Nouveau succès de Navantia en Arabie Saoudite : l'énorme claque pour la France et Naval Group

Le gouvernement saoudien va confier à Navantia et à un chantier naval saoudien la conception et la construction de cinq navires de combat multi-missions pour la Marine royale saoudienne.
Michel Cabirol
Cet accord entre Ryad et Navantia est le fruit de l'enracinement espagnol en Arabie Saoudite. Photo d'illustration : essais en mer de la corvette Al-Jubail construite par le constructeur naval espagnol Navantia.
Cet accord entre Ryad et Navantia est le fruit de l'enracinement espagnol en Arabie Saoudite. Photo d'illustration : essais en mer de la corvette "Al-Jubail" construite par le constructeur naval espagnol Navantia. (Crédits : Navantia)

C'est une défaite commerciale majeure pour la France et Naval Group. En quatre ans, le chantier naval espagnol Navantia a réussi à sortir d'Arabie Saoudite le groupe naval français, qui était pourtant bien installé (trop ?) depuis les contrats Sawari 1 et 2. En quatre ans, Navantia va effacer 40 ans de présence française dans la marine saoudienne. Et le pire, c'est que personne ne semble avoir rien vu venir en France, selon nos informations : ni l'industriel, qui a nommé à Ryad un nouveau délégué local ne maîtrisant pas l'anglais, ni l'ambassade française, ni les services de renseignements. C'est une rengaine déjà entendue mais c'est surtout un échec sur toute la ligne des Français.

Succès de Navantia

Le gouvernement saoudien va confier à Navantia et à un chantier naval saoudien la conception et la construction de cinq navires de combat multi-missions pour la Marine royale saoudienne, conformément à un accord signé mercredi à Riyad en présence du ministre de l'Industrie, du Commerce et du Tourisme, Reyes Maroto et le ministre saoudien de la Défense, Son Altesse Royale le Prince Khalid Bin Salman Bin Abdulaziz Al-Saud. Il n'y a pas eu d'appel d'offres pour la fourniture de ces cinq navires mais du gré à gré. C'est le signe d'une entente à tous les niveaux entre les deux pays.

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le Dr Khaled bin Hussein Al-Bayari, le gouverneur de l'Autorité générale des industries militaires (GAMI), Ahmad Al-Ohali, et le président de Navantia, Ricardo Domínguez, ont signé un protocole d'accord (MoU), qui se traduira par un contrat en 2023. Il s'agira alors de la deuxième commande de l'Arabie saoudite à Navantia, qui construit actuellement cinq corvettes pour la Marine royale saoudienne dans la baie de Cadix. Le 4 décembre, la livraison de la troisième Hail aura lieu au chantier naval de San Fernando, tandis que les quatrième et cinquième seront livrés en Arabie Saoudite.

Pourquoi ce succès

Cet accord est le fruit de l'enracinement espagnol en Arabie Saoudite. Après le contrat signé en 2018, Navantia a infiltré intelligemment l'écosystème institutionnel saoudien, notamment l'ancien directeur général du groupe espagnol Esteban Garcia Vilasánchez, qui dirige Sami Sea, la direction navale de la SAMI. C'est également le cas de l'ancien directeur commercial de Navantia, Gonzalo Mateo-Guerrero, qui dirige maintenant les opérations du groupe SAMI. Navantia a également créé une société commune avec la Sami pour développer le système de combat Hazem, dérivé du Catiz espagnol). Ce qui n'est pas le cas de Naval Group et de la France, qui subit là une très grave défaite en Arabie Saoudite.

Pour Naval Group, c'était le prospect le plus important dans les bâtiments de surface. Alors que la prochain loi de programmation militaire (LPM) pourrait étaler la production des frégates FDI, le site de Lorient pourrait rapidement avoir des problèmes de charge. L'arrivée ce jeudi de Marie-Laure Bourgeois à la tête des équipes commerciales (France et export) doit redynamiser toute la politique commerciale de Naval Group au regard de sa longue expérience à l'international chez Thales. Mais elle arrive dans un groupe dévasté sur le plan commercial. Il y a du boulot, beaucoup de boulot...

Michel Cabirol

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 05/12/2022 à 8:03
Signaler
Bon alors c'est quoi la solution ? La France est en train de couler là...

à écrit le 02/12/2022 à 21:50
Signaler
Bonjours, Ils semblerait que navale groupe ne sois pas un champion, car dernièrement les italiens lui ons pris quelque beaux marché a l'exportation... Bien sûr ils ne faut pas le dire... Mais bon , une reprise en main me semblent importants vue la...

à écrit le 02/12/2022 à 10:01
Signaler
La grosse erreur de la France est de mélanger politique et affaires, ce que ne font pas les USA, les Allemands et maintenant les Espagnoles. La France veut donner des leçons au reste du monde qui s'en fout. Et elle se permet en plus d'annuler unilaté...

à écrit le 02/12/2022 à 4:57
Signaler
Something remains wrong in Naval management and in french approach to arms trade. The ships remain slow, poorly armed and expensive.

à écrit le 02/12/2022 à 4:57
Signaler
Something remains wrong in Naval management and in french approach to arms trade. The ships remain slow, poorly armed and expensive.

à écrit le 01/12/2022 à 22:48
Signaler
Ils ont du être confronté trop de fois à la technocratie française. Ils ont developpé une phobie administrative c'est déjà arrivé à un ministre français .. .

le 02/12/2022 à 8:36
Signaler
c'est encore plus simple la france nexiste plus puisque sa voix differente dans le monde est morte avec une soumission aux usa voulu par m macron qui reve de devenir gouverneur d'un etat americain il suffit de voir le nombre d'entreprise qu'il a...

à écrit le 01/12/2022 à 17:50
Signaler
Un d’élève commercial ne maîtrisant pas l anglais lol de l amateurisme bien français … ça fait 30 ans que c est déjà le cas où « étre le fils de .. » prévaut sur la compétence ….l actuel gouvernele Ne pourra changer les comportements qu à la marge … ...

à écrit le 01/12/2022 à 15:51
Signaler
Malheureusement ce n'est que le début de la fin au niveau économique pour la France. Pendant que Garçounet est allé quémander auprès de papa Biden quelques bonbons.

le 01/12/2022 à 17:51
Signaler
Il faut arrêter de se raconter des histoires et chercher comme à notre habitude des boucs émissaires. Si la France décline, c'est parce que nous bossons moins et moins longtemps que les autres pays européens tout en voulant gagner plus, en dépensant ...

le 01/12/2022 à 19:19
Signaler
Vous êtes ridicule ; votre engagement partisan vous met hors sujet

à écrit le 01/12/2022 à 15:18
Signaler
L'annulation unilatérale des contrats des deux porte hélicoptères pour la Russie a laissé des traces dans les esprits des clients.

à écrit le 01/12/2022 à 15:17
Signaler
Quand les bien pensants de notre pays ne veulent plus que l'Etat parle au dirigeant d'un pays , quand ils ne le bannissent pas, il n'y a aps de quoi de s'étonner de la perte des marchés avec ce pays.

à écrit le 01/12/2022 à 14:35
Signaler
On peut espérer un nouveau contrat avec les australiens . En France , il va falloir se secouer, le pays traverse une mauvaise passe.

à écrit le 01/12/2022 à 14:11
Signaler
cette presentation ne me satisfait nullement... j'avais créé mon propre journal avec mes centre d'interets, je ne les retrouve pas....

à écrit le 01/12/2022 à 14:03
Signaler
Quand on travaille à l'international, on sait comment les espagnols gagnent des contrats...

le 02/12/2022 à 13:55
Signaler
Effectivement, vous avez raison ! En étant plus compétitifs et compétents que les p'tits français, ce qui n'est guère difficile, il est vrai.

le 02/12/2022 à 15:19
Signaler
Ben oui, c'est facile de voir comment les Espagnols (entre autres) procèdent. Ils sont plus compétitifs et ne cherchent pas à tous les coups à arnaquer leurs clients. Ils sont compétitifs. Ils respectent leurs délais. leurs produits sont fiables. Ils...

à écrit le 01/12/2022 à 13:35
Signaler
En 2017 Naval Group vendait des services de réparation à prix défiant toutes concurrence afin de garantir ces contrats futurs. Et dès fin 2017 ces contrats semblaient déjà mal engagés. Cet article est desinformateur.

à écrit le 01/12/2022 à 13:20
Signaler
Voilà qui participe de la destruction de la France par les gauchistes Hollande puis Macron, qu' ajouter ? Rien si ce n' est que rien n' arrive par hasard mais que tt est délibéré.. L' ensemble arrive après le désastre IDENTIF...

à écrit le 01/12/2022 à 12:58
Signaler
la france recolte ce qu'elle a seme

à écrit le 01/12/2022 à 11:36
Signaler
Une défaite de plus. Mais quand osera-t-on dire que la France est boudée en raison de la dictature des syndicats, des grèves incessantes qu'elle génère, et du surcoût afférent. Le capital confiance de la France est au plus bas à cause de ce phénomène...

le 01/12/2022 à 12:03
Signaler
Et aussi de coûts trop élevés dus à l'assistanat trop généralisé de trop de gens en France, qui pensent avoir des droits pour tout, et qui sont supportés par ceux qui se lèvent tôt.

le 01/12/2022 à 12:36
Signaler
Vous "oubliez" l'exécrable réputation des politiciens français auxquels il est impossible de faire confiance, ainsi que la totale incompétence et la fainéantise notoires des français. Quand on ne passe qu'à peine 35 heures au boulot (et je dis bien "...

le 01/12/2022 à 12:38
Signaler
Bien entendu, ce n'est surtout pas le suivisme de la France à lécher les bottes de l'état profond US qui la disqualifie de fait, dans une Arabie Saoudite qui a décidé d'accepter les paiements dans une autre monnaie que le dollar... Ils ont bon dos le...

le 01/12/2022 à 13:36
Signaler
donc quand on sait plus quoi dire on tire sur les syndicats !! et que dire des dirigeants qui sont a la tête des entreprises , des différents gouvernements qui influent au grès des événements sans boussole au moins remettez votre logiciel a jour ç...

le 01/12/2022 à 15:38
Signaler
Très bien résumé, marginal !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.