Chaussure : la filiale française de Bata en redressement judiciaire

 |   |  206  mots
ABC Chaussures, qui exploite la marque canadienne de chaussures Bata en France, s'est déclaré fin janvier en cessation de paiement au tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine).
ABC Chaussures, qui exploite la marque canadienne de chaussures Bata en France, s'est déclaré fin janvier en cessation de paiement au tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine). (Crédits : Bata.fr)
La société ABC Chaussures, qui exploite la marque canadienne de chaussures Bata en France s'est déclarée fin janvier en cessation de paiement. En France, la marque exploite quelque 72 boutiques et emploie un peu plus de 400 salariés.

A côté des vitrines d'escarpins à pris serrés André, Eram ou encore San Marina, celle du chausseur Bata semble au bord de tirer le rideau. ABC Chaussures, qui exploite la marque canadienne de chaussures Bata en France, s'est déclaré fin janvier en cessation de paiement au tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) et a été placé en redressement judiciaire, rapporte Le Figaro dans son édition de lundi.

"La société respectait ses objectifs jusqu'à fin septembre, avant d'être victime d'un automne très doux puis de l'effondrement de la fréquentation suite aux attentats de novembre", dit un porte-parole du groupe ABC Chaussures, qui exploite la marque de chaussures fondée en 1894, dans les colonnes du quotidien.

400 salariés en France

La holding dirigée par François Le Ménahèze avait repris début 2015, en association avec Courir et Etam, la filiale française de Bata lorsque cette dernière s'était déclarée en cessation de paiement. ABC Chaussures exploite actuellement 72 boutiques Bata et emploie quelque 400 salariés en France, selon Le Figaro, qui précise que l'administrateur judiciaire a fixé au 9 mars la date de dépôt des offres de reprise de la société.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :