TGV : la Cour des comptes critique un "réseau coûteux et peu cohérent"

 |   |  530  mots
La Cour des comptes souligne la fréquentation stagnante du TGV, associée à une rentabilité des lignes en baisse au fil de nouveaux projets de plus en plus coûteux.
La Cour des comptes souligne la fréquentation stagnante du TGV, associée à une rentabilité des lignes en baisse "au fil de nouveaux projets de plus en plus coûteux". (Crédits : reuters.com)
En finir avec le "tout-TGV"? Un rapport estime que les projets ont été surestimés, les projections de fréquentations, mal évaluées. En outre, les opérateurs n'ont plus les moyens financiers de poursuivre le développement des lignes à grande vitesse.

Dans un rapport publié jeudi 23 octobre, la Cour des comptes a vertement critiqué le modèle qui a prévalu au développement des lignes à grande vitesse en France.

Elle juge que le développement irraisonné des lignes à grande vitesse a abouti à un réseau couteux et peu cohérent. "Les rames de TGV desservent 230 destinations et passent 40% de leur temps en moyenne sur les lignes classiques, ce qui nécessite en outre un parc important de rames", écrivent les sages. Autrement dit, pour de nombreuses destinations, le TGV n'est pas nécessaire puisqu'elles ne sont pas desservies par des lignes à grande vitesse.

La Cour recommande en outre de privilégier d'autres moyens de transports comme les autocars en allégeant la réglementation à laquelle ceux-ci sont soumis. Il s'agit d'en finir avec le "tout-TGV".

Des fréquentations surestimées

Les projets de LGV en cours doivent également mieux prendre en compte une "évaluation socio-économique". Elle suggère que les moyens financiers soient concentrés sur l'entretien du réseau, et ne pas financer des projets non rentables. La Cour des comptes affirme que trop souvent, les projets de LGV ont surestimé les projections de fréquentation.

Résultat aujourd'hui: "Sur certaines liaisons, les principales conditions de pertinence d'une ligne à grande vitesse (LGV) ne sont pas remplies" et le modèle est "à bout de souffle", son "coût devenu non soutenable".

La Cour des comptes tire la sonnette d'alarme sur le financement des projets déjà actés. D'après elle, le financement n'est pas assuré en raison du "haut niveau d'endettement de Réseau Ferré de France (RFF)". Désormais, il faudra également compter sans l'écotaxe qui était censé financer le développement ferroviaire via l'Agence de financement des infrastructures de transport de France. Or, le rapport souligne que cette dernière "n'a déjà pas été en mesure d'honorer ses engagements budgétaires en 2013".

30 millions d'euros le kilomètre

Le travail de la Cour des comptes "porte sur les décisions de construction de lignes à grande vitesse. Ca ne concerne pas la SNCF, ça concerne d'abord le gouvernement et les élus", avait souligné le président de la SNCF Guillaume Pepy sur SNCF La radio, faisant état d'un coût de construction de "30 millions d'euros au kilomètre".

"Les TGV aujourd'hui dégagent du bénéfice", avait-il ajouté, déclarant toutefois que la SNCF devra, "dans les 3 à 5 ans qui viennent, [...] baisser les coûts de production du TGV pour pouvoir toujours baisser les prix".

La marge opérationnelle divisée par plus de deux

Car la Cour des comptes le souligne, la fréquentation stagnante du TGV, associée à une rentabilité des lignes en baisse "au fil de nouveaux projets de plus en plus coûteux", ont fait passer sa marge opérationnelle "de 29% du chiffre d'affaires en 2008 à 12% en 2013".

La SNCF avait dû procéder en février à une importante dépréciation de la valeur comptable de son parc de TGV, et même le cahier des charges du très attendu TGV du futur d'Alstom, prévu pour 2018, est passé d'un modèle haut de gamme à un train moins coûteux par passager.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2015 à 21:09 :
Bon serte les ligne TGV on du mal à passer en ville , mais de là à construire des gares perdu au milieux des champs ( TGV Picardie ) ou comme en Alsace relier à aucun réseau, il y a des questions à se posser.... Comme toujours avec l'argent publique on fait n'importe quoi.... Il y a quelque gros probleme a regler dans cette entreprise publique qui ne fonctionne pas correctement....bien sur c'est le contribuable qui règle la facture..... Donc tous vas bien madame la marquise.....
a écrit le 11/02/2015 à 15:20 :
Les tarifs mieux que le covoiturage et oui la sncf va renaitre exemple montpellier lille 49€ ET
3.9 KILOS DE CO2 PAR PESONNE ALORS QUAND VOITURE C EST 45.6 KILOS DE CO2
C EST VRAI DES FOIS IL Y A DES GREVES ET QUAND IL Y A DES BOUCHONS ONT PAYE PLEIN POT.
LE TRAIN RESTE UN MOYEN SUR ET écologique ET DES NOUVEAUX TARIFS TRES BAS.
QUE LES COMMERCIAUX DE LA SNCF RECALCULE LE REMPLISAGE ET LES MEILLEURS TARIFS MOINS DE TRAIN MAIS BIEN PLEIN.
a écrit le 24/10/2014 à 17:19 :
Prenez l'exemple de la future LGV Montpellier/perpignan pour terminer la ligne Paris/Barcelone/Madrid... Le tronçon Montpellier/Perpignan est en projet depuis plus de 15 ans et est reporté à 2025/2030 ...!! En plus, il comporte des incohérences : une gare TGV est prévue à Narbonne et une autre gare TGV est prévue à Béziers..!! Ces deux villes ont 60 kms entre elles....!! pour faire plaisir aux élus locaux.... C'est une absurdité
financière .... Il faut prévoir une seule gare à Narbonne qui est au croisement des lignes TGV provenant de Toulouse, Montpellier, Barcelone.....!!!!!
a écrit le 24/10/2014 à 11:32 :
Mais ce gouvernement, si médiocre, se fout de l'avis de la Cours des Comptes !!!! Voilà pourtant un organisme prévoyant et utile pour nous guider et nous laisser entrevoir toutes nos erreurs ! C'est bien cela le fameux" modèle français, qui n'existe heureusement qu'en France........tout comme la "phobie administrative" dont on prévoit une très prochaine EPIDEMIE.......
a écrit le 24/10/2014 à 10:26 :
Le TGV où la MICHELINE des temps modernes pour des politiques toujours en retard d'un wagon.
a écrit le 24/10/2014 à 10:24 :
Aller retour Montpellier Marne la vallée 21 € !
a écrit le 24/10/2014 à 8:57 :
je ne prend jamais le tgv, beaucoup trop cher !! et puis le personnel, pas toujours aimable, j'en ai fait les frais, une controleuse, ne me dit meme pas bonne journée cause de ma gueule de métèque, mais dis bonne journée aux autres....sans parler des grèves...un peu comme air france quoi...on a le pays qu'on mérite ??????
a écrit le 24/10/2014 à 7:01 :
personnellement j'évite de prendre le train les risques d'être pris en otage par une certaine catégorie de personnel pouvant se mettre en grève à tout moment.
Réponse de le 24/10/2014 à 13:35 :
Idem, il faut être complètement à la masse pour prendre le train en France ,spécialement lors des départs en vacances. Le risque de grêve est bien trop grand.
a écrit le 23/10/2014 à 19:55 :
deux fois plus de temps de trajet et 50% de réduction .... ou TGV 100% du prix ? lequel le train sera bondé ?
a écrit le 23/10/2014 à 18:48 :
"TGV : la Cour des comptes critique un "réseau coûteux et peu cohérent"..... ha wai 2014 ! C'était dit depuis longtemps !!!!!!!!!!!!!!! Mais le le monde politique met du temps à réagir plus qu'un TGV à 50 km/h !
a écrit le 23/10/2014 à 17:35 :
En elle même la technologie du TGV est une réussite. Le problème réside dans le choix des lignes qui auraient du prioritairement relier les grandes capitales européennes. Les politiques ont favorisé des liaisons secondaires au détriment de liaisons internationales pour des raisons purement électoralistes.
Quand on pense que depuis des années l'Etat repousse la construction de la LVG sensée connecter la péninsule ibérique au reste du réseau européen, alors que derrière la frontière tout est prêt. En prime, ils font en sorte que ce soit les habitants des régions traversées qui participent à frais de construction... Hallucinant !
Réponse de le 24/10/2014 à 10:13 :
Les gens (décideurs, élus, ...) ont peut-être pensé que le TGV était le TER moderne ? Et s'il passe chez soi, c'est un signe de modernité, de dynamisme, de confort, ... Même s'il s'arrête tous les 50 km, sans avoir le temps d'accélérer.
Réponse de le 24/10/2014 à 17:12 :
IIiad a raison....Paris/Barcelone/Madrid.... il manque un tronçon entre Montpellier et Perpignan pour finir cette ligne....cela fait plus de 15 ans que le projet est lancé...!! et reporté à 2025 .....!!
a écrit le 23/10/2014 à 16:18 :
Ce que vous oubliez tous, c'est que sans cette commande publique, Alstom n'aurai pas été un grand leader dans l'électronique de puissance, une technologie qu'Alstom a appris à maitrisé en parti grace au TGV et cette technologie on la retrouve partout, dans la vie de tous les jours ! Arrêtons de cracher sur ce magnifique train, qui montre encore une fois, ce que les ingénieurs et technicien français sont capable de faire ! Mais si je vous écoute tous, notre pays serait bien plus dans la mouise. Rester dans vos fermes les vieux, laisser les ingénieurs bouger ce pays !
Réponse de le 23/10/2014 à 16:24 :
Les ingénieurs pourraient travailler à la rentabilité de leurs œuvres mais quand on fait payer les contribuables en dernier recours, on se fout du coût.... On cherche le prestige et les électeurs que l'on méprise.
Réponse de le 23/10/2014 à 17:26 :
Bête : ils critiquent la dépense de l'argent pour des projets non rentables et pas le matériel.
Celui qui le dit qui l'est.
Réponse de le 23/10/2014 à 18:52 :
@ bête: sauf que pour survivre Alstom fait payer à la sncf quasiment le double de ce que vaut réellement une rame tgv !
Réponse de le 23/10/2014 à 23:55 :
Oh je peux vous rassurer, depuis l'ouverture de la SNCF vers Bombardier, Alstom fait aussi baisser ses prix. Par ailleurs, si vous aller en Corée du Sud, il y a notre bon vieux TGV, première génération, une technologie qu'on leur a vendu. Ils ont tenté de faire plusieurs autre TGV made in Korea. Mais vous savez quoi ? Les TGV de technologie française première version continue de fonctionner sans soucis ... Allez savoir pourquoi. La qualité, elle a un prix. C'est par pour ça que certains achètent allemand d'ailleurs ? Ahahahahahah Les français savent aussi faire des produits de très bonne qualité, voir de meilleur qualité (cf : les problèmes récurent sur les ICE de la DB qui louait (et doit toujours en louer) des TGV de la SNCF !
a écrit le 23/10/2014 à 15:49 :
Et il y a Hollande qui pousse très fort à faire la LGV Poitiers-Limoges qui va coûter pas loin de 2 milliards et qui ne sera jamais rentable. Que ne ferait-il pour la Corrèze...
Réponse de le 23/10/2014 à 17:28 :
Et en attendant, le tronçon de LVG Perpignan-Montpellier qui permettrait de relier Madrid, Barcelone et Valencia à Lyon, Paris et au reste des capitales européennes du Nord est bloquée depuis des lustres ! Le problème, c'est que pas mal de politiques ont favorisés leur petit public local pour se faire réélire en oubliant l'intérêt général. Sans compter que la France à vendu sa technologie à l'Espagne et y a développé un réseau pour finalement maintenir la péninsule ibérique en autarcie. L'Espagne devrait porter plainte contre l'Etat français pour escroquerie !
a écrit le 23/10/2014 à 14:41 :
cette entreprise est propriété de la CGT et DE SUD ..rail ...plus de retraites que d actifs . ajouter le CE les voyages gratuit meme pour leurs familles enfant grand parents ..
a écrit le 23/10/2014 à 14:27 :
La diligence, je vous dis. La diligence mon bon monsieur, il n'y a que ça de vrai.
a écrit le 23/10/2014 à 14:26 :
Je crois me souvenir que le RAFFARIN était pour raisons électorales très attaché à la transversale TGV de Poitiers à Limoges.
a écrit le 23/10/2014 à 13:19 :
faut-il que les français soient sourds ! Le TGV c' est Concorde à la puissance 10 ! C'est une immense connerie que les politiques ont avalisé par incompétence pour certains et intérêts et intérêts pour d' autres . Le prix d' achat est important mais le prix de possession exorbitant . Une seule réponse : LIMITER A 200 km/h la vitesse . Je signe !!!
Réponse de le 23/10/2014 à 14:23 :
A 60 km/h c'est mieux, je contresigne !
Réponse de le 24/10/2014 à 11:55 :
"LIMITER A 200 km/h la vitesse"
Bienvenue dans "Atlas Shrugged". Comme quoi ce roman est prémonitoire en matière d'anticipation de la bêtise humaine.
a écrit le 23/10/2014 à 12:49 :
Le réseau ferré est désavantagé par un cout du travail trop élevé comparé au prix de l'énergie. Il faut équilibrer la relation cout du travail-prix de l'énergie.
a écrit le 23/10/2014 à 12:46 :
entre les pannes et le reste , j'ai définitivement avec mon relationnel abandonné la SNCF , ah! depuis30 bonnes années
Réponse de le 23/10/2014 à 14:25 :
surtout avec le reste. Moi, mon relationnel continue avec la sncf, what a shame ...
a écrit le 23/10/2014 à 12:39 :
La SNCF est une entreprise en faillite,gérée par des incapables.Par ailleurs,le rail est un concept obsolète car datant du 19e siecle.La France,depuis toujours pionnière pour les inventions dans les transports est en train de faillir à sa réputation...
Réponse de le 23/10/2014 à 13:46 :
"Par ailleurs,le rail est un concept obsolète car datant du 19e siecle."

Et que pensez-vous de l'écriture ? Et de l'agriculture ? Obsolètes aussi ?
Ce qu'il ne faut pas lire...
Réponse de le 23/10/2014 à 14:26 :
Le vrai problème c'est l'homme. Un concept encore plus obsolète, de pusieurs dizaines d emilliers d'années ... à la poubelle !
a écrit le 23/10/2014 à 12:38 :
il a bien fallut vendre ce projet TGV. Ceci dit, cela reflète combien les orientations stratégiques et la gestion publique sont calamiteuses...les élus souhaitant toujours réaliser des projets pharaoniques à des couts insupportables en se foutant bien des conséquences futures

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :