement avec Renault Nissan par prises de participation croisées ?
C’est bien beau de vouloir créer 34 nouvelles filières industrielles mais il faut d’abord réussir à conserver française la première filière industrielle du pays ...
a écrit le 25/11/2013 à 19:29 :
Enfin un vrai pilote chez PSA, et tant mieux pour Carlos Tavares !
Mais est-ce que la seule solution pour sauver l'industrie automobile française ne serait pas un rapprochement Renault-PSA ? Cette hypothèse longtemps incongrue prend du sens aujourd'hui, où PSA est en faillite, prêt à passer sous pavillon chinois faute de mieux, et que Renault est désormais clairement le maillon faible de l'Alliance avec Nissan, malgré les quelques (molles) dénégations et assurances de Carlos Ghosn sur le lendemain qui doit chanter pour Renault, destinées avant tout à rassurer (ou faire semblant de rassurer...) l’État français... Sauver PSA, ou en tout cas empêcher un rachat chinois qui serait une nouvelle catastrophique, et renforcer Renault avant qu'il ne sombre, seraient des résultats assurément plus probants que les éventuelles "casses sociales" annoncées, qui de toute façon se produiront inéluctablement quelques soient les hypothèses envisagées...
a écrit le 25/11/2013 à 19:29 :
Enfin un vrai pilote chez PSA, et tant mieux pour Carlos Tavares !
Mais est-ce que la seule solution pour sauver l'industrie automobile française ne serait pas un rapprochement Renault-PSA ? Cette hypothèse longtemps incongrue prend du sens aujourd'hui, où PSA est en faillite, prêt à passer sous pavillon chinois faute de mieux, et que Renault est désormais clairement le maillon faible de l'Alliance avec Nissan, malgré les quelques (molles) dénégations et assurances de Carlos Ghosn sur le lendemain qui doit chanter pour Renault, destinées avant tout à rassurer (ou faire semblant de rassurer...) l’État français... Sauver PSA, ou en tout cas empêcher un rachat chinois qui serait une nouvelle catastrophique, et renforcer Renault avant qu'il ne sombre, seraient des résultats assurément plus probants que les éventuelles "casses sociales" annoncées, qui de toute façon se produiront inéluctablement quelques soient les hypothèses envisagées...
a écrit le 25/11/2013 à 18:48 :
Réouverture du marché iranien pour nos constructeurs nationaux.
a écrit le 25/11/2013 à 17:24 :
Pour quel salaire ?
a écrit le 25/11/2013 à 15:12 :
Et pourquoi pas un pdg français pour psa ? Et meme issu de la diversité ? Psa plus pour moi.
Réponse de le 25/11/2013 à 15:25 :
C'est de l'humour...pour ce poste on cherche quelqu'un de compétent, vu le nombre d'emplois en jeu, on s'en balance de son origine !!!!
Au fait, l'actuel, M. Varin, il est bien de chez nous non...bonjour le résultat, c'est la débandade made in France !!!!
Réponse de le 25/11/2013 à 16:57 :
Des gens compétants en France, c'est pas ça qui manque. Non c'est pas de l'humour, combien de bac+5 en France issus de l'immigration qui sont au chomage ou bossent au macdo ? Arretez c'est pas drole, après venez pas vous plaindre si ça pète en banlieue avec des émeutes.
Réponse de le 25/11/2013 à 17:19 :
J'ai le plaisir d'avoir un bac +5. J'ai commencé en bas de l'échelle, au smic quoi ! Je ne vois pas le rapport entre le niveau de diplôme, la banlieue et les compétences pour gérer un groupe automobile de plusieurs dizaines de milliards d'euros de CA...j'ai la faiblesse de penser que PSA emploie un paquet de jeunes surdiplomés (même issus des banlieues si cela est votre inquiétude première ).
Réponse de le 25/11/2013 à 17:42 :
PSA emploie beaucoup de jeunes surdiplomés des banlieues ? Ok je demande des preuves et des chiffres. Sinon rien. Et croyez moi, les gens ne sont pas idiots, ils boycottent de plus en plus les entreprises qui n'embauchent pas en France.
a écrit le 25/11/2013 à 15:06 :
situation calamiteuse chez SEAT qui est obligé de procéder à 400 licenciements dans son usine de Martorell. Les déboires de VAG s'accumulent après ses désastreux rappels pour défaillances diverses (2.6 millions ce mois-ci et 600.000 entre avril et mai. C'est la débandade!
a écrit le 25/11/2013 à 14:25 :
Enfin un pro . Aprés Alpine ... PANHARD&LEVASSOR ,TALBO LAGO ,DELAGE , DELAHAYE , SIMCA ....
a écrit le 25/11/2013 à 13:57 :
Enfin un vrai pilote chez PSA, et tant mieux pour Carlos Tavares !
Mais est-ce que la seule solution pour sauver l'industrie automobile française ne serait pas un rapprochement Renault-PSA ? Cette hypothèse longtemps incongrue prend du sens aujourd'hui, où PSA est en faillite, prêt à passer sous pavillon chinois faute de mieux, et que Renault est désormais clairement le maillon faible de l'Alliance avec Nissan, malgré les quelques (molles) dénégations et assurances de Carlos Ghosn sur le lendemain qui doit chanter pour Renault, destinées avant tout à rassurer (ou faire semblant de rassurer...) l’État français... Sauver PSA, ou en tout cas empêcher un rachat chinois qui serait une nouvelle catastrophique, et renforcer Renault avant qu'il ne sombre, seraient des résultats assurément plus probants que les éventuelles "casses sociales" annoncées, qui de toute façon se produiront inéluctablement quelques soient les hypothèses envisagées...
a écrit le 25/11/2013 à 13:10 :
Super !! L'homme à l'initiative des Clio dCi Gordini et de la gamme imaginaire "Initiale Paris", le roi du blabla à la tête d'un groupe moribond. Pourvu qu'il nous ponde des Citroën électriques à suspension hydropneumatique et c'est sûr, PSA sera sauvé.
Réponse de le 25/11/2013 à 13:49 :
En effet, Tavarez le portugais est l'un des générateurs du déclin de Renault, certes pas tout seul, générateur du déclin de Renault avec les Schweitzer, Ghosn, Pelatta et tous leurs piètres subalternes carriéristes rampants incompétents notoires ...

mais Tavarez a bien été de toutes les déviances sournoises qui ont amené Renault à se fourvoyer dans l'erreur industrielle Dacia génératrices de pertes récurrentes,

mais Tavarez a bien été de toutes les déviances sournoises qui ont amené Renault à se fourvoyer dans le boulet Samsung

mais Tavarez a bien été de toutes les déviances sournoises qui ont amené Renault à se voir placé sous la tutelle de Nissan qui ne détient que 15 % du capital de Renault ...

comment est-ce possible ?
Réponse de le 25/11/2013 à 14:27 :
Vous n'y connaissez rien. Votre commentaire indigent montre que vous n'avez aucune compétence.
Réponse de le 25/11/2013 à 15:36 :
Comment peut-on écrire autant de bêtises.
Tavares est un homme compétent, lucide et intègre, reconnu dans tous les milieux automobiles et par tous les constructeurs mondiaux. PSA a bien de la chance de le récupérer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :