"Privilégier l'efficacité énergétique" Isabelle Kocher, Engie

 |   |  599  mots
(Crédits : Dominique Maitre/GDF Suez)
[24 Tribunes pour la COP24 | 1/24 ] Elle est la grande oubliée de la lutte contre le changement climatique. L'efficacité énergétique est moins souvent citée, et pourtant, elle a contribué plus que toutes les énergies renouvelables à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Par Isabelle Kocher, Directrice générale d'Engie.

Si les émissions de CO2 n'ont pas augmenté entre 2014 et 2016 malgré la croissance du PIB, cela en revient d'abord aux mesures d'efficacité énergétique. L'Agence internationale de l'énergie a calculé que ces mesures avaient contribué à hauteur de 77 % à la stabilisation des émissions de CO2, devant les changements du mix énergétique, avec le développement du gaz et des renouvelables, à hauteur de 23 %.

Pourtant, l'efficacité énergétique ne fait pas rêver. Moins visible que des installations solaires ou éoliennes, elle reste largement inconnue du grand public et peine à s'imposer en haut de l'agenda politique. Dans l'imaginaire collectif, la lutte contre le réchauffement climatique se mesure avant tout à l'aune du développement des énergies renouvelables.

Ces dernières sont bien évidemment essentielles. Nous devons absolument verdir le mix énergétique, accélérer le déploiement des énergies renouvelables les plus matures (solaire, éolien) et améliorer la compétitivité des énergies renouvelables émergentes (biométhane, hydrogène renouvelable).

Cependant, ces actions ne font sens qu'en complément du développement volontariste de l'efficacité énergétique. Ce n'est pas un hasard si tous les scénarios de développement des énergies renouvelables, comme le scénario 100 % renouvelables de l'Ademe, prévoient des baisses importantes de la consommation d'énergie. Face à l'urgence climatique, l'escalade énergétique, même verte, ne peut pas être la solution.

D'autant que les gisements sont nombreux : bâtiments, villes, industries, transports. Nous pouvons déployer une multitude de solutions pour améliorer l'efficacité de nos consommations : isolation des bâtiments, réseaux de chaleur et de froid dans les villes, conversion des chaudières au fioul, solutions de stockage... Surtout, le digital nous ouvre de nouveaux horizons puisque nous sommes à présent capables d'optimiser en continu la performance énergétique des bâtiments, des réseaux électriques ou de la circulation urbaine grâce à des objets connectés, au big data et l'intelligence artificielle.

Au-delà d'une consommation au plus juste, nous devons adapter nos comportements dans une véritable démarche de sobriété énergétique. Certains outils peuvent nous y aider, comme l'application « We Act for Good » développée par WWF, qui invite les utilisateurs à choisir un défi écologique comme « optimiser l'énergie » ou « vers le zéro déchet ».

Dans un monde qui n'a pas de « planète B », cette stratégie de l'efficacité énergétique doit devenir la première des priorités, comme le rappelle Franck Bruel dans son ouvrage L'énergie efficace, quand moins et mieux font plus. Source d'énergie universelle, elle est la seule qui nous dispense d'une incessante escalade énergétique, qui soit accessible à tous les pays de la planète, qui ménage les ressources et rend enfin possible un progrès harmonieux.

_____

La Tribune a demandé à 12 chefs d'entreprise et 
12 experts de formuler une solution pour sauver la planète.

Isabelle Kocher - Engie | Alexandre de Juniac - IATA | 
Jean-Pascal Tricoire - Schneider Electric | Antoine Frérot - Veolia | 
Jean-Laurent Bonnafé - BNP Paribas | Guillaume Poitrinal - Woodeum |
Thomas Buberl - Axa | Alain Dinin - Nexity | 
Laurence Tubiana - Fondation européenne pour le climat | 
Frédéric Rodriguez - Greenflex | Laurent Solly - Facebook | 
Arnaud Leroy - l'Ademe | Jean-Yves Le Gall - Cnes | 
Cécile Maisonneuve - Fabrique de la Cité | Sylvie Goulard - Banque de France |
Chantal Jouanno - CNDP | Karima Delli - Députée européenne | 
Alain Grandjean - Carbone 4 | François-Michel Lambert - Député | 
Frédéric Mazzella - Blablacar | Eric Scotto Akuo - Energy 
Dominique Bourg - Philosophe | Cyril Dion - Réalisateur 
Patrick Criqui - CNRS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2018 à 18:32 :
L'efficacité énergétique se heurte à l'égo-centrisme de nombreux concitoyens. Qui ne connait une personne qui habite un logement trop chauffé et qui ouvre ses fenêtres pour réguler la température ? Tout cela parce que dans les copropriétés certains refusent les travaux d'économie d'énergie et, en premier lieu, le paiement du chauffage selon la consommation de chacun alors même qu'une Loi oblige la mesure de cette consommation par logement beaucoup se débrouillent pour y échapper. Certains ont les moyens de payer les travaux (ils ne sont d'ailleurs pas éligibles aux aides) mais ils refusent au prétexte qu'ils sont vieux et que ce seront les futurs propriétaires qui profiteront de ces travaux... après moi, le déluge...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :