Textile : quand l'économie circulaire devient un argument de vente

 |   |  815  mots
Photo d'illustration de chaussures véganes proposées par la marque française Veja.
Photo d'illustration de chaussures véganes proposées par la marque française Veja. (Crédits : Reuters)
Des baskets véganes en cuir de pomme à la lingerie en dentelle recyclée, les initiatives se multiplient pour satisfaire une clientèle de plus en plus exigeante concernant les conditions de fabrication des produits textiles. 66 géants de la mode ont par exemple signé le "Fashion Pact" lancé l'an dernier, tandis que des actions plus concrètes voient le jour, comme avec la marque drômoise 1083 qui propose un jeans recyclé avec une consigne de 20 euros rendue à l'acheteur lorsque celui-ci le renvoie.

Autrefois réservée aux écologistes chevronnés, l'économie circulaire gagne du terrain dans le textile, devenant un argument de vente pour un secteur à la peine dont les traditionnelles campagnes de soldes ne suffisent plus à convaincre les consommateurs.

Des baskets véganes en cuir de pomme à la lingerie en dentelle recyclée, les initiatives se multiplient, que ce soit par conviction ou pour rassurer une clientèle de plus en plus sensible à la question. Car les consommateurs sont demandeurs: en France, selon une étude du site Lyst citée par la banque publique d'investissement Bpifrance, les recherches concernant les vêtements écoresponsables ont bondi de 50% en un an.

Approvisionnement en matières premières respectueuses de l'environnement, fabrication locale, recyclage, l'économie circulaire prend plusieurs visages. Pour l'entreprise de linge de maison Linvosges, basée à Gérardmer, cela passe par la location de draps et de décoration, une offre lancée il y a quelques semaines pour les hôtels.

"Cela permet de renouveler la décoration d'une chambre tous les trois ans, et au bout de trois ans on trouve une deuxième vie aux produits", détaille Sébatien Courteille, directeur du département Hôtellerie de la société. Le linge est ensuite transformé en chiffons pour l'industrie, tandis que les éléments de décoration seront donnés à Emmaüs.

"Il est évident que l'on doit changer nos modes de consommation. Est-ce que demain cela remettra en cause les soldes? Non, car on aura toujours des stocks à écouler. Malgré tout, on devrait aller vers des soldes moins importants", ajoute M. Courteille.

Lire aussi : 2020, année de consécration de l'économie circulaire?

La marque drômoise 1083 a lancé un jeans recyclé, avec une consigne de 20 euros rendue à l'acheteur lorsque celui-ci le renvoie. Les mastodontes ont senti le vent tourner, comme les 66 géants de la mode qui ont signé le "Fashion Pact", lancé en 2019, pour se fixer des objectifs environnementaux, ou les marques Benetton, Mango et Valentino, qui ont adhéré au programme Détox 2020 de Greenpeace, afin d'exclure les produits toxiques de leurs processus de fabrication.

"La concurrence se joue désormais aussi à travers la vision RSE [responsabilité sociale et environnementale, Ndlr] que porte chaque entreprise", analyse un rapport publié récemment par le cabinet Kea&Partners et l'Institut français de la mode (IFM).

Lire aussi : Management bienveillant et RSE : ce que les jeunes générations attendent de l'entreprise

"Pour s'en sortir, il faut se différencier, cela a toujours été le cas, et l'écoresponsabilité est un moyen d'être en phase avec le public", remarque Gildas Minvielle, le directeur de l'observatoire économique de l'IFM.

"Il n'y a plus le choix, c'est quelque chose qui est entré dans les mœurs", prédit-il.

La seconde main devient sexy

Dans ce cadre, la pandémie a peut-être joué le rôle d'accélérateur, en mettant en exergue la dépendance industrielle à des pays lointains.

Lire aussi : Comment faire de l'économie circulaire une priorité du plan de relance post Covid-19

"Cela a mis en lumière certains phénomènes comme de possibles relocalisations à repenser intelligemment. De toute façon, le consommateur a pris d'autres habitudes: consommer plus durable, moins 'fast fashion' que dans les années 2010", souligne Marc Pradal, président de l'Union française des industries de la mode et de l'habillement, qui vient de publier un rapport sur la relocalisation du textile.

Lire aussi : Dévastée par le coronavirus, la "fast fashion" va devoir repenser son fonctionnement

L'économie circulaire passe aussi par le marché de la seconde main, qui n'a plus rien à voir avec la friperie à l'ancienne. Selon le rapport de l'IFM, ce marché, qui pesait 21 milliards d'euros en 2018 aux États-Unis, pourrait plus que doubler d'ici trois ans, et même dépasser les achats de fast fashion d'ici à 2028.

En France, ce marché représente un milliard d'euros. Si la vente de produits d'occasion n'est pas un phénomène neuf, elle est désormais prise en main par les entreprises elles-mêmes, qui organisent parfois la revente des pièces usagées sur leurs propres sites.

Est-ce pour autant la fin du t-shirt à quelques euros fait au bout du monde? Derrière les déclarations d'intentions, le chemin reste long, et tous les produits déposés au recyclage ne sont pas transformés en nouveau vêtement, d'autant plus s'ils proviennent de tissus de mauvaise qualité.

Lire aussi : Sept ans après le Rana Plaza, les salariés du textile lâchés face au Covid-19

En France, 624.000 tonnes d'habillement, linge de maison et chaussures sont mis sur le marché tous les ans, selon l'organisme Eco-TLC. Moins de 40% étaient collectés il y a deux ans. Quant aux États-Unis, selon l'Agence américaine de protection de l'environnement, le taux de recyclage y était de quelque 15% en 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/07/2020 à 19:56 :
L'économie circulaire fait touner les têtes ? :-)
Je porte mes affaires jusqu'à ce qu'elles soient très usées (personne n'en voudrait), un jean à 20€ de consigne on me rendrait quoi à la fin (si l'entreprise existe encore) en rapportant le truc HS ?
Quand j'étais jeune (y a 50-40 ans) nos affaires étaient données à des cousins plus jeunes et nombreux dans le Cotentin, vu qu'on grandit vite et que les habits étaient chers à l'époque, mais durables, ça les aidait (fermiers avec peu de ressources) et donnait une 2nde vie. Ensuite sais pas à qui ils étaient donnés.
Si les vieux jeans servent à faire de l'isolant pour les maisons une fois déchiquetés, c'est mieux que les brûler en déchets ultimes. Mais le coton, polluant à cultiver/fabriquer, il ne pourrait pas être remplacé par la fibre du chanvre ? Ça servait à faire des sacs postaux et à pommes de terre aussi, du solide. Tant à circonvoluer la valorisation, essayer d'avoir une source écologique serait un point supplémentaire, mais le lobby du coton se soulèverait, trop d'intérêt ($$$$) en place en jeu, filières déjà rodées, etc. Le lin ça se réveille un peu.
a écrit le 15/07/2020 à 9:53 :
Pour générer une économie circulaire pérenne il faut juste des artisans, créatifs et récupérateurs en nombre or ça tombe bien c'est bel et bien chez ceux qui veulent sauver la planète que l'on y trouve le plus d'artistes potentiels.

Cela fait longtemps maintenant que les artistes sculpteurs, les vrais pas ceux sponsorisés par les milliardaires sans goût mais qui ont les moyens de généraliser leur manque de goût, utilisent essentiellement des déchets pour leurs œuvres car ayant bien compris la valeur sémantique supplémentaire que cela leur apporte.

UN autre exemple quand même qui est frappant ce sont ces tennis LIDL qu'ils ont vendu 19 euros dans leur magasin mais se revendant 1000 sur le bon coin, pourquoi ? Parce qu'elles étaient jolies déjà et en série limitée, le fait qu'elles ne soient pas cher à la base ayant certainement aussi augmenté leur intérêt.

On est pas si loin que ça de pouvoir imposer une véritable et conséquente économie circulaire la seule barrière étant comme d'habitude la dépendance des milliardaire à leurs marges bénéficiaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :