La norme Reach coûte cher, très cher à la Marine (480 millions)

 |   |  474  mots
Les industriels, dont MBDA et Roxel, ont dû trouver, développer et changer les composants pyrotechniques des missiles Aster et des missiles anti-navires Exocet.
Les industriels, dont MBDA et Roxel, ont dû trouver, développer et changer les composants pyrotechniques des missiles Aster et des missiles anti-navires Exocet.
La prise en compte de cette nouvelle norme environnementale représente un surcoût significatif. Et cela va coûter cher à la Marine. Le montant est évalué à 480 millions.

C'était écrit. Entré en 2007, le règlement européen REACH (Enregistrement, évaluation, autorisation et restriction des substances chimiques) a bien fini par rattraper le ministère des Armées dans le domaine des missiles. Il affecte particulièrement les composants pyrotechniques de certains missiles français. C'est le cas pour la Marine nationale. Dans son avis sur le projet de finances pour 2020 (Marine), le député LREM des Hauts-de-Seine Jacques Marilossian révèle que REACH a contraint, selon le contre-amiral François Moreau, sous-chef Plans-Programmes de l'état-major de la Marine"la marine à un programme de remotorisation des missiles Aster et Exocet". La prise en compte de cette nouvelle norme environnementale représente donc un surcoût significatif. Et cela va coûter cher, très cher à la Marine. Le montant est évalué à 480 millions.

"Selon l'amiral, ces remotorisations devraient coûter pour le BOP marine 200 millions d'euros environ pour les Exocet et 280 millions d'euros environ pour les Aster", a indiqué Jacques Marilossian.

Pourtant, une exemption est prévue par le droit environnemental européen pour les activités de défense "mais les obligations réglementaires pesant sur les fournisseurs de MBDA, la chaîne industrielle n'a pas réussi à conserver une filière d'approvisionnement dérogatoire pour la défense", a expliqué le député. Résultat, les industriels, dont MBDA et Roxel, ont dû trouver, développer et changer les composants pyrotechniques des missiles Aster, qui constituent l'essentiel de l'ossature de la défense sol-air de l'armée de l'air et de la Marine, et des missiles anti-navires Exocet. Sans dégrader les performances intrinsèques de ces missiles très complexes.

Des technologies civiles

La Marine avait évalué les conséquences du règlement REACH depuis plusieurs années. En décembre 2015, l'amiral Jean-Philippe Rolland, qui était alors chef de la division cohérence capacitaire de l'état-major des armées, avait averti de l'impact de ce règlement. Aujourd'hui commandant la force d'action navale, le vice-amiral vice-amiral d'escadre avait averti qu'il fallait "recourir aux technologies issues du monde civil, et compatibles avec les normes civiles". Car "à chaque fois que cela est possible, nous essayons de nous appuyer sur des technologies de ce type, car cela évite de développer des filières orphelines, coûteuses et peu efficaces", avait-il expliqué. Ce qui permet aux armées de bénéficier pleinement des synergies et des effets de volume apportés par les activités civiles, donc de réaliser des économies.

"Nous nous efforçons donc de mettre en œuvre toutes les préconisations REACH, même celles pour lesquelles le ministère de la Défense bénéficie de clauses d'exclusion, afin de ne pas nous trouver dans une impasse en termes d'approvisionnement à plus ou moins brève échéance", avait précisé l'amiral Jean-Philippe Rolland.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/11/2019 à 2:58 :
Suis consternée de lire sans cesse,
des commentaires agressifs et méprisants de principe,
et incohérents à l'encontre d'un journaliste Expert !
tel Monsieur Michel Cabirol.

Grand Merci à vous Cher Monsieur, pour votre Apport !!!!! sans équivalent !!!!
a écrit le 13/11/2019 à 6:52 :
Bon suivre les regle environnemental . Lors de la mise à feux dès missile est une aberation.... Mais comme certain sont champions dè la bêtise avec un C , plus rien n'est impossible .
Mais bon dans notre malheure , comme le stock de missile est bas , çela devrait se regler tous simplement ... Au furet est à messure de remplacement des unité mise a feu lors des exercices... Encore faut ils qu'ils soit effectivement capable de fonctionner lors de la mise à feux.... ( sa s'est une autre affaire , valeures opérationnel par exemple )
a écrit le 12/11/2019 à 18:56 :
Il faut reconnaître que c'est admirablement bien joué de la part de MBDA...
a écrit le 12/11/2019 à 13:04 :
Le but des armes etant de tuer et detruire, suivre des regles de respect de l'environnement.... on est dans le tréfond de la stupidité...
Réponse de le 13/11/2019 à 6:53 :
Exacte....
Réponse de le 14/11/2019 à 11:43 :
.. c'est sur.. et demain, l'Europe imposera des armes qui ne font aucun mal. LOL
a écrit le 12/11/2019 à 9:37 :
Le lobby des armes tue la tribune.
a écrit le 12/11/2019 à 6:07 :
L'article ne mentionne pas quels sont les objectifs de REACH. Il y a aussi un problème par rapport à la production où des compatriotes français sont exposés à des substances chimiques toxiques pendant la production. Touts les grands producteurs industriels européens dont Airbus sont déjä en train d'appliquer la norme et adapten leur production aussi dans le but de protéger les employés. L'article est un peu biasé en faveur de l'armement sans différencier correctement ce que REACH a comme but. Mais bon. Je remarque longtemps que La Tribune, M. Cabirol, essaye de former une opinion. Mais les lecteurs ne sont pa dupes non plus.
Réponse de le 12/11/2019 à 11:05 :
Bonjour Fred,
Cet article n'a pas vocation à mentionner quels sont les objectifs de REACH entré en vigueur en 2007. Il est factuel et donne un coût pour la Marine. Je ne juge pas ce règlement européen, donc ne surinterprétez pas cet article. Vous me prêtez beaucoup de pouvoirs que je n'ai pas :-). Bien cordialement
Réponse de le 12/11/2019 à 14:12 :
pas du tout. je ne juge pas. je remarque seulement que l'information me parait filtrée et je me demande si la raison est de former les opinions des lecteurs. Je répète, les objectifs de REACH ont toutes les raisons d'être mentionnées. Il y a quand-même une alimentation d'emotions dans vos articles. ça se voit régulièrement dans les réactions. Vous en êtes conscient, j'en suis sûr. c'est trés dommage. vous perdez une opportunité de vraiment être neutre et une bonne source.
a écrit le 11/11/2019 à 17:57 :
Monsieur Bastiat et sa vitre cassée peut aller se rhabiller.
On va être riches
a écrit le 11/11/2019 à 17:24 :
On fait la guerre avec des gants, maintenant? Pourquoi pas l'absolution aux futures vi
ctimes?
a écrit le 11/11/2019 à 16:02 :
il n'y a pas de fumée sans feu pour la dissuasion c'est important.

Dédé
a écrit le 11/11/2019 à 11:14 :
Le plus sur est de revenir aux flèches et arbalètes pour être totalement bio...

Pendant ce temps les USA continueront à envoyer des munitions à l' uranium enrichi...

Mais réjouissons nous, le complexe militaro industriel francais tourne à plein régime aux frais des contribuables pour mettre à jour des missiles tous les 5 ans qui ne serviront jamais...
Réponse de le 11/11/2019 à 12:47 :
Les munitions à l'uranium enrichi, cela n'existe pas. Ce sont les munitions à l'uranium APPAUVRI qui sont employées, et cela par de nombreuses armées occidentales, dont l'armée française.
En effet, nos chars Leclerc sont équipés de munitions flèches à l'uranium appauvri. Ces obus relèvent de la catégorie des armes conventionnelles et ne sont interdits par aucune convention internationale.
Quant au "complexe militaro-industriel", c'est grâce à lui que nous avons une des armées les plus puissantes du monde, et les armes parmi les plus efficaces du monde. Sans ces armes, il y a longtemps que notre civilisation aurait été détruite, et que nous, Occidentaux, aurions été massacrés.
Un pays, une civilisation, ne peuvent survivre que s'ils disposent d'une armée puissante et d'armes efficaces.
Réponse de le 11/11/2019 à 12:48 :
Les munitions à l'uranium enrichi, cela n'existe pas. Ce sont les munitions à l'uranium APPAUVRI qui sont employées, et cela par de nombreuses armées occidentales, dont l'armée française.
En effet, nos chars Leclerc sont équipés de munitions flèches à l'uranium appauvri. Ces obus relèvent de la catégorie des armes conventionnelles et ne sont interdits par aucune convention internationale.
Quant au "complexe militaro-industriel", c'est grâce à lui que nous avons une des armées les plus puissantes du monde, et les armes parmi les plus efficaces du monde. Sans ces armes, il y a longtemps que notre civilisation aurait été détruite, et que nous, Occidentaux, aurions été massacrés.
Un pays, une civilisation, ne peuvent survivre que s'ils disposent d'une armée puissante et d'armes efficaces.
Réponse de le 11/11/2019 à 15:21 :
Vos données et affirmations sont totalement fausses.
Les têtes militaires et les propulseurs des missiles sont des composés organiques et à ce titre, ils ont une date limite d'utilisation. Celle-ci n'est absolument pas de 5 ans, mais d'environ 20 ans.
D'autre part je n'ai aucune connaissance de faits tangibles qui puisse laisser supposer que ces armes ne soient jamais utilisées: les AASM et les MdC SCALP ont été régulièrement utilisés, en Syrie, en Lybie et au Mali. La moindre des choses serait que vous citiez vos sources qui prouveraient le contraire.
Quant aux obus flèches US, il sont chargés d'un pénétrateur en uranium appauvri; absolument pas en uranium enrichi, qui reste l'apanage des combustibles nucléaires.
Réponse de le 11/11/2019 à 16:20 :
Il me semble que l'uranium appauvri, bien sûr, pas enrichi (quelle utilité vu le prix que ça représenterait ??) perce bien les parois de chars, à cause de sa densité (le plomb ressemble mais est trop mou).
a écrit le 11/11/2019 à 11:09 :
Pourquoi toujours découper les dépenses pour ne pas donner un montant global ?

Quel sera le montant total pour armée de terre, air et marine ? Il y a bien quelqu un qui a fait le calcul ?

Et pour compléter l'analyse, quel était le montant total de ces missiles, puis combien ont été utilisés ?
Cela nous donnera une idée des milliards stockés sans etre utilișés, puis remotorisés à coup de centaines de millions tous les 5 ans sans jamais etre utilisés...
Réponse de le 11/11/2019 à 12:54 :
Le budget de la Défense ne pose pas de problème. La France a besoin d'armes efficaces et d'une armée puissante, sinon elle sera tôt ou tard détruite par les ennemis de la civilisation occidentale.
Le budget français de la Défense pour 2020 est de 37,7 milliards d'euros. Une somme très modérée, si on la compare au coût énorme de l'immigration en France, révélé par le rapport Posokhow : en 2014, l'immigration coûtait déjà plus de 84 milliards d'euros par an à la France (donc à nous, contribuables français). Aujourd'hui, avec l'accroissement constant de l'immigration légale et illégale (sur ordre de Macron), le coût annuel de l'immigration dépasse 100 milliards par an.
Ainsi, l'immigration coûte 3 fois plus à la France (aux Français) que notre armée !
a écrit le 11/11/2019 à 11:04 :
Ce n'est pas une norme c'est un règlement européen, donc le titre est faux ! Peu importe qu'après vous parliez de règlement, alala!! Le journalisme se dégrade d'année en année ! Aucune vérification des sources , des termes ........c est pitoyable
Réponse de le 11/11/2019 à 12:49 :
Sissou 3008
1/ Vous n'êtes pas obligé de lire La Tribune
2/ C'est vous qui êtes pitoyable avec votre post de hater
3/ Les sources sont évoquées mais il faut savoir lire.
4/ Ne revenez plus jamais lire mes articles,
Non cordialement. Michel Cabirol
Réponse de le 11/11/2019 à 17:27 :
Sans répondre avec hargne et en restant respectueux, il est à noter que REACH est en effet une réglementation. Un norme en soi n'a aucune force de loi. Il en existe des milliers. Une réglementation peut s'appuyer sur une norme (ou non) et faire que la norme devienne loi.
Réponse de le 12/11/2019 à 11:01 :
@Tototiti : j'en conviens mais l'article évoque bien un règlement européen. Bien cordialement.
a écrit le 11/11/2019 à 11:04 :
La norme REACH est sur-administré par notre pays. La France a augmenté les contraintes. Comme pour beaucoup de normes européennes, la technostructure a augmenté de façon considérable les contraintes. Nos concurrents européens se marrent car en faisant cela les hauts fonctionnaires affaiblissent notre pays. Et les politiciens ne font pas leur travail de contrôle.
a écrit le 11/11/2019 à 10:35 :
Si j'ai bien compris on tue maintenant "BIO".
Victoire de greenpeace.
C'est un petit peu comme les balles en plastic biodégradables pour ....... ne pas affecter les arbres , mais les hommes on s'en .., du moment que l'on tue "propre".
ON marche sur la tete !!
Réponse de le 11/11/2019 à 12:40 :
Heureusement que nous avons des armes, et heureusement que nous, Occidentaux, avons les armes les plus puissantes de la planète... sinon, il y a longtemps que notre civilisation aurait été détruite !
a écrit le 11/11/2019 à 10:04 :
Question naïve !
Serons nous les seuls à nous tirer une balle dans le pied pour flatter les écolos, alors que les autres grandes puissances militaires regarderont la France en rigolant ?
a écrit le 11/11/2019 à 9:53 :
480M pour la marine mais combien pour l'armée de l'air?
Aussi on croise les doigts pour que les nouveaux missiles soit aussi bons que les nouvelles cartouches, à savoir des trucs qui sont "bons pour la planète" mais gazent les soldats dans les stands de tirs...
Mais bon le soldat mort, c'est biodégradable.
a écrit le 11/11/2019 à 9:46 :
My sailor is reach

ok me poussez pas, je sors
a écrit le 11/11/2019 à 9:09 :
Une autre inquiétude réside dans les stocks de munitions parfois chimiques éliminées par immersion et en phase de dégradation, alors qu'il semblerait que l'Allemagne met en place une filière d'élimination vertueuse, la France appliquerait encore le secret sur la localisation de ces immersions - inquiet.
a écrit le 11/11/2019 à 9:08 :
Prière de tuer "bio" svp, merci.

N'importe quoi, on bride notre défense nationale et on laisse les super containers pourrir la planète entière, yen a marre de la dictature financière sur ce monde !
Réponse de le 11/11/2019 à 12:38 :
Il n'y a aucune "dictature financière". Ce sont les dirigeants de l'Union Européenne et de la France (Macron et Philippe) qui multiplient les normes et réglementations, sous prétexte "environnemental". C'est donc le public (l'Etat) qui, comme d'habitude, fait tout pour compliquer la tâche du privé et augmenter les coûts.
Réponse de le 11/11/2019 à 17:39 :
@ citoyen blasé : Je pense que vous parlez de choses que vous ne connaissez pas et de ne pas tout ramener à une obsession. La réglementation REACH est le résultat de tout sauf d'une dictature financière. Preuve en est que toute l'industrie chimique est vent debout contre cette réglementation qui n'est qu'uniquement Européenne et qui défavorise la chimie Européenne par rapport à ses concurrents mondiaux.
Réponse de le 12/11/2019 à 8:52 :
@ multipseudos:

"C'est donc le public (l'Etat) qui, comme d'habitude, fait tout pour compliquer la tâche du privé et augmenter les coûts. "

SI le privé n'était pas aussi dépendant de l'argent public il ne serait pas aussi dépendant de normes stupides.

"La réglementation REACH est le résultat de tout sauf d'une dictature financière."

Mais dis moi c'est que t'es vachement précis ! :D

SIgnalé et tes deux postes rentraient dans un seul ! Si si promis...

ET si je peux pas et-c...
a écrit le 11/11/2019 à 9:07 :
Et oui, l'eau ça mouille, et l'écologie, ça coûte cher. Quelle découverte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :