La première low-cost long-courrier française s'appellera French Blue  (compagnie soeur d'Air Caraïbes)

 |   |  374  mots
French Blue (Bleu français) décollera de l'aéroport parisien d'Orly où elle pourra utiliser les créneaux récemment obtenus pour Air Caraïbes
French Blue ("Bleu français") décollera de l'aéroport parisien d'Orly où elle pourra utiliser les créneaux récemment obtenus pour Air Caraïbes (Crédits : REUTERS/Michael Dalder)
Selon nos informations, la low-cost long-courrier que prévoit de lancer le groupe Dubreuil, déjà propriétaire d'Air Caraïbes, s'appellera French Blue. Elle débutera ses opérations cet été au départ d'Orly.

French Blue. C'est, selon des sources concordantes, la marque commerciale de la compagnie low-cost long-courrier que va lancer le groupe Dubreuil, déjà propriétaire d'Air Caraïbes et d'Air Caraïbes Atlantique, l'entité long-courrier du groupe. Cette nouvelle compagnie, qui répondait jusqu'ici au nom de code de "Sunline", aura son propre certificat de transport aérien (CTA), lequel est en cours d'attribution. French Blue commencera son activité cet été. Elle doit prendre livraison d'un A330-300 neuf en juin. Elle décollera de l'aéroport parisien d'Orly où elle pourra utiliser les créneaux récemment obtenus pour Air Caraïbes Atlantique et Air Caraïbes. Interrogé, le groupe Dubreuil n'a pas souhaité faire de commentaires. Le projet pourrait être dévoilé mi-mars avec notamment la ou les destinations qui seront desservies.

Accès Internet à bord

En juin dernier, Marc Rochet, le président du directoire d'Air Caraïbes, avait dévoilé les grandes lignes de cette nouvelle compagnie qu'il n'hésitait pas à qualifier de "low-cost long-courrier". Un concept qui a commencé à voir le jour en Asie il y a quelques années, puis en Europe avec la low-cost Norwegian et Eurowings, la filiale de Lufthansa qui a débuté ses vols l'automne dernier.

L'idée était de créer une propre entité pour partir d'une feuille blanche en termes de conditions de travail et de rémunération du personnel, d'utiliser des appareils densifiés (380 sièges dans l'A330, contre 355 dans les A330 actuels d'Air Caraïbes, répartis en deux classes, une classe économique et une classe économique améliorée. Marc Rochet prévoyait des écrans vidéo pour chaque siège et un accès à Internet.

Sauf changement de plan depuis, sa flotte devait être composée d'une partie des A330 d'Air Caraïbes, lesquels seraient transférés à la nouvelle entité au fur et à mesure de l'arrivée des A350 dans la flotte d'Air Caraïbes.

French Blue sera la première compagnie low-cost long-courrier française créée ex nihilo. Néanmoins, par de nombreux aspects, XL Airways, autrefois compagnie charter, s'apparente depuis quelques années à une low-cost long-courrier.

___

>> Lire aussi : Air Caraïbes défie Air France en lançant une low-cost long-courrier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2016 à 15:09 :
La Fondation pour l’innovation politique vous invite à lire la note de Emmanuel Combe « Les vertus cachées du low cost aérien » (http://www.fondapol.org/etude/combe-les-vertus-cachees-du-low-cost-aerien/) qui répond une à une aux inquiétudes que la concurrence peut susciter, en utilisant l’exemple concret du low cost aérien.
a écrit le 14/02/2016 à 15:21 :
Gros comme le nez au milieu de la figure , la raison sociale "air Caraïbes" n'existera plus dans peu de temps et les créneaux horaires seront aspirés comme ils ont voulu aspirer ceux d'une autre compagnie il n'y a pas si longtemps. Il est fort à parier que la langue officielle dans les cabines de celle-ci soit l'anglais et le personnel de plusieurs pays. Tout s'explique .
a écrit le 14/02/2016 à 12:35 :
J'oserai rêver davantage. Une troisième Classe Super-Eco pour les déplacements de mes cadres.
Avec des caméras qui surveillent , afin de m'assurer qu'ils potassent bien les contrats.
Vous ne pouvez me refuser cela , étant donné que tous ces éléments convergent vers un renforcement de la compétitivité de nos forces vives .
La Nation , dans son entièreté ne peut qu'y trouver avantage.
Bien à vous , Monsieur le CEO de French Blue.
Votre Dévoué...
a écrit le 14/02/2016 à 12:14 :
French Blue? Je ne sais pas quelle est la clientèle visée mais je suis pas sur que ce soit si porteur que ça à l'international ce nom?
a écrit le 14/02/2016 à 10:58 :
et encore un mot anglais...................et le français..marre
Réponse de le 07/10/2016 à 11:02 :
BLEU MARINE
a écrit le 14/02/2016 à 10:13 :
C'est curieux. Une nouvelle entreprise veut se créer avec comme seul moyen de se développer une baisse de revenus de ses salariés et une précarisation des emplois au sol par le biais de la sous-traitance. Les esprits "modernes" trouvent ça formidable.
Mais pourquoi ne pas transposer ce modèle à leur propre secteur d'activité ?
Réponse de le 15/02/2016 à 18:04 :
Vous n'avez pas du comprendre le principe de Low Cost ...
a écrit le 13/02/2016 à 20:27 :
Et je persisterai en ajoutant que celui qui paye , c'est celui qui décide.
Et pas inversement.
Sed lex , dura lex.
a écrit le 13/02/2016 à 20:22 :
Excellentissime.
J'en ai rêvé , French Blue l'a fait.
Désormais , le poste voyages de mes cadres diminuera de 25 %.
Je les paye pour bosser , pas pour prendre leurs aises avec des hôtesses de l'air...
Le temps de voyage au titre d'une société , c'est et ça reste boulot et non foutaises.
Je vais remettre de l'ordre dans tout ce bigntz à la noix.
Sans blague... MerXe !
Réponse de le 14/02/2016 à 9:30 :
Arrêtez de rêvez les yeux ouverts continuez à livrer vos nems avec votre bicyclette. Vous n'êtes jamais monté à bord d'un avion que voulez vous dire - vos aises avec les hôtesses de l'air - Vous vous adressez aux bisounours !
a écrit le 13/02/2016 à 16:10 :
C'est le genre AOM et CORSAIR ,ça travaille avec les tours opérateurs qui y transportent les français fans du voyage organisé: serrés comme des sardines les genoux sous le menton et service minimum .C'est a l'aviation ce qu'est la camping à l'hôtellerie. Rien a voir avec les Cie du golfe .
a écrit le 13/02/2016 à 14:36 :
Payer ses produits de consomation et ses services moins chers n'a fait qu'accroître le pouvoir d'achat des particuliers et la richesse globale depuis la nuit des temps.
Tous les secteurs, tous les métiers ont toujours été remis en question et on a toujours amélioré la qualité de vie malgré tout. Je pense que les tisserands tenaient votre discours quand leur métier a disparu mais le monde ne peut pas rester figé pour plaire à une minorité. Le secteur aéronautique est en profonde mutation, il va falloir s'y faire. Le prix des billets qui baissent car le modèle économique évolue créent des opportunités pour la clientèle entre autres.
Réponse de le 13/02/2016 à 19:16 :
Les tisserands! Il n y en a plus! On parle ici de moins disant sur les salaires bruts point! Lorsqu en France on aura le même salaire brut que les employés de l est ou d Asie ils baisseront les leurs ! Le seul truc qui disparaît c est le travail en France pas les métiers
Réponse de le 14/02/2016 à 11:37 :
Pierre777, je sais qu'il n'y a plus de tisserands, merci. C'est le but de mon exemple, avant de complètement disparaître, j'imagine que leurs revenus ont du baisser petit à petit.Il y a bien un problème de travail en France comme vous dites, mais c'est un problème structurel que les français ont voulu et façonné petit à petit, ce n'est pas la faute de la "World Company". Ce coût du travail qui a pris des proportions énormes, la protection des travailleurs, les réformes toujours repoussées, c'est les français qui l'ont voulu.
Le phénomène low cost est marginal mais pour la plupart des gens, c'est plus de pouvoir d'achat ; dans le cas du transport aérien, c'est plus d'opportunités pour les destinations desservies car plus de trafic. Pour ceux qui vivent de l'aérien, c'est des emplois. Parmi ceux ci qui veulent améliorer leur revenus, c'est le moment d'en profiter, il n'y a jamais eu autant d'opportunités, mais pas en France forcément. Il y aussi ceux qui prônent l'immobilise, ceux qui ont peur du changement et qui ne savent que râler mais le monde évoluera sans eux.
a écrit le 13/02/2016 à 14:09 :
Eh oui l avenir c est que tout le monde écrase ses revenus pour que deux ou trois personnes s enrichissent! Et quand plus personne ne gagnera qu un salaire minimum la France sera pauvre mais COMPÉTITIVE POUR LA WORLD COMPANY
ET plus personnes ne cotisera beaucoup pour le social qui disparaîtra aussi chez nous
Brillant avenir que de céder à ces sirènes
a écrit le 13/02/2016 à 10:17 :
Rocher, dubreuil , les deux personnes qui viennent d être mises en examen pour abus de bien sociaux ( cf tourmag case de l oncle dom).
Ça promet......
a écrit le 13/02/2016 à 1:17 :
Bon vent à cette compagnie française qui au moins vole avec des Airbus, pas comme AF qui privilégie les Boeing sur le long courrier.
Réponse de le 13/02/2016 à 7:02 :
@Aviateur :
Avant de tirer à boulets rouges sur notre fleuron national, apprenez les règles commerciales qui consistent à privilégier les pays étrangers dans l'achat d'Airbus. (crédit export qui a duré des dizaines d'années)
Alors forcément, quand Airbus vous vend un avion 40 % lus cher qu'aux autres, vous allez voir ailleurs !
Réponse de le 13/02/2016 à 8:50 :
Comment on fait Lufthansa, Iberia, Tap, Aer Lingus, Swiss..... dont la flotte LC est majoritairement composé d'Airbus (A340, 330)?
Réponse de le 13/02/2016 à 9:46 :
Quelle est la part de la valeur d'un Boeing qui est sous-traité en France ? 50% ?
Quelle est la part des Airbus qui n'est pas produite en France : plus de la moitié !!...
C'est comme pour votre voiture : est-ce une Renault fabriquée en Espagne ou au Maroc ? Une Toyota fabriquée en France ? Où peut etre une étrangère fabriquée à l'étranger (parce que quand ça touche votre porte-monnaie, vos critères ne seraient plus les memes !...) ??
a écrit le 12/02/2016 à 22:14 :
Demain on va apprendre que "French Blue" n'était autre que l'américaine Blue en France. Cette compagnie possède aussi une filiale au Brésil (Azul, bleu en portugais) et je ne serais pas étonné qu'elle en possède une aussi en France. Les vents ne sont pas les meilleurs pour les compagnies aéronautiques, surtout les françaises. Gare aux faillites…..
Réponse de le 13/02/2016 à 20:35 :
Azul n'est pas une filiale de JetBlue. Elle partage le même PDG et à bénéficié d'une assistance technique de JetBlue à ses débuts mais cela s'arrête là.
a écrit le 12/02/2016 à 21:24 :
L'article est dejà relayé en boucle par les pilotes AF....on se demande pourquoi ☺...
Réponse de le 12/02/2016 à 22:10 :
Heu.... pour suggérer à la direction de développer Transavia sur le long courrier ?? Je dis chiche !!
Réponse de le 12/02/2016 à 22:38 :
Je pense qu'en ce moment les pilotes de Transavia comme ceux de Brit et Hop sont plus occupés a régler leurs différents avec leurs chers et sympathiques collègues pilotes AF...pour le plus grand bonheur de la concurrence...
Réponse de le 12/02/2016 à 23:02 :
mais comme vous je serais ravi que des pilotes AF prennent l'initiative de proposer au Comex Transavia LC, se serait une révolution copernicienne...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :