Air France-KLM : Djebbari confime les négociations de prêts de six milliards d'euros

 |   |  262  mots
Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux transports
Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat aux transports (Crédits : Reuters)
Les informations selon lesquelles Air France-KLM pourrait avoir besoin d'une ligne de crédit de six milliards d'euros pour faire face à la crise du coronavirus sont réalistes, a jugé mercredi le secrétaire d'Etat français aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. "Tout est envisageable et tout est prêt", a ajouté Bruno Le Maire au sujet des aides de l'Etat à Air France et à Renault.

L'Etat se tient prêt à renflouer le capital d'Air France et de Renault face à la crise du coronavirus, a indiqué mercredi le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

"Je vais être très bref, tout est possible, tout est envisageable, tout est prêt", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, à la sortie du conseil des ministres.

Ce matin, le secrétaire d'Etat aux transports Jean-Baptiste Djebbari a confirmé sur LCI les six milliards d'euros environ dont a besoin le groupe d'Air France-KLM pour survivre.  Dévoilé par Reuters la semaine dernière, cet ordre de grandeur avait été confirmé à La Tribune par un connaisseur du dossier.

"C'est à peu près ces horizons financiers. C'est en discussion. Vous annoncez un volume qui n'est pas irréaliste, donc je peux le confirmer", a déclaré Jean-Baptiste Djebbari.

Soutien des deux Etats

Négociés avec des banques françaises et néerlandaises, ce montant serait couvert par deux prêts. L'un à hauteur de 2 milliards d'euros environ pour KLM, et l'autre de 4 milliards d'euros pour Air France. Celui de la compagnie néerlandaise sera garanti par l'Etat néerlandais, celui d'Air France par l'Etat français. Pour rappel, la France et les Pays-Bas sont les deux principaux actionnaires d'Air France-KLM, à hauteur de 14,3% et 14% respectivement.

"C'est en discussion évidemment avec les services de Bercy, l'agence des participations de l'Etat et nos homologues néerlandais", a ajouté Jean-Baptiste Djebbari.

Lire aussi : Pour survivre au Covid-19, Air France-KLM négocie un prêt bancaire (massif) garanti par Paris et La Haye

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2020 à 18:06 :
Qu'on aide la cie, ok, mais qu'elle fasse des efforts:

-baisse de personnel dans les bureaux
-fermeture des lignes non rentable HOP
-baisse du salaire des pilotes
-plus de sous traitance au sol sur les aéroports français

Peut-être qu'avec ça elle pourra faire quelques bénéfices, et encore...
Réponse de le 10/04/2020 à 10:49 :
Merci Jean Claude pour cette vision stratégique d’ampleur.

Petite question : comment expliquez vous que Lufthansa avec plus de personnel au sol qu’AF , beaucoup de lignes intérieures effectuées avec les mêmes avions qu’AF , des salaires équivalents voire supérieurs à ceux d’AF ( Mr Spohr , CEO LH a déclaré que les salaires de ses pilotes étaient supérieurs à ceux d’AF et inférieurs à ceux de KLM ...) , présente des résultats supérieurs à ceux d’AF ?
La différence réside dans l’environnement fiscal . La France a pris le parti de surtaxer son transport aérien et à tenté par le passé de mettre sur le dos des salariés d’AF le manque de performance économique qui en résulte.
Cette manipulation, largement reprise par une certaine presse complaisante, a pu influencer certains béotiens qui finissent par poster des plans de sauvetage miracles comparable au vôtre.

L’état sauve sa poule aux œufs d’or pour deux raisons : premièrement AF lui rapporte beaucoup tout les ans ,taxes devises impôts etc , deuxièmement AF lui procure un bras armé lors de crises comme celle ci.
AF va chercher des masques en Chine par millions avec ses cargos et surtout ses avions passagers transformés en cargos .
Dans la difficulté la France ne peut compter que sur elle même, pas sur les pétro-monarchies du golfe ni personne d’autre d’ailleurs.
a écrit le 08/04/2020 à 15:49 :
Une question qui n'a jamais été abordé depuis le raid néerlandais sur AirFrance-KLM : on nous rappelle que l'état français est à 14.3% tandis que les hollandais sont à 14% d'AirFrance-KLM ... mais on ne soulève pas le fait que l'état batave, en parallèle, est actionnaire dans la filiale KLM, alors que l'état français est absent d'AirFrance ... !
Quand est-ce que l'équilibre va-t'il être rétabli ???
peut-être à l'occasion d'une croissance externe, même si c'est prématuré dans les circonstances actuelles ? Les négociations avec les pilotes (qui sont la clef -ou le verrou- de toute ambition externe) devraient se pencher sur la question ...
a écrit le 08/04/2020 à 12:57 :
Comme pour le foot,il faut revoir les hauts salaires (pilotes...) dans des moments difficiles comme actuellement .
Réponse de le 10/04/2020 à 10:59 :
C’est déjà fait...

Baisse des salaires de 20 à 35 % immédiatement , ceci dû à la corrélation entre la rémunération et l’activité chez AF.
Baisse de l’activité = baisse automatique de la rémunération , système français ....pas si mal non ?
Autres pays ( par exemple KLM aux pays bas ) : rémunération au mois , peu liée à l’activité , très peu de baisse des salaires des pilotes ...

Alors qui fait des efforts pour sauver ce qui peut l’être ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :