L'armée de l'air plaide pour bénéficier d'une flotte de 225 Rafale (au lieu de 185)

Au moment où la guerre frappe en Europe et où les tensions internationales sont très élevées, l'armée de l'air plaide pour un accroissement du parc de Rafale Air. Selon le numéro deux de l'armée de l'air, la France devrait tendre vers 225 Rafale Air au lieu d'un plancher de 185 appareils. En attendant, elle demande la confirmation en 2023 d'une nouvelle commande de 42 Rafale, livrés entre 2027 et 2030.
Michel Cabirol
Un plancher de 185 appareils est probablement trop bas ; sans doute faudrait-il tendre vers un plancher de 225 avions afin de pouvoir remplir sereinement nos missions, a estimé le général Frédéric Parisot, major général de l'armée de l'air et de l'espace.
"Un plancher de 185 appareils est probablement trop bas ; sans doute faudrait-il tendre vers un plancher de 225 avions afin de pouvoir remplir sereinement nos missions", a estimé le général Frédéric Parisot, major général de l'armée de l'air et de l'espace. (Crédits : Dassault Aviation)

L'armée de l'air a autant de Rafale en 2022 qu'en 2016. Le constat du général Stéphane Mille, chef d'état-major de l'armée de l'air et de l'espace est sans appel concernant la flotte Rafale. "Notre parc de Rafale, seul avion de combat polyvalent de l'armée de l'air et de l'espace, est au niveau où il se trouvait en 2016, et nous venons de fermer un escadron équipé de Mirage 2000-C. Alors que des combats de haute intensité résonnent aux portes de l'Europe, cette situation doit nous interpeller. Recouvrer de l'épaisseur en matière de supériorité aérienne et de projection de puissance passera par une commande affermie des avions nécessaires pour atteindre l'ambition opérationnelle de 2030", a-t-il expliqué le 20 juillet aux députés de la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Et d'indiquer que l'aviation de chasse, "la pierre angulaire de notre système de combat", est son "point d'attention principal".

Reprise des livraisons à l'armée de l'air

Pourquoi un bilan aussi catastrophique entre 2016-2022 ? Dassault Aviation n'a pas livré de Rafale à la France depuis près de quatre ans (zéro en 2019, 2020 et 2021 et un en 2022) conformément à la loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025. L'avionneur n'en avait livré qu'un seul en 2017 et trois en 2018. Sur six ans (2017-2022), l'armée de l'air n'a reçu que cinq Rafale. Dans le même temps, 12 appareils de l'armée de l'air ont été prélevés pour être livrés d'occasion à la Grèce (six en 2021 et six en 2022). Puis 12 appareils le seront en 2023 au profit de  l'armée de l'air croate. Fin 2016, l'armée de l'air avait moins de 100 Rafale dans sa flotte d'avions de chasse (98 ?). Début 2019, les forces armées françaises avaient dans leur parc 143 Rafale, dont 41 Rafale Marine, selon la LPM de 2019-2025.

"L'armée de l'air et de l'espace n'a pris livraison d'aucun avion de chasse depuis 2018", a confirmé le général Frédéric Parisot, major général de l'armée de l'air et de l'espace lors de son audition à la commission de la défense de l'Assemblée nationale. Les aviateurs français vont recevoir un exemplaire fin 2022. Puis 13 appareils par an sur la période 2023-2025. "Il y a eu décalage de livraisons des avions commandés par la France et pas pour des raisons exports, mais pour des raisons purement budgétaires françaises, a rappelé le PDG de Dassault Aviation Eric Trappier lors de la présentation des résultats semestriels de son groupe le 20 juillet. Donc, la 4T2 de 28 avions (tranche 4T2, ndlr), ça fait bien longtemps qu'on aurait dû la livrer à la France et à la demande des autorités françaises, on l'a décalé et elle ne commencera à se livrer qu'en toute fin d'année de 2022 et surtout à partir de 2023, auquel s'ajouteront les 12 avions de remplacement des 12 Grecs qui ont été prélevés sur le stock français et qui fera les 40".

Pas assez de Rafale dans l'armée de l'air ?

Lors de son audition à la commission de la défense de l'Assemblée nationale, le général Frédéric Parisot, major général de l'armée de l'air et de l'espace, a enfoncé le clou après le passage du chef d'état-major de l'armée de l'air. "Lorsque je me suis engagé dans l'armée de l'air, il y a 36 ans, nous disposions de 750 avions de chasse mais ils étaient mono-mission, a-t-il expliqué. Un Rafale, en revanche, permet de remplir les missions de plusieurs appareils, quoiqu'il ne soit pas doué d'ubiquité : un plancher de 185 appareils est probablement trop bas ; sans doute faudrait-il tendre vers un plancher de 225 avions afin de pouvoir remplir sereinement nos missions". Soit 40 Rafale supplémentaires. Ce qui semble légitime pour surveiller l'espace aérien français en raison de la congestion des espaces aériens. "Il y a en France 14.000 mouvements aériens par jour, le nombre de drones est passé de 400.000 en 2017 à 2,5 millions en 2021", a rappelé le général Frédéric Parisot.

Mais c'est bien l'évolution du contexte sécuritaire international qui exige, selon l'armée de l'air, le renforcement de ses moyens. "Le durcissement de la conflictualité se traduit par un défi portant sur l'accès aux espaces aérien et spatial, a-t-il constaté. Là où, auparavant, la supériorité aérienne nous était acquise presque d'emblée, comme au Sahel ou au Levant, nous avons désormais affaire à une contestation par la puissance aérienne du pauvre, voire à des postures de déni d'accès dans l'espace méditerranéen ou baltique". L'attrition fait désormais partie de l'équation pour l'armée de l'air, car la supériorité aérienne qui était plus ou moins acquise, est aujourd'hui clairement contestée. "Avec le Rafale, nous arrivons à un plancher", a-t-il assuré. En 2022, l'armée de l'air met en œuvre 195 avions de chasse, dont 102 Rafale.

"Au cours des dix dernières années, ce ne sont pas moins de 98 chasseurs, 24 avions de transport tactique, 60 hélicoptères et 335 drones qui ont été abattus aux marches de l'Europe, bien avant l'invasion de l'Ukraine, qui est venue confirmer le retour des combats pour la supériorité aérienne", a rappelé le major général de l'armée de l'air.

Compte tenu du format de l'armée de l'air, le général Frédéric Parisot pose la question, qui interpelle : "Quand faudra-t-il choisir entre la protection des intérêts vitaux de la nation, l'intégrité de son espace aérien et la poursuite du combat conventionnel ?". Et de faire valoir que l'armée de l'air doit être à "la recherche du bon équilibre entre quantité et qualité du matériel, en tirant toutes les leçons des engagements en cours, en particulier de la guerre en Ukraine". Si une cible de 225 Rafale Air semble plus ajustée aux défis et aux contrats opérationnels actuels, elle semble toutefois peu réaliste budgétairement. La France n'en a pas malheureusement les moyens. Et encore moins aujourd'hui avec une inflation attendue en moyenne à 5,5% en 2022.

Une commande de la France en 2023 ?

En attendant une éventuelle décision d'augmenter le parc de Rafale Air, l'armée de l'air demande la confirmation en 2023 d'une nouvelle commande de 42 Rafale, livrés entre 2027 et 2030. "Il nous faut absolument affermir la commande des douze Rafale cédés à la Croatie par une commande plus globale prévue en 2023, qui portait sur trente appareils (tranche 5, ndlr) et qu'il convient de porter à quarante-deux Rafale Air, qui seront livrés entre 2027 et 2030", a expliqué le numéro deux de l'armée de l'air.

"Cette augmentation du parc Rafale en remplacement des Mirage 2000 devra cependant s'accompagner d'un effort significatif en faveur des stocks de missiles air-air et air-sol, ainsi que pour les équipements dits optionnels qui permettent au Rafale de remplir ses missions en termes de combativité et de survivabilité - radars, pods de désignation laser et acquisition de la capacité de suppression des défenses aériennes ennemies", a par ailleurs expliqué le général Frédéric Parisot.

Dassault Aviation, qui a anticipé le passage à une cadence de trois Rafale par mois, compte sur cette commande. "On espère avoir des contrats pour la France. On espère que la tranche 5 va être signée", a souligné le PDG de l'avionneur, Eric Trappier. Il compte également sur des contrats export : "On pense qu'on va en avoir encore d'autres contrats qui pourraient aller un petit peu plus vite". Dassault Aviation tente de faire mettre en vigueur la commande de 42 Rafale signée par l'Indonésie et vise un contrat d'ici à la fin de l'année en Serbie (12 Rafale), voire de l'Inde (26 Rafale Marine). Plus que jamais, le trèfle à quatre feuilles, véritable talisman de Dassault Aviation, est devenu au fil du temps la providence du Rafale...

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 06/08/2022 à 23:32
Signaler
Des Rafale ... ben ça va pas être possible ... hein ... parce que y'a l'hopital à retaper ... le nouveau porte-avion ... non plus ... parce que on est endettés à mort ... hein ... au cas où vous le sauriez pas ... 3000 milliards hein ... si si ! ......

le 07/08/2022 à 15:48
Signaler
aller a la guerre avec 30millions de chair a canon arme de faux et de fourche car la france ne produits plus de munition et que la majorite de nos industrie militaire depende de pays etranger. qui dans certain cas refuse de vendre

à écrit le 05/08/2022 à 13:47
Signaler
225 Rafales, 77 Caesars, etc., ces chiffres montrent juste la pauvreté des armées Françaises et ses comptes d'apothicaire. Le CEMA affirme que les chars sont indispensables dans un conflit moderne, un aviateur nous dit que les missiles hypersoniques ...

le 06/08/2022 à 13:46
Signaler
Char est super important parce qu'il garde des véhicules blindées qui transportent des soldats?Tu veux quoi que les soldats marchent à pied.

à écrit le 05/08/2022 à 10:41
Signaler
Surtout qu'il n'y a déjà en réalité que 102 rafale en état de voler, avec tous ceux qui sont cannibalisés pour fournir des pièces détachées aux autres. Une honte nationale...

à écrit le 05/08/2022 à 10:03
Signaler
Je dirais pourquoi faire ? Plus il y a d'armes ,plus il y en aura en face, c'est l'escalade. Au 21 siècle , je dirais que nous n'avons pas trop évolué ou que nous faisons n'importe quoi ,nous avons enlevé les frontières et nul besoin de se battre p...

à écrit le 05/08/2022 à 6:41
Signaler
Au meilleur avion de chasse du monde : le rafale de Dassault dont j'ai étudié le moteur M88 de snecma. Dassault a un vrai avenir avec le SCAF, le PANG et le cloud informatique. Formidable entreprise dont la destiné est de defendre la France. vive da...

à écrit le 04/08/2022 à 22:29
Signaler
Ils peuvent pas acheter de l'occase ? Toujour du neuf .

à écrit le 04/08/2022 à 22:29
Signaler
Ils peuvent pas acheter de l'occase ? Toujour du neuf .

à écrit le 04/08/2022 à 11:49
Signaler
C'est à mon avis une priorité budgétaire...Ca doit devenir le 1er budget de l'état devant la santé et l'éducation nationale !!!!

le 04/08/2022 à 13:45
Signaler
le premier poste de depense c est le paiement des pensions aux boomers ! c est la dessus qu il faut faire des economies (ainsi que sur le second poste, les soins medicaux qui vont aussi a la meme population)

le 05/08/2022 à 7:53
Signaler
le 1er budjet de l'etat est la fuite de la secu et des allocations dans les pays du magreb

à écrit le 04/08/2022 à 11:44
Signaler
On finira sans doute au dessus de ce chiffre, puisque la promotion commerciale du Rafale passe par des reventes de matériel d'occasion à des pays n'ayant pas les ressources pour acheter du matériel neuf. Aussi, les tout premiers examplaires du Rafale...

à écrit le 04/08/2022 à 11:29
Signaler
Le "tout Rafale" est-il pertinent quand on connaît le coût horaire de ce bel avion ? Ne serait-il pas plus pertinent d'avoir à ses côtés un autre avion dont le coût horaire serait inférieur pour traiter des interventions moins exigeantes ? En Afrique...

à écrit le 04/08/2022 à 11:07
Signaler
et rien sur le renforcement en drone et missiles qui sont plutôt les éléments marquants de ce conflit.

à écrit le 04/08/2022 à 9:31
Signaler
Pourquoi pas, mais est-on bien sûr d'avoir simulé les bons scénarios ? Selon l'article, les rafales seraient "la pierre angulaire de notre système de combat". Or, rien n'est moins sûr. Les "guerres de haute intensité" désignent des tensions avec la R...

le 04/08/2022 à 10:26
Signaler
Point de vue interressant. Neanmoins les études sur les armes d'interception, laser ou autre, continue en occident. Le bouclier laser de Reagan s'est transformé en missile anti-missile plus conventionnel style Patriot : Le laser peine a donné de bo...

le 04/08/2022 à 10:47
Signaler
Il semble que les traités internationaux interdisent le stockage d'armes en orbite...les lasers en font partie. Ce ne sont que des traités....

le 06/08/2022 à 7:13
Signaler
Les missiles hypersoniques à tète conventionnelle ne font pas des dégâts si critiques. Ils cassent une piste d’aviation, bien. 10 bulldozers et c’est finit. Ils ne servent pas dans les affaires militaires courantes, mais plutôt par exception, comme s...

à écrit le 04/08/2022 à 8:11
Signaler
Bonjour, Moi je voudrai le carburant a 60 centimes le litre ( sans taxe ) ... bien sûr, tous sa s,est histoire de conjoncture economique... moins de depence inutile, moins de taxe et plus d,argent disponible pour les investissements.. Pour l AdL...

le 04/08/2022 à 11:00
Signaler
@Rogger Toi y'en a vouloir beaucoup 🤭

à écrit le 04/08/2022 à 7:44
Signaler
Pour que cela reste au sol faute de carburant entre autre? Pour les donner d'occas.?

le 04/08/2022 à 9:06
Signaler
C est pas le sujet… le sujet est de montrer à la Russie ou autre qu on est prêt ça ce à un hypothétique conflit….on n est pas sur netflix ou you tube .. la réalité : 98 avions abattus.. 325 drones avant l’ agression russe en Ukraine … il aurait été i...

le 04/08/2022 à 9:07
Signaler
C est pas le sujet… le sujet est de montrer à la Russie ou autre qu on est prêt face à un hypothétique conflit….on n est pas sur netflix ou you tube .. la réalité : 98 avions abattus.. 325 drones avant l’ agression russe en Ukraine … il aurait été in...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.