HSBC a versé "plus de dividendes qu'aucune autre banque américaine ou européenne"

 |   |  823  mots
Stuart Gulliver avait fait le choix de Paris comme base de repli post-Brexit, annonçant le transfert de 1.000 emplois vers la France. La promesse sera-t-elle tenue par son successeur ?
Stuart Gulliver avait fait le choix de Paris comme base de repli post-Brexit, annonçant le transfert de 1.000 emplois vers la France. La promesse sera-t-elle tenue par son successeur ? (Crédits : DR)
La première banque européenne change de patron et sort d'une lourde restructuration coûteuse en emplois et en chiffre d'affaires. Le successeur de Stuart Gulliver, aux commandes depuis sept ans, devra opérer le délicat tournant du Brexit.

[Article mis à jour à 15h55]

Après sept ans et demi aux commandes, Stuart Gulliver cède son poste de directeur général de HSBC mercredi sur une note mitigée. Les résultats annuels de la première banque européenne, en termes d'actifs et de capitalisation boursière, ressortent en forte hausse par rapport à ceux de 2016, grevés à l'époque de lourdes charges de dépréciations, avec un bénéfice avant impôts de 17,2 milliards de dollars (+141%), mais en deçà des attentes. Le groupe a aussi dévoilé une augmentation de capital de 7 milliards de dollars (au plus) dans les quatre mois à venir, afin de renforcer ses fonds propres en prévision des projets de croissance de la nouvelle direction.

À la Bourse de Londres, l'action HSBC chute de plus de 3% ce mardi à deux heures de la clôture.

Le patron sortant de la banque britannique a tenu à défendre son action.

« En 2017, nous avons restitué aux actionnaires un total de 3 milliards de dollars par le biais de rachats de titres, et versé plus de dividendes qu'aucune autre banque américaine ou européenne », souligne-t-il dans un message aux investisseurs.

Périmètre rétréci et milliers d'emplois en moins

Stuart Gulliver fait valoir que la solidité de la banque est « largement due aux actions stratégiques annoncées en 2015 » qui s'est traduite par « la transformation la plus profonde de l'histoire de la banque » fondée il y a 153 ans.

« HSBC est plus simple, plus fort, et plus sûr qu'en 2011 [...] grâce à cette transformation », affirme-t-il.

Son mandat a été marqué par une sévère restructuration, coûteuse en emplois et en chiffre d'affaires. Le produit net bancaire de HSBC a été rétréci de 20 milliards de dollars en huit ans : toutefois, il est à nouveau en croissance en 2017, à 51,4 milliards de dollars (+7%), pour la première fois depuis 2011. La vente des activités dans plusieurs pays, au Brésil notamment, s'est traduite par une baisse importante des effectifs, de l'ordre de 25.000, à laquelle s'ajoute des suppressions de postes (466 en France). L'agence Bloomberg a calculé un total de 87.000 emplois en moins au niveau mondial sous sa direction. L'ère Gulliver a aussi été marquée par une série d'affaires et d'amendes, fraude fiscale, manipulation des taux de change, blanchiment d'argent au Mexique, etc.

Lire aussi : HSBC tente d'échapper à un procès en France pour fraude fiscale

« L'investissement dans nos capacités de gestion des risques liés à la criminalité financière a considérablement renforcé notre capacité à protéger l'intégrité du système financier », affirme Stuart Gulliver. Qui ajoute :« La lutte contre la criminalité financière restera une priorité constante pour la direction du groupe.»

Cap sur le Brexit, reprise en France

Le directeur général partant avait fait le choix de Paris comme base de repli post-Brexit, car HSBC y possède une banque de plein exercice, le CCF. Il avait parlé de 1.000 emplois transférés de Londres vers la France. Son successeur John Flint, pur produit de la banque, tiendra-t-il la promesse ? Il devra négocier ce virage délicat de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. La Hongkong and Shanghai Banking Corporation née en 1865 a cependant d'ores et déjà opéré un recentrage sur l'Asie, son fief historique, dont la croissance est plus prometteuse.

Ceci dit, les perspectives sont bonnes en Europe et dans l'Hexagone, selon le directeur général de HSBC France, Jean Beunardeau, après une année 2017 mitigée :

« La reprise économique s'est accélérée tout au long de l'année : elle est visible dans notre stock de crédits aux entreprises qui est en hausse de 9%, pour la première fois depuis dix ans. Nous avons la certitude qu'un cercle vertueux est enclenché en France et en Europe », a-t-il confié ce mardi lors d'une rencontre avec la presse.

Les activités de banque d'entreprises et de marchés, en forme, n'ont pas compensé la chute du bénéfice avant impôt de la banque de particuliers et de gestion de patrimoine (à seulement 6 millions d'euros) qui a subi « l'effet maximum des renégociations d'emprunts immobiliers » dans un environnement de taux d'intérêt restés bas.

Avec un produit net bancaire de 1,9 milliard d'euros et un bénéfice net part du groupe de 177 millions d'euros, HSBC France reste un petit acteur dans l'Hexagone, positionné sur un segment volontairement haut de gamme : la filiale compte 800.000 clients particuliers et 60.000 entreprises clientes; elle emploie 8.800 personnes dont 3.500 dans la banque de détail réparties dans 300 agences. Elle est prête à grandir en cas de relocalisation d'équipes post-Brexit : elle pourrait occuper des mètres carrés supplémentaires dans l'immeuble Cœur Défense et a déjà commencé à investir informatiquement pour être opérationnelle dans de nouvelles activités, la correspondance bancaire (prestation de services aux banques étrangères)  et la conservation de titres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2018 à 14:58 :
HSBC???JE PENSE QUE LES DIVIDENDES RECORDS???SONT DUS A LA VENTE D'IMMEUBLES LORS DU RACHAT DE LA SMC???LA SOCIETE MARSEILLAISE DE CREDIT????SI MES SOUVENIRS SONT BONS??ILS ONT PRIS LE 4 RUE AUBER A PARIS ??LES AGENCES DE LYON ,VALENCE ECT.....ILS SONT BONS LES ROSBEEFS POUR L'IMMOBILIER ???
a écrit le 20/02/2018 à 12:24 :
Depuis quand Hong Kong & Shangai Bank est europeenne ?
Réponse de le 21/02/2018 à 8:41 :
Depuis toujours. C est juste le nom mais elle a été créé par des anglais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :