Moratoire CO2 : PSA et Renault taisent leur divergence et lancent un audit

 |   |  512  mots
Les deux constructeurs automobiles français avaient marqué leur divergence quant au soutien à un texte demandant des aménagements sur l'application de la nouvelle réglementation CO2 en Europe. Ils vont lancer une étude d'impact de cette nouvelle contrainte, dans le contexte de grave crise économique provoquée par l'épidémie de coronavirus.

Renault et PSA vont-ils finir par faire front commun face à la réglementation CO2 ? D'après nos informations, ils ont en tout cas trouvé un terrain d'entente en mettant en place une mission d'évaluation de l'impact de la crise du coronavirus sur le secteur automobile et ses conséquences sur les objectifs CO2, mis en place depuis le début de l'année par la Commission européenne.

L'ACEA a déjà tranché

A l'issue de cet audit, que les constructeurs vont conduire en collaboration avec les pouvoirs publics, ils décideront alors de soutenir ou non, de concert, une demande d'aménagements de cette réglementation très contraignante.

Cette semaine, l'Association des constructeurs européens d'automobile a adressé un courrier à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, pour réclamer un moratoire sur cette réglementation, ainsi que La Tribune l'avait annoncé la semaine dernière. Ce courrier rédigé par Mike Manley, président de l'ACEA, mais également patron de Fiat Chrysler Automobiles, a fait l'objet de longues tractations entre constructeurs. Les uns étant opposés à un moratoire estimant qu'il réduirait à néant les immenses efforts fournis pour être dans les clous cette année, tandis que d'autres ont fait valoir que les amendes encourues, des centaines de millions d'euros, voire des milliards, seraient intenables compte tenu des pertes qu'ils s'attendent à enregistrer cette année avec la crise du coronavirus.

Lire aussi : Les constructeurs automobiles divisés sur un moratoire sur les objectifs CO2

Bercy en soutien

Pour rappel, les constructeurs doivent respecter un objectif de 95 grammes de CO2 par kilomètres et par voitures vendues. La Commission européenne infligera une amende de 95 euros par gramme supplémentaire et par voiture vendue, à la fin de l'année.

La France a illustré cette divergence puisque PSA a défendu l'idée d'un statu quo tandis que Renault aurait davantage plaidé pour des aménagements sur les effets de cette réglementation dans un contexte de crise. A Bercy, on a accueilli plutôt favorablement l'idée d'un moratoire, estimant que des amendes trop lourdes pourraient contaminer toute la chaîne de valeurs, et donc des PME et ETI qui seront déjà largement affaiblies par la crise du coronavirus. Le CNPA qui défend ce tissus d'entreprises avait ainsi pris fait et cause pour un tel moratoire. Il restait toutefois à dégager un consensus au niveau des deux constructeurs tricolores.

Une initiative trop française ?

L'étude d'impact que les constructeurs sont en train de mettre en place doit permettre de déterminer les réels besoins d'aménagement, ou du moins leur nécessité. Pas certain toutefois qu'ils soient déterminants puisque l'enjeu de la réglementation CO2 se joue à l'échelle européenne et ne répondra pas au seul périmètre des constructeurs automobiles français. Les tractations pourraient donc se poursuivre pour parvenir à un consensus plus large que le seul écosystème Hexagonal.

Lire aussi : Automobile: pourquoi la forte baisse des CO2 en janvier est en trompe-l'œil

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2020 à 14:00 :
Laisser nous ( fournisseurs français de pièces automobiles) travailler. Les véhicules électriques sont beaucoup trop chers à l' achat. Ne parlons pas des batteries que personnes ne sais vraiment recyclé.
a écrit le 04/04/2020 à 22:10 :
Ceux qui font perdurer le passé ne verront pas demain. Mon humble avis: ce sont des pratiques de république bananière. Et de toute façon, ils auront beau corrompre l’UE et la France, des décisions ont été prises par des villes scandinaves, espagnoles, allemandes, Londres, Amsterdam et j’en passe. Et ces villes ne plieront pas. Tout ce que ces deux constructeurs réussiront, c’est de passer à côté de juteux marchés... C’est une grossière erreur stratégique.
a écrit le 04/04/2020 à 21:37 :
Le coronavirus a pu éclore par la destruction de la planète et les constructeurs profitent de ce moment pour enfoncer les règles. Voyons.
a écrit le 04/04/2020 à 17:22 :
Si les clients veulent acheter des véhicules électriques, qu'ils le fassent (et on observe ils s'en abstiennent bien !). Sinon, on ne peut pas demander à un moteur à combustion de ne rejeter aucun gaz d'échappement : c'est une contradiction terme à terme.
a écrit le 04/04/2020 à 15:42 :
Ces deux constructeurs voudraient-ils profiter du coronavirus pour revenir sur l'application de la nouvelle réglementation CO2 en Europe ? Eux et d'autres n'ont pas voulu s'engager dans la réduction des émissions de CO2 et de la pollution en général. Maintenant ils doivent assumer. Et on pénaliserait celui qui a fait les efforts nécessaires pour se rapprocher des normes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :