Limite des locations à Paris : à quoi joue Airbnb ?

Toutes les plateformes de location saisonnière entre particuliers sont censées respecter la limitation de 120 nuitées par logement et par an sur tout le territoire... mais Airbnb a annoncé qu'elle appliquerait cette limitation uniquement sur les quatre premiers arrondissements parisiens.
Hugo Baudino

3 mn

Le géant américain de location entre particuliers va appliquer la limitation des nuitées sur les quatre arrondissements de l'hypercentre parisien.
Le géant américain de location entre particuliers va appliquer la limitation des nuitées sur les quatre arrondissements de l'hypercentre parisien. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)

Faut-il y voir le début d'un nouveau bras de fer ? Alors que la loi impose la limitation des locations de meublés touristiques à 120 jours par an pour tout Paris, la plateforme Airbnb a annoncé mardi qu'elle ne l'appliquerait que sur les quatre arrondissements du centre de la capitale. Cette décision sera mise en œuvre à partir de janvier 2018 dans les quatre premiers arrondissements, qui "ont fait face à une pression touristique et commerciale" et une "pénurie de logement particulièrement fortes depuis plusieurs décennies", argumente Airbnb dans un communiqué. Cela passera par "un outil automatique et ciblé limitant la durée annuelle maximale de location sur le site".

La mairie de Paris n'a pas tardé à réagir : "C'est hallucinant", selon Ian Brossat, adjoint PCF au Logement de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. "Cela veut dire en creux que Airbnb n'appliquera pas la loi" sur les 16 autres arrondissements, a-t-il dit à l'AFP. Airbnb "présente comme un geste de bonne volonté une annonce qui en réalité enfreint la loi", a ajouté Ian Brossat, qui demande aux plates-formes d'appliquer la réglementation sur "l'ensemble du territoire parisien". Il souhaite donc qu'un décret prévoyant des sanctions en cas de non-application de la loi soit publié.

| Lire aussi Meublés touristiques (Airbnb) : Paris veut une offensive internationale

Pour rappel, la Loi pour une république numérique adoptée en octobre 2016 impose aux platesformes de veiller à ce que le logement proposé ne soit pas loué plus de 120 jours par an, a rappelé l'élu. La loi avait en réalité seulement étendue à Airbnb une limite déjà appliquée à n'importe quelle personne louant sa résidence principale de façon occasionnelle. Pour s'assurer du bon respect des règles, Paris a mis en place un numéro d'enregistrement obligatoire à partir du 1er décembre pour toute personne désireuse de mettre à louer son appartement sur une plateforme numérique.

Le secteur hôtelier en colère

Du côté des représentants du secteur hôtelier, le son de cloche est de même que celui de la Ville.  "Airbnb fait croire qu'elle anticipe alors qu'elle ne fait qu'appliquer la loi, c'est une belle opération de communication mais à l'arrivée, c'est de l'enfumage, c'est insupportable", lance Roland Héguy, son président.

"Ce n'est qu'une concession faite à la loi qui prévoit déjà l'obligation pour les plateformes de veiller au respect de la limite maximum de 120 jours de location", et ce "partout en France, dans chaque ville mettant en place cette disposition, et pas seulement dans quatre arrondissements de l'hypercentre parisien", regrettent pour leur part le Groupement national des indépendants (GNI) et l'association représentative des acteurs de l'hébergement et du tourisme professionnels (AhTop) dans un communiqué commun.

Airbnb explique de son côté avoir décidé, "en tant qu'acteur responsable" de "mettre en place la limite automatique de la durée annuelle de location des logements dans le centre de Paris pour favoriser un tourisme responsable et durable". L'enjeu est de taille pour la plateforme américaine, car Paris représente un de ses premiers marché au monde, avec 65.000 logements revendiqués.

Rares sont ceux qui se sont félicités de l'annonce d'Airbnb, mais on retrouve tout de même trois députés de La République En Marche (LREM) de Paris : Elise Fajgeles, Sylvain Maillard et Pacôme Rupin. Selon eux, ces annonces "démontrent qu'il est possible d'avancer de manière constructive et sans dogmatisme sur des questions de société qui touchent au quotidien des Parisiens", écrivent-ils dans un communiqué.

>> Lire aussi Airbnb : "Les propriétaires ne sont pas inquiets de la limitation des nuitées à Paris"

 (avec AFP)

Hugo Baudino

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 22/11/2017 à 2:35
Signaler
Alors si je suis absent de mon logement 5 mois de l'année j'ai pas le droit de louer comme ça ME convient? J'ai pas le droit de faire ce que je veux de MON bien? La loi est censée servir l'homme, pas l'empêcher de vivre... Bref l'Etat français ne veu...

le 03/01/2018 à 19:35
Signaler
Bien sur que si tu as le droit.. tu fais un bail, une location meublée mais pas une location courte durée Airbnb qui ne passe dans aucun rouage, comme un argent de poche. Renseigne-toi un peu sur l'état du parc locatif à Paris, des dérives, de la di...

à écrit le 16/11/2017 à 13:42
Signaler
C'est juste incroyable. La loi doit être respectée par les français honnêtes mais pas par les autres... Et les députés (qui font la loi) qui ne s'en émeuvent pas mais s'en félicitent !!! Ils sortent d'où ces mêmes députés qui reçoivent, ce soir, AIRB...

le 16/11/2017 à 14:29
Signaler
D'accord avec vous ! Que leurs electeurs se souviennent du nom de ces trois députés (je veins de les relire pour bien m'en souvenir...) .... Ils ne sont pas légalistes et n'ont aucune hauteur de vue.

à écrit le 16/11/2017 à 10:28
Signaler
Comme quoi AirBnB reconnait bien qu une partie non negligeable de ses clients ne louent pas pour faire un petit appoint mais ont un appart dont la fonction est d etre louee a des touristes. En soit c est pas plus mal, ca fait rentrer des devises et...

le 16/11/2017 à 14:26
Signaler
Oui ! ca fixe les touristes sur Paris sans que les infrastructures d'acceuil (hotels, restaurants) n'en profite : c'est génial ! Et ceux qui bossent à Paris et doivent habiter en banlieue, ils ne vont pas emigrer en province où il n'y a pas de boulot...

à écrit le 15/11/2017 à 21:30
Signaler
j'oubliais............ qu'on aille fouiller chez les copains de ces gens la........... avec THEVENOUD CAHUZAC GARRIDO SIMMONET et consors, la peche a ete plutot bonne............... des bonnes lecons de morale, surtout pour les autres ( un peu comm...

à écrit le 15/11/2017 à 21:26
Signaler
le pcf n'a qu'a demander a ses amis de quitter les logements sociaux pas chers qu'on leur met a dispo, ca fera des logements pour les gens qui en ont vraiment besoin car ils travaillent, eux........... sinon, si le pcf aime la loi, il peut demander ...

le 16/11/2017 à 12:15
Signaler
@Churchill Commentaires malhonnêtes qui prennent des cas particuliers pour en faire une généralité, donc une vérité. Type de manipulation parfaitement décrite par Noam Chomsky. "vous voulez d'autres sources et ressources pour les logements a pari...

à écrit le 15/11/2017 à 20:30
Signaler
Nous avons donc un président ou gérant ou PDG de filiale basée en France qui annonce qu'il ne va pas volontairement respecter la loi. Pourquoi discuter ? Le pénal cela existe... 100 000 euros d'impôts payés l'an dernier en France cette entreprise n...

à écrit le 15/11/2017 à 20:25
Signaler
La vérité est que la politique dogmatique de la mairie de Paris et de son adjoint communiste au logement est un échec complet. Par ailleurs, il ne revient pas aux plateformes de limiter elles-mêmes les annonces mais aux particuliers loueur de s'en oc...

le 15/11/2017 à 23:35
Signaler
Rien ne les y oblige? Bah si, la loi. Si des loueurs ne respectent pas la loi et qu' Airbnb ferme les yeux parcequ'ils se fait du blé dessus, alors ils y a complicité. Deuxièmement Airbnb ce n'est pas du niveau technologique et d'infrastructures de...

le 16/11/2017 à 0:07
Signaler
Si vous aidez quelqu'un à enfreindre la loi, vous êtes complice. Airbnb doit donc limiter à 120 jours par la possibilité de louer tous les logements en France.

à écrit le 15/11/2017 à 20:05
Signaler
Alors les députés LREM cités dans l'article sont indignes de leur fonction, ce n'est pas normal que de l'argent parte aux USA (ou plutôt dans un paradis fiscal) parce qu'il ne respectent pas la loi. Est-ce acceptable qu'une multinationale s'estime au...

le 16/11/2017 à 14:17
Signaler
Les députés LREM sont ils niais ?

à écrit le 15/11/2017 à 19:45
Signaler
Enfin une bonne nouvelle : airbnb annonce clairement qu’il ne respectera pas la loi. Il ne reste plus qu’à mettre une amende salée à l’américaine histoire de les faire réfléchir et de rembourser un peu de notre dette => sous le milliard d’euro cela ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.