Fiat et GM s'allient dans les utilitaires

L'italien va fabriquer en Turquie des fourgonnettes pour la filiale allemande de GM. 250.000 unités annuelles sont prévues.
Copyright Reuters
Copyright Reuters

A priori, pas de quoi fouetter un chat ! Un simple accord d'assemblage de fourgonnettes dans un pays à bas coûts entre deux constructeurs ne fait généralement pas la une des médias. Pourtant, la toute nouvelle coopération entre Fiat et GM, annoncée ce lundi soir, apparaît hautement significative. Aux termes de l'accord, l'italien va ainsi fournir à Opel, filiale allemande de l'américain, et Vauxhall, sa branche britannique, des utilitaires Doblo légèrement restylés, qu'il fabrique traditionnellement à Bursa, en Turquie. Les livraisons portent sur plus de 250.000 unités annuelles.

Le démarrage de la production interviendra dans un an. Ce modèle, intégralement conçu et assemblé par le constructeur turinois, remplacera les actuels Opel et Vauxhall Combo, sur base d'une ancienne Opel Corsa.

Cette collaboration est d'autant plus marquante que GM Europe était jusqu'ici lié... à Renault avec qui il coopère depuis presque vingt ans. Opel et Vauxhall commercialisent en effet sous leur nom les Master (Movano) et Traffic (Vivaro) du français. Le premier est fabriqué chez Renault à Batilly. Le second, également développé sous la houlette de l'ex-Régie, est assemblé à Luton (Grande-Bretagne).

Fiat, pour sa part, est lié depuis trente ans à l'autre français, PSA. Le turinois lui fournit les petits Citroën Nemo et Peugeot Bipper, également assemblés en Turquie sur une base de Fiat Punto. Fiat et PSA fabriquent aussi des fourgons conjoints à Hordain, dans le nord de la France, et à Val di Sangro, dans le sud de l'Italie.

Ce nouvel accord Fiat-GM préfigure-t-il donc une redistribution des cartes dans les véhicules utilitaires, un secteur porteur et à fortes marges ? Possible. En effet, Renault, déjà lié à Nissan, privilégie désormais sa relation avec Mercedes (Daimler), à qui il fournira ses Kangoo. Reste PSA, qui pourrait in fine se retrouver isolé, même si le Doblo, objet de l'accord Fiat-GM, ne concurrence pas directement les productions communes franco-transalpines.

Fiat, qui a pris le contrôle de Chrysler mais a échoué jusque là dans ses tentatives répétées de rapprochement avec les activités européennes de GM, trouve ici un nouveau terrain de jeu, pour amorcer un énième flirt avec Opel (et Vauxhall). Affaire à suivre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.