Hemea, Unlatch : ces proptechs changent de nom pour cibler l'international

 |   |  466  mots
(Crédits : iStock)
Nouveau venu sur le marché belge de la promotion, le Français LegaLife Immobilier a décidé de se rebaptiser Unlatch. Le tiers de confiance TravauxLib devient, lui, Hemea, pour se préparer à la conquête européenne.

Un seul et même nom pour deux prestations différentes. A l'origine en 2013, LegaLife propose un générateur automatique de documents administratifs et juridiques, avant d'ouvrir fin 2017 LegaLife Immobilier, une déclinaison de ce service pour les contrats de réservation dans l'immobilier neuf. L'activité historique est tournée vers les consommateurs (b-to-c), alors que le nouveau métier est destiné aux promoteurs (b-to-b). C'est ce dernier qui va être rebaptisé "Unlatch", signifiant "déverrouiller" en anglais.

"Nous avons une bonne notoriété, mais la confusion s'était quelque peu installée", relève Thomas Rivoire, co-fondateur. "Désormais, nous aurons deux entités distinctes avec deux marques différentes."

Ce changement de dénomination signe surtout l'arrivée de la proptech à l'étranger. Après avoir séduit 180 acteurs français dont Constructa, Emerige ou Quartus, elle travaille désormais avec le groupe Eaglestone, présent en Belgique et au Luxembourg. Son modèle économique reste inchangé: selon le nombre de lots mis à la vente, elle soumet un contrat-cadre qui comprend aussi bien le logiciel que la vente d'un gestionnaire des relations clients.

"Sortir d'un nom fonctionnel franco-français"

Il y a trois semaines, c'est Travauxlib qui devenait Hemea à l'occasion d'une levée de 5 millions d'euros. Déjà présent dans le Grand Paris et le Grand Lyon, bientôt à Bordeaux et dans cinq à dix autres métropoles d'ici à vingt-deux mois, elle pense déjà à s'exporter.

"Nous voulions sortir de ce nom fonctionnel franco-français pour nous laisser une porte ouverte vers l'international", explique Matthieu Burin, CEO et co-fondateur. "Il s'agit de mettre plus de vie et d'habitat ("home") et moins de travaux. C'est moins anxiogène."

Pour autant, la jeune pousse continuera de proposer le même service: mettre en relation des particuliers qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation ou d'agrandissement avec des architectes ou des entrepreneurs du bâtiment. Selon l'offre choisie, le propriétaire est accompagné soit via la plateforme et par téléphone sur la structuration de son projet, soit physiquement dans la signature d'un contrat sécurisé avec le professionnel.

Une assurance pour les particuliers comme pour les professionnels

Avec Axa, Hemea assure depuis début 2019 les particuliers de la "bonne fin du chantier" jusqu'à 500.000 euros. "Si un chantier de 100.000 euros fait défaut, Axa va apporter 15.000 euros de plus, soit 115.000 euros au total", assure ainsi Matthieu Burin. De même que la startup travaille avec Groupama pour proposer une garantie décennale aux entreprises partenaires.

"Matthieu est un entrepreneur formidable et suis heureux de le soutenir personnellement comme j'ai moi aussi été soutenu par des entrepreneurs", souligne auprès de La Tribune Frédéric Utzmann, président d'Effy, spécialisé dans les certificats d'économie d'énergie, et nouvel investisseur à titre personnel.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :