La monnaie digitale de règlement interbancaire d'UBS bientôt sur les rails

 |   |  523  mots
Les cas d'usage de ce jeton interbancaire poussé par UBS vont du transfert de valeur au registre de commerce et de titres en passant par l'identité numérique.
Les cas d'usage de ce jeton interbancaire poussé par UBS vont du transfert de valeur au registre de commerce et de titres en passant par l'identité numérique. (Crédits : UBS)
Une douzaine de banques internationales devraient investir 50 millions de dollars dans le projet de "utility settlement coin" porté par la banque suisse et la Fintech britannique Clearmatics. Ce cash digital doit permettre d'accélérer le règlement-livraison des transactions financières.

Le projet de JPM Coin de l'Américain JP Morgan a-t-il conduit ses concurrents à mettre les bouchées doubles ? Le projet de monnaie digitale interbancaire porté par UBS, qui semblait patiner, serait sur le point d'accélérer. Selon Reuters, une douzaine de banques s'apprêteraient à investir environ 50 millions de dollars dans ce projet baptisé Utility Settlement Coin (USC) ou "monnaie de règlement utilitaire", démarré en 2015 en collaboration avec la startup de la Fintech britannique Clearmatics. C'est cette dernière qui a d'ailleurs déposé le nom de Fnality, l'entité qui sera chargée de mener à bien ce projet.

La banque suisse s'était plongée très tôt dans cette technologie née avec le Bitcoin et avait embarqué dès 2016 une dizaine d'institutions financières dans son projet, sa compatriote Credit Suisse, les britanniques HSBC et Barclays, la néerlandaise ING, l'allemande Deutsche Bank, l'espagnole Santander, les américaines BNY Mellon et State Street, la canadienne CIBC et la japonaise MFUG. L'objectif de la création de cet Utility Settlement Coin (USC) serait d'accélérer le règlement livraison des transactions financières.

« Encore en phase de recherche, USC serait une forme de cash numérique entièrement garanti par des liquidités auprès d'une banque centrale. Sa fonction principale est de prendre en charge le règlement-livraison contre paiement sur un registre distribué (blockchain). Cependant, contrairement aux paiements reçus en monnaie de banque commerciale, un paiement reçu en USC ne comporterait aucun risque de crédit, car ce serait de la monnaie "intelligente" sur une blockchain. Il fonctionnerait donc de la même manière que les crypto-monnaies qui font les gros titres aujourd'hui, mais au sein du système financier réglementé », avait expliqué UBS dans un livre blanc paru en mars 2018, "Au-delà de la monnaie".

--

UBS Utility Settlement Coin USC consortium

[Le consortium d'USC monté autour d'UBS. Crédit : UBS]

--

Du règlement-livraison quasi temps réel

En France aussi, la Caisse des Dépôts travaille notamment avec Société Générale et Crédit Agricole à un projet de "token euro", un jeton numérique d'échange interbancaire, qui permettrait du règlement-livraison quasi instantané, contre deux jours actuellement.

Le système de jeton de règlement interbancaire d'UBS pourrait être lancé en 2020, croit savoir Reuters. La feuille de route présentée par la banque suisse à l'été 2017 pour son USC comprenait un vaste éventail de cas d'usage, du transfert de valeur au registre de commerce et de titres en passant par l'identité numérique, et plus spécifiquement dans la finance des actions aux devises et aux dérivés. UBS n'a pas dévoilé le type de technologie utilisée, mais Clearmatics travaille sur la Blockchain Ethereum.

Le projet avait pris du retard notamment en raison du départ d'un des pilotes du projet, Alex Batlin, d'abord chez BNY Mellon comme Blockchain Leader puis au sein du groupe de conseil en Blockchain ConsenSys pour créer Trustology, une startup travaillant sur une solution de conservation des actifs numériques.

Lire aussi : Blockchain, token, ICO... le lexique de la folie crypto

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :