Alstom va doubler de taille en rachetant Bombardier pour mieux lutter contre les Chinois

 |   |  761  mots
(Crédits : DENIS BALIBOUSE)
Le groupe français a signé ce lundi d'un protocole d'accord avec le groupe Bombardier et la Caisse de dépôt et placement du Québec pour le rachat de Bombardier Transport pour un prix qui sera compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros. La Caisse de dépôt et placement du Québec va utiliser le produit de la vente pour entrer au capital d'Alstom.

La stratégie en solo que comptait dérouler le PDG d'Alstom Henri Poupart-Lafarge après l'échec l'an dernier de la fusion avec les activités ferroviaires de Siemens n'aura pas duré bien longtemps. Ce lundi, après la publication ces derniers jours d'articles de presse affirmant qu'Alstom était sur le point de racheter Bombardier Transport, le groupe français a dans la matinée confirmé étudier le rachat des activités ferroviaires de son homologue canadien détenu à 67,5% par le groupe Bombardier et à 32,5% par la Caisse de dépôt et placement du Québec, avant d'annoncer en fin de journée la signature d'un protocole d'accord avec les deux actionnaires canadiens pour le rachat de 100% de Bombardier Transport.

Le prix pour l'acquisition sera compris entre 5,8 et 6,2 milliards d'euros et sera payé pour partie en numéraire et pour partie en actions nouvellement émises par Alstom. La Caisse de dépôt et placement du Québec s'est engagé à réinvestir dans Alstom 100% du produit net de la cession de sa participation, soit environ 2 milliards d'euros, et à réaliser un investissement additionnel à hauteur de 700 millions d'euros. La réalisation de l'opération est attendue pour le 1er semestre 2021.

La Caisse de dépôt et placement du Québec sera le premier actionnaire d'Alstom avec environ 18% du capital. Bouygues, à l'heure actuelle premier actionnaire du groupe ferroviaire français avec 15% du capital, en conservera environ 10%, selon le communiqué d'Alstom.


« Je suis très fier d'annoncer l'acquisition de Bombardier Transport, qui représente une opportunité unique de renforcer notre position mondiale sur le marché en forte croissance de la mobilité. Cette acquisition renforcera notre présence internationale ainsi que notre capacité à répondre à la demande toujours plus importante de solutions de mobilité durable. Bombardier Transport apportera à Alstom une complémentarité géographique et industrielle sur des marchés en croissance, ainsi que des plateformes technologiques additionnelles. Cela améliorera significativement notre capacité d'innovation, pour nous positionner en pointe en matière de mobilité intelligente et durable. Nous serons ravis de compter parmi nous tous les talents et toute l'énergie des employés de Bombardier Transport. Nous sommes profondément engagés à poursuivre l'accélération du redressement des activités de Bombardier Transport et à créer de la valeur pour toutes les parties prenantes et en particulier pour nos clients. Nous continuerons également à développer la présence historique de Bombardier Transport au Québec, en s'appuyant sur les forces reconnues du Québec en matière d'innovation et de mobilité durable. Nous sommes heureux d'accueillir la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) en tant que nouvel actionnaire de long terme. CDPQ soutient pleinement cette transaction et la stratégie d'Alstom », a déclaré Henri Poupart-Lafarge.

Création d'un mastodonte

Une telle opération va donner naissance à un géant du ferroviaire pesant environ 15,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Alstom et Bombardier Transport ont le même poids : 7,4 milliards d'euros fin décembre 2019 pour le canadien, 8,1 milliards d'euros pour le français fin mars 2019. Les effectifs sont également équivalents avec 36.000 employés chacun. Avec cette acquisition, la valeur du carnet de commandes d'Alstom va s'élever à 75 milliards d'euros, contre 43 milliards d'euros fin 2019. Cette opération permettrait au groupe français de mieux faire face à la concurrence du géant chinois CRRC (28 milliards d'euros de chiffre d'affaires), qui ne cesse de développer aux quatre coins de la planète.

Reste à savoir si elle sera validée par Bruxelles. Selon certains experts, ce mouvement de consolidation devrait soulever moins de problèmes de concurrence que le projet prévu avec Siemens, lequel conférait, aux yeux de la Commission européenne, une position dominante en Europe dans la signalisation ferroviaire et les trains à grande vitesse.

En France, Alstom et Bombardier disposent d'un quasi-monopole sur le matériel roulant. Bombardier dispose à Crespin (Nord) de la plus grosse usine ferroviaire de France avec 2.000 employés. Il a réalisé en France un chiffre d'affaires de 813 millions d'euros en 2019. Répartis dans des sites plus petits que celui de Crespin, les effectifs d'Alstom en France s'élèvent à 9.500 personnes.

Vente par appartements

Bombardier, qui affiche une dette de neuf milliards de dollars, se vend donc par appartement. Dans l'aéronautique, le groupe canadien a vendu tous ses programmes d'avions commerciaux (les CRJ à Mitsubishi Heavy Industries, le CSeries à Airbus, ses turbopropulseurs à Longview Aircraft), mais aussi ses activités en Irlande du Nord, au Maroc et à Dallas à Spirit Aerosystems. Il va plus conserver que son activité de construction d'avions privés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 14:08 :
Aujourd'hui lorsque Alstom participe à des appels d'offre, ce qui est assez rare lorsqu'il s'agit de commandes relativement petites, mais rentables, les principaux concurrents ne sont pas les chinois, mais CAF, Stadler, Hitachi ou Siemens.
Un grand mastodonte comme Alstom/Bombardier n'est peut-être pas plus concurrentiel que les petits agiles comme CAF, Talgo ou Stadler.
Réponse de le 22/02/2020 à 19:10 :
Qd Alstom participe à des appels d'offre chez des émergents de la taille de l'Inde et son immense besoin en matériel ferroviaire, il recherche forcément la taille critique pour tenter de contrer l'ogre chinois CRRC ou éventuellement Siemens.
Il va y regarder à 2 fois avt de répondre à un appel d'offre organisé par ex en Suisse qui cherche surtout à protéger ses fournisseurs nationaux, à supposer que cette dernière organise des consultations internationales.
Je pense que pour l'Espagne avec Renfe,Talgo ou CAF ou la Pologne avec Pesa, c'est le même topo sur leur marché national et je n'ai pas entendu dire qu'Alstom ait gagné récemment un appel d'offre sur ces marchés.
Pour Alstom, l'avenir passe certainement par le Gd Large et l'interconnectivité du réseau LGV européen et pourquoi pas le marché nord américain de la Gde Vitesse.
a écrit le 18/02/2020 à 7:23 :
Bruxelles va t-il encore ? et Encore ! tuer ce projet comme toujours ?

Les Chinois et Siemens vont-ils acheter le Non de la commissaire à la concurrence ?
a écrit le 18/02/2020 à 0:10 :
C'est la France qui gagne, qui progresse, celle qui permet justement à tous les pleurnicheurs de continuer à geindre sur leur triste sort et de profiter d'un système que serait la cause de tous leur malheur.
a écrit le 17/02/2020 à 23:31 :
Un commentaire de Burno le Maire?
Réponse de le 18/02/2020 à 11:30 :
Pleeeeeaase, no!
a écrit le 17/02/2020 à 22:03 :
Bombardier a une dette importante .Ce sont les Canadiens qui l'a paye avant la fusion ou Alstom après ?
Réponse de le 17/02/2020 à 23:51 :
??? J'espère que vous posez ce type de question parce que vous n'avez pas vraiment lu l'article... Bombardier vend sa partie ferroviaire et le produit de la vente lui permettra de baisser sa dette. Après la vente, le groupe Bombardier existera encore même si au fur et à mesure des ventes il diminue de taille. Ce n'est pas un achat de Bombardier en son entier par Alstom.
Réponse de le 18/02/2020 à 9:27 :
Le Groupe Bombardier va vendre sa participation dans son activité Trains et utiliser les milliards obtenus pour se désendetter. Le reste de sa dette étant couvert par les bénéfices de sa principale activité d'avions d'affaires. Donc ni Alstom, ni les Canadiens. Juste un résumé de l'article ci-dessus.
Réponse de le 18/02/2020 à 11:35 :
J'ai lu l'article et j'ai pris connaissance de wikipedia .Bombardier ,capitalisation 2,364 milliards de dollars .Dette 5,915 milliards de dollars.Comment la valeur de la division transport ferroviaire a t elle été fixée docteur ?
a écrit le 17/02/2020 à 21:59 :
En plus de l'opportunité d' accroître son poids ccial et de muscler son outil industriel ds un contexte de compétition planétaire, Alstom réalise une belle opération financière ss quasiment débourser de cash puisque une bonne partie de l'opération d'absorption s'effectue par émission d'action nvelles et que le ppal actionnaire, la caisse des dépôts du Québec replace ses billes chez Alstom avec un investissement supplémentaire.
Du gagnant-gagnant à ts les étages. Il faudrait pas que Bruxelles foute le b... à nouveau à ce bel ensemble.
a écrit le 17/02/2020 à 21:19 :
Au final, un projet mené par les industriels permet à Alstom de profiter d'une opportunité pour racheter Bombardier, là où un projet mené par les politiques à failli faire disparaitre Alstom, au profit de Siemens.

Qu'on le veuille ou non, nous sommes pris entre l'étau de devoir à la fois mettre l'Europe en ordre de bataille face à la Chine ou aux Etats-Unis, mais tout en étant concurrent pour ne pas être le perdant de la consolidation européenne. Et même si c'est dommage, Airbus et STM reste des exceptions en terme d'entreprise multinationale.

Après il faut être honnête : je crois que c'est grâce à l'état si Renault ne s'est pas fait avoir par FCA, et c'est bien l'entreprise privée Peugeot, qui semble avoir mal négocié l'équilibre des forces. Un rapprochement était sans doute nécessaire, mais il semble que les conditions ne soient pas équilibrée.
Réponse de le 18/02/2020 à 12:12 :
"Qu'on le veuille ou non, nous sommes pris entre l'étau de devoir à la fois mettre l'Europe en ordre de bataille face à la Chine ou aux Etats-Unis,"
"
Ca doit être pour ça que la commission européenne via l' '"UE allemande" refusait un agrégat Siemens Alstom hier ..!
Réponse de le 18/02/2020 à 15:12 :
FCA a surtout saboter lui même son projet d'annexion-fusion de Renault car il a agit de manière brutale et de façon douteuse,sa stratégie de se valoir indispensable à Renault est tombé à l'eau suivis de l'État Français qui a pris son temps pour "étudier la chose" et donc a forcer un peu la fuite de FCA qui savait que son entourloupe ne durerait pas longtemps.
Enfin bon,on va pas y revenir.
Je crois que même si l'achat de Bombardier Transport par Alstom Ferroviaire est une bonne chose,il faut quand même rester méfiant des potentiels actions américaines sur ce sujet sur leur partenaire canadiens et également de la BCE qui peut toujours agir en demandant des "compensations" ou en refusant l'achat de l'entité canadienne.
Enfin dans tout les cas,ça reste "mieux" sur la papier que la fameuse fusion Alstom-Siemens qui était elle,une véritable escroquerie visant à renforcer Siemens et à faire disparaître Alstom de la carte.
Je vais pas me plaindre de la Commission sur cet affaire là,qui a bien agit.
a écrit le 17/02/2020 à 21:00 :
Ce qui est savoureux dans cette affaire , c'est la déconvenue de Siemens , et surtout de nos technocrates encombrant les couloirs du ministère de l'économie ( le mal nommé en France) , et des journalistes "économistes" autoproclamés qui , dans la remarquable vision d'avenir qui les caractérise(et aussi l'européisme maladif et incurable dont ils sont atteints) se réjouissaient il y a peu de le fusion(pardon vente)d'Alstom à Siemens .
L'ordre immuable des choses dans l'Europe fantasmée qui les habite .
a écrit le 17/02/2020 à 20:22 :
Bien de doubler la taille pour concurrencer les Chinois mais je parie quand même sur les Chinois. See you in 10 years to judge
Réponse de le 17/02/2020 à 20:53 :
C'est beau le défaitisme , ça laisse même pantois quand c'est déclaré avec tant de candeur . Bon , je ne vais vous bassiner avec des questions sur le thème : et vos enfants (ou petits enfants ) ils feront quoi dans le monde merveilleux que vous attendez dans vos voeux ? Non , je vais vous dire seulement : l'avenir n'est jamais écrit : il suffit des fois d'une petite pandémie...
Réponse de le 18/02/2020 à 3:20 :
@ Philbeau.
Claude a malheureusement raison. Montez dans un train, metro made in China et vous verrez la difference avec un train made in Canada.
Le complexe du blanc triomphant fait long feu.
Les ingenieurs chinois travaillent.
Réponse de le 22/02/2020 à 20:46 :
C'est ça ! Rira bien qui rira le dernier.
En ts cas, les chinois ne sont pas consultés sur l'énorme marché indien ferroviaire + métro ( 125000KM de voies vétustes à 70% 20000 tr/j ) où Alstom s'est particulièrement bien placé et a de très gdes ambitions avec des productions locales et des transferts de techno. Et Narendra Modi veille avec son "Make in India"...
La réputation internationale d'Alstom et son acquisition de Bombardier lui donnent de gdes chances pour pénétrer le non moins énorme marché américain, sachant que la réélection probable du Blondin sera un atout supplémentaire.
Déja , Renfe l'espagnol est retenu pour construire la 1ére ligne LGV au Texas.
Et sûrement, il a affronté CRRC sur ce marché.
Et Alstom vient de remporter la modernisation de la ligne LGV Boston-Washington.
Des débuts très encourageants pour l'industrie ferroviaire européenne au pays de l'Oncle Sam...
A moins que CRRC trouve des alliés au sein même de l'UE avec les investissements pléthoriques nécessités par le projet de Belt & Road Initiative dont déjà la Grèce et bientôt l'Italie mais également l'Allemagne avec Siemens qui a transféré sa technologie à Gde Vitesse lors d'un appel d'offre contre Alstom à l'époque et dt un constructeur ferroviaire a été racheté dernièrement par un chinois.
Ds de telles conditions, on pourra espérer que la Commission Européenne et ses commissaires perdront un peu de leur certitude et de leur dogmatisme suicidaire...
a écrit le 17/02/2020 à 19:49 :
Acquisition logique. Alstom et Bombardier collaborent ensemble sur de nombreux projets (RER NG en IdF, rame de métro à Montréal, train en Belgique etc.). Cela devrait renforcer leur présence dans les pays anglo-saxon où Bombardier est assez bien implanté (Canada, RU, US et Australie) et pour lesquels la concurrence asiatique (Mitsubishi, Hitachi, CRRC, Hyundai Rotem) est très forte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :