Marché obligataire : la BCE est prête à bloquer la montée des taux et cite Daft Punk

 |  | 481 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Ralph Orlowski)
Suite aux tensions sur les marché obligataire, la banque centrale européenne est prête à mettre en place un mécanisme lui permettant de freiner la hausse des taux d'emprunt des États, qui se répercute ensuite sur l'indice des prix dans une poussée inflationniste.

Cela aurait pu être, dans l'après-Covid, : « The Game has changed » ou, en écho à la crise financière de 2008 « One More Time ». Mais c'est le titre des Daft Punkt, le duo de DJ français, « Harder, better, faster, stronger » (meilleure, plus rapide, plus forte), que Fabio Panetta, membre du directoire de la Banque Centrale européenne, a choisi de citer mardi, pour décrire l'approche de la BCE dans la gestion de la pandémie.

Ce haut responsable de la Banque centrale européenne a réaffirmé la détermination de l'institution à "combattre" une trop forte remontée des taux d'intérêt qui pourrait fragiliser la reprise. Et pour démontrer aux marchés que la hausse des taux des emprunts souverains de la zone euro, dans le sillage des obligations américaines, n'est pas "tolérée", les gardiens de l'euro doivent être prêts à agir, a expliqué Fabio Panetta.

L'institution de Francfort "ne doit pas hésiter" à utiliser l'intégralité de l'enveloppe de sa principale arme anti-crise, le programme d'achat d'urgence face à la pandémie (PEPP), soit 1.850 milliards d'euros, a encore suggéré M. Panetta.

Lire aussi : Que la BCE annule la dette des pays européens? "Inenvisageable", répond Christine Lagarde

Le « contrôle » des taux

La présidente de l'institut monétaire, Christine Lagarde, et d'autres membres du directoire, ont déjà signalé ces derniers jours qu'ils ne resteraient pas les bras croisés si les rendements obligataires devaient grimper de manière incontrôlable.

A quelques jours de la prochaine réunion devant décider de la politique monétaire en zone euro, le 11 mars, M. Panetta évoque désormais clairement la possibilité d'un "engagement ferme à contrôler" la courbe des taux.

L'objectif: "préserver des conditions de financement favorables pour soutenir la reprise" économique européenne et la hausse de l'inflation à un niveau proche mais inférieur à 2%, objectif de la BCE pour sa politique monétaire.

Le rendement du Bund à 10 ans a récemment atteint des niveaux légèrement supérieurs à -0,25%, au plus haut depuis mars 2020, alors que le rendement obligataire américain à dix ans évolue autour de 1,50% après une remontée galopante.

Jusqu'à présent, un peu moins de la moitié de l'enveloppe du PEPP a été engagée à ce jour, selon la banque LBBW.

Alors que la BCE tente d'établir des indicateurs clairs pour mesurer les conditions favorables de financement de l'économie, M. Panetta suggère que cela passe par "un focus accru" sur les taux souverains et ceux d'emprunts d'entreprises.

l, a-t-il dit. "Et plus vite nous y parviendrons, plus notre potentiel de croissance sera fort."

Pour ce dirigeant considéré comme "colombe" de la politique monétaire, "le risque de trop peu soutenir (l'économie) reste nettement supérieur à celui de ne pas faire assez".

Lire aussi : Faut-il craindre un retour de l'inflation en Europe ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2021 à 18:09 :
les taux montent a cause des anticipations
jouer au con ne servira a rien, sauf a court terme
faut resoudre les pbs, au lieu de se poser les mauvaises questions
mais quel niveau les gens ont ils en economie
ils sont francais et sont tous illetres avec un doctorat en maths offert par le parti ou quoi?
a écrit le 03/03/2021 à 11:19 :
Bien sûr ! Depuis 2008, la BCE ne cesse de fausser les règles du marché. Au point d'ailleurs de tuer le vrai marché: la loi de l'offre et de la demande. Nous avons donc des faux taux d'intérêts, c'est à dire des faux prix. Sans quoi, la zone Euro explose en quelques mois. Quand vous voyez le taux 10 ans grec à... 0,85% (gag !) alors que le 10 ans US est aux alentours de 1,40-1,50%, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond ! Les taux grecs devraient être à... 15%. Mais on ne pourra pas cacher la réalité indéfiniment. Un jour, elle finira bien par nous rattraper. Et ça va faire mal...
a écrit le 03/03/2021 à 8:50 :
On comprend qu'elle cite Daft Punk elle est tellement ennuyante par principe même qu'il faut bien qu'elle essaye de temps en temps de se donner une preuve de vie. Pas gagné quand même va falloir en citer plus que ça hein...
a écrit le 03/03/2021 à 7:20 :
La bce n'a pas de grandes possibiltees, autour d'elle existe des forces qu'elle ne controle pas. La perte de pib en europe est lourde, son economie est anemique, son industrie ridicule. Elle va pendant un temps faire semblant et devoir dans un avenir proche faire comme la fed, augmenter les taux, c'est ineluctable et penser le contraire etre aveugle.
Un pansement sur une jambe de bois, voila son credo. Nul et non avenu.
Réponse de le 03/03/2021 à 11:19 :
La Fed n'a en rien augmenté les taux directeur (toujours entre 0 et 0.25%), c'est les taux obligataires que "price" le marché qui ont augmenté (s'il y a encore un marché). Est-ce un appel du pied du marché à la Fed pour en faire plus afin de réaffirmer que les taux resteront bas longtemps même avec une inflation plus importante !? C'est ce que je crois à l'heure actuelle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :