La dette des ménages américains atteint des niveaux record, supérieurs à 2008

 |   |  453  mots
Evolution de la dette des ménages américains, immobilière en bleu, autre en rose, depuis 2004, en millier de milliards de dollars.
Evolution de la dette des ménages américains, immobilière en bleu, autre en rose, depuis 2004, en millier de milliards de dollars. (Crédits : NY Fed)
L'endettement total des Américains a augmenté pour le 21ème trimestre consécutif pour atteindre 13.950 milliards de dollars à fin septembre, dont 9.950 milliards de crédits immobiliers, selon les données de la Fed de New York. La dette étudiante et les prêts auto grimpent aussi. Les ménages profitent des taux bas et le taux de défaillance n'est pas alarmant.

Une hausse ininterrompue depuis plus de cinq ans. L'endettement des ménages américains a continué de grimper au troisième trimestre pour atteindre un nouveau record 13.950 milliards de dollars, en hausse de 92 milliards en trois mois (+0,7%), selon les données publiées mercredi 13 novembre par la Fed de New York.

"Il s'agit du 21ème trimestre consécutif de hausse et le total excède désormais de 1.300 milliards, en termes nominaux, le précédent pic de 12.680 milliards du troisième trimestre 2008" explique l'institution dans un communiqué.

Ce pic avait été dépassé pour la première fois au deuxième trimestre cette année.

Plus des deux tiers de cette dette sont composés d'emprunts immobiliers, à 9.440 milliards de dollars, mais les autres types de dette ont progressé deux fois plus. La dette étudiante est repartie de plus belle après une pause au printemps et s'élève désormais à 1.500 milliards de dollars. Les nouveaux crédits auto sont proches des plus hauts historiques et la dette auto totale a bondi à 1.320 milliards, loin devant la dette de carte de crédit (880 milliards).

--

endettement ménages américains Fed

[Evolution de la dette des ménages américains, immobilière en bleu, autre en rose, depuis 2004, en millier de milliards de dollars. Crédits : Fed de New York]

--

Défaillances et saisies immobilières au plus bas

En matière d'immobilier, plus de dix ans après la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risques), la Fed de New York ne se montre pas inquiète. Le taux de défaillance (échéance impayée plus de 90 jours), à moins de 1%, est "le niveau le plus bas observé dans l'historique des données" et les saisies immobilières demeurent "très faibles par rapport aux normes historiques".

"Les données suggèrent que les ménages profitent d'un environnement de faible taux d'intérêt pour obtenir un crédit" a commenté Donghoon Lee, chargé de recherche à la Fed de New York.

La Réserve fédérale américaine a baissé ses taux directeurs pour la première fois depuis la crise de 2008 en juillet puis à deux reprises dans la foulée, soit trois baisses en trois mois.

-

dette étudiante auto américains US 2019

[Evolution de la dette non immobilière, en rose étudiante, en vert auto, en orange carte de crédit, en gris autre. Crédit : Fed de New York]

 -

Le taux de défaillance de la dette étudiante dépasse les 10% même s'il s'est amélioré, avec de fortes disparités entre les quartiers, les codes postaux à population majoritairement noire présentant un taux d'endettement et un taux de défaut beaucoup plus élevés, analyse la Fed dans un post de blog séparé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2019 à 9:37 :
SI je ne peux répondre à mon harceleur ici depuis des années ou faire supprimer son trollage vous virez le commentaire de base vous ne l'instrumentalisez pas, surtout si vous cherchez à me faire passer un message c'est mort vu que je ne lis pas les délires d'un psychopathe hein.

BRef vous avez du temps à perdre finalement, c'est bien on me disait que vous étiez vachement occupé à bosser tout ça mais non en fait, tranquillou...
a écrit le 15/11/2019 à 9:35 :
SI je ne peux répondre à mon harceleur ici depuis des années ou faire supprimer son trollage vous virez le commentaire de base vous ne l'instrumentalisez pas, surtout si vous cherchez à me faire passer un message c'est mort vu que je ne lis pas les délires d'un psychopathe hein.

BRef vous avez du temps à perdre finalement, c'est bien on me disait que vous étiez vachement occupé à bosser tout ça mais non en fait, tranquillou...
a écrit le 15/11/2019 à 0:32 :
Ce niveau de dette rappelle des souvenirs de 2007.
La Tribune en version papier s'était posée des questions longtemps avant la crise de 2008.
a écrit le 14/11/2019 à 16:25 :
Si je peux pas et-c...

C'est pénible, le pire c'est quand vous pensez avoir raison, c'est là vraiment que ça devient insupportable... -_-
a écrit le 14/11/2019 à 16:25 :
Si je peux pas et-c...

C'est pénible, le pire c'est quand vous pensez avoir raison, c'est là vraiment que ça devient insupportable... -_-
a écrit le 14/11/2019 à 14:31 :
si je peux pas ne pas me faire harceler par le troll que je ne lis plus hein vous virez mon commentaire
a écrit le 14/11/2019 à 14:26 :
Vu que la dette se rembourse avec de la dette, où est le problème ?
Vu que les banques prêtent de l'argent qu'elles n'ont pas, argent créé "ex nihilo"... où est le problème ? Vu que ce même système financier profite de ce fonctionnement qui lui permet surtout d'encaisser des intérêts, où est le problème ? Il n'y a pas de problème de dette (publique) puisqu'elle ne sera jamais remboursée, sauf que les intérêts sont bien payés par les contribuables. A en conclure que les taux à 0, voire à négatifs ne sont que justice pour les citoyens
on comprend alors pourquoi les banques ne soient pas d'accord, vent debout contre ces taux.
a écrit le 14/11/2019 à 14:03 :
Ce qu'oublient toujours de dire les articles sur l'économie américaine, c'est que des dizaines de millions d'Américains vivent dans une grande précarité.
a écrit le 14/11/2019 à 13:27 :
Et presque 10% de cette dette est detenue par le gouvernement federal
Total Consumer Loans Owned by Federal Government, Outstanding (TOTALGOV) de fred saint louis 1.312 trillion

Le consommateur s'endette, le gouvernement federal s'endette pour racheter la dette du consommateur, la fed rachete la dette federale pour reinjecter des sous pour que les banques repretent...

Au moins le QE profite a l'economie (ir)réelle, mais je crois que j'ai quand même bien fait de faire lapin.
a écrit le 14/11/2019 à 13:13 :
D'où l'empressement de Trump à faire pression sur la FED pour que les taux d'intérêts anormalement bas ne remontent pas ...
a écrit le 14/11/2019 à 12:08 :
Le pib des USA en 2008 etait de 14.713 milliards de dollars.
En 2019 il sera de $21.439 milliards de dollars.
La précédent pic de dette des ménages américains de 12.680 milliards correspondait donc à 86% du PIB.
Actuellement nous sommes à 13.950 sur 21.439 = 65%, donc dans une situation d'endettement des ménages bien inferieure.
Pourquoi l'auteur oublie l'essentiel?
Réponse de le 14/11/2019 à 13:44 :
Simplement parce que ça n'a pas grand sens de comparer endettement des ménages et PIB.
De 2007 à 2017, le revenu médian a augmenté 3,1% et la dette de 16% et vous nous dites que tout va bien.
a écrit le 14/11/2019 à 9:54 :
Les moutons sont bien élevés, ils broutent sans se préoccuper de savoir si il y aura de l'herbe demain
Réponse de le 14/11/2019 à 10:42 :
ouais, mais il y a Shaun le montons, lui il a compris que tout viendrai de l'espace !!! ah ah ah

L'importance de l'endettement est a mettre au regard de ce qu'il leur est possible de faire, trump le montre bien, après c'est les autres qui paierons!!! au vue du monde qui arrive, effectivement......

Et ce qui se passe dans la banque en dit long !!!!
a écrit le 14/11/2019 à 8:50 :
Le système bancaire actuelle avec ces chantages à la dette sur les états n'a de ce fait aucune légitimité puisque nous savons que les américains ne la rembourseront jamais cette dette, que les banques sont tellement dépendantes de ce marché qu'elles prêtent à fond perdu à ce pays depuis belle lurette et de plus en plus.

Et nous autres en Europe par contre, notre pouvoir politique exige que nous nous sacrifions pour les intérêts des banquiers. Tout ce dont il est capable d'ailleurs tellement il est faible, s'acharner sur ses citoyens.

Le déclin c'est long, surtout vers la fin.
Réponse de le 14/11/2019 à 13:35 :
On parle de l'endettement des ménages américains. Offert par des banques américaines qui mettent en hypothèque les biens des américains. Je ne vois pas vraiment le rapport avec la datte d'État des US ou de l'Europe. En même temps, ce qui compte pour vous et surtout de remettre une pièce dans votre machine à 'Oligarchie européenne incompétente'. Que ça ait un sens est facultatif.
Réponse de le 14/11/2019 à 16:21 :
@ multipseudos:

TEs trois commentaires rentraient dans un seul, depuis le temps que tu viens me troller tu devrais le savoir.

ET si je peux pas répondre ou faire supprimer cet intolérable harcèlement vous virez mon commentaire de base. IL faut le dire dans quelel langue bon sang !? En allemand ?
Réponse de le 16/11/2019 à 16:28 :
C'est sur qu'aucune crise financiere ne nous est venue des US. Jamais...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :