Hélicoptères Caracal : La France met la Pologne devant ses responsabilités

 |   |  984  mots
Airbus Helicopters et ses partenaires, dont le motoriste Turbomeca, vont créer plus de 3.000 emplois en Pologne, dont 1.250 emplois directs et environ 2.000 indirects
Airbus Helicopters et ses partenaires, dont le motoriste Turbomeca, vont créer plus de 3.000 emplois en Pologne, dont 1.250 emplois directs et environ 2.000 indirects (Crédits : Airbus Helicopters)
La France "n'estime pas envisageable la remise en cause de l'appel d'offres" par la Pologne portant sur la vente de 50 hélicoptères de transport militaire Caracal (H225M) d'Airbus Helicopters

Droit dans ses bottes Jean-Yves Le Drian. Le ministre de la Défense s'est opposé mardi à toute remise en cause de l'appel d'offres pour la vente de 50 hélicoptères de transport militaire Caracal (H225M) à la Pologne, lors d'un entretien à Paris avec son homologue polonais, Antoni Macierewicz. "On n'estime pas envisageable la remise en cause de l'appel d'offres", a-t-on indiqué dans l'entourage de Jean-Yves Le Drian alors que le nouveau gouvernement conservateur polonais conteste le choix des Caracal par l'équipe précédente. Fin novembre, le nouveau ministre avait  évoqué "une relance de l'appel d'offres" si Varsovie n'obtient pas gain de cause sur un programme d'investissements compensatoires d'Airbus en Pologne.

"C'est difficile d'accepter qu'un appel d'offres qui a été gagné soit remis en cause pour des raisons politiques. Cela voudrait dire qu'on a un problème politique avec les pays qui l'ont contracté", a-t-on ajouté de même source.

Un message clair de la France vis-à-vis de la Pologne si d'aventure elle relançait un nouvel appel d'offres. "Il fallait mettre les Polonais devant leurs responsabilités, cela a été fait par le ministre, explique-t-on à La Tribune. La France ne peut pas être bafouée comme cela". La Pologne, gouvernée alors par les libéraux centristes, a opté en avril 2015 pour l'achat de 50 hélicoptères multi-rôles fabriqués par Airbus Helicopters, estimés à plus de 3 milliards d'euros. Les contrats définitifs n'ont toutefois pas été signés et les négociations se poursuivent avec le constructeur, notamment sur les offset. Coté industriel, on y croit encore. "On avance dans une logique gagnante", explique-t-on à La Tribune.

Plus de 3.000 emplois créés en Pologne par Airbus si...

La nouvelle majorité conservatrice critique le choix d'Airbus, au nom de la défense des usines polonaises de défense. Ce qui est faux. Car Airbus Helicopters et ses partenaires, dont le motoriste Turbomeca, vont créer des emplois en Pologne. De l'ordre de 1.250 emplois directs et environ 2.000 indirects. Notamment à Lodz (800 emplois directs) et Radom (250). Dans le cadre du contrat s'il était définitivement signé, le constructeur basé à Marignane a signé en 2013 un accord industriel avec le polonais WZL 1. Cette entreprise basée à Lodz et spécialisée dans la maintenance aéronautique assemblera le Caracal si le constructeur signe le contrat. En outre, le groupe Airbus a ouvert en février 2015 un centre de recherche et de développement à Lodz, en Pologne.

De son côté, le motoriste et partenaire d'Airbus Helicopters dans cet appel d'offre, Turbomeca, installera aussi une chaîne d'assemblage pour les turbines du H225M à Lodz. Safran a déjà pour sa part une usine implantée à Sedziszow Malopolski dans le sud-est de la Pologne (Hispano-Suiza) et qui emploie plus de 500 personnes. Elle produit des pignons et des carters pour les transmissions de puissance et fait le montage. Elle produit des composants pour moteurs d'avions, d'hélicoptères et de nacelles.

Les sites italiens et américains dans les circonscriptions du PiS

Les sites d'AgustaWestland, qui propose l'AW149 et Sikorsky (S-70) sont basés dans les circonscriptions du PiS depuis 2011. D'où le parti pris des responsables du PiS pendant la campagne, notamment du ministre de la Défense polonais. Le groupe italien avait racheté en 2010 l'usine de PZL à Swidnik (sud), qui produit des hélicoptères Sokol utilisés dans les opérations de sauvetage, la lutte contre les incendies et le transport, notamment militaire. Ils sont vendus en Pologne, en République tchèque et en Corée du Sud. Sikorsky Aircraft produit, quant à lui, dans son usine de Mielec (sud) sa nouvelle version de l'hélicoptère Black Hawk, S70i, destinée à l'exportation.

Antoni Macierewicz avait exprimé l'espoir que l'américain Sikorsky et l'italo-britannique AgustaWestland, qui disposent d'usines en Pologne et qui ont vivement protesté contre le choix d'Airbus, participent à un nouvel appel d'offres éventuel. Selon la presse polonaise, Varsovie prendra sa décision finale à la mi-février, après une réunion des ministres de la Défense de l'Otan consacrée aux préparatifs du prochain sommet de l'Alliance où les conservateurs polonais souhaitent obtenir un renforcement de la présence de l'Otan en Pologne.

Visiblement un moyen de pression pour Paris sur Varsovie. Plutôt que de "multiplier les centres de commandement ou les sites", "il faut qu'on ait des forces très réactives, capables d'être projetées très vite", estime-t-on au contraire au ministère français de la Défense.

Une message politique qui agacerait beaucoup Paris

Une remise en cause de l'appel d'offres enverrait un "message politique de retrait par rapport au partenariat stratégique développé ces dernières années" avec la Pologne,  a-t-on souligné au ministère français de la Défense. La France a ainsi déployé des forces militaires (avions, chars Leclerc, moyens navals..) dans l'est de l'Europe, notamment en Pologne, dans le cadre des mesures de réassurance de l'Otan après l'annexion de la Crimée par Moscou, Varsovie s'inquiétant des ambitions régionales de son puissant voisin russe, a-t-on rappelé. Elle a aussi "renoncé, notamment à la demande des Polonais, à la livraison des bâtiments (de guerre) Mistral" à la Russie, a-t-on ajouté de même source.

Ce contrat si il était enfin signé pourrait mettre fin à une période de disette pour les industriels français, qui font régulièrement un "bide" commercial à Varsovie. Sur la période 2010 et 2014, la Pologne, qui préfère acheter américain, allemand ou israélien, a ainsi royalement commandé à l'industrie tricolore 73,8 millions d'euros d'équipements militaires, selon le dernier rapport au Parlement 2015 sur les exportations d'armement de la France publié. D'une façon plus générale, Paris souhaiterait opérer un rééquilibrage des relations commerciales avec la Pologne dont l'Allemagne est devenu le premier partenaire avec près de 26 % du marché polonais contre 6 % seulement pour la France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2016 à 12:35 :
On peut Vous conseiiler
un peu (?), a tout les deux ,
( un proche du milieu du General G.R.
ex-pilot d`esseil de L`Aviation Francaise )
a écrit le 08/03/2016 à 17:29 :
La France reproche à la Pologne de lui faire exactement ce qu'elle a fait à la Russie. Mot pour mot.
a écrit le 08/02/2016 à 15:22 :
vivement le francexit !!!!
a écrit le 08/02/2016 à 15:07 :
Airbus Helicopters et ses partenaires, dont le motoriste Turbomeca, vont créer plus de 3.000 emplois....... mais pas en France
nous ont va créer plus de 400 000 nouveaux chômeurs en 2016 qui vivront grâce au aide de l’état et au black.
a écrit le 08/02/2016 à 10:21 :
J'espère le polognexit !!!
Depuis son entrée dans l'UE , ce pays nous vampirise.
A choisir , autant prendre la turquie ...
a écrit le 07/02/2016 à 23:45 :
Super-Puma : appareil plus que vieillissant, nombreux récents "problèmes d'exploitation" côté offshore (demander aux personnes qu'on amène sur ces plateformes leur avis), nouveaux développements très complexes et risqués (car on n'est plus des champions (lol)) à mener pour satisfaire aux exigences de l'appel d'offre, surtout dans les délais demandés... appel d'offre qui, au passage, décrit une machine beaucoup plus proche d'un sikorsky black Hawk que d'un super puma... et sikorsky a déjà une usine en pologne...
Enfin, on a pu voir avec l'Ukraine, une certaine opposition américaine envers poutine tandis que l'Europe tergiversait quelque peu...

Franchement, je me demanderais d'abord comment les super puma ont-ils pu être choisis... Jean-Yves... finalement comme rien n'est honnête là-dedans depuis le début, tout peut arriver !!! le gouvernement polonais actuel doit avoir quelques belles munitions aussi !
a écrit le 06/02/2016 à 12:32 :
Pas de soucis les Polonais qui profitent de l'Europe ne prendront que du matériel Américain comme d'habitude :(
Réponse de le 07/02/2016 à 23:51 :
Y a des chances... et c'est ce qu'aurait du avoir en tête nos chers politiques au moment où ils ont commencé à brosser dans le sens du poil les polonais... ce qui doit énerver le drian, c'est que, si ça finit comme tu le dis, ils se seront vraiment fait avoir comme des bleus !
Réponse de le 09/02/2016 à 15:09 :
la Pologne est souveraine , elle a bien le droit de dénoncer les contrats du Gouvernement d'avant ,
a écrit le 06/02/2016 à 9:25 :
En fait la Pologne n'a intégrée l'Union européenne que pour se démarquer de la Russie et pour le reste elle reste fidèle aux USA ,en particulier pour sa défense..Compte tenu de son histoire ,on peut comprendre..,mais ce n'est surement pas un gage de confiance pour l'avenir!
Réponse de le 08/02/2016 à 0:04 :
Exact, c'est bien connu...
Mais du coup, comment ont-ils pu leur faire confiance dès le début ? Ils ont du croire que les valises suffiraient ?
a écrit le 05/02/2016 à 13:57 :
Pendant ce temps la un gogo commande une KIA made in Poland dans une concession
Réponse de le 05/02/2016 à 16:22 :
Le problème, c'est qu'en France les gogos sont très nombreux !!! l'intêret particulier est devenu la norme.
a écrit le 05/02/2016 à 13:51 :
L'avenir économique de la France passe obligatoirement par une coopération renforcée et un vaste programme de co-développement avec l'Afrique, puissance démographique et économique montante avec qui, de surcroit nous avons une langue et une histoire contemporaine en partie commune. Les pays de l'est deviennent des déserts démographiques et leur sensibilité européenne se limite à leurs propres intérêts.
Réponse de le 05/02/2016 à 17:17 :
Exact
a écrit le 05/02/2016 à 8:50 :
Une remake de l' arroseur arrosé en quelque sorte !!!. Le Drian oublie t-il la façon dont son gouvernement et son président savent s' asseoir sur des contrats internationaux de livraisons signé par leurs prédécesseurs ?... Quand on ne respecte pas sa signature et nos engagements il ne faut jouer les outragés que des clients étrangers fassent de même. On a que ce que l'on mérite.
a écrit le 04/02/2016 à 12:30 :
Le gouvernement pourrait annoncer l'échange des hélicoptères contre des Rafales... Le temps qu'on se rende compte que c'est encore une nouvelle farce, ils auront été virés par les électeurs !
a écrit le 04/02/2016 à 11:22 :
Il faut savoir que c'est la Pologne qui a insiste aupres de la France pour que les Mistrals ne soient pas livres a la Russie.
Réponse de le 05/02/2016 à 7:50 :
Comme membre de l'OTAN, devons nous assistance aux pays baltes s'ils sont agressés? Oui.
Comme membre de Union Européenne, devons nous assistance aux pays baltes s'ils sont agressés? Oui.
Comme membre permanent du conseil de sécurité de l'ONU, devrions nous laisser faire sans sourciller?
Pourquoi donner des moyens aux russes d'envahir encore plus rapidement ces nations qu'ils revendiquent et menacent.
Si cela se produisait, à combien de pertes humaines estimeriez vous la reprise de chaque km concédé?
Seriez-vous parmi les volontaires?
A combien estimez-vous le risque irréversible sur une échelle de 1 à 10?
Mieux vaut prévenir que guérir !
70 années que l'Europe est en paix, malgré quelques conflits qui, à l'échelle de l'Union Européenne, sont régionaux et mineurs.
70 années que l'URSS puis l'ex-URSS sont instables.
a écrit le 04/02/2016 à 7:29 :
La France est mal placé pour donner des leçons au polonais en terme de protectionnisme économique.
Réponse de le 04/02/2016 à 7:54 :
des exemples?? non?? donc affirmation gratuite typique du french bashing!
Réponse de le 04/02/2016 à 11:24 :
UN exemple parmi beaucoup d'autres:
combien de fois la SNCF a acheté des trains à l'étranger?
Par exemple de PESA (l'Allemagne et l'Italie ont déjà acheté) ou de NEWAG (l'Italie en a déjà acheté plusieurs fois)
Réponse de le 04/02/2016 à 11:26 :
Sans rire vous voulez une preuve....et les porte-hélicoptères Russes, la France les a t-elle livré....?
Réponse de le 04/02/2016 à 16:27 :
@ de @gepitau
Bombardier, y'a des centaines de rames qui circulent en France.
Ensuite, ce sont les appels d'offres.
On ne va pas baisser la qualité d'Alstom pour se mettre au niveau de nos voisins?
Réponse de le 04/02/2016 à 17:24 :
cocoricooooo. On est les meilleurs.
Peut-être pour cette raison que la France a un monstre déficit commerciale, contrairement à l'Allemagne, la Suisse etc. On ne pourra pas toujours vivre sur l'illusion qu'on est les meilleurs; cela fait longtemps que les autres nous ont dépassé y compris les polonais!!!
a écrit le 04/02/2016 à 7:06 :
Si les hélicos ça vole, les impôts s’envoleraient également, n’est-ce pas très drôle vu le déficit? On a signé un traité Maastricht au niveau européen, sera-t-il appliqué et comment ? Certains proposent un contre-choc fiscal massif, on pourrait imaginer de le virtualiser ?
a écrit le 04/02/2016 à 6:16 :
La caracal est-il un hélicoptère rapide ? On nous parle d’un Big Data, selon la formule de la démocratie pour la population aura-t-on des entreprises en démocratie virtuelle et directe, libérale ou sociale et des élus shadow pour une démocratie par la population avec une carte de crédit de type démocratie directe?
Y aura-il des campagnes, des réseaux et des boyaux qu'on creuse?
Réponse de le 04/02/2016 à 10:07 :
Ah oui quand même! Et vous êtes nombreux là haut?

Votre commentaire est incompréhensible, dans le contexte de l'article et en dehors. Ou alors il est encore tôt et je suis trop sobre... ?!
Réponse de le 04/02/2016 à 14:09 :
et pas d'emploi en france.....................
Réponse de le 10/10/2016 à 16:39 :
Plop est il encore parmi nous ?? son traitement avance ???
a écrit le 04/02/2016 à 4:10 :
La France n'aurait jamais du interrompre la livraison des Mistral a la Russie. Charge a elle de se defendre contre les Mistral avec ses avions et helicopteres americains. Cette Pologne que j'admirais pour son integrite et sa loyaute se montre perfide.
Réponse de le 09/02/2016 à 3:23 :
Le jour où la Russie attaque la Pologne ils n'attaqueront pas que la Pologne mais aussi tout les pays qui sont derrière géographiquement parlant.
Vous êtes inconscient.
a écrit le 03/02/2016 à 21:45 :
AgustaWestland est à l'origine de retentissants scandales de corruption ces dernières années. Inde, Algérie... les polonais, surtout ceux au pouvoir, ont une tradition en la matière à défendre eux aussi. Reste à voir quand le scandale éclatera. En attendant, empressons nous de retirer notre matériel militaire, et laissons les polonais demander aux allemands de les aider, eux qui les connaissent si bien !
a écrit le 03/02/2016 à 20:58 :
Corruption et combines politiciennes , qui va gagner le droit d'arroser les comptes offshores
des dirigeants polonais et obtenir le Graal commercial ? A suivre ....
a écrit le 03/02/2016 à 20:30 :
il faudrait etre dingue pour acheter des armes a la france alors qu'elle peut a tout moment renoncer a ses engagements et ne pas les livrer, ou bien pire encore donner les codes de désactivations des appareils comme mitterand la fait vis a vis des anglais contre les avions francais des argentins aux malouines
Réponse de le 05/02/2016 à 16:34 :
Pouvez-vous nous expliquer ce qu'est un code de désactivation sur un avion de chasse ? Moi je peux vous assurer que pendant cette guerre Dassault avait des techiniciens sur place dans le cadre des contrats en cours et que personne ne leur avait demandé de rentrer à Paris....
Réponse de le 05/02/2016 à 17:06 :
Dès l'invasion des îles le 2 avril 1982 par les Argentins, Mitterrand appelle Thatcher pour affirmer son soutien, court-circuitant le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Claude Cheysson, plutôt pro-argentin. La France a livré à l'Argentine des Mirage et des Super-Étendard, et quelques missiles Exocet, dont l'un coulera le destroyer Sheffield, qu'à cela ne tienne, les Français stoppent les livraisons et envoient aux Anglais différents spécimens de leurs armes pour leur apprendre à les contrer.

http://www.lepoint.fr/monde/margaret-thatcher-et-francois-mitterrand-ce-drole-de-couple-15-02-2012-1431579_24.php
a écrit le 03/02/2016 à 20:27 :
s'ils refusent de passer commande il faut vendre le mistral au russe et proposer notre soutien aérien a leur annexion de la pologne qui n'aurait jamais du sortir de la grande russie
Réponse de le 03/02/2016 à 21:42 :
L'abus de vodka est très mauvais pour la santé.
a écrit le 03/02/2016 à 20:09 :
C'est bien tenté.
De toute façon, les entreprises françaises n'ont visiblement pas grand chose à perdre en Pologne.
Bien sûr, le contrat n'est pas signé, donc ils peuvent revenir en arrière mais ils en seraient les principaux perdants. Ce serait bien sûr dommage pour Airbus, mais ils survivront, et dommage pour l'Europe si Sikorsky est choisi à la place.
La Pologne pourrait être un atout, mais elle n'est pas essentielle.
a écrit le 03/02/2016 à 19:16 :
Les polonais ne sont pas des personnes de confiance; Il voudrait mieux arrêter de délocaliser notre industrie dans ce pays avec les subventions européennes (20% venant de l'impot des contribuables). Holllande a l'habitude d'etre roulé dans la farine. Une fois de plus ou de moins, il serait capable d'aider les polonais sur l'OTAN sans avoir les helicopters. les francais n'attendent que 2017 pour le virer.
a écrit le 03/02/2016 à 18:45 :
Il faut envoyer le sauveur nationale en Pologne. Il va arranger cela.
a écrit le 03/02/2016 à 18:02 :
La Pologne aime l'Europe pour les aides mais la déteste pour des contrats intercommunautaires en dehors de l'Allemagne pour laquelle elle a une certaine fascination malgré les années nazis. Un lien particulier avec les US car elle croit comme tous les ex pays rouges de l'est que les US défendront leur petit territoire oui si cela rapporte aux US sinon rien, cette fascination se fait au détriment de l'Union. On voit bien dans l'affaire Crimée que les US comme le reste de la communauté avec un "bonus" pour les US qui n'est guère concernées par l'embargo que la Pologne a joué un role majeur anti russe. Il ne faut pas se leurrer l'Union est en phase d'éclatement du principalement aux pays de l'est et à la GB. La merveilleuse aventure de l'Europe est devenue un champ de ruines.
Réponse de le 03/02/2016 à 19:06 :
Vous avez malheureusement raison, mais on sera encore assez c... pour aller se battre pour le corridor de Dantzig (Gdansk) qui n'existe plus, mais l'homme étant ce qu'il est, on trouvera bien autre chose.
Réponse de le 05/02/2016 à 16:41 :
On le sait depuis le premier jour que la Pologne n'est pas fiable. Dès le lendemain de son entrée dans l'UE, elle achetait des F16 !
Mais la France est le pays de la diplomatie...ne brusquer personne...quitte à se faire mettre plus souvent qu'à son tour.
a écrit le 03/02/2016 à 17:53 :
Ben voyons, Hollande a cru une seule seconde que la non livraison des Mistrals à la Russie nous attirerait la sympathie des Polonais? Ce serait la preuve qu'il est bien naïf.... La Pologne est encore plus atlantiste que la France d'aujourd'hui et Varsovie achètera toujours du matériel US par allégeance envers son protecteur.
a écrit le 03/02/2016 à 17:45 :
On appelle cela la double peine. Pour faire" plaisir" aux polonais, on a dénoncé le contrat Mistral avec les russes. Maintenant que les russes n'auront pas les Mistral, les polonais peuvent annuler le contrat Airbus Hélicopter. Et le grand gagnant est , l"Amérique qui sème une fois de plus la zizanie dans l'UE.
a écrit le 03/02/2016 à 17:31 :
Il a raison de le dire Mr Le Drian, mais on n'aurait jamais du céder sur les Mistral. Maintenant tout le monde nous prend pour des pipes. C'est encore une synthèse foireuse style FH qui se croit toujours en train de fédérer les différents courants du PS.
Consternant.
a écrit le 03/02/2016 à 17:29 :
C'est vrai que remettre en cause des contrats signés et deux navires de commandement en phase de livraison à destination de la Russie, c'était difficilement envisageable...surtout pour des raisons politiques !

Il faut se faire une raison, les Polonais sont des mauvais coucheurs et souhaitent utiliser tous les moyens pour faire pression. A nous de savoir ce qu'on est prêt à accepter pour emporter le marché et se retirer le cas échéant.

Les polonais ont tout intérêt à nous garder dans la course le plus longtemps possible, car cela leur permet de faire baisser les prix de nos concurrents, on peut jouer aussi de notre coté....
a écrit le 03/02/2016 à 16:29 :
Les contrats sont remis en cause ou repoussés pour toutes sortes de raisons. Ceci dit la question hélicoptères est impactée par la question pétrolière. Les forages nécessitent en effet un large emploi de ces machines pour des rotations de personnels et autres livraisons et inspections multiples. L'arrivée des drones comme la coupe des budgets pétroliers font que la bagarre devient intense dans ce secteur tandis que beaucoup de positions commerciales sont revues en baisse. On constate la même problématique sur les lanceurs, soudain une tarification incompressible abandonne 20%. Les polonais réévaluent pour leur part leur vision des échanges en fonction des apports de compensations ou d'investissements qui sont faits chez eux. Le contrôle des marchés internes les obligent également à acheter français dans une certaine proportion. Cependant comme constaté ailleurs par exemple avec le Japon, le recadrage ne peut se faire sur un contrat.
a écrit le 03/02/2016 à 16:23 :
Les polonais ont toujours été pro américains ,ils ont besoin de faire valoir en l'occurrence cette fois encore les Français pour mieux négocier outre atlantique. Je me demande encore pourquoi ils ont intégré l'Europe.
Réponse de le 03/02/2016 à 17:33 :
@Gerardc27: Pourquoi ? Pour la même raison que la Grèce : l'argent de la communauté européenne :-)
Réponse de le 10/10/2016 à 11:12 :
Une leçon d’histoire ou de géographie ratée... „Intégré l'Europe”? La Pologne est et toujours était en Europe. Elle a intégré l’Union européene, reçoit des aides (comme d’autres pays) et participe au budget européen.
a écrit le 03/02/2016 à 15:49 :
Il "n'estime pas envisageable ..", et pourtant Hollande l'a fait avec les Mistral. Les socialos auraient dû se douter que le refus d'honorer un contrat (Mistral) ne serait pas sans conséquence :-) Sans être devin, je l'avais prédit et aucun pays ne va maintenant se gêner vis-à-vis de la France qui a créé un précédent en matière de rupture de contrat !!!
Réponse de le 03/02/2016 à 17:38 :
La situation n'est en rien comparable. Une suspension d'appel d'offre gagnant dépend de règle européenne très stricte. L'appel d'offre peut être annulé en cas de crise politique grave (conflit armé, embargo etc ...). Cette suspension est accélérée si la vente entraîne une aggravation du conflit. Dans le cas de la vente à la Russie c'était le cas.

Pour la Pologne nous ne sommes pas en guerre et n'avons aucun différent politique. Néanmoins le contrat n'est pas signé contrairement à ce que veulent faire croire les médias. Contrairement à la Russie qui avait déjà signé, payé et les bateaux étaient pratiquement opérationnels.

Brefs les deux situations n'ont aucun rapport.

Sinon concernant l'annulation, il n'y a pas de "précédent" juridique pour la France. Uniquement des règles devant l'UE et l'OMC qui peuvent être saisies en cas de désaccord.
Réponse de le 04/02/2016 à 9:52 :
La France a été poussée par c'est alliés a rompre le contrat, notamment par la Pologne. L'erreur est d'avoir cru que cette preuve de bonne foi du gouvernement français serait récompensé.

Je pense que c'est une erreur tactique décisive car les Russes eux n'aurait pas oublié de si tôt le geste que nous aurions fait en leurs vendant les BPC.

Je précise que je ne suis pas pro-russe.

y'a un proverbe arabe qui dit un truc du genre:
"Méfie-toi de ton ennemi une fois, Et méfie-toi de ton ami mille fois.
Un ami peut se retourner contre toi, Et savoir alors parfaitement te nuire."

Tout est dit, merci la pologne
Réponse de le 04/02/2016 à 10:25 :
@marousan: que tu sois dans l'UE ou ailleurs, quand on signe un contrat, on le respecte sous peine de perdre toute crédibilité...et c'est ce à quoi on assiste maintenant. La France l'a fait, pourquoi pas nous ! Et en matière de jurisprudence, on a donc un exemple type de rupture de contrat par un état. Le reste n'est que discours creux :-)
a écrit le 03/02/2016 à 15:20 :
Venant d un pays qui a dénoncé les contrats sur les navires classes mistral c est un peu gonflé "d être agacé pour des clauses ou des raisons politiques". La poutre dans mon oeil etc....
a écrit le 03/02/2016 à 15:17 :
Le Drian qui dit que l'on peut remettre en cause un appel d'offre pour des raisons politiques, je lui rappellerai les Mistrals et le non respect de la signature de la France pour raisons politiques...sic
Réponse de le 03/02/2016 à 15:49 :
Il a dit que remettre en cause le contrat voudrait dire qu'il y a un problème politique entre la France et la Pologne. Votre comparaison avec le contrat BPC Russe est bonne mais pas dans le sens que vous le présentez: il y avait effectivement un problème politique entre la France et la Russie à l'époque.
a écrit le 03/02/2016 à 15:17 :
Il est décidément très bien ce JY Le Drian....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :