1974-2014 : l'histoire passionnante de Roissy Charles-de-Gaulle (Aéroports de Paris)

 |   |  2072  mots
CDG1 a ouvert ses portes le 13 mars 1974
CDG1 a ouvert ses portes le 13 mars 1974 (Crédits : Reuters)
L'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle fête ses quarante ans. La Tribune retrace les quatre décennies durant lesquelles CDG est devenu un mastodonte du secteur aéroportuaire.

Le 13 mars 1974, un Boeing 747 de la compagnie américaine TWA en provenance de New-York se posait à Roissy Charles-de-Gaulle (CDG) et devenait ainsi le premier appareil commercial à se poser sur le tarmac de "Paris-Nord", comme on l'appelait en interne à l'époque. Quarante ans après la mise en service du terminal 1, Roissy est aujourd'hui un mastodonte du monde aéroportuaire.

Avec 62 millions de passagers transportés en 2013 par 180 compagnies aériennes présentes sur la plateforme, CDG est aujourd'hui le deuxième aéroport d'Europe derrière Londres-Heathrow, et le huitième mondial. Les trois aérogares qui le composent (CDG1, CDG2 lui-même étalé sur 8 terminaux et deux grands salles d'embarquement, CDG3) peuvent encore accueillir au moins une vingtaine de millions de passagers par an. Ses quatre pistes (deux doublets) sont un atout de poids pour absorber la croissance du trafic, alors que certains concurrents, comme Heathrow et ses deux pistes, sont toujours bridés dans leur croissance.

 1,2% du PIB français

Depuis la mise en place d'un système de correspondances (hub) par Air France en 1996, Roissy est devenu le premier hub européen avec 25.000 opportunités de correspondances en moins de deux heures par semaine.

Dans le fret, les présences de FedEx, le géant américain de la messagerie qui a installé son hub européen à Roissy, d'Air France ou encore de La Poste font de CDG la première plateforme de fret d'Europe, avec 2,2 millions de tonnes traitées en 2013. Résultat, CDG attire 700 entreprises et environ 86.000 emplois directs. Selon une étude du BIPE publiée en 2012, l'activité économique générée par la présence de l'aéroport se traduit par 21,2 milliards d'euros de valeur ajoutée, soit 4,1% de la richesse régionale et 1,2% du PIB.

 Initialement, 5 terminaux circulaires étaient imaginés

Tout a commencé en 1964 quand le projet d'un second aéroport parisien après Orly est entériné en conseil des ministres. Les travaux du terminal 1, dessiné par l'architecte Paul Andreu, débutent quatre ans plus tard sur le site retenu, à 25 kilomètres au nord de Paris.

Le 13 mars 1974 à 6 heures du matin, cinq jours après l'inauguration de Paris-Charles-de-Gaulle par le Premier Ministre Pierre Messmer, le B747 de TWA en provenance de New-York devient le premier appareil commercial à se poser sur le tarmac de CDG. Ce dernier est à la pointe des technologies existantes à l'époque avec, sans parler de son architecture futuriste, des innovations révolutionnaires comme son réseau de chariots à bagages tractés de manière automatique de l'avion aux tapis de livraisons (abandonné par la suite en raison de sa lenteur).

Capacité de 10 millons de passagers par an

Très vite surnommé le "camembert" en raison de sa forme circulaire, le "T1" dispose d'une capacité annuelle de 10 millions de passagers par an. Dans un premier temps, il accueille TWA, puis Pan Am et UTA (qui était jusque là basée au Bourget avec Aeroflot), JAL, Air Canada, Air Afrique et Air France qui y transfère la plus grande partie de ses activités.

"Initialement, le projet CDG visait à construire 5 terminaux circulaires reliés par un système de transferts ferroviaires sous les taxiways, et non des terminaux modulaires (qui s'ajoutent au fur et à mesure de la croissance du trafic), car à l'époque de la conception de CDG on s'appuyait sur des hypothèses de trafic de plus de 15% par an", explique Alain Falque, ancien directeur général délégué d'ADP, aujourd'hui consultant, qui a commencé sa carrière au sein d'Aéroports de Paris au moment des premiers coups de pioche de CDG1.

De telles prévisions de trafic balayaient de facto l'idée d'une conception modulaire afin d'éviter d'être en construction permanente. L'idée d'origine était donc de faire un terminal pour chaque groupe de compagnies (un pour les compagnies françaises, un autre pour les américaines…).

Concorde, l'avion qui devait dominer le secteur

En outre, précise Alain Falque, le côté circulaire de l'aérogare se justifiait par la certitude que  le Supersonique serait l'appareil dominant et que son exploitation à Roissy nécessiterait des correspondances qui serait facilitées par cette forme arrondie. Au moment de la conception, on pensait que le site de Roissy serait saturé en 2000 avec 35 millions de passagers. Et qu'il serait nécessaire de construire un aéroport sur un autre site », poursuit Alain Falque.

Le premier choc pétrolier en 1973 bouleverse la donne. Les hypothèses de trafic sont revues à la baisse et, dès l'ouverture de CDG1, il est acquis que ses quatre autres terminaux circulaires ne verront jamais le jour. Il faut penser à un aéroport "modulaire", autrement dit avoir la possibilité d'ajouter des terminaux au fur et à mesure que le trafic augmente.

CDG2 pour Air France

C'est le concept de l'aérogare 2 qui ouvre ses portes en 1982 avec dans un premier temps le terminal 2B, puis le 2A, tous deux réservés à Air France. Destiné aux vols court-courrier, le terminal 2B est étroit et allongé pour répondre à sa vocation de rapidité (les mesures de sûreté n'avaient rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd'hui).  Son concept était clair : "pas plus de 50 mètres entre la voiture à l'avion". Regroupant les long-courriers, le 2A était plus profond et plus large pour intégrer des espaces plus conséquents pour les contrôles de douanes et de police. Les deux nouveaux terminaux regroupaient au même niveau les arrivées et les départs, une particularité par rapport aux autres aéroports.

Avec la croissance du trafic, les terminaux 2D (pour le moyen-courrier) en 1989, puis 2C en 1993 complèteront le dispositif auquel il faut ajouter le terminal T9 (aujourd'hui CDG3) réservé aux compagnies charter, lequel a ouvert ses portes en 1991.

Air France passe au hub

Le terminal 2C est à peine ouvert qu'Aéroports de Paris réfléchit déjà à un nouveau terminal à l'horizon 1997-98 : le  "2F" qui ouvrira en 1999. ADP et Air France discutent du modèle de ce nouveau terminal. En pleine crise, Air France n'arrive pas à se décider et fait savoir dans un premier temps qu'il imagine le "2F" comme un terminal mixte (domestique-international) dont l'occupant pourrait être Air France ou un autre transporteur. La compagnie se ravisera plus tard et deviendra l'unique client du 2 F, qui ouvrira ses portes en 1999.

En attendant, la compagnie française révolutionne son système d'exploitation en ouvrant son hub à Roissy le 1er avril 1996. Véritable arme stratégique, le hub est un système de correspondances optimisé à outrance. Le programme de vols est en effet organisé de façon à ce qu'une multitude d'avions arrive quasiment en même temps à l'aéroport pour se connecter, dans un délai très court, à une vague de départs. Un véritable ballet aérien. Ainsi, ces "rendez-vous" étalés tout au long de la journée permettent un maximum de correspondances dans un délai très court, généralement entre les vols moyen et long-courriers, les premiers alimentant en passagers les seconds. Dès le programme été 1996, le hub permet à Air France d'augmenter son offre de dessertes en correspondance à Roissy de 145 %. Air France s'est donné les moyens de réussir. Le PDG d'Air France, Christian Blanc, a fait appel à deux orfèvres en la matière.  Steven Wolf, ancien PDG de United Airlines, qui emmène avec lui l'inventeur du "hub", l'indo-américain Rankesh Gangwal. Celui-ci met le programme de vols en musique. Le credo : uniformisation des horaires, standardisation des appareils sur la même destination, augmentation des fréquences, accroissement du nombre de vols directs, suppression des sauts de puces et fermeture des escales les moins rentables... Une véritable révolution culturelle.

De gros investissements 

Sauf que l'aérogare 2, très étirée avec ses 4 terminaux, est peu compatible avec des correspondances en moins de 45 minutes.

"ADP avait un outil récent mais pas complètement adapté à la politique d'Air France", explique un connaisseur du dossier.

Début 97, Air France informe ADP qu'il prendra seul le terminal 2F, lequel ouvrira ses portes en 1999. A partir de là, les futurs terminaux seront conçus pour faire un hub efficace, avec un système de tri-bagages permettant de faire les correspondances des bagages très rapidement (le système a néanmoins provoqué quelques tensions avec Air France). Ce sera le cas du 2E, ouvert en 2003 (puis fermé à cause de l'accident de mai 2004 jusqu'en 2008), du satellite S3 (une énorme salle d'embarquement de l'aérogare 2E) en 2008 puis, en 2012, de son frère jumeau le S4. Aujourd'hui, Air France dispose d'un outil performant sur le plan opérationnel et de qualité pour les passagers.

Pour en arriver là, ADP a beaucoup investi à Roissy. Surtout, la fermeture du terminal 2E après son accident en mai 2004, un mois après le début de la rénovation de CDG1 (dont un quart restera fermé de manière permanente jusqu'en 2009), a provoqué une situation de sous-capacité. Les compagnies manquaient de place dans les terminaux et de points de stationnement au contact des terminaux pour leurs avions. Résultat, pour un grand nombre de vols à CDG2, les passagers étaient contraints de prendre un bus pour aller du terminal à l'avion, garé au large. A ces longues minutes de bus s'ajoutait souvent le temps de roulage sur les taxiways, parfois long pour aller chercher la bonne piste. L'ouverture du S3 en 2007 et du "2G" (pour les avions régionaux) en 2008, ainsi que la réouverture du "2E" en 2008 ont apporté une bouffée d'oxygène à Roissy. Avec le S4 quatre ans plus tard, l'aéroport peut voir venir avant d'ouvrir de nouvelles infrastructures. CDG est en effet taillé pour accueillir la croissance du trafic pendant les dix prochaines années.

Amélioration de la qualité

Ces terminaux récents ont non seulement apporté des capacités supplémentaires, elles ont aussi permis à Roissy de fait un saut qualitatif d'envergure. La qualité a souvent fait l'objet de critiques. En 2008, la Cour des comptes avait épinglé ADP sur ce point, lui mettant parfois sur le dos des déficiences pour lesquelles il n'était pas responsable, comme le manque de policiers aux contrôles de police à certains horaires.

"On est très injuste vis-à-vis de Roissy", explique le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac. "Depuis quatre ou cinq ans, la qualité s'est considérablement améliorée. Ces critiques étaient justifiées dans le passé, beaucoup moins aujourd'hui", estime également Alain Falque. "Nous n'avons pas investi suffisamment tôt dans ce domaine", reconnaît-il. Pour lui, ADP dans son rôle de concepteur a trop souvent estimé qu'il connaissait les attentes des clients mieux que ces derniers. Et de partager cette anecdote : "Lorsque les premières valises à roulettes sont arrivées, elles perturbaient le système des bagages. Dans une réunion interne, la première réaction a été : il faut interdire ces valises!"

Depuis la privatisation partielle d'ADP en 2006, la volonté de la direction d'améliorer la qualité,  poursuivie aujourd'hui par le nouveau PDG Augustin de Romanet, se double d'une augmentation de la surface par passager du fait de l'ouverture ces dernières années de nouvelles capacités. Dans le même temps, ADP a augmenté les surfaces commerciales et les services. La surface commerciale occupe aujourd'hui 43 200 m2.

Le S3 et le S4 rivalisent désormais avec les meilleurs aéroports européens dans ce domaine. "Le hall M du terminal 2 est l'une des plus belles salles d'embarquement d'Europe", assure Franck Goldnadel, directeur de l'aéroport de Roissy. La rénovation des terminaux les plus anciens (2A,2B,2C,2D) complète cette politique d'amélioration de la qualité.

Nouveau terminal et CDG Express dans les années 2020

Et après ? "De grands enjeux nous attendent. Nous devons renforcer la liaison entre l'aéroport et le centre de Paris. C'est pourquoi la construction du CDG Express, projet aujourd'hui relancé, est une ardente obligation pour Paris-Charles-de-Gaulle", explique Augustin de Romanet. Prévu à l'horizon 2023, CDG Express devrait coïncider peu ou prou avec la mise en service de la première tranche d'un terminal d'une trentaine de millions de passagers supplémentaires. 

Voir ci-dessous le diaporama de la construction et de l'inauguration de terminal 1

 
A découvrir sur le site de l'INA

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2014 à 10:46 :
Il est grand temps de stopper le développement de cet aéroport tentaculaire (voir plus). Votre article (publi-reportage?) fait tout pour ériger cet aéroport au rang de fierté nationale sans en évoquer les nuisances, pourtant extrêmement importantes. Avec quasiment 3 millions de franciliens survolés à basse altitude en phase d'approche 24H sur 24; 7 jours / 7; 365 J par an, c'est 4% des français qui ont en souffrir quotidiennement du laxisme des autorités en la matière.
Charles de Gaule sera très bientôt le seul aéroport d’Europe à ne pas être soumis à un couvre-feu nocturne, d’où mes deux interrogations :
1/ est-ce normal ?
2/ Les autorités attendent-elles que ce soient les populations concernées qui règlent le problème à leur place?
Réponse de le 14/03/2014 à 18:58 :
Certes, mais à l'origine il n'y avait rien autour de CDG...quand êtes-vous allé habiter à côté de CDG? Et pourquoi? Ok fermons CDG? allez l'expliquer à ceux qui ont un boulot grâce à CDF
Réponse de le 15/03/2014 à 11:26 :
Il n'y avais rien autour de CDG? Vous feriez mieux de vous informer avant de déblatérer de tels propos,
Quand vous habitez des villes comme Gonesse, Goussainville, ou Le Thillay (http://www.notrefamille.com/95190-goussainville/cartes-postales-1900-75457-ville-village.html ) proche de Roissy. Comment réagiriez vous si un aéroport serait amené à être construit près de chez vous et que les jours d'été ou vous profiter de votre terrasse, vous appréciez la vue sur les trains d’atterrissage des avions qui passe juste au dessus de vous et ce, toutes les 20 secondes sans oublier les nuisances sonores et la pollution, ou les nuits ou vous entendez ce bruit incessant des avions fret. Certes CDG est une source de travail pour énormément de personnes, mais quand vous y habitez depuis des générations, Ce n'est pas toujours agréable surtout en été.
Réponse de le 17/03/2014 à 8:28 :
Comment expliquez-vous que des gens décident de s'installer là en sachant pertinemment que l'aéroport génère des nuisances ? La population est clairement coupable de s'être exposée à ses nuisances. Facile d'aller se plaindre après, en arguant que les promoteurs immobiliers ont fait gober à leurs clients que l'aéroport fermerait ! Ne vous faites pas d'illusion: avec 1,2% du PIB national et près de 100.000 emplois induits, et dans le contexte actuel de crise, ce n'est pas demain que cet aéroport fermera ses portes pour quelques pleurnichards. Et c'est heureux. Heathrow marche au delà de ses capacités et ne peut plus croître en trafic, et les aéroports allemands ont le même problème. C'est une réelle opportunité pour Paris et notre économie.
Réponse de le 19/03/2014 à 13:27 :
ne dites pas n'importe quoi !
les nuisances de Roissy se ressentent jusqu'à Argenteuil situé à 20 km de là. les gens d’Argenteuil n'ont pas choisi de les subir. Pour info, Heathrow doit fermer à plus ou moins brève échéance pour laisser la place à un nouvel aéroport à 4 pistes.
Attendons de voir ce que donneront les nouvelles directives européennes en matière de trafic nocturne (couvre feu obligatoire en préparation).

Pourquoi ne pas plutôt répartir le trafic intelligament de façon égale sur toute l'ile de France (y compris sur le logement de sieur PATEX) au lieu de pourrir la vie de quelques-uns.
a écrit le 14/03/2014 à 1:45 :
Vous souvenez-vous de ce que disait Coluche en parlant du coq gaulois ! Eh bien CDG, c'est son perchoir !
a écrit le 14/03/2014 à 1:41 :
J'habite en Asie et tout le monde me dit que c'est le pire aeroport du monde. Beton beton beton
Réponse de le 14/03/2014 à 10:29 :
Si vous habitez en asie vous avez surement du le prendre au moins une fois non?
a écrit le 13/03/2014 à 20:01 :
Aéroport mal commode, trop peu d'espaces d'attente, signalétique obsolète, files d'attente trop longues. Et liaison ferroviaire avec Paris centre indigne de la France (sale, lente, et non dénuée de risques).
a écrit le 13/03/2014 à 17:05 :
Malgré les critiques et les imperfections, je fais parti des voyageurs qui considèrent Rossy CDG comme l plus bel aéroport au monde, Terminal 2F Top.
Réponse de le 13/03/2014 à 19:18 :
Vous êtes probablement le seul,Mr Juniac
Réponse de le 13/03/2014 à 22:23 :
On parle ici du T1. Oui le T2 est plus moderne, plus recent. Mais il a encore de nombreuses opportunites d'amelioration pour etre au standards des grands hub internationaux. Je ne sais quelle est la dimension de votre "monde" mais il me semble que nous ne voyageons pas dans le meme. Meme au T2, pas de navette automatique vous evitant les km de couloirs au bout desquels les employees mettent en place avec un sadisme certain des petits labyrinthes sympatiques apres 11 ou 12 heures de vol. C'est juste histoire de vous degourdir direz-vous ? Ensuite vous affrontez le regard froid des employes de l'immigration qui semblent prets a aboyer et a mordre a la premiere occasion. Non, vraiment, l'accueil a CDG merite le detour, en toute objectivite.
a écrit le 13/03/2014 à 17:02 :
Que Messire Alexandre de Juniac condescende a ecouter la plebe qui nourrit ADP. Au lieu de celebrer les 40 ans du T1, il songerait plutot a l'envoyer en retraite. Les heures d'attentes aux guichets des douanes ajoutees a celles passees aux carrousels poussent les usagers a lorgner vers les transports terrestres ou a changer de connection. Au T1, pas de restaurant ou l'on vous sert a table. Pas de sieges en nombres pour attendre l'enregistrement. Une fois enregistres, vous accedez a un espace d'attente triste ou les latrines datent de Boileau et les magasins sont peuples d'un personnel de zombies desagreables n'attendant que la pause.
Réponse de le 13/03/2014 à 22:28 :
je crois que Adj s'en moque de CDG1...
a écrit le 13/03/2014 à 14:59 :
L'aéroport le plus lamentable du monde moderne s'améliore lentement. Réjouissons nous.
Reste la déprimante liaison avec Paris...
a écrit le 13/03/2014 à 14:18 :
CDG est vraiment horrible et represente bien un des maux Francais ou l'architecte a donne beaucoup plus d'importance a la forme qu'a la fonction. Le resultat est affreux pour les usagers comme pour le personnel. Ego? Incompetence? Prise de decision du gouvernement ou choix par clientelisme? Quel desastre pour nous tous. Vivement un nouvel aeroport!!!
a écrit le 13/03/2014 à 13:42 :
Pour le camembert l'architecte Paul Andreu avait eu une idée bien digne d'un polytechnicien : il a mis les voitures à la lumière du jour et les bureaux du personnel en sous sol à la lumière électrique Heureusement , pour les autres ; le bon sens paysan a pris le pouvoir sur la betise .
a écrit le 13/03/2014 à 13:36 :
Le plus problematique a Roissy, ce sont les policiers des douanes, qui sont regulierement en nombre tres insuffisant, causant d'enormes files d'attentes.
a écrit le 13/03/2014 à 12:20 :
La connexion avec Paris est catastrophique, les espaces publics sont sales,le personnel peu acceuillant malgré des progrès et ce mastodonte de béton déprimant.
Demandez aux voyageurs reguliers, c est l'un des pires aeroports parmi les grandes villes .
Bref,il y a du boulot mais avec de la determination et du temps ca devrait s améliorer
a écrit le 13/03/2014 à 11:11 :
il y a eu d'énormes progrès depuis quelques années. Ce n'est pas du luxe car c'était vraiment désastreux. Mais le grand problème reste le même : la connexion avec Paris. Le "choix" entre une route totalement embouteillée à toute heure de la journée et un RER lent, sale et non sécurisé. Au-delà de l'inconfort pour les usagers, c'est une catastrophe économique pour la ville et la France. Tous mes clients étrangers sont blasés de venir à Paris. La première fois qu'ils doivent venir ils sont toujours joyeux, mais la deuxième fois il pleurent. Moi-même, à chaque fois que je reviens de l'étranger j'ai mal à mon pays, vraiment. Bref, peut-être qu'en 2023 (sic) il y aura une liaison express.
a écrit le 13/03/2014 à 9:54 :
Mal fichu dès le début. La gare RER était perdue dans la nature et il fallait prendre un bus pour rejoindre l'aérogare. On avait oublié les sanitaires dans les satellites ! La liaison ferroviaire vers le centre ville est une des plus calamiteuses au monde.
Réponse de le 13/03/2014 à 12:23 :
CDG est loin d'être exempt de tout reproche, à commencer effectivement par la liaison ferroviaire vers Paris. Reste que je trouve un peu dur votre commentaire. Je voyage énormément et je peux attester que rares sont les aéroports qui disposent d'une gare TGV en leur sein. Et sauf erreur, les passagers qui débarquent dans tous les aéroports du monde prennent majoritairement le taxi ou sont récupérés par des collègues ou leurs proches. On peut le déplorer, mais c'est la réalité.
Réponse de le 13/03/2014 à 18:52 :
Les passagers ayant un portefeuille bien garni car les taxis parisiens c'est l'arnaque garantie. Et n'oublions pas les grèves de la plupart des corps de métier.
Heathrow 5 est une pure merveille (tout en verre). On peut rejoindre le quai du tube avec son chariot. Qui dit mieux ? Même chose à Zurich où les chariots s’agrippent aux escalators.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :