Transport public : faut-il augmenter le prix du ticket ? Oui disent les opérateurs (SNCF, Transdev, Keolis, RATP, UTP)

 |   |  990  mots
Le transport public est financé par une contribution publiqueet par la vente des billets achetés par l'utilisateur de transport.
Le transport public est financé par une contribution publiqueet par la vente des billets achetés par l'utilisateur de transport. (Crédits : Reuters)
Les opérateurs plaident pour une hausse des prix des tickets aux motifs que les prix sont stables depuis plusieurs années et que la contribution des usagers n'a cessé de diminuer contrairement à celle des contribuables. Or, les budgets des collectivités locales sont sous tension....

Une augmentation des prix du ticket de trains régionaux, de métro, de tramways, de bus...? Les transporteurs le demandent. "Oui très clairement", a déclaré ce mardi lors d'un point presse de l'union des transporteurs publics (UTP), son président Jean-Marc Janaillac, également PDG de Transdev.

"Il y a eu au cours des dernières années une stabilité, voire une décroissance des prix alors que l'offre a augmenté à la fois en quantité et en qualité. Certaines villes ont augmenté leur prix au fur et à mesure que l'offre augmentait ou s'améliorait. Au mieux, nous souhaitons simplement que les tarifs des transports publics correspondent à l'amélioration quantitative et qualitative qui est apportée année après année au transport public", a-t-il précisé.

Pour justifier sa position, l'UTP met en exergue une baisse de 8 points depuis 10 ans du ratio recettes-dépenses d'exploitation (hors investissements), à 31%, alors que les investissements ont été soutenus durant cette période.

"Il y a un effet ciseau entre des charges qui progressent de 6%, pour financer notamment une offre qui n'a cessé de se développer, et la dépense par voyage qui ne cesse de reculer", a expliqué Sophie Boissard, présidente de la commission législation et affaires européennes de l'UTP, et responsable à la SNCF de la stratégie immobilière. Et d'ajouter : "Les tarifs unitaires ne progressent quasiment pas. En dix ans, le ticket unitaire et l'abonnement mensuel ont respectivement progressé de 1% et 1,1% en euros constants, tandis que l'abonnement annuel a reculé de 6,6%".

Les contribuables paient davantage que les utilisateurs

Résultat, a-t-elle lancé, "la part contributive des utilisateurs de transport est extrêmement faible". Celle-ci n'a cessé de diminuer depuis plusieurs années, contrairement à l'Allemagne où elle a augmenté.

"Il y a 20 ans, les usagers et les contribuables payaient chacun 50% du coût du transport. Aujourd'hui, les usagers payent 30%, les contribuables 70%. Attention. Cette pente est redoutable. Il faut arriver à l'enrayer voire à l'améliorer. Cela ne peut pas durer », alerte Jean-Pierre Farandou, vice-président de l'UTP et président du directoire de Keolis. « Le sujet est très simple. Combien paye l'usager qui utilise le service et combien payent les contribuables, car c'est la somme des deux qui finance le système. Moins l'usager paye, plus le contribuable paye", a-t-il ajouté.

Pour rappel, le transport public est financé par une contribution publique (émanant des collectivités, et donc du contribuable, et du Versement Transport, un impôt payé par les employeurs disposant de plus de 9 salariés) et par la vente des billets achetés par l'utilisateur de transport.

Tensions sur les budgets des collectivités

Or, aujourd'hui, avec la crise, les budgets transports des collectivités locales, autorités organisatrices de transport (agglomérations, villes, départements, régions) sont extrêmement tendus. Après avoir fortement augmenté pendant des années, la contribution publique au transport est mise sous tension. Et ce n'est pas fini.

"Les dotations de l'État aux collectivités locales vont baisser de 11 milliards d'euros d'ici à 2017, soit de 3 milliards par an. Cela aura un impact sur les marges de manœuvre des collectivités, notamment sur les politiques de transport", a regretté Sophie Boissard.

En 2014, déjà, les collectivités ont déjà subi de plein fouet la hausse de 3 points de la TVA dans les transports que les collectivités ont en grande partie pris à leur compte. D'autres menaces apparaissent comme l'exonération du Versement Transport pour les associations, laquelle n'est cependant pas encore tranchée.

Selon l'UTP, cette faiblesse de la contribution de l'usager pose un problème sur le système de transport public. "Si on continue comme çà, c'est la pérennité même du transport public français qui est menacée", a affirmé Sophie Boissard.

Aussi, "ce n'est pas tabou de dire : l'usager paie-t-il sa bonne quote-part ?", s'est interrogé Jean-Pierre Farandou. Pour les opérateurs, la question se pose d'autant plus que les prix des tickets sont parmi les plus bas en Europe pour une offre qu'ils considèrent comme l'une des meilleures.

"A Paris, le ticket est à 1,70 euro contre 1,90 euro à Bruxelles, 2,60 euros à Berlin et 5,80 à Londres. Entre Paris et Londres, le rapport est de un à trois", a expliqué Sophie Boissard.

Faut-il une tarification solidaire ?

Outre cette "faiblesse" du prix du billet, l'UTP fait remarquer que près de 55% des titres de transports vendus sont des titres réduits ou gratuits. D'où les interrogations de l'organisation patronale sur la tarification sociale qui fonctionne aujourd'hui en fonction de l'âge ("les retraités bénéficiant systématiquement des tarifs réduits" selon l'exemple de Sophie Boissard).

"Il est clair que lorsque l'on regarde la distribution des revenus aujourd'hui, on peut avoir une véritable interrogation sur la pertinence des prix pratiqués pour la tarification sociale. De plus en plus de réseaux migrent vers une tarification solidaire en fonction des revenus effectifs des utilisateurs", a expliqué Sophie Boissard.

Augmenter le prix du ticket s'avère néanmoins très compliqué. "Le prix du ticket de transport est un marqueur du pouvoir d'achat comme celui de la baguette de pain", expliquait déjà l'an dernier Jean-Pierre Farandou. Or, selon un sondage Ifop réalisé pour l'UTP, 37% des usagers estiment que le coût des transports publics a plus augmenté que le coût des transports en voiture. Le sujet est sensible pour les élus qui fixent la tarification en déterminant la structure tarifaire et les niveaux de prix.

Ces tensions sur les financements menacent la pérennité des transports dans leur dimensionnement actuel.

"Avec la contrainte budgétaire qui pèse sur les collectivités, le système actuel entraîne une dégradation de l'offre, du service et de tous les impacts positifs des transports publics en termes social, économique et environnemental. La contrainte des budgets des collectivités locales fait que ce qui était possible hier ne l'est plus aujourd'hui », a expliqué Jean-Marc Janaillac.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2014 à 9:20 :
Bonjour,
La réalité est bien différente d'un simple problème de répartition du paiement entre contribuables et usagers.
En réalité toutes les entreprises de transports sont en train de subir le papy-boom de plein fouet et leurs caisses de retraites sont sous tension. La fiscalité des collectivités locales étant également sous tension elles plaident pour une augmentation du tarif qui de fait sera souvent partagé entre l'employeur et le salarié ou bien mettra sous tension le budget des ménages les plus faibles.
La réalité c'est que les opérateurs de transports veulent rester à effectifs constants alors qu'avec le papy-boom ils devraient profiter de l'opportunité pour se moderniser, automatiser et améliorer la logistique de transport et de maintenance des équipements.
Problème : les syndicats sont boucliers levés dés que l'on parle de non renouvellement de postes et d'automatisation, idem pour les rotations horaires plus importantes que 2X8 (le 3X8 n'y pensez même pas sinon c'est la grève). Du coups les opérateurs de transports n'ont d'autre choix d'après eux que de demander l'augmentation du tarif du ticket.
Problème soluble avec du courage politique et de la négociation entre partenaires sociaux mais cela nous fait défaut en ces temps de crise.
Il n'est pas normal que des problématiques internes à la gestion des personnels de ces entreprises soient résolus par la contribution financière des collectivités et usagers et cela l’État devrait le faire savoir de manière ferme à tous ces opérateurs de transports qui nous prennent pour des vaches à lait.
Il serait également de bon ton que la cour des comptes se penche sur la gestion financière et technique des ces opérateurs car il subsiste une impression de gaspillage et de gâchis alimenté par une organisation déficiente. Les récents accidents à la SNCF et les horaires non respecté à plus de 80% à la RATP n'en sont que des manifestations visibles.
a écrit le 05/11/2014 à 17:43 :
A Aubagne, les Tram et Bus sont gratuits depuis 2009 !
a écrit le 04/11/2014 à 21:33 :
Paris construction ligne projets urbains basé sur l’innovation,La ligne de tramway la plus longue du monde Vous voulez rouler pendant 3h20 pour parcourir les 107 kilomètres de la ligne la plus longue du monde
a écrit le 01/11/2014 à 23:26 :
Et puis quoi encore déjà le prix du Ticket de bus ratp à l'unité s'élève à 2€pour un simple bout de papier et le pire ce serrait pour une seule station2€ jeter par la fenêtre et lallé retour 4€ c'est presque du vol et n en parlons pas pour les ticket SNCF la je le dis c'est du pure vol .En tout cas impossible que les prix augmentes en Ile De France ,d'abord je fraudrai et le taux de fraude quadruplera c'est certain
Réponse de le 10/11/2014 à 17:12 :
Vous n'achetez pas un bout de papier, mais un déplacement...
Par paquet de 10, c'est 1,37€ le ticket, c'est quand même pas cher à Paris !
Réponse de le 12/11/2014 à 9:29 :
Bonjour, 1,37 ou bine 2€ le ticket cela reste trop cher au vu du service, de la saleté et du manque de ponctualité. Le problème c'est que le tarif est dé-corrélé de la réalité du service.
Que les opérateurs améliorent significativement la sécurité,la propreté et la ponctualité et les usagers pourront voir d'un bon œil une augmentation en attendant cela semble hors de question avant un véritable audit de la cour des comptes sur le sujet.
a écrit le 01/11/2014 à 23:25 :
Et puis quoi encore déjà le prix du Ticket de bus ratp à l'unité s'élève à 2€pour un simple bout de papier et le pire ce serrait pour une seule station2€ jeter par la fenêtre et lallé retour 4€ c'est presque du vol et n en parlons pas pour les ticket Ter la je le dis c'est du pure vol .En tout cas impossible que les prix augmentes en Ile De France ,d'abord je fraudrai et le taux de fraude au lieu de diminuer quadruplera c'est certain.
a écrit le 31/10/2014 à 15:05 :
le mobilis a été augmenté et ça suffit pour ceux qui sont dans
la zone 5 !!
le parisien paie moins cher pour des transports qu'il utilise davantage même les week ends par commodité ! le grand banlieusard n'a pas le droit au dézonage des vacances car il paie déjà plein pot ! injuste et à revoir ... en grande banlieue mal desservie on a aussi besoin d'une voiture même si à paris on peut s'en passer !!! on ne choisit pas toujours la grande banlieue , c'est une quesion de moyens !!!!
Réponse de le 31/10/2014 à 18:11 :
arrêtez de vous plaindre. vous avez choisi la grande banlieue pour des loyers moins chers ! alors normal qu'il faut payer les transports non ? on peut pas tout avoir à la fois, ça serait trop facile, sinon tout le monde habiterait en grande banlieue !!
a écrit le 31/10/2014 à 15:00 :
Beaucoup boudent le train trop cher et se regroupent ! la sncf veut elle encore moins de voyageurs en augmentant ses tarifs ??
PERSO JE TROUVE LE TRAIN TROP CHER ...
Nous avons emmené le fils et sa famille pour leur éviter ce coùt élevé cet été ! et ns allons les chercher chez eux en ile de france avec une voiture éco !!
a écrit le 31/10/2014 à 12:30 :
Lire les commentaires m’amuse beaucoup. Ancien « parisien » provincial heureux de l’être, je pense que l’article a le tort de globaliser des choses qui ne le sont pas.
Il y a Paris, l’ile de France, les villes de province, et les TER de province et les grandes lignes. 5 situations complètement différentes.
Le transport de surface dans paris et la proche banlieue sont acceptables, le métro est sale, nauséabond (mes enfants s’en rende compte lorsqu’il rentre de vacance uniquement tellement ils sont habitués durant l’année) surchargé, mais relativement fiable.
Le transport de banlieue, est catastrophique en termes de surcharge, fiabilité, propreté et sécurité. C’est l’un des plus mauvais que j’ai pu voir au monde. (Quand je vais à l’étranger, je prends toujours les transports en commun entre l’aéroport et la ville. La ligne Roissy- Gare du nord donne une image lamentable de notre pays).
En Ile de France la fraude est telle que je me suis déjà demandé, dans certaine station, à quoi servait les barrière de contrôle.
Dans l’ensemble des villes de province les transports sont de bon niveaux. Comparable à ce qui existe autre part.
Concernant la SNCF grande ligne, par comparaison à l’ensemble de l’Europe je pense que l’on est dans la 2° moitié du classement. La SNCF ayant repoussé la notion de retard de 5 mn à 15 elle arrive à peine à conserver son % de train « à l’heure ». Les tarifs sont incompréhensibles et j’aimerai que l’on m’explique comment on mesure une augmentation de 1% sur 10 ans.
Maintenant que fait-on ?
Je pense que les 2 premières actions sont dans la propreté et la lutte anti fraude dans les transports parisiens. Cela passe par une présence PERMANENTE d’agent en tenue aux barrières de contrôle et en nombre important durant plusieurs années. Les anciens comprendront, mais la suppression des poinçonneurs et ramasseur de billet en sortie a été le début de la fraude de grande ampleur. La propreté demande une augmentation du nombre d’agent et un nettoyage complet de chaque station, chaque couloir.
Rapide à mettre en œuvre elles sont indispensables pour faire accepter une augmentation de tarif. Les usagers en veulent pour leurs argents.
Ensuite l’autre problème est le manque de ligne par rapport à la population à transporter. Il faut donc soit créer des lignes (très chère et peu de budget) soit revoir l’urbanisme en arrêtant de faire des zones de vie et des zones de travail. L’exemple de la défense et Saint Quentin en Yvelines est significatif. La reconception d’un urbanisme ne donnera pas de résultat rapide.
Il reste le comportement de certain, ceux qui fréquentent la gare du nord ou la station chatelet comprendront. Là je n’ai pas de réponse tant le manque d’éducation me déconcerte.
Réponse de le 10/11/2014 à 17:17 :
Le sujet ici ce sont les transports urbains...
SNCF grandes lignes dans la deuxième moitié ? Mais vous allez où au juste ? Si vous ne comparez qu'au Japon, forcément, mais sinon c'est TRES honorable. Comparez aussi les vitesses dans les autres pays, on a l'impression de se traîner dans un train allemand/autrichien/suisse. Normal, dans ces pays les trains voyageurs vont à la vitesse du fret, soit grosso modo 100 km/h au mieux pour faire simple. Quant à la ponctualité, c'est également très correct, même si ça peut être mieux bien sûr.
Réponse de le 12/11/2014 à 9:39 :
@Alextpe : Bonjour, Un documentaire sur la TV publique il y a quelques semaine pointait du doigt que la RATP ne respectait pas les horaires et qu'environ 82% de ses trains étaient systématiquement en retard. C'est éloquent.
De plus la propreté est absente des trains comme des gares. Gare de Lyon, Châtelet et Gare du nord sont les pires zones de métro qu'il m'ait été donnéde voir dans ma vie. Totalement mal organisé au niveau des flux de passagers, très sale, et vraiment peu de sécurité visible sans parler des bandes de voyous qui zonent après 21h et des dealers. Rajoutons à cela des trains bondés en permanence et des itinéraires de bus pensés avec les pieds et on comprends vite l'exaspération des usagers. Par exemple dans le 93 et le 94 bon nombre de lignes de bus s'arrètent à 22h par peur des agressions. Mais c'est juste de la folie. Et comment font les usagers pour rentrer chez eux ? Ils marchent ou ils achètent une voiture.
Il y a un véritable problème de propreté, d'égalité de traitement selon les territoires, de ponctualité et de service rendu sans parler du manque de sécurité évident.
Je pense que l’État devrait enquêter urgemment sur ces opérateurs et leur fournir un cahier des charges contraignant avec une obligation de résultat et non plus seulement de moyen comme c'est le cas aujourd'hui avant de penser à augmenter le prix du ticket. Il devrait également y avoir un droit opposable au transport en public et enfin la cour des compte devrait se pencher sur les comptes de ces opérateurs au plus vite qui semblent gaspiller les deniers publics.
a écrit le 31/10/2014 à 11:51 :
Faire payer davantage les utilisateurs : une aberration économique, sociale, environnementale.
Le plus modeste des économistes vous expliquera que les infrastructures sont une des clés de l'efficacité économique du secteur privé. Notamment, si vous facilitez le transport des travailleurs, qu'ils soient ouvriers ou cadres, ou des étudiants (le futur capital humain) c'est l'ensemble de l'économie qui en bénéficie, pas seulement l'utilisateur lui-même.
Et je ne parle que d'efficacité économique. Il y aurait beaucoup à dire aussi sur les enjeux environnementaux (préférez-vous que les gens prennent leur voiture ?) et sociaux (800€ par an pour un étudiant habitant Argenteuil qui doit se rendre dans une université parisienne...).
Chers membres de l'Union des Transports Publics : vous ne vendez pas des yaourts !
Réponse de le 10/11/2014 à 17:19 :
C'est tout à fait vrai, toutefois vous devez connaître la tarification de Ramsey Boiteux vu que vous semblez connaître l'économie des transports ? En somme, faire payer en fonction du revenu (ce que propose d'ailleurs Sophie Boissard). Ce n'est pas stupide, mais difficile à faire avaler à ceux qui raquent déjà sans arrêt, ce que je comprends tout à fait.
a écrit le 31/10/2014 à 11:24 :
L'usager paiera tooujours trop cher! Il ne faut pas infléchir cette politiqie.Vive les transports en commun gratuits. Nous payons bien les routes pourquoi pas les transports en commun!
a écrit le 31/10/2014 à 10:59 :
Une taxe sur l'essence et le gazole permettrait de financer les transports publics et une taxe à l'entrée de Paris permettrait d'y réduire le nombre de voitures.
Réponse de le 31/10/2014 à 15:11 :
le pétrole vient de baisser, pas le prix des carburants ! où vont les taxes payées par les usagers ??
Réponse de le 10/11/2014 à 17:20 :
@Mimosa : arrêtez avec vos salades, le prix à la pompe ne cesse de diminuer, je trouve même des stations en-dessous de 1,20€ le litre de gazole...
a écrit le 31/10/2014 à 10:41 :
Sinon plutôt que d'augmenter le prix il est aussi possible de contrôler les charges. C'est ce que font plein d'entreprises privées, incroyable non?
a écrit le 31/10/2014 à 8:44 :
Augmenter le prix des billets? Réflexion caractéristique d'un énarque bureaucrate qui ne prend jamais le tram, le bus et même le métro à Paris où la fraude journalière est patente et énorme. C'est devenu un sport habituel pour certaines catégories de population: interrogez donc les contrôleurs! Mais comme pour les impôts les technocrates incultes de l'Etat stigmatisent les citoyens honnêtes!
a écrit le 31/10/2014 à 8:27 :
Il faut bien payer les retraites des régimes spéciaux !
Les effectifs baissent la masse salariale augmente
Cherchez l'erreur ?
Réponse de le 31/10/2014 à 15:08 :
tout est gratuit pour les agents sncf et leur famille ! pourquoi ne pas leur demander une petite participation ?? CEUX CI CONTINUENT DE VOYAGER TOUTE L ANNEE A L OEIL TANDIS QUE DES FAMILLES N ONT PLUS LES MOYENS DE PAYER DES DEPLACEMENTS INDISPENSABLES ...
Réponse de le 07/11/2014 à 20:53 :
@mimosa, les agents sncf et leurs familles paient déjà le train, certes avec un tarif préférentiel mais j'imagine que dans votre entreprise, vous avez bien vous aussi des "avantages" ? (tickets restos, ...)
Réponse de le 10/11/2014 à 17:21 :
La salaire à la SNCF n'ont rien de mirobolant... Avantages sociaux attractifs en revanche. Il fallait bien choisir...
a écrit le 31/10/2014 à 7:59 :
Pourquoi pas ...mais regardons les economies à faire dans ces entreprises.....j ai dit un gros mot?
a écrit le 31/10/2014 à 7:54 :
Bien sûr qu'il faut augmenter le prix du billet: les élus ont la gratuité des transports, donc aucun problème pour eux!
a écrit le 30/10/2014 à 22:27 :
Les transports en commun sont outrageusement financés par les contribuables et les entreprises. Ceux qui payent sont ceux qui en bénéficient le moins. L'utilisateur doit être le payeur. Baissons ces contributions injustes et augmentons le prix du transport. Sur le principe intangible utilisateur-payeur.
Réponse de le 31/10/2014 à 8:28 :
"Les transports en commun sont outrageusement financés par les contribuables et les entreprises." : Et les routes?
"Sur le principe intangible utilisateur-payeur. " : Grand principe défendu par les bonnets rouges...
a écrit le 30/10/2014 à 22:09 :
Enlever le marché à la RATP et la SNCF beaucoup trop chères et le donner au privé !
Réponse de le 30/10/2014 à 22:57 :
L'expérience montre que lorsqu'un service public disparait au profit du privé, cela se traduit systématiquement à très court terme par des tarifs beaucoup plus élevé pour le consommateur !!!
Réponse de le 31/10/2014 à 2:45 :
Même au privé le TGV n'y survivrait pas...
Réponse de le 31/10/2014 à 12:03 :
D'accord avec chr51.
La privatisation c'est aussi une baisse inéluctable de la qualité du service.
Les actionnaires privés n'ont aucune incitation à entretenir le matériel et les infrastructures : ils rackettent l'usager puis s'en vont lorsqu'il n'y a plus d'argent à tirer.
Réponse de le 31/10/2014 à 14:47 :
@chr51

Faux! Ce sont les tarifs AFFICHES qui grimpent mais pas la facture RELLE puisqu'un service public DISSIMULE ses coûts sur de la dette publique.
Réponse de le 10/11/2014 à 17:25 :
Ah quelle bonne idée, privatisons tout ! L'expérience autoroutière est tellement concluante, on aurait tort de s'en priver pour les chemins de fer !
D'ailleurs, pour anecdote, les chemins de fer ont déjà été privés... Jusqu'en 1937, après quoi l'incurie financière des compagnies ferroviaires a entraîné une nationalisation de l'ensemble de l'activité pour éviter la catastrophe... Quelle idée judicieux !!!
a écrit le 30/10/2014 à 20:49 :
Le tout gratuit a vécu...fin d'une époque.
a écrit le 30/10/2014 à 20:20 :
1) Les salaires sont bloqués. 2) L'inflation est faible : pourquoi augmenter le prix des transports ? 3) Il faut favoriser les transports en commun et pousser les français à les utiliser, donc ne pas augmenter les prix. LA SOLUTION : Utiliser et augmenter les taxes sur le pétrole et l'essence pour financer les transports en commun, plus propres. L'abandon de l'ecotaxe était une très mauvaise idée, un cadeau à quelques extrémistes fanatiques qu'il n'aurait pas fallu écouter; les français vont devoir payer à cause du cadeau fait à ces quelques illuminés et lobbys.
Réponse de le 30/10/2014 à 22:45 :
Comme elle avait été présentées, l'écotaxe ne devait pas financer les transports des villes (il y en a trop) mais les voies navigables nouvelles (dont une mise aux oubliettes) et développer le ferroutage (à Rouen, si vous voulez transporter vos marchandises sur le train, vous devez charger les wagons vous-même !! Aucun service, de toute façon, pas le métier de la SNCF, sont pas dockers).
Pour élargir l'assiette, je propose de taxer les cartouches d'encre et toner d'imprimantes, ça fera encore plus d'argent pour les tramways.
"pousser les français à les utiliser" ?? Où j'habitais(sud Paris), y avait un bus toutes les 30 minutes. Je marchais, ça allait plus vite (je marche à 6km/h, ou voiture 50km/h). Heureusement que les "zones" ont disparu dans le bus. Ivry / Montrouge : 3 tickets, un seul par le métro mais un grand crochet.
Réponse de le 31/10/2014 à 0:32 :
encore un aparatchik bobo-socialo-écolo qui sort des bêtises plus grosses que lui
Réponse de le 31/10/2014 à 7:23 :
Utilisateurs payeurs, certains sont plus égaux que d'autres ! C'est sur que les usagers n'ont aucun pouvoir de blocage eux.
a écrit le 30/10/2014 à 19:56 :
on fait comme en Angleterre,des agents aux touniquets pour surveiller les fraudes,plus de cameras et tolerance zero mais en France on prefere heberger les clodos et faire des concours de grafs sur les vitres .mais on manque trop de courage et de civisme....
a écrit le 30/10/2014 à 17:39 :
1. Controler et limiter la fraude => augmentation des amendes (100€ au lieu de 26-45€), plus de controles, les vendeurs doivent sortir de leur loge lorsqu'ils voient qqn sauter la barriere
2. Baisse des couts : 2,800 conducteurs de metro a la RATP.
Soit 200 par ligne.
Si 25 rames par ligne (un train toute les 2 stations des 2 cotés) => besoin de 25 postes de conducteur en permanence (toute la journée en période de pointe)

- 16h ouverture par jour (2 shift de 8h)
- 32 h de travail par semaine : 4 jours de travail par semaine par personne (8h chaque jour)
- 14 shifts par semaine (7 jours)
=> 3.5 personnes nécessaire par poste

Avec les vacances et les abscences on peut doubler le chiffre
7 personnes par poste

==> 7*25 = 175 personnes max pour tourner tout le temps en heure de pointe, avec 32h de travail par semaine (et pas 35), avec 50% du temps en congé / absent

bref -10 à -20% de conducteurs a la RATP


3. Augmenter les tarifs des billets à 2€ (chiffre rond)
4. Enlever les tarifs speciaux pour les retraités. Juste pour les chomeurs pauvres (max 10% des gens aujourd'hui 55%)

Bref plus besoin de subvention (-20% de cout, +20% de prix, X1.5 grace a l'absence de reduction)
Réponse de le 30/10/2014 à 23:02 :
... et suppression des ristournes pour les parisiens (carte orange). Plus de discrimination : même tarif pour les étrangers, les provinciaux et les parisiens.
a écrit le 30/10/2014 à 17:34 :
il faut privatiser: le service public coute trop cher, surtout les salaires des cadres et dirigeants sncf, ratp, et tous les avantages.
Réponse de le 30/10/2014 à 20:21 :
Ca a été fait en ANgleterre, et c'est une catastrophe totale : les lignes ne sont plus entretenues, et résultat les trains sont hyper lents et inefficaces.
Réponse de le 30/10/2014 à 21:55 :
Ayant vécu à Londres, je peux vous dire que c'est faux, j'ai pris le train et métro de Londres, à l'heure, super propres ! chers oui, mais impeccables , plus propres que le métro de paris ! et beaucoup moins en grève qu'à paris ! arretez de mentir donc.
Réponse de le 31/10/2014 à 2:26 :
Le service public coûte moins cher surtout si c'est une gestion en régie... Dans le domaine de l'eau on le voit bien où les régies sont moins chers et moins coûteuse que les sociétés privées et le contribuable voit bien la différence sur sa feuille d'impôt local...
Réponse de le 31/10/2014 à 2:44 :
@inconnu

Ne mélangez pas les torchons et les serviettes SVP. La France doit encore faire beaucoup de chemin avant d'approcher le libéralisme anglosaxon. Ce n'est pas un idéal mais une nécessité!
Réponse de le 07/11/2014 à 21:13 :
@Michel : Une nécessité ? Lignes rentables du réseau TGV : Paris-Lyon-Marseille, Lille-Marseille et Paris-Bordeaux. Le privé ferme le reste
Le réseau TER ? Il fonctionne que grâce aux subventions des conseils régionaux. Tout passe au privé sans subvention ? Il restera à la rigueur Lyon-St Etienne et Marseille-Toulon-Nice, les lignes les plus importantes. Le reste de la France n'a donc plus de trains qui est quand même facteur d'attractivité pour certains territoires
Un réseau urbain est par définition non rentable. On remarque que aujourd'hui, les réseaux des quatre plus grandes villes de France fonctionne par régie (RATP, RTM, Tisséo) et en délégation à Keolis pour Lyon, filiale à 100% de la SNCF, entreprise publique.
@@??? : le réseau est certes de très bonne qualité à Londres et sa couronne mais à quel prix ? Le prix est très cher et je doute que beaucoup de londoniens venant des cités puissent se payer facilement un aller-retour vers la capitale, ce qui peut facilement se faire de Noisy à Paris ou de Kallisté à la Canebière. On ne demande pas un service Premium en France, juste un service "pour le peuple" comme l'ont toujours été les réseaux de transports du pays.
a écrit le 30/10/2014 à 17:29 :
combien de sauts de barrière en gare du nord à la barbe des contrôleurs qui la peur au ventre ne bougent plus???
faites une action sur la fraude après on verra?
a écrit le 30/10/2014 à 17:28 :
Commençons par neutraliser la fraude et les avantages,tous les avantages,après vous ferez payer le juste prix.
combien en gare du nord de saut de barriere sans réaction des controleurs qui ont la peur au ventre à la prise de travail????
a écrit le 30/10/2014 à 16:08 :
Arrêtez dêtre naif ! le financement d'un service par subvention, donc pas impot est voué à une morte douce. Consommateur = payeur
a écrit le 30/10/2014 à 15:59 :
Moi je suis pour, pour la politique de la ville, pour la solidarité, pour la mixité, pour sauver la planète...de toute façon je suis en moto!
a écrit le 30/10/2014 à 14:38 :
Les transports publics sont une plaie. Après 2 ans de galère, j'ai décidé de reprendre ma voiture, au grand bonheur de mon boss qui peut désormais compter sur moi chaque jour.
Perso, je trouve le coût élevé par rapport au service. Quand vous habitez sur Paris , tout va bien. le métro fonctionne plutôt bien. Mais le RER, n'en parlons pas. J'habite la banlieue nord et c'est une cata. Aujourd'hui, les employeurs regardent sur quelle ligne vous êtes avant de vous embaucher.
Réponse de le 30/10/2014 à 20:23 :
Les voitures sont une plaie : ca fait du bruit, ca pollue, ça pue, ça augmente le déficit français à cause du pétrole acheté à l'étranger. Vive le transport en commun, que l'état doit mieux financer et développer.
a écrit le 30/10/2014 à 14:18 :
Il faut généraliser le ticket a 1€ et baisser les salaires et avantages des hauts fonctionnaires !
a écrit le 30/10/2014 à 14:15 :
Commençons peut être par raboter un peu les avantages des salariés des entreprises de transport avant d'en faire supporter le coût par les usagers...
a écrit le 30/10/2014 à 13:44 :
L'utilisateur et le contribuable sont souvent les 2 mêmes personnes, article légèrement mensonger.
Sinon ok on augmente le prix, comme tout en ce moment, mais dans ce cas là faut aussi augmenter les salaires, retraites etcetc Sinon les gens ne paieront au final plus leurs tickets
Réponse de le 30/10/2014 à 13:49 :
non, tous les contribuables ne prennent pas les transports publics. Vu les embouteillages des voitures particulières.
Réponse de le 30/10/2014 à 20:26 :
Oui mais les utilisateurs de voiture coutent cher : construction et rénovation des routes, déficit commercial à cause du pétrole, coût lié aux accidents donc à l'utilisation des hopitaux, salaire des policier chargés de la circulation, etc. Mieux vaut financer le transport en commun, moins cher, moins polluant, moins consommateur d'énergie importée.
a écrit le 30/10/2014 à 13:40 :
Une augmentation des tarifs ne choque pas si une contrepartie de quantités et de qualité est existante.
Malheureusement en Idf, c est très loin d être le cas . Est il normal de supporter des temps de trajet rallonge de facto parce que la durée des trajets subis est aleatoire.
Vous savez en théorie quand vous partez mais jamais quand vous arriverez a destination.
Les usagers Idf comprendront ce que je veux dire. Vous êtes tenus d incorporer une demi- heure dans votre prévision de depart.
Pour me rendre a mon bureau je suis sur le quai a 7:00 pour espérer arriver a 8:30.parfois j arrive a 8:10 quand cela va pas trop mal et parfois 8:45 voir après 09:00 quand il y a des incidents.
Le retour est également problématique.
Donc augmenter le tarif sans amélioration de la qualité je suis contre.
Peut être plus de contrôle et moins de fraude permettrait une amélioration des recettes et donc de pallier a ce manque de recettes. Abonne a un titre navigo , de toutes les façons, je paye pour un Non service presque tous les jours. En clair je suis contribuable et usager et ai souvent l impression de payer pour les fraudeurs .
Un peu marre et parfois je voudrais bien frauder mais cela n est pas dans ma nature et je n ai pas été éduquer comme cela .
Impression d être le bon pigeon ....
Réponse de le 30/10/2014 à 14:04 :
Vous imputez vos retards en grande partie à des incidents si je comprends bien. Vous conviendrez que la SNCF ou la RATP ne peuvent être tenue pour responsable d'une personen qui se jette sur les rails ou d'un huluberlu qui décident de couper des cables. D'autant que ces incidents sont très souvent "réparés" assez vite (mais on ne peut pas aller plus vite que la musique).
Pour le reste je suis d'accord : ok pour une augmentration si hausse de la qualité de service.
a écrit le 30/10/2014 à 12:26 :
Comme le reste le transport a un cout et en france le rapport qualite prix est plutot bon voire excellent. Le pb est que pour conserver la qualite cela a un prix et afire payer l'utilisateur a aussi pour merite de lui permettre d'evaluer ce qu'il paie.
Réponse de le 30/10/2014 à 12:32 :
De bonne qualité ??? Les transports en commun d île de France ?!?! Vous vous moquez de qui au juste ? Retards, suppressions, grèves au quotidien ! Pas une semaine sans que s enchaîne les merdes en heure de pointe. Vous n êtes tout simplement pas crédible.
Réponse de le 30/10/2014 à 12:34 :
Rien que cette semaine, lundi mardi greve des aiguilleurs sur le rer a + suicide a acheres entraînant des retards et suppressions jusqu a 10h, mercredi suppression de rer le matin et traffic ralenti le soir a cause de "diverses problèmes sur le réseau". Et ca c est toutes les semaines. Ce sont des faits.
Réponse de le 30/10/2014 à 12:41 :
Il faut avoir voyagé pour en parler...

Le transport en ile de France n'est pas rose mais pas si mal... le problème est l'abondance d'offre difficile à rentabiliser et maintenir.

Dire que le transport en idf n'est pas de bonne qualité c'est stupide....
Réponse de le 30/10/2014 à 13:44 :
Je ne peux pas laisser passer ça. Qui croyez vous convaincre en affirmant que nos transports sont pas si mal, au juste ? Pas les habitués en tout cas. Ils savent, par exemple, qu'en acceptant de prendre les transports en commun, ils acceptent :
1) de voyager dans des conditions indignes, qui ne seraient pas tolérées s'il s'agissait de bétail.
2) de ne plus pouvoir garantir leur retour avant... Disons la fermeture de la crêche.
3) de risquer de perdre leur emploi pour cause de retards trop fréquents.
4) de subir les grêves de syndicats d'arriérés qui ont oublié d'évoluer avec leur époque.
5) de se faire insulter par un cheminot au prétexte qu'on a maintenu les portes ouvertes alors qu'il avait prévu de partir avant que tout le monde n'ait eut le temps de monter et descendre.
6) de ne pas bénéficier d'une communication honnête et systématique en cas de retard et suppression.
7) de se demander chaque jour si aujourd'hui le train sera à l'heure le matin et le soir (le truc complètement improbable qui arrive une fois par mois).

Je n'aborde même pas l'hygiène plus de douteuse de nos gares hein. Notre métro pue, tout le monde le sait, mais c'est comme ça, on s'y est fait. Pour les touristes, ça pique un peu du nez, mais ça ne tue pas.

Les transports en commun français sont une hontes, indigne de notre pays. Vous voulez voyager ? Allez donc au Japon, et comparez. La différence est telle que les touristes japonnais doivent être briefés avant d'arriver chez nous, pour éviter que le choc ne soit trop brutal.
Réponse de le 30/10/2014 à 14:01 :
@Gragol : vous êtes à côté de la plaque. Déjà ne comparez pas la France et le Japon qui sont 2 cultures complétement différentes. De plus vous vous focalisez sur les transports en IdF en omettant, en bon parisien égocentrique, que des millions de non-franciliens voyagent également en transport en commun. Alors je reconnais que la "qualité" de ces transports est plus visible en province qu'en IdF. Concernant les grèves, c'est un autre débat (conserver des acquis sociaux) sur lequel nous ne serons pas d'accord donc passons. Ensuite vous parlez de votre cas personnel qui ne concerne que vous (et peut être quelques dizaines d'autres) concernant des "insultes" de cheminots, ou une perte d'emploi dû à des retards. Aucun employeurs ne peut décemment justifier un licenciement suite à des retards de transports, c'est facilement attaquable aux prud'homme.
Alors oui tout est loin d'être parfait mais il faut également arreter de croire que tous vous est dû, que tout doit tourner autour de votre petite personne et que la vie est faites d'aléa, aléa largement controlé en France comparé (vous aimez comparé donc comparons) à l'Angleterre, les pays Latin, ou tout simplement à 90% des pays du monde.
Je vous lis (malgré moi) régulièrement dans les commentaires et je me pose encore la question de ce que vous faites encore dans ce pays que vous considérez comme arrieré et indigne de vous. Barrez vous !
Réponse de le 30/10/2014 à 15:40 :
@Gragol, si vous habitez/travaillez en idf, c'est que vous acceptez/choisissez de vivre comme du bétail. Nos dirigeants font tout pour ça, nous ne nous y opposons pas, au contraire nous continuons à nous y entasser. Si vous choisissez d'être un esclave, ne vous étonnez pas d'être traité comme tel.
Réponse de le 30/10/2014 à 16:01 :
Il faut mieux prendre son vélo, c'est bon pour le coeur, c'est bon pour la ligne, c'est bon pour la planète et en plus c'est gratuit!
Réponse de le 30/10/2014 à 20:29 :
Ca dépend où !!! Vu la pollution de l'atmosphère à cause ds voitures à Paris, prendre son vélo est très mauvais pour les poumons, voire pour l'espérance de vie... Il faut diminuer l'utilisation ds voitures à Paris, faire payer les automobilistes avec un péage comme à Londres, et utiliser cet argent pour financer les transports en commun.
Réponse de le 31/10/2014 à 2:36 :
L'air que vous respirez à vélo est plus sain que celui que vous respirez dans une voiture ou que celui que vous trouvez dans le métro. Ce sont les études qui le montrent !
a écrit le 30/10/2014 à 11:49 :
Augmenter le prix d'un billet c'est augmenter la TVA prélevé sur la liberté ou l'obligation de déplacement!
a écrit le 30/10/2014 à 11:48 :
J'avais observé que le prix de mon abonnement UZUEL Rennes-Nantes de 2012 à 2013 avait été augmenté de 2% environ... alors 1% et quelques en 10 ans mon oeil.
Par contre, faire rééquilibrer le ratio financement usager/contribuable pourquoi pas... mais si on parle de la SNCF... qu'elle commence par appliquer une politique de remboursement digne de ce nom.... parce que payer plus pour continuer à subir... non

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :