Xavier Beulin, patron du groupe Avril et président de la FNSEA, est décédé

 |   |  464  mots
Agé de 58 ans, il a donné tout ce qu'il avait pour les idées d'un syndicalisme ouvert et indépendant, écrit la FNSEA.
"Agé de 58 ans, il a donné tout ce qu'il avait pour les idées d'un syndicalisme ouvert et indépendant", écrit la FNSEA. (Crédits : Alfred Mignot)
Le principal syndicat agricole français a annoncé un décès "brutal" à 58 ans.

>> Papier du 19/02/2017 à 19h - mise à jour le 20/02/2017 à 8h30

A quelques jours de l'ouverture du Salon de l'Agriculture, le principal syndicat agricole français, la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles) , a annoncé dimanche le "décès brutal", à l'âge de 58 ans, de son président Xavier Beulin, qui était aussi le patron du groupe Avril.

"La FNSEA fait la douloureuse annonce du décès brutal de son président Xavier Beulin", a indiqué la fédération agricole dans un communiqué. Le groupe Avril (agroalimentaire) a également annoncé le décès de son dirigeant dans un communiqué distinct, en adressant "ses pensées à son épouse Laurence et à ses enfants".

>> Dernière intervention en public de Xavier Beulin lors du débat sur l'Algérie de demain lors d'un petit déjeuner débat de l'IPEMED - La Tribune - Bpifrance, (2 février 2017)

Parcours syndical et présidence d'un grand groupe

"Agé de 58 ans, il a donné tout ce qu'il avait pour les idées d'un syndicalisme ouvert et indépendant", écrit la FNSEA dans son communiqué. "Engagé depuis l'âge de 17 ans pour l'agriculture, Xavier Beulin a donné au syndicalisme et aux filières agricoles des lettres de noblesse et un élan incomparable", poursuit le syndicat, qui exprime sa "tristesse".

Parallèlement à ses fonctions à la tête du principal syndical agricole, Xavier Beulin était le président du groupe Avril (Lesieur, Puget, Matines), qui a salué, dans son communiqué, "son énergie, son charisme et sa vision qui ont permis l'émergence de ce qui est aujourd'hui un champion français".

Xavier Beulin a "oeuvré sans relâche au développement de l'agriculture française, toujours dans l'intérêt général, comme en témoigne son parcours syndical qui l'a mené jusqu'à la présidence de la FNSEA", a encore souligné le groupe.

Réactions dans le monde économique

Pour la Confédération paysanne, "l'annonce du décès de Xavier Beulin est un choc pour l'ensemble de la profession. Nous ne partagions pas la même vision de l'agriculture ni les solutions qui étaient les siennes pour affronter les défis qui se présentent à nous. Nous nous sommes régulièrement affrontés sur ce terrain avec pugnacité et respect".

L'Union nationale des professions libérales "salue un homme de conviction et de dialogue, au grand dynamisme. Xavier Beulin était un ami des professions libérales avec lesquelles il avait mené de nombreux combats et pris des initiatives multiples pour la défense des petites entreprises".

Pour Georges Plassat, PDG Du Groupe Carrefour, "Xavier Beulin était un interlocuteur exigeant, actif, un visionnaire passionné, proche des réalités économiques, engagé dans la construction des filières agricoles. Il manquera beaucoup".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2017 à 16:12 :
"Parallèlement à ses fonctions à la tête du principal syndical agricole ( Il est le premier céréalier à accéder à cette fonction) , Xavier Beulin était le président du groupe Avril "

Pas que :

Xavier Beulin est président du conseil d'administration du groupe Avril (anciennement Sofiprotéol), groupe agro-industriel international (chiffre d'affaires 7 milliards d'euros en 2013) de la filière oléagineuse et protéagineuse. L'entreprise produit, selon l'hebdomadaire Le Point, presque l'intégralité du biodiesel, ce que la Cour des comptes, dans un rapport sur les biocarburants, décrit comme une « rente de situation » alors même qu'elle bénéficie d'une exonération fiscale. Diester Industrie est champion européen du biodiesel15. Sa société Glon Sanders est leader français de la nutrition animale.
De 2000 à 2009, il est président, puis vice-président, du Centre technique interprofessionnel des oléagineux métropolitains (CETIOM, aujourd'hui intégré dans Terres Inovia), un institut technique assurant des missions de recherche et développement en agriculture.
De 2000 à 2009, il est président, puis vice-président, du Centre technique interprofessionnel des oléagineux métropolitains (CETIOM, aujourd'hui intégré dans Terres Inovia), un institut technique assurant des missions de recherche et développement en agriculture.
Il est président de l'Alliance européenne des oléo-protéagineux (EOA) depuis 2002, une organisation rassemblant les producteurs et les industriels du secteur dans le but de défendre ses intérêts auprès des pouvoirs publics de l'Union européenne et des organisations internationales.
Il est président du conseil de surveillance du grand port maritime de La Rochelle depuis décembre 2008, en tant que personnalité qualifiée nommée par l’État, représentant le monde économique par ses activités chez Sofiprotéol et président du conseil d’administration de FranceAgriMer depuis novembre 2009.
Il est par ailleurs président du Conseil économique, social et environnemental régional du Centre depuis 2001, et secrétaire-adjoint de la chambre régionale d'agriculture du Centre.
Il est vice-président du COPA-COGECA depuis 2013 et président de l'Institut de coopération avec les pays du bassin méditerranéen (IPEMED.
Il siège au conseil d'administration du Crédit agricole.
Mediapart fait aussi référence à la participation de Xavier Beulin dans une Société civile immobilière (SCI) à Ingré dont il touche des dividendes notamment de la part de Carrefour Market.
En 2011, Xavier Beulin soutient la proposition de loi du sénateur Christian Demuynck (UMP) transposant un règlement européen de 1994 sur la protection des obtentions végétales, qui a pour conséquence que les agriculteurs, s'ils veulent ressemer leur propre récolte, doivent verser une « rémunération aux titulaires des certificats d'obtention végétale » que sont les semenciers et comme Xavier Beulin dirige également le groupe Sofiprotéol, « qui détient des participations dans plusieurs grands groupes semenciers français (Euralis Semences, Limagrain, RAGT Génétique, Serasem - groupe InVivo) ,la boucle est bouclée.
a écrit le 20/02/2017 à 12:52 :
Je sais que c est pas bien de dire du mal d un mort, mais c est quand meme un roi de l agro-business (aka malbouffe & pesticides), defenseur des milliards de subvention de la PAC qui n arrivent meme pas a maintenir a flot un systeme a bout de souffle (cf les suicides de paysans). Bref pas franchement un visionnaire.

Esperons que le procheain FNSEA sera meilleur (ce dont je doute vu la mentalité de ceux ci)
a écrit le 20/02/2017 à 11:45 :
Les gens qui prônent le retour ancestral aux techniques du XIXième siècle, ne voient pas le risque considérable en terme de santé que ces pratiques font prendre. pour mémoire, l'affaire du pseudo concombre espagnol, in fine des graines de fenugrec non traitées, c'est 42 morts.. il est hasardeux de pousser les agriculteurs en masse vers le bio, et hasardeux de préconiser l'abandon de nos armes que sont les produits phyto. L'été 2016 a montré les problèmes considérables auxquels nous aurions pu être confrontés sur les qualités des céréales (les pluies du printemps ont gêné les applications de fongicides) avec pour résultats de nombreux lots non conformes. Bref, nous sommes dans le meilleur des Mondes possibles, et il est sage de faire subsister différents modèles, bio d'une part, mais surtout agriculture raisonnée -user des produits quand il faut, aux doses prescrites, en éliminant les produits les plus problématiques au cours du développement de nouvelles molécules. Et il est sage aussi de mettre le doigt sur le principal responsable des difficultés des agriculteurs: le consommateur, qui ne veut plus payer, en exigeant toujours plus de traçabilité et de normes (moins de 15% du revenu des ménages consacré à l'alimentation aujourd'hui)... Xavier Beulin manquera au Monde agricole, qui effectivement se trouve dans des difficultés considérables.
Réponse de le 20/02/2017 à 16:21 :
vous dites ne veut plus payer mais souvent c'est ne peuvent plus payer
Réponse de le 20/02/2017 à 16:59 :
Ça eut payé.
a écrit le 20/02/2017 à 11:42 :
On dit toujours du bien des disparus. C'est triste pour ses proches. Mais l'agro business est a la source de la mal bouffe. Qui induit des maladies en tout genre dont les crises cardiaques. Ca sent le retour d'expérience : Beulin patron de la FNSEA crise cardiaque, Oursel patron d'Areva mort d'un cancer.... au moins nous voilà prévenu.
a écrit le 20/02/2017 à 10:17 :
A lire les commentaires de "citoyen blasé", il me tarde presque que l'agriculture française soit définitivement morte et qu'il ne reste que quelques fabuleux petits paysans au bord des villes vivant dans la misère et la boue pour flatter l'urbain bobo avec des produits hors de prix (mais ne le faisant pas vivre pour autant) et qu'on importe le reste des grandes exploitations d'Allemagne de l'Est et de Roumanie (sans parler de celle des USA et des pays d'Amérique du Sud)

Vraiment ça donne envie !

Pour très bien connaitre le monde agricole, je peux parfaitement comprendre que les idées de X Beulin ne plaisent pas à tout le monde (moi même je ne suis pas toujours d'accord), en revanche, on peut que saluer l'engagement inconditionnel de cet homme.

Paix à son âme.
Réponse de le 20/02/2017 à 10:45 :
En rouge sous chaque commentaire il est écrit:"Répondre" ce qui veut dire répondre au commentaire écrit juste au dessus.

N'hésitez pas la prochaine fois à répondre à mon commentaire plutôt que de vous adresser à moi en créant un nouveau commentaire, c'est ballot j'aurais pu ne pas lire cette si extraordinaire intervention de votre part.

Pour le reste je vous invité à vous référer à la réponse que j'ai fais à votre autre commentaire en dessous, merci.
Réponse de le 20/02/2017 à 11:48 :
Merci votre "extraordinaire" réponse...
Réponse de le 20/02/2017 à 13:57 :
"Merci votre "extraordinaire" réponse... "

Je vous en prie, éclairer les gens est toujours un plaisir pour moi.
a écrit le 20/02/2017 à 8:57 :
Un grand monsieur, on peut ne pas ne pas partager les convictions de quelqu'un, cela n'empêche pas d'avoir du respect pour lui . Ce que certains commentaires n'ont pas hélas. Avoir repris l'exploitation familiale à la mort de son père en abandonnant ses études en cours .Et faire son parcours ensuite, force le respect. Mais bon en France la réussite n'est pas vu d'un bon œil.Et les critiques subviennent souvent de gens qui n'ont jamais rien fait de leurs dix doigts.Si la France avait eu plus de gens comme X.Beulin . La France serait autrement.
Réponse de le 20/02/2017 à 9:58 :
Je lui tire mon chapeau mais pas à nos gouvernants qui arrosent ces gens
de subventions ,,,,,,LES gros céréaliers revenu moyen 95 000 euros touchent d'enormes subventions
Réponse de le 20/02/2017 à 10:19 :
Bref tous les gens qui critiquent Beulin sont des feignants, des jaloux et des gens mal élevés, de mauvaises familles donc forcément.

Bravo côté argumentations, respect.

La mort n'apporte effacement de tous ses pêchés qu'en religion, dans une société laïque on sait parfaitement que si on critique quelqu'un on ira pas en enfer.

Un peu de sérénité ne ferait pas de mal à certains, merci.
Réponse de le 20/02/2017 à 17:05 :
2013 :

Les céréaliers et autres producteurs d’oléoprotéagineux européens (tournesol, colza, soja, pois, féverole, lupin, etc.) qui ont touché le jackpot en décembre grâce à la Politique agricole commune (PAC) : ils se sont partagé une manne d’environ 15 milliards d’euros «d’aides au revenu», alors qu’ils n’ont jamais gagné autant d’argent sur les marchés grâce à l’explosion des prix depuis 2007 (avec un creux en 2009). Soit des chèques pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers d’euros.

«Scandale». En France, environ 10 000 agriculteurs se sont partagé près de 6 milliards d’euros, soit en moyenne 600 000 euros par exploitation. En réalité, l’aide européenne étant calculée en fonction de la taille de la ferme et des rendements «historiques» (soit la période 2000-2003), leur montant est variable. La Commission européenne , a refusé de fournir des chiffres précis. Mais en sachant que le montant moyen pour les grandes cultures est de 330 euros à l’hectare, on peut rapidement calculer qu’Albert de Monaco, au hasard, qui possède 773 hectares en France, a reçu un bonus tournant autour de 250 000 euros financés par le contribuable européen…La Cour des comptes européenne, qui a examiné à la loupe ce système, a également mis au jour une série de fraudes. Les agriculteurs ont ainsi déclaré des terres qui n’ont jamais été cultivées (150 000 hectares, dont une réserve naturelle en Ecosse, par exemple). D’autres ont cédé leurs droits à des investisseurs qui se contentent de toucher les chèques européens. Comme le souligne Michel Jacquot, les États-Unis ont réglé le problème en faisant dépendre le versement des aides du niveau des prix mondiaux.

Les Etats européens, eux, ne veulent rien changer : une majorité (dont la Grande-Bretagne) refuse même de plafonner le montant des aides à 300 000 euros par exploitation (soit 3 900 exploitations touchées), comme l’a proposé la Commission, ce qui permettrait de limiter les dégâts. La France, elle, souhaite redistribuer ce budget plus équitablement, par exemple en accordant une surprime aux 50 premiers hectares, ce qui bénéficierait aux petits paysans. Une position très minoritaire pour l’instant : pas question de toucher au blé des riches paysans.
a écrit le 19/02/2017 à 22:28 :
Salut, Compatriote.
a écrit le 19/02/2017 à 19:53 :
Xavier Beulin a énormément fait pour l'empoisonnement agro-industriel, je sais comme à chaque fois que quelqu'un meure il faut en dire du bien mon commentaire ne devrait pas passer mais là dire du bien ce n'est tout simplement pas possible.

Profitons en pour démanteler la FNSEA, syndicat agricole d'empoisonneurs.
Réponse de le 20/02/2017 à 7:28 :
Effectivement, sous sa mandature, le monde agricole est allé de mal en pis. Mes pensées vont aux agriculteurs qui se sont suicidés à cause de la politique menée par la FNSEA.

Et il est vrai que l'agriculture intensive, au service d'empoisonneurs tels que Monsanto, est à démanteler et que nos vaches doivent retrouver le chemin de nos vertes prairies
Réponse de le 20/02/2017 à 10:14 :
Oui il serait temps d'arrêter de leur mettre des hublots (https://fr.wikipedia.org/wiki/Vache_%C3%A0_hublot) à ces pauvres vaches.

Mais c'est pour leur bien nous dit on. Encore combien de temps avant d'installer des hublots sur les humains ? Pour notre bien bien entendu hein...
Réponse de le 20/02/2017 à 11:20 :
Faudrait vous dépêcher de vous installer en agriculture bio, cela vous évitera de dire des âneries, et cela occupera vos journées et vous parlez de manque d'argumentation!!!ou faites un stage en milieu agricole, Cela ouvrira votre esprit restreint !!
Réponse de le 20/02/2017 à 13:37 :
Bon sinon à part de vouloir exprimer vos nombreux et puissants ressentiments à mon encontre qu'avez vous à dire en ce qui concerne mon commentaire svp ?

En quoi un stage en milieu agricole pourrait me faire changer d'opinion ?

Cela vous arrive t'il d'être cohérent de temps en temps ?
a écrit le 19/02/2017 à 19:33 :
Un grand Monsieur qui manquera au Monde Agricole.
Réponse de le 20/02/2017 à 7:30 :
... et qui retrouvera, au Paradis, nombre d'agriculteurs qui se sont suicidés par la faute du syndicat dont il fut le président.
Réponse de le 20/02/2017 à 8:21 :
Gerard5567
Vous pensez que les agriculteurs se suicidentvpar la faute de leur syndicat?

Les agriculteurs souffrent en fait de la schyzophrenie d'une société qui leur impose une réglementation dépourvue de non sens, changeante au grès des humeurs de petits fonctionnaires zélés,...
Dans le même temps notre pays importe massivement à bas prix des productions alimentaires qui ne sont pas tenues de respectées le même cahier des charges et la réglementation imposée aux agriculteurs.

Voilà la vérité!
Réponse de le 20/02/2017 à 8:57 :
@ Mat

La FNSEA a imposé l'agro industrie au milieu agricole, celui ci perd une dizaine de milliers d'exploitation par an suscitant suicide et dépression, alcoolisme et-c...

Donc oui, sans aucune hésitation, indirectement et directement la FNSEA est responsable de nombreux suicides d'agriculteurs.

Par contre là où en effet il peut y avoir un doute c'est que nombreuses victimes de la politique agro-industrielle de la FNSEA sont persuadées que celle-ci leur veut du bien et si elle les mènent à la misère et àç la mort c'est parce qu'elle ne peut pas faire autrement la pauvre.

Pour connaitre de nombreux agriculteurs certains même voient en monsanto le sauveur du milieu agricole et les producteurs bio comme des empoisonneurs.

La réalité elle est là et si le décès de Beulin pouvait enfin apporter un débat sur l'état de notre agriculture et de nos agriculteurs cela ne serait pas du luxe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :