La SNCF lance des Corail Ouigo à prix cassés pour concurrencer Flixbus et Blablacar

L'objectif de la SNCF est clair : venir prendre des parts de marché au transport routier en lançant une offre à bas coût et prix fixe. Le groupe ferroviaire concrétise son fameux projet Oslo et exporte son modèle Ouigo sur la « vitesse classique » avec des trains Corail pour offrir une alternative aux cars pour les gens avec du temps et peu de moyens. Une filiale dédiée est créée pour maximiser la réduction des coûts.

7 mn

La SNCF va déployer des Corail sous la bannière Ouigo à partir du printemps 2022.
La SNCF va déployer des Corail sous la bannière Ouigo à partir du printemps 2022. (Crédits : VincentdeMorteau)

« Nous avons une obsession, augmenter la part du part du ferroviaire. » Alors que le ferroviaire ne détient que 10% du marché de la mobilité en France, ce leitmotiv exprimé par Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, va se traduire dans les deux prochaines années par l'expérimentation d'une nouvelle offre : Ouigo Vitesse classique. Directement dérivée de son aînée Ouigo lancée en 2013 sur la grande vitesse, elle va proposer aux passagers de voyager à bord de trains Corail, sur des lignes classiques - avec des temps de trajets conséquents - mais avec un prix fixe, même en dernière minute. C'est le projet Oslo.

Lire aussi Avec Ouigo et Inoui, la SNCF verrouille le marché du TGV

Paris-Nantes et Paris-Lyon en Corail

Cette expérimentation sera menée à partir du printemps 2022 sur deux lignes au départ de Paris. Ouigo Vitesse classique reliera ainsi Paris-Austerlitz à Nantes à raison de trois allers-retours quotidiens et Paris-Bercy à Lyon-Perrache avec deux allers-retours. Chacune de ses lignes offrira un certain nombre d'arrêts intermédiaires, pour un ensemble de 14 destinations. Cinq gares seront également desservies en Île-de-France afin d'offrir des trajets directs aux Franciliens sans repasser par Paris.

Entre Paris et Nantes, les temps de trajets seront compris entre 3h30 et 4h15 selon les arrêts desservis, tandis qu'avec Lyon ils atteindront 4h45 à 5h15. En comparaison du TGV, il faudra environ 1h30 à 2h de plus pour rejoindre Nantes et 3h pour Lyon.

Ces lignes seront opérées par des trains Corail « remis en état », mais pas réaménagés. Christophe Fanichet veut ainsi conserver les sièges, qu'il juge très appréciés par les voyageurs, de ces « confort-rail » (concept à l'origine du mot-valise Corail). Chaque rame sera d'abord composée de huit voitures pour une capacité de 640 places en classe unique, avant de passer à 10 voitures en 2023 pour atteindre 800 places. Le nombre de voitures restera fixe d'un trajet à l'autre pour limiter les coûts de maintenance et améliorer la flexibilité.

Lire aussi Flixbus, BlaBlaCar : les "cars Macron" redémarrent

Venir concurrencer Flixbus et Blablacar

Avec cette offre, Alain Krakovitch, directeur de Voyages SNCF, se montre ambitieux. Il fixe trois objectifs : atteindre 1,2 million de passagers par an dès 2022, vendre 65 % des billets à moins de 20 euros, et augmenter d'un point la part modale du ferroviaire tous les ans (10 % en 2019 sur le trafic domestique).

Pour capturer cette part de marché supplémentaire, la SNCF a une cible bien précise : « Notre objectif est vraiment de prendre une part de marché à la route, déclare ainsi Christophe Fanichet. Aujourd'hui, il n'y a que la route qui répond à ceux qui ont du temps et ceux qui n'ont pas beaucoup de sous.» Ouigo Vitesse classique entend donc se poser en concurrent direct des opérateurs de car, Flixbus et Blablacar en tête, qui séduisent par leurs tarifs d'appels attractifs.

Des billets à prix fixes pendant 45 jours

Pour le PDG de SNCF Voyageurs, en plus des avantages offerts en termes de confort, de temps de trajet, de sécurité ou de réduction des émissions de CO2, le ferroviaire devait donc trouver une offre « à prix canon » pour adresser ce marché. Avec Ouigo Vitesse classique, la SNCF remet donc à plat son système de tarification. Pas de yield management ici (qui fait évoluer le prix du billet en fonction de la demande et de la date de réservation), mais un prix fixe tout au long de la période de réservation. Celle-ci sera de 45 jours, contre neuf mois pour le Ouigo Grande vitesse. Les conditions d'échanges seront identiques sur les deux services.

La grille tarifaire est encore en cours de finalisation, mais Alain Krakovitch souhaite proposer des tarifs compris entre 10 et 30 €. Ces tarifs seront définis selon deux critères : période de pointe ou période creuse, trajet court ou trajet long (avec une bascule autour des 200 km). La SNCF n'a pas indiqué de prix pour un trajet en particulier pour l'instant mais, à titre indicatif, cela pourrait donner un Paris-Le Mans en période creuse à 10 €, tandis que le Paris-Nantes en période de pointe serait à 29 €. Les enfants de moins de douze ans bénéficieront d'un tarif unique à 5 euros.

Des services supplémentaires seront disponibles, à savoir un bagage supplémentaire à 5 euros ou l'emport d'un vélo entre 5 et 10 euros (s'il est démonté ou non). Un service de restauration légère (snacking) est également à l'étude, avec une vente ambulante. La part des revenus auxiliaires dans le chiffre d'affaires seront tout de même bien moindre que suri Ouigo Grande vitesse, où elle atteint 10 %.

Lire aussi Ouigo : toujours plus de TGV low-cost, toujours pas de bénéfices

Oslo, impératif pour réduire les coûts de 30 %

Afin de viabiliser ces tarifs, Ouigo Vitesse classique va devoir opérer un grand tour de vis sur les coûts. L'objectif est d'atteindre une réduction de l'ordre de 30% par rapport à Ouigo Grande vitesse, dont les coûts de production du siège au kilomètre sont déjà 50 % plus bas que ceux du TGV. Une tâche inatteignable dans le cadre de SNCF Voyageurs.

Une nouvelle filiale, à 100 % SNCF, est donc en train d'être créée sous la direction générale de Cécile Boucaut pour assurer l'exploitation de Ouigo Vitesse classique. Baptisée Oslo, elle sera chargée de développer un nouveau modèle de production. Celui-ci sera bâti autour d'un équipage « 100 % bord » composé de trois personnes : un conducteur, un chef de train qui sera en charge de la sécurité, et un responsable confort et services qui assurera la propreté et de la restauration légère. Il s'affranchira en revanche de tout agent en gare.

Cette transformation nécessite notamment la rédaction de nouvelles consignes locales d'exploitation et la mise en place d'un système de gestion de la sécurité adaptée. Autant de contraintes qui étaient plus faciles à résoudre hors de SNCF Voyageurs, d'où la création de cette nouvelle société ferroviaire qui possèdera son propre certificat de sécurité unique.

Lire aussi Rentrée compliquée à la SNCF: le PDG prévoit 2.000 à 3.000 suppressions de postes

Des cheminots volontaires

Oslo devrait employer un peu moins de 80 personnes, essentiellement des opérationnels. Pour Cécile Boucaut, l'objectif est d'avoir un maximum de cheminots - qui conserveront l'ensemble de leurs conditions salariales préalables. Un appel à volontariats a été lancé avant l'été et une cinquantaine de candidatures ont été recueillies jusqu'à présent. La campagne sera plus largement relayée au sein des équipes maintenant que le projet a été dévoilé.

Sur ce volet social, Christophe Fanichet indique que les syndicats ont été informés en comité social et économique (CSE) mais que la création de cette filiale ne nécessite aucun processus d'information-consultation. Il assure d'ailleurs que l'acceptation du projet est bonne, celui-ci étant créateur d'activité.

Les autres leviers seront identiques à ceux appliqués chez Ouigo Grande vitesse, avec une maximisation de la rotation des rames et une optimisation de la maintenance. Elle sera effectuée de nuit, avec des méthodes « plus industrialisées et des stocks de pièces réduits », selon Cécile Boucaut.

Lire aussi La SNCF prête à lancer les TGV Ouigo en Italie en riposte à l'arrivée de Trenitalia en France

75 % de remplissage d'ici 2023

Malgré ces réductions, Ouigo Vitesse classique devra afficher un taux de remplissage d'au moins 75 % pour atteindre l'équilibre. Un chiffre que la directrice générale d'Oslo espère atteindre en 2023. En comparaison, Ouigo Grande vitesse affichait un taux de 90 % cet été, tandis que Ouigo Espagne culminait entre 95 et 99 % dès les premiers mois de son lancement sur la ligne Barcelone-Madrid.

Christophe Fanichet se veut en tout cas pragmatique. Si la rentabilité n'est pas atteinte au bout des deux ans d'expérimentation sur Paris-Nantes et Paris-Lyon, il prévient que Ouigo Vitesse classique cessera son exploitation.

Lire aussi   Ben Smith et les syndicats d'Air France enterrent Joon

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 25/09/2021 à 16:08
Signaler
Faudrait limite nous payer pour reprendre ces vieilleries ambulantes. La plupart sont tellement usés qu'ils sont bons pour finir dans la casse de Sotteville-lès-Rouen. Mais sérieusement, vous pouvez pas plutôt vous concentrer sur une nouvelle offre d...

à écrit le 25/09/2021 à 11:02
Signaler
Bravo, du fait de la connivence on est passé à côté de tout ces nombreux accidents de car mortels, il était temps de faire quelque chose.

à écrit le 25/09/2021 à 8:39
Signaler
encore un machin a illusion les cars macron et tout cela pour creer un malaise de plus dans une societe francaise ou le train serve a creer une nation egale il prefere la polution et la zizanie quatre ans de pouvoir et quatre ans de contestation

à écrit le 24/09/2021 à 1:50
Signaler
La France en marche arriere.

à écrit le 24/09/2021 à 1:17
Signaler
En gros on revient aux bons vieux trains d'avant, qui s'arrêteront dans les villes moyennes, avec une vitesse normale largement supérieure à la route. Quelle nouveauté, mais je m'en réjouis. Le retour à un vrai service et non pas un transport entre m...

à écrit le 23/09/2021 à 18:57
Signaler
Une entreprise publique subventionnée par le contribuable qui se bat sur les prix... plutôt que les services. Preuve est-il que cette entreprise n'a aucun avenir sans l'argent du contribuable français. Qu'en pense Bruxelles de cette concurren...

le 24/09/2021 à 9:35
Signaler
les services ? les francais s en foutent des services qu ils ne veulent pas payer seulsle tarifs compte et ce produit est réservée à u clientèle qui utilise le bus ...donc peu de services...voyons voir ce que donne cette experimentation ..au fait tou...

le 24/09/2021 à 9:36
Signaler
les services ? les francais s en foutent des services qu ils ne veulent pas payer seulsle tarifs compte et ce produit est réservée à u clientèle qui utilise le bus ...donc peu de services...voyons voir ce que donne cette experimentation ..au fait tou...

le 24/09/2021 à 9:39
Signaler
vous connaissez rien au secteur ferroviaire en europe...tout n est pas mis en concurrence mais segmenté car ce type de marché est subventionné sans cela pas de train...quel concurrent voudrait reprendre des lignes ou les viles sont les lus distantes ...

le 24/09/2021 à 9:47
Signaler
vous connaissez rien au secteur ferroviaire en europe...tout n est pas mis en concurrence mais segmenté car ce type de marché est subventionné sans cela pas de train...quel concurrent voudrait reprendre des lignes ou les villes sont les plus distante...

le 24/09/2021 à 19:05
Signaler
@brehat Manifestement vous ne connaissaient rien au transport de passagers car le prix ne suffit pas lorsqu'il faut réaliser un nombre insupportable de correspondances avant d'atteindre sa destination. Par ailleurs, la route est bien plus fle...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.