CDG Express : le décret approuvant le contrat de concession publié au JO

 |   |  333  mots
La date de mise en service commerciale est attendue pour le 1er janvier 2024 entre la gare de l'Est et l'aéroport de Roissy.
La date de mise en service commerciale est attendue pour le 1er janvier 2024 entre la gare de l'Est et l'aéroport de Roissy. (Crédits : CDG Express)
Le décret approuvant le contrat de concession du CDG Express, un train rapide qui doit relier Paris à l'aéroport de Roissy en vingt minutes à partir de 2024, est paru ce samedi 16 février 2019 au Journal officiel (JO).

Le ministère des Transports avait annoncé lundi dernier la signature du contrat avec le gestionnaire d'infrastructure, une société détenue à parts égales par ADP, SNCF Réseau et la Caisse des Dépôts.

Selon le décret, la date de mise en service commerciale du Charles-de-Gaulle Express « est attendue pour le 1er janvier 2024 » entre la gare de l'Est, dans le centre de Paris, et le terminal 2 de l'aéroport de Roissy.

La liaison ferroviaire assurera une « desserte sept jours sur sept, tous les jours de l'année, avec 76 parcours quotidiens dans chaque sens, sans arrêt intermédiaire », soit un train toutes les 15 minutes entre 05H00 et 23H59. « La concession est conclue pour une durée de 50 années » à partir de la mise en service, toujours d'après le décret. Le trajet doit durer vingt minutes et coûter 24 euros.

La question des transports du quotidien

Ce projet, qui doit améliorer la desserte de la première ville touristique au monde, est contesté par de nombreux habitants et élus d'Ile-de-France. L'opposition est double, venant de ceux qui fustigent un « train des riches » réservé aux passagers aériens, et qui doit traverser sans s'arrêter des communes mal loties et ceux qui craignent que les travaux ne perturbent trop les lignes de trains de banlieue au nord de Paris, en particulier le RER B.

La ministre des Transports Élisabeth Borne a répété à plusieurs reprises que le projet ne se ferait « pas au détriment des transports du quotidien ». Elle a également assuré que l'objectif d'une ouverture à temps pour les JO de 2024 était « tenable » mais que le CDG Express pourrait manquer cette échéance si les perturbations devaient être trop importantes pour les banlieusards.

Le CDG Express doit coûter 1,8 milliard d'euros, financés par la Caisse des dépôts, ADP et SNCF Réseau, aidés par un prêt de l'État. Sur cette somme, 500 millions d'euros doivent aller à l'amélioration du RER B.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2019 à 9:24 :
50 ans de retard pour cette liaison directe qui aurait du voir le jour en 1974 avec l'ouverture de Roissy 1 ! Il semble que le gestionnaire, Aéroports de Paris, a tout fait pour protéger la rente juteuse que constituent ses parkings et cédé au lobby des taxis puissant alors. Un aéroport déplaisant car mal foutu et en plus sans transport en commun de qualité... et Orly, 17 km depuis Paris, pour lequel il faut perdre jusqu'à une heure et demie pour le rejoindre !
a écrit le 18/02/2019 à 4:12 :
Les montants prevus seront insuffisants, et ne sera jamais termine dans les delais.
Le francilien sera lourdement penalise.
a écrit le 17/02/2019 à 11:43 :
Nous sommes en février 2019, les travaux n'ont pas démarré, l'échéance de janvier 2024 ne sera jamais tenue compte tenu de la taille de ce projet
a écrit le 16/02/2019 à 16:05 :
Tout ce qui m'intéresse, c'est qu'en aucun cas, les passagers en transit ne soient taxée pour cette ligne...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :