JP Morgan fédère 75 banques autour de sa Blockchain de paiements

 |   |  408  mots
(Crédits : Quorum/JP Morgan)
Le "réseau d'information interbancaire" utilisant la technologie Blockchain, lancé en test il y a un an par la banque américaine, est rejoint par Société Générale, Crédit Agricole, Santander ou encore la chinoise Citic. Ce registre distribué, bâti sur Quorum, une Blockchain Ethereum privée développée par JP Morgan, doit accélérer les paiements internationaux interbancaires, face à la concurrence des Fintech.

A l'heure où une flopée de startups proposent de transférer de l'argent à l'étranger à prix cassés et rapidement, à l'image de la britannique TransferWise, les banques traditionnelles ont compris qu'elles devaient d'urgence moderniser les processus très lourds des paiements internationaux. En octobre dernier, le géant JP Morgan, le leader en matière de compensation bancaire en dollars américains dans le monde, avait lancé en test avec la Royal Bank of Canada and Australia et le groupe New Zealand Banking, une initiative appelée Interbank Information Network (IIN), ou "réseau d'information interbancaire", utilisant la technologie Blockchain, pour réduire les « frottements » et délais des paiements internationaux.

L'initiative a séduit de nombreuses banques pour leur activité de "correspondance bancaire", qui consiste à fournir un compte à une banque étrangère pour des opérations en devises locales : JP Morgan peut ainsi annoncer moins d'un an plus tard plus de 75 partenaires, dont Société Générale, Crédit Agricole et Santander en Europe, « le plus grand nombre de banques à rejoindre une application Blockchain opérationnelle. » .

« Après le lancement du projet pilote en 2017, nous avons constaté un intérêt considérable des banques correspondantes qui demandaient à adhérer », a déclaré Emma Loftus, responsable mondiale des paiements chez JP Morgan Treasury Services, citée dans le communiqué. « Nous pensons qu'IIN améliorera de manière significative l'efficacité des paiements transfrontaliers, d'autant que de plus en plus de banques participent et que nous développons les fonctionnalités et les cas d'usage au-delà des requêtes liées à la conformité. »

Réduire les délais et les coûts

Les processus des paiements internationaux sont très complexes, ils impliquent de nombreuses étapes de traitements et vérifications liées aux contraintes réglementaires (lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme notamment, pays sensibles), que la technologie Blockchain peut rationaliser. L'Interbank Information Network est une sorte de registre distribué, s'appuyant sur une Blockchain Ethereum privée, développée par JP Morgan, appelée Quorum. Elle doit permettre de réduire les délais de paiement, « de semaines en heures », ainsi que les coûts associés. Lorsque des données sont manquantes ou erronées, les allers-retours entre banques correspondantes peuvent prendre jusqu'à deux semaines.

La banque américaine s'attend à traiter près de 15.000 dollars de paiements par jour à travers ce réseau désormais élargi selon le Financial Times.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :