Et si votre banque était votre opérateur mobile ?

 |   |  618  mots
Orange Bank sera « une vraie banque mobile, pas un système de paiement, avec une expérience utilisateur hyper simple et interactive », a promis le PDG, Stéphane Richard.
Orange Bank sera « une vraie banque mobile, pas un système de paiement, avec une expérience utilisateur hyper simple et interactive », a promis le PDG, Stéphane Richard. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Alors que changer de banque sera plus facile à partir de lundi et l'entrée en vigueur de la loi Macron sur la mobilité bancaire, un nouvel acteur est dans les starting-blocks : l'opérateur Orange. Le lancement est imminent, dans quelques semaines.

Stéphane Richard, le PDG d'Orange, entretient le mystère sur la date de lancement de sa future activité bancaire. Le patron de l'opérateur télécoms l'a confirmé fin janvier, lors du Paris Fintech Forum :

« Nous allons lancer dans quelques semaines notre banque en France. »

Prévu officiellement au premier semestre, le lancement d'Orange Bank était calé en interne pour le mois de mars et le groupe dément les rumeurs de retard.

Dès ce lundi 6 février, date d'entrée en vigueur de la loi Macron sur la mobilité bancaire, le futur (vrai-faux) nouvel entrant a lancé une campagne de communication en mode teasing :

"Maintenant, on peut changer de banque comme on change d'opérateur. On vous conseille plutôt de changer de banque".

Orange Bank pub teaser

Le premier opérateur télécoms français a racheté en octobre dernier 65 % du capital de Groupama Banque, qu'il vient de rebaptiser temporairement GBanque en attendant de porter officiellement les couleurs du groupe. Il a aussi recruté un pro de la banque en ligne, André Coisne, le patron de BforBank (filiale du Crédit Agricole), qui avait lancé ING Direct en France, pour diriger cette nouvelle activité stratégique, un des piliers du plan Essentiels 2020 du PDG détaillé en 2015.

« Nous avons un projet ambitieux visant un public large, à commencer par nos 29 millions de clients mobiles » a-t-il fait valoir.

Une base clients trois à quatrefois plus importante que les grandes banques commerciales comme la BNP ou la Société Générale (de 7 à 8 millions de clients chacune) et même plus large que celle du numéro un de la banque de détail en France, le Crédit Agricole, avec ses 21 millions de clients particuliers.

Une "rupture" promise en termes de prix

Orange Bank a pour objectif de conquérir 2 millions de clients « à terme, dans dix ans », sachant que Groupama Banque en avait un peu plus de 500 000. Selon le plan stratégique de l'opérateur, ce relais de croissance doit générer 200 millions d'euros de chiffre d'affaires en Europe à l'horizon 2018. Déjà lancé en Pologne et bientôt en Roumanie, avec un partenaire bancaire, Orange Bank pourrait être lancé en solo en Espagne en fin d'année, puis en Belgique.

Orange Bank sera « une vraie banque mobile, pas un système de paiement, avec une expérience utilisateur hyper simple et interactive », a promis le PDG. Cette banque 100 % mobile, qui va jouer sur l'image technophile de la marque et les codes des réseaux sociaux, va cependant s'appuyer sur le réseau de boutiques de l'opérateur, dont 140 seront « bancarisées », avec distributeurs, espaces dédiés et conseillers spécialement formés. Les équipes internes sont très motivées :

« C'est la première fois de notre histoire que nous ne serons pas dans la position de l'opérateur historique », observe le patron.

Il avait même lancé qu'il comptait être « le Free de la banque » : c'était une maladresse de langage, corrige-t-il aujourd'hui. Il a toutefois prévenu qu'il voulait apporter « une véritable rupture, à la fois en termes de prix et de transparence, par rapport à ce qui existe aujourd'hui dans le secteur de la banque en France ».

Le directeur général de la Société Générale, Frédéric Oudéa, avait rétorqué un jour que « le Free de la banque existe déjà : c'est Boursorama », sa filiale, aux prix parmi les plus bas du marché. Et si Free lançait vraiment sa banque ? L'opérateur de Xavier Niel, qui se passionne pour les startups de la Fintech, n'a pas annoncé de projet mais il a tout de même déposé la marque Free Bank à l'INPI. Au cas où.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2017 à 11:45 :
On nous parle d'ouverture à la concurrence et on constate que tout le monde veut faire le métier du voisin, tout en conservant le sien. Depuis plusieurs années les banques se sont lancées dans l'assurance et les assureurs dans la banque. Aujourd'hui, les opérateurs téléphoniques veulent aussi etre des diffuseurs de médias et en plus devenir une banque. Je ne crois pas que ce soit l'intéret du consommateur. C'est un concept que je rejette. J'aurais tout le temps une banque, un assureur, un opérateur téléphonique et un abonnement TV qui ne sera pas mon opérateur téléphonique, quitte demain à me contenter des chaines gratuites de la TNT. Certes, il faut bien reconnaitre que pour chacune de ces branches, la qualité de service baisse. Mais ce n'est pas en regroupant tout dans une même entreprise que la qualité va progresser
a écrit le 06/02/2017 à 11:02 :
La " fidélité " est une notion moisie sortie d'un paléolitique moyennâgeux.
a écrit le 06/02/2017 à 8:34 :
Ce Mr Richard, orange-france.telecom, mis en examen, ex dir de cab de Christine Lagarde, n'est pas à sa place. Ce Belliqueux-Rageur-Hystérique-Colérique légendaire : Anti-Concurrence, a " sa " place, plutot à la tete de C.G.T-S.N.C.F ou de E.D.F ou S.N.P.L/ Air Grèves. CE QUI EST SUR !!!!!! LES BANQUES VONT ENCORE FLAMBER !!!!! LES TARIFS, AU DETRIMENT DES CLIENTS, POUR TOUT CA. De plus cet opérateur historique n'a jamais baissé ses prix et adapté ses " offres " que !! sous pression de la concurrence. Sinon toujours abusé.
a écrit le 06/02/2017 à 8:07 :
A LEON. Vous etes excessif dans votre assertion. On peut choisir sa banque sans en devenir le pigeon. Certes en France les banques ont tres mauvaise reputation pour moultes raisons a l'international en particulier. bnp est la banque a eviter, arnaque a tous les etages. Le pequin ordinaire sait cela.
Mais en dehors des frontieres de ce petit confetti qu'est la France, il existe des etablissements qui donnent encore satisfaction.
Respect du client, service, aide en cas de besoin.
Bien sur, cela implique un effort, rechercher soi meme ce que l'on souhaite au plus pret de ses interets. La collusion des banques en France n'est helas pas une fiction......
Grace a l'Europe, il est aujourd'hui simple de detenir un compte pour y stocker ses pepites et c'est legal.
Rien n'est gratuit, mais tout a un prix.
a écrit le 06/02/2017 à 1:07 :
L'affirmation de l'oligarque Stéphane Richard, PDG d'Orange : "une vraie banque mobile, pas un système de paiement" est un bon gros mensonge (plus c'est gros, plus ça passe !), à mettre en perspective avec les mesures récentes, prises par l'oligarque et ministre Michel Sapin, de contrôle et de régulation de l'accès des citoyens à leur propre argent (décret n° 2015-741 : plafond de paiement en liquide à 1000 EUR max) ! La digitalisation totale des paiements dont les opérateurs télécoms poussent à généraliser est un projet gagnant-gagnant avec le pouvoir étatique actuel.
Pour le pouvoir étatique actuel, il s'agit de surveiller et de contrôler l'intégralité des flux d'argent, et si nécessaire d'ordonner aux opérateurs la limitation et le blocage de ces flux ; jusqu'au ponctionnement de l'argent des citoyens directement dans leur compte d'épargne (directive européenne DRRB applicable au 01/01/2016, pour renflouer les banques en difficulté) ! Pour les opérateurs télécoms, il s'agit de capter des frais et des commissions sur la totalité des opérations financières des citoyens ; une véritable mine d'or moderne. De plus, pour ces derniers, il s'agit aussi de disposer, avec un accès direct au compte bancaire, d'un levier supplémentaire puissant de pression sur leurs clients, en cas de litige commerciale ou de service.
Le criminalisation de la possession d'argent liquide est en marche !
a écrit le 05/02/2017 à 22:27 :
L'affirmation de l'oligarque Stéphane Richard, PDG d'Ora*** : "une vraie banque mobile, pas un système de paiement" est un BON GROS MEN***** (plus c'est gros, plus ça passe !), à mettre en perspective avec les mesures récentes, prises par l'oligarque et ministre Michel Sapin, de contrôle et de régulation de l'accès des citoyens à leur propre argent (décret n° 2015-741 : plafond de paiement en liquide à 1000 EUR max) ! La digitalisation totale des paiements dont les opérateurs télécoms poussent à généraliser est un projet gagnant-gagnant avec le pouvoir étatique actuel. Pour le pouvoir étatique actuel, il s'agit de surveiller et de contrôler l'intégralité des flux d'argent, et si nécessaire d'ordonner aux opérateurs la limitation et le blocage de ces flux ; jusqu'au ponctionnement de l'argent des citoyens directement dans leur compte d'épargne (directive européenne DRRB applicable au 01/01/2016, pour renflouer les banques en difficulté) ! Pour les opérateurs télécoms, il s'agit de capter des frais et des commissions sur la totalité des opérations financières des citoyens ; une véritable mine d'or moderne. De plus, pour ces derniers, il s'agit aussi de disposer, avec un accès direct au compte bancaire, d'un levier supplémentaire puissant de pression sur leurs clients, en cas de litige commerciale ou de service. Le criminalisation de la possession d'argent liquide est en marche !
a écrit le 05/02/2017 à 18:37 :
Et la Banque pourrait aussi devenir marchand de vin ? Ridicule...
a écrit le 05/02/2017 à 18:19 :
vu ce que ca rapporte de faire du telecom, il vaut mieux laisser ca a ceux qui margent a 80% et se focaliser sur le service
l'idee est bonne et on sait deja qui va gemir......
a écrit le 05/02/2017 à 15:05 :
Le client , hélas pour moi et vous , sera toujours le pigeon . Comme l'annonçait sans fards la BNP dans les années 70 : Votre argent m'intéresse .Et rien n'a changé , sinon l'appétit d'argent qui a grandi .
a écrit le 05/02/2017 à 13:59 :
L'affirmation de l'oligarque Stéphane Richard, PDG d'Orange : "une vraie banque mobile, pas un système de paiement" est un BON GROS MENSONGE (plus c'est gros, plus ça passe !), à mettre en perspective avec les mesures récentes, prises par l'oligarque et ministre Michel Sapin, de contrôle et de régulation de l'accès des citoyens à leur propre argent (décret n° 2015-741 : plafond de paiement en liquide à 1000 EUR max) ! La digitalisation totale des paiements dont les opérateurs télécoms poussent à généraliser est un projet gagnant-gagnant avec le pouvoir étatique actuel.
Pour le pouvoir étatique actuel, il s'agit de surveiller et de contrôler l'intégralité des flux d'argent, et si nécessaire d'ordonner aux opérateurs la limitation et le blocage de ces flux ; jusqu'au ponctionnement de l'argent des citoyens directement dans leur compte d'épargne (directive européenne DRRB applicable au 01/01/2016, pour renflouer les banques en difficulté) !
Pour les opérateurs télécoms, il s'agit de capter des frais et des commissions sur la totalité des opérations financières des citoyens ; une véritable mine d'or moderne. De plus, pour ces derniers, il s'agit aussi de disposer, avec un accès direct au compte bancaire, d'un levier supplémentaire puissant de pression sur leurs clients, en cas de litige commerciale ou de service.
Le criminalisation de la possession d'argent liquide est en marche !
a écrit le 05/02/2017 à 13:52 :
Orange, dominant dans les telecom, la banque de détail, la télévision, et la video à la demande, devient un état dans l'état capable de faire et défaire nos oligarques. Est-ce un bien, est-ce un mal?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :