Covid-19 : les industriels de l'armement priés de livrer coûte que coûte les armées

 |   |  605  mots
(Crédits : Arquus)
Le ministère des Armées a demandé dès le début de la crise du Covid-19 aux industriels de la défense de maintenir leurs activités industrielles indispensables aux forces armées pour qu'elles mènent leurs missions.

En dépit du Covid-19, le ministère des Armées a expressément demandé dès le début de la crise aux industriels de la défense de maintenir leurs activités industrielles, dont notamment le MCO (Maintien en condition opérationnelle), indispensables aux forces armées pour qu'elles mènent leurs missions les plus essentielles. "Les opérations extérieures et intérieures, la dissuasion, la protection de nos approches maritimes et aériennes, notamment, sont au cœur des activités régaliennes de l'État, et le ministère des armées ainsi que ses partenaires industriels ne peuvent y manquer", a rappelé la ministre des Armées Florence Parly, qui s'est rendue lundi sur le site de Nexter à Satory, puis a rencontré les équipes de la Structure interarmées de la maintenance du matériel terrestre (SIMMT), et des maintenanciers du détachement du 8ème régiment du matériel de l'armée de Terre.

"Le travail des mécaniciens, logisticiens, ingénieurs, civils ou militaires, est indispensable pour que les armées puissent continuer de mener à bien leurs missions", a expliqué le ministère des Armées dans un communiqué publié ce mardi.

Les armées françaises sont notamment engagées au Sahel et au Levant contre différents groupes armés terroristes. "Ce combat ne faiblit pas", a rappelé le ministère des Armées. En parallèle depuis le début de la crise, le ministère des Armées s'implique pleinement dans la gestion de la crise du coronavirus, au service des Français, avec l'opération Résilience.

Arquus relance sa production

Les industriels de la défense rouvrent progressivement leurs activités. C'est le cas d'Arquus, qui a partiellement relancé ses activités de production cette semaine. "La remontée en puissance de ces capacités se fera de manière progressive sur l'ensemble de ses quatre sites, en donnant la priorité aux programmes essentiels", a-t-il expliqué lundi. Dans ce cadre, Arquus a déjà rouvert les activités de production (Marolles-en-Hurepoix et Limoges) liées au programme EBMR (véhicules Griffon et Jaguar).

Dans le même temps, les activités de finition et de préparation à la livraison des véhicules tactiques polyvalents VT4 destinés à l'armée de Terre ont repris à Saint-Nazaire. Cette réouverture permettra de livrer dans les trois semaines à venir 150 VT4 supplémentaires aux armées. Enfin, à Garchizy, la rénovation des Véhicules de l'Avant Blindés (VAB) de l'Armée de Terre a également repris, permettant d'assurer des opérations de maintenance lourde au profit des forces.

Covid-19 : les impacts pour les industriels

Toutefois, pour les industriels de l'armement, à l'instar de toutes les entreprises industrielles, cette période est très compliquée à gérer. C'est notamment le cas sur le plan commercial. Ainsi, les rendez-vous et les prospects internationaux avec l'annulation de salons et de réunions souvent complexes à organiser avec les pouvoirs publics locaux. Résultat, la dynamique commerciale risque d'être rompue que ce soit en France, en Europe et pour le grand export.

Deuxième impact probable, la solvabilité des clients. Avec la mise en place de plans d'urgence, de continuité et de relance, la défense risque de passer bien après ceux pour la santé et l'économie au sens large. En outre, la crise du Covid-19 a provoqué un brutal impact sur la production (arrêt des chaines, retards ou livraisons non effectuées). Ce qui entraîne un quatrième impact sur le plan juridique : contentieux liés aux interprétations des cas de force majeure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2020 à 20:23 :
Ne ratez pas ce soir un documentaire sur l'armée francaise !

Mais où est donc passée la 7e compagnie ? sur TF1 à 21h05
a écrit le 08/04/2020 à 18:17 :
Alors que la puissance militaire chinoise s’impose de plus en plus sur la mer de Chine méridionale, l’US Navy a demandé 20 milliards de dollars au congrès américain pour rester en tête de cette nouvelle course à l’hégémonie dans le Pacifique. Selon le site Defense News, la flotte américaine estime manquer d’infrastructures et de moyens pour garder l’avantage face au développement rapide de l’armée chinoise.

Que prévoit l’US Navy si elle obtient les 20 milliards demandés ? La marine américaine va tout d’abord renforcer la défense de l’île de Guam. Ce territoire américain situé entre le Japon et les Philippines a une importance stratégique capitale pour la projection des troupes de l’oncle Sam dans le Pacifique. L’US Navy entend donc construire de nouvelles bases sur l’île, qui seront renforcées par de nombreux systèmes de missiles anti-aérien et anti-navires. Plusieurs radars capables de détecter des missiles hypersoniques y seront également installés. “Les États-Unis doivent assurer la sécurité et l’intégrité de Guam quoiqu’il arrive”, affirme un haut-gradé au site Defense News.
Réponse de le 09/04/2020 à 20:28 :
Ouais enfin sinon il y a l'ile d'Australie voire le japon c'est un peu plus facile à défendre que l'ile de Guam hein, single point of failure.
a écrit le 08/04/2020 à 8:53 :
On n'a déjà plus les moyens de soigner nos soldats, visiblement (un seul hôpital de campagne avec 30 lits en réanimation disponible)... Alors l'entretien des véhicules, c'est finalement secondaire, même si ça donne faussement l'impression aux Bureaux de sauver la face et d'avoir de l'autorité...
a écrit le 08/04/2020 à 7:39 :
Certe la guerre ( extérieur) est toujours présente lors de cette crise sanitaire , mais quelque questions ...
Ou ons t ils trouver les moyen de protection pour le personnel.... ( alors qu,ils y a tous de réserver pour les soignants)
Ensuites , combien de malade sur les ligne de travail ...
Notre efforts de guerre doit îls être maintenue lors de cette période difficile ?
a écrit le 08/04/2020 à 0:59 :
Il semble que nous ayons sous la main des avions et une arme virale très contagieuse, bien morbide et très peu mortelle qui provoque terreur et confinement : l'idéale dissuasion du terrorisme armé des faibles. Elle a calmé les "esprits rebelles" et fait ses preuves un peu partout dans le monde
a écrit le 07/04/2020 à 20:31 :
C'est marrant de voir que finalement les armes de la natures n'empêche pas les armes de l'humain que de continuer son chemin! la différence est dans la certitude que l'outil fait la mort, ce qui n'est en terme de pourcentage, relatif pour un virus!

Ou alors être un mauvais viseur...

Non pour dire que nous aurions été dans la transformation écologique, les débouchés auraient été plus certains, non?

Car l'industrie des armes si il n'y a pas peu de guerre avec un virus dont la diffusion est a mon avis une réalité morbide dont j'imagine que personne ne se pose donc la question de ce qui est l'économie du nécessaire.

La aussi c'est une remarquable démonstration des choix politiques et géostratégiques!

Pourquoi, pour qui, pour ou et quels sens si ce n'est la mort par certitude!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :