Qui est Fisker, ce rival de Tesla qui vise Wall Street ?

Le concurrent américain de Tesla a annoncé son introduction en Bourse et se valorise environ 3 milliards de dollars. Il accélère son développement un an et demi avant le lancement de l'Ocean, un SUV 100% électrique et compétitif. L'histoire de Fisker Inc est une saga américaine à rebondissements, et son fondateur Henrik Fisker tient le monde de l'automobile en haleine en prétendant maîtriser la technologie de la batterie solide considérée comme la technologie de rupture de demain. Récit.
Nabil Bourassi
Le Fisker Ocean sera lancé fin 2021 et sera un concurrent direct du Tesla Model Y et dont il annonce un prix plus serré encore.
Le Fisker Ocean sera lancé fin 2021 et sera un concurrent direct du Tesla Model Y et dont il annonce un prix plus serré encore. (Crédits : DR)

A l'heure où nous bouclons cet article, Tesla bondit encore en Bourse (+12%) et sa valorisation dépasse désormais les 323 milliards de dollars... Soit une augmentation de 140% en trois mois, contre +33% pour un Nasdaq en plein rattrapage de crise du Covid-19. Idem, l'accueil enthousiaste des investisseurs à l'introduction en Bourse de Nikola début juin, un fabricant de camions à hydrogène... Il n'y a pas de doute; il y a une véritable appétence des investisseurs pour les valeurs tournées vers l'électromobilité, et c'est bien là-dessus que compte surfer Henrik Fisker (photo ci-dessous) qui a annoncé lundi, l'introduction en Bourse de Fisker Inc, sa marque automobile rivale de Tesla sur la voiture 100% électrique, également installée en Californie.

3 milliards de valorisation

Le montage consiste en une fusion de Fisker Inc avec Spartan Energy Acquisition, une filiale de la société d'investissement Apollo Global Management, et spécialisée dans les rachats d'entreprises de l'énergie. L'entité résultante de cette fusion, et qui sera donc cotée à Wall Street, est valorisée 2,9 milliards de dollars. Pour Henrik Fisker, cette introduction en Bourse doit permettre de financer la dernière ligne droite du lancement de l'Ocean, son SUV 100% électrique prévu pour la fin 2021 et qui doit, selon lui, rebattre les cartes des voitures électriques, ou du moins remettre en cause le leadership de Tesla. Mais, Henrik Fisker devra également faire oublier ses déboires passés s'il veut convaincre les investisseurs de la robustesse de son plan stratégique.

Un procès retentissant

Car l'histoire de Fisker Inc s'écrit comme une saga américaine... Une fois n'est pas coutume, elle démarre en Europe, au Danemark pays de naissance d'Henrik Fisker. L'homme, âgé de 56 ans aujourd'hui, est un célèbre designer automobile, connu pour avoir dessiné des voitures mythiques comme la BMW Z8, ou encore des Aston Martin (Vantage, DB9). Dans les années 2000, il signe un contrat avec Elon Musk pour imaginer ce qui deviendra la fameuse Model S, cette voiture 100% électrique qui a propulsé Tesla comme référence des voitures électriques haut de gamme. Mais la collaboration entre les deux hommes s'envenime, et Henrik Fisker semble davantage absorbé par un autre projet: la création de sa propre marque de voiture électrique. Il finit par abandonner le projet Model S (achevé par Franz von Holzhausen) et lance donc le Fisker Karma en 2010 (qui sera une voiture hybride), déclenchant un retentissant procès intenté par Elon Musk qui accuse Henrik Fisker d'avoir bâclé le Model S et d'avoir récupéré des documents techniques confidentiels qui lui ont permis de lancer sa propre voiture.

fisker

Elon Musk perdra son procès, mais Henrik Fisker ne remportera pas la bataille commerciale puisque son Karma ne rencontrera pas le succès escompté. Il fera faillite et sa société sera revendue en 2013 à une filiale du milliardaire hong-kongais Richard Li, devenue depuis Karma Automotive.

Un SUV pour se relancer

En 2016, Henrik Fisker tente de nouveau de s'imposer dans l'univers automobile et fonde Fisker Inc. Pour faire mouche, il annonce une berline 100% électrique avec 640 km d'autonomie pour 2020. Henrik Fisker prétend détenir la technologie de la fameuse batterie solide, du nom de cette nouvelle génération de batterie qui permet une plus longue autonomie pour un temps de recharge plus rapide. Mais Henrik Fisker doit se raviser et annonce en 2019 que la EMotion aura deux ans de retard au moins. Cela ne devrait toutefois pas empêcher l'Ocean d'être lancé fin 2021. Ce SUV 100% électrique sera cette fois équipé de batteries classiques livrées par LG.

Pour Henrik Fisker, l'Ocean doit lui permettre de se tailler une place dans le paysage automobile mondial et espère vendre un million de voitures entre 2022 et 2027. Il annonce un prix plutôt compétitif puisqu'à 37.000 euros, il est déjà moins cher que le Tesla Model Y qui sera lancé début 2021. En outre, Henrik Fisker veut aller plus loin qu'Elon Musk pour faire de l'Ocean "le véhicule le plus écologique du monde": intérieur végan, moquette en fibres recyclées, sellerie de synthèse. L'Ocean aura également un toit en panneau photovoltaïque qui doit permettre, selon Henrik Fisker, d'obtenir 1.600 km d'autonomie supplémentaire par an.

Le mystère de la batterie solide

Mais Henrik Fisker devra affronter une concurrence bien plus affûtée qu'il y a dix ans puisque les projets de voitures 100% électrique foisonnent partout dans le monde. Tesla est en position dominante, tandis que les marques premium allemandes déploient actuellement d'ambitieuses gammes dédiées à l'électromobilité. Evidemment, si Henrik Fisker parvient à commercialiser sa batterie solide, il aura alors plusieurs années d'avance sur n'importe quel constructeur sur ce qui est considéré comme le Graal de l'électromobilité de demain. Henrik Fisker donnera-t-il alors des gages aux investisseurs sur l'état d'avancement de la maîtrise de cette technologie peu avant l'introduction en Bourse ? Affaire à suivre...

Nabil Bourassi
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 14/07/2020 à 9:33
Signaler
Ils se préparent à envahir le monde les américains, on peut parier que là aussi la finance américaine va suivre et construire ainsi à partir de rien ou pas grand chose deux gros constructeurs de véhicules électriques. Et ya les andouilles qui cro...

à écrit le 14/07/2020 à 7:02
Signaler
Depuis l'arrestation du Président Ghosn, le Groupe Renault a été géré par Mme Delbos, comptable, ne connaissant rien à l'automobile !

à écrit le 13/07/2020 à 18:31
Signaler
On a l'air fin avec notre constructeur national au low's ange qui avait pris de l'avance dans l'électrique, à fait une scène de ménage interne au nom d'une soit disant affaire d'espionnage pour une technologie israélienne sans lendemain...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.