Heureux comme un actionnaire salarié en télétravail...

VOTRE TRIBUNE DE LA SEMAINE. La croissance à 7%, le chômage en baisse : Macron se fera-t-il réélire sur son seul bon bilan économique ? Les entreprises versent plus de dividendes aux actionnaires, mais vont aussi devoir casser leur tirelire pour garder ou attirer les talents. C'est LE gros risque pour la poursuite de la reprise en 2022, pointe le Medef. Et autres informations à picorer dans la semaine écoulée.
Philippe Mabille

7 mn

(Crédits : Photo by Yasmina H on Unsplash)

> CHAQUE SAMEDI, à 8 heures, recevez « Votre Tribune de la semaine » dans votre boîte e-mail en la sélectionnant ici.

____

C'est l'histoire d'une startup qui aimerait bien faire une nouvelle levée de fonds pour cinq ans. Son nom : LREM. Son objet : faire réélire l'actuel président de la République. Son nouveau slogan, décliné dans un site internet dévoilé cette semaine : avecvous2022.fr. Le site propose de découvrir un kaleïdoscope d'hommes et de femmes ordinaires illustratifs de cette majorité silencieuse qu'on veut convaincre de se remettre en marche et de prendre la parole : « découvrez la voix des Français et faites entendre la vôtre », proclame-t-il. Reste encore à savoir quelle voie va proposer Emmanuel Macron pour défendre ces cinq ans de plus à l'Elysée.

L'objectif du site est clair : récupérer un fichier de sympathisants avec des noms et des adresses, un peu comme pour la gauche le site de laprimairepopulaire, cet objet politique non identifié, dont on connaîtra la liste des "préférences" dimanche. En attendant une clarification tardive et improbable à gauche, selon notre chroniqueur Marc Endeweld, Emmanuel Macron pourrait bien se déclarer à Marseille, le 10 ou 11 février, à l'occasion d'un déplacement. Pourquoi Marseille ? Macron, supporter assumé de l'OM, y a ses habitudes, ses affidés et beaucoup de connexions... Il a proposé à la ville la plus pauvre de France un plan intitulé « Marseille en grand » abondamment financé. Quoi de plus naturel donc pour le président-candidat d'y déclarer son envie d'une « France en grand », lui qui assure le leadership de l'Europe pour 6 mois. Que ce soit à Marseille ou pas, la candidature approche.

Le chef de l'Etat pourra s'appuyer sur un bon bilan économique. Alors que plusieurs économistes américains comme le prix Nobel Paul Krugman ont loué la France qui s'en est le mieux sorti dans la crise sanitaire, l'Insee vient d'annoncer que la croissance a été encore plus forte qu'attendu, à plus de 7%, le meilleur résultat depuis 50 ans (après avoir connu il est vrai en 2020 le plus gros gadin de son histoire), souligne Fanny Guinochet.

La dette issue du quoi qu'il en coûte a donc permis de sauver des entreprises et des emplois : la chute spectaculaire du chômage est aussi un atout pour Emmanuel Macron, même si le 21 avril 2002, elle n'avait pas permis l'élection de Lionel Jospin, dont le bilan était aussi très bon sur l'économie. Vingt ans plus tard, il faudra plus qu'un bon bilan à Macron pour devenir le premier président réélu depuis Jacques Chirac.

La politique-spectacle l'emporte sur les débats de fond

D'autant que plusieurs nuages planent sur 2022. A commencer par un débat politique d'une violence sans nom, à l'image du débat qui a opposé le candidat d'extrême-droite Eric Zemmour à celui de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon dans l'émission « Face à Baba » de Cyril Hanouna. On est bien entré dans l'âge de la politique-spectacle, niveau Koh-Lanta, le totem d'immunité en moins.

L'élection présidentielle est rattrapée par la réalité : risque de guerre en Ukraine sur fond de crise énergétique avec le gaz russe, comme le raconte Robert Jules, même si on note une désescalade ce vendredi ; crainte du retour d'une inflation forte et surtout durable : les investisseurs se préparent au choc de la remontée des taux d'intérêt et à la fin de l'argent gratuit. Poutine, la Fed, la persistance de la crise sanitaire : il y a encore beaucoup de sorcières qui se penchent sur le berceau de la croissance de 2022.

Heureux comme un actionnaire salarié

A ces incertitudes s'ajoutent pour les entreprises un phénomène qu'elles n'avaient pas connu depuis longtemps : lors d'une conférence de presse, ce lundi 24 janvier, Geoffroy Roux de Bézieux, le président du Medef, assure ne pas avoir assisté à un tel phénomène depuis 30 ans : "il n'y a pas un jour sans que je ne croise un chef d'entreprise qui ne se plaint pas de problèmes de recrutement." De quoi freiner la croissance, souligne Fanny Guinochet, malgré la chute spectaculaire du chômage. Pour les startups et autres licornes, comme pour les ETI et les multinationales, le principal problème n'est pas l'argent, mais la pénurie de talents, raconte dans une tribune Nicolas Forcade, DG Europe de Pangea.

Alors que les entreprises vont publier en févier des résultats 2020 record, ce qui est logique avec une aussi violente reprise partout ou presque dans le monde, les actionnaires vont être à la fête. Le taux de distribution de dividendes des entreprises du CAC 40 frôle les 100%, remarque Eric Benhamou. Les actionnaires seront heureux, mais les salariés aussi voient le rapport de force pencher en leur faveur : selon l'Apec, 38% des cadres ont déjà refusé ces derniers mois une offre d'emploi à cause d'un salaire insuffisant. Si le patron du Medef assure que la plupart des entreprises vont relever les rémunérations cette année, reste à savoir où se situera le curseur. La position idéale : être un actionnaire salarié en télétravail à 100% dans sa résidence secondaire, voilà la nouvelle inégalité du futur.

Les marchés, en tout cas les plus spéculatifs comme la tech ou les crypto, corrigent fortement. Les « mini-bulles » de 2021 se dégonflent, constate Eric Benhamou et la Bourse de Paris fait moins la fière.

Le candidat Macron maintient une garde haute face au danger d'un choc de pouvoir d'achat. Tandis que Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, après avoir parlé en 2020 de « plus grave crise depuis les années 30 », décrit désormais, à propos des prix de l'énergie, « l'équivalent du choc pétrolier de 1973 » pour justifier la ponction sur EDF, le gouvernement ajoute un nouveau chèque carburant en relevant les indemnités kilométriques pour les 2,5 millions de gros rouleurs.

Un geste est fait aussi pour les cotisations sociales des indépendants, dont beaucoup voit leur activité réduite par le quasi-confinement vécu dans les villes avec la crise Omicron... VTC, petits commerces, la vie n'est pas rose.

Côté business, la semaine écoulée met l'accent sur le secteur des télécoms. Christelle Heydemann va quitter la direction de Schneider Europe pour devenir la troisième femme à la tête d'une entreprise du CAC 40 avec Estelle Brachlianoff chez Veolia et Catherine Mc Gregor chez Engie. Télécoms et Numérique, Environnement et Energie, le women power progresse. Enfin ! La future DG d'Orange succèdera au PDG actuel Stéphane Richard début avril dans le cadre d'une nouvelle gouvernance dissociant les fonctions de président et de directeur général. Pierre Manière décrypte les défis qui attendent cette polytechnicienne de 47 ans, sur le front social et industriel avec le déploiement de la fibre, concurrentiel, européen et mondial, sans oublier l'empreinte climatique du numérique.

Toujours dans les télécoms, il faut surveiller la chute de Sigfox, le spécialiste de l'internet des objets (IoT) fondé à Toulouse par Ludovic le Moan, qui n'est pas parvenu à faire de sa technologie innovante et de son entreprise la success story espérée et a échoué sur le fil à vendre à un repreneur son réseau en France. Pierrick Merlet journaliste à notre bureau de Toulouse raconte les détails qui ont précipité Sigfox jusqu'au redressement judiciaire. C'est l'histoire d'une startup qui n'a pas réussi à devenir la licorne annoncée et c'est dommage.

Philippe Mabille, Directeur de la rédaction

Twitter @phmabille

Philippe Mabille

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 30/01/2022 à 11:47
Signaler
Au fait Paul Krugman c'est qui exactement hum ? Un gars qui n'est pas grand chose et qui dans son pas grand chose n'a fait que des prédictions foireuse... assez remarquable en fait. En gros on nous présente un rien comme une sommité. De plus ce rie...

à écrit le 30/01/2022 à 11:47
Signaler
Au fait Paul Krugman c'est qui exactement hum ? Un gars qui n'est pas grand chose et qui dans son pas grand chose n'a fait que des prédictions foireuse... assez remarquable en fait. En gros on nous présente un rien comme une sommité. De plus ce rie...

à écrit le 30/01/2022 à 5:45
Signaler
Pas très convaincant: la situation ne me parait pas si belle. Malgré le reflux de la population laborieuse des secteurs sinistrés vers des secteurs plus porteurs, les entreprises dont l'activité seraient plus profitables au solde du commerce extérieu...

à écrit le 29/01/2022 à 22:58
Signaler
Mais ça concerne qui votre portrait Robot… de salarié actionnaire en télétravail 10-15% des cadres sup … bien loin de la piétaille au travail

le 31/01/2022 à 11:39
Signaler
Toutes les grandes entreprises ont des plans d'actionnariat salarial qui concernent l'ensemble de leurs collaborateurs, souvenez vous de la caissière d'auchan parie à la retraite avec un capital de 1.800.000 euros de son plan d'actions ..

à écrit le 29/01/2022 à 17:36
Signaler
L'Histoire retiendra peut être que les Français auront réélu un président qui aurait dû être destitué et mis en prison. Le bilan de Macron : des dizaines de milliers de morts évitables, une paupérisation croissante, la destruction de services publics...

à écrit le 29/01/2022 à 17:12
Signaler
On a beau chercher, rien sur le réchauffement climatique et pourtant c’est le sujet le plus important du moment: la crise énergétique y est liée, notre avenir en dépend, notre économie en dépend. Il y a mieux qu’un salarié en télétravai, c’est un s...

à écrit le 29/01/2022 à 14:28
Signaler
C'est quoi, cette fixation et ces remarques sur les salariés en télétravail ? La cible à abattre ? Résidence secondaire, et alors ? La priorité est le travail. Si un des salarié peut le faire depuis une résidence secondaire, et qu'un autre non, qu'es...

à écrit le 29/01/2022 à 13:26
Signaler
L internet dés objets on en veut pas : pour être espionné et et manipule par les usa les chinois ou russe non merci !!

le 29/01/2022 à 14:36
Signaler
...écrit-il avec son ordinateur connecté à internet... Votre banque, votre fournisseur d'accès internet, votre fournisseur de téléphonie mobile, le fabricant de votre téléphone, de votre tablette ou de votre PC, le fisc, Google et Apple (moteurs de r...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.