La "fintech" gagne ses lettres de noblesse en France

 |   |  913  mots
La start-up américaine Square, qui transforme les smartphones en terminaux de paiement, vaut déjà 6 milliards de dollars.
La start-up américaine Square, qui transforme les smartphones en terminaux de paiement, vaut déjà 6 milliards de dollars. (Crédits : DR)
Le 23 mars, le gouvernement a fait les honneurs de Bercy aux start-up françaises spécialisées dans les technologies financières. Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique, veut faire de la fintech "la fine fleur de la French Tech."

Il y a un an, on commençait tout juste à entendre parler d'elles, en France. Aujourd'hui, elles tiennent salon au ministère des Finances et font l'objet de conférences dédiées. "Elles", ce sont les "fintech", ces start-up qui révolutionnent l'industrie financière grâce aux technologies du numérique, à la manière d'un Uber dans les transports ou d'un Airbnb dans l'hôtellerie. Ce phénomène prend en France une ampleur suffisante pour que le cabinet de conseil Octo Technology ait décidé de réunir banques et fintech, le 25 mars, afin de plancher sur la meilleure façon de faire cohabiter la finance traditionnelle et ces nouveaux entrants. Deux jours plus tôt, pas moins de trois membres du gouvernement - Emmanuel Macron, Michel Sapin et Axelle Lemaire - avaient fait les honneurs de Bercy aux fintech françaises, dans le cadre de la 5ème édition des Jeudigital, qui voient chaque mois un ministère ouvrir ses portes aux start-up. Cet événement, rebaptisé pour l'occasion Lundigital, a résonné comme une prise de conscience des pouvoirs publics français de la montée en puissance inexorable des fintech.

Il faut dire que les chiffres sont éloquents. Aux Etats-Unis, pays pionnier comme souvent dans les nouvelles technologies, le nombre des fintech a quadruplé en 2014, à 1.042, affirme Sylvain Fagnent, consultant chez Octo Technology. L'an dernier toujours, les capitaux levés par les fintech américaines ont quintuplé, pour atteindre 15 milliards de dollars, après avoir déjà triplé l'année précédente. Et certaines fintech d'Outre-Atlantique, nées dans le sillage de la crise financière de 2008, valent déjà plus d'un milliard de dollars, à l'image de Square dans les paiements mobiles, de Stripe, l'autre PayPal, ou encore de la plateforme de prêts Lending Club, valorisées 6 milliards pour la première, 3,6 milliards pour la seconde et 7,6 milliards pour la troisième, entrée en fanfare à Wall Street à l'automne dernier.

Derrière les disruptions, des promesses de démocratisation

Paiements, financement des PME et des particuliers, gestion de patrimoine... Plus aucune étape de la chaîne de valeur de l'industrie bancaire n'échappe aux fintech. Ces dernières opèrent chacune sur un créneau bien spécifique, une spécialisation qui est à l'origine de leur succès. "Les fintech se positionnent là où des services sont inexistants ou trop chers", explique Sylvain Fagnent. La preuve avec la jeune pousse française Afrimarket, une solution de bons d'achat électroniques qui permet à la diaspora africaine de financer les dépenses de santé, de nourriture et de scolarité des proches restés au pays. Et ce, moyennant une commission de 5% seulement pour l'envoyeur des bons d'achat, alors que "les opérateurs de transfert d'argent comme Western Union et MoneyGram se rémunèrent à hauteur de 12,5%", s'indigne Rania Belkahia, PDG d'Afrimarket, présente à Bercy le 23 mars.

Autre exemple : celui d'Advize, une solution d'épargne en ligne accessible à tous, avec à la clé des conseils personnalisés émanant d'analystes financiers de Morningstar, partenaire de la start-up. L'objectif de Nicolas Marchandise, directeur général d'Advize et également convié au Lundigital de Bercy : faire en sorte "qu'épargner en ligne devienne aussi simple que de réserver un voyage sur Internet, qu'il n'y ait plus besoin de se transformer en trader." "Derrière ces disruptions numériques se trouvent de belles promesses de démocratisation", a reconnu Axelle Lemaire, lors du Lundigital du 23 mars. La secrétaire d'Etat au Numérique souhaite donc faire de la fintech "la fine fleur de la French Tech."

Différentes formes de partenariats entre banques et fintech

De fait, les propositions des fintech sont basées sur la simplicité d'usage, la qualité de l'expérience-client, la transparence, c'est-à-dire l'absence de frais cachés. "Les clients des banques ne comprennent pas bien pourquoi certains services sont facturés, quelle est leur valeur ajoutée, alors que celle-ci est plus facilement perceptible chez les fintech, du fait de leur spécialisation", a admis Anne-Laure Naveos, en charge des acquisitions et des partenariats au Crédit Mutuel Arkéa, lors du colloque organisé par Octo Technology. Convaincu de la nécessité de s'intéresser aux fintech afin de réinventer le métier de banquier, le Crédit Mutuel Arkéa investit dans ces jeunes pousses. La banque est notamment actionnaire de la plateforme de crowdfunding Prêt d'Union et de Linxo, une solution de gestion des finances personnelles. Solution que la banque en ligne Fortuneo, filiale du Crédit Mutuel Arkéa, a d'ailleurs adoptée, dans le cadre d'un partenariat, non pas capitalistique cette fois, mais commercial.

Le 19 mars, Boursorama (groupe Société générale) est allé plus loin encore, en rachetant purement et simplement la fintech française Fiduceo, spécialisée dans l'agrégation de comptes bancaires. Acquisitions, investissements en capital-risque, incubation, partenariats commerciaux... Il est encore trop tôt pour savoir quel mode de collaboration entre la finance traditionnelle et les fintech sera le plus efficace. Une certitude : "La place (financière) de Paris, le financement de l'économie ont besoin de ces innovations", a affirmé Emmanuel Macron le 23 mars. Et le ministre de l'Economie d'inciter les start-up à lui faire part de "toutes les idées" qu'elles pourront avoir "pour ouvrir des brèches dans la réglementation", afin de favoriser l'essor des fintech. Comme le gouvernement l'a déjà fait pour le crowdfunding, en entaillant le monopole bancaire dans le prêt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2015 à 11:46 :
A quand une véritable banque en ligne pour les startups ?
Les banques traditionnelles restent frileuses avec les startups et rechignent presque à nous recevoir. Je cherche et j'ai besoin d'une banque qui propose une offre transparente, un processus en mode Lean Startup et que tout se passe en ligne.
En tant que startup, on perd trop de temps à tenter de comparer les banques entre elles alors qu'elles proposent des offres compliquées pour nous en dissuader.
A titre d'exemple, j'ai passé plusieurs heures à essayer de faire un benchmark; j'ai contacté via leur site en ligne 7 banques en laissant mes coordonnées et mon besoin. Pas une ne m'a proposé de rendez-vous. Finalement, il a fallu que j'aille dans une agence pour obtenir un rdv et là encore, ce fut compliqué car l'agence que j'avais choisi (qui était à côté de chez moi) était trop loin du siège de l'entreprise. Et oui, même si c'est plus pratique pour vous d'aller à l'agence en bas de chez vous, ce n'est pas possible. Vous n'avez en fait pas le choix.
En conclusion, les banques traditionnelles se disent "en ligne" mais ne font que bricoler un site Web et compenser le décalage par une belle comm et du "adwords".
Elles ne repensent pas leur métier...
Lorsqu'on est une startup, on ne cherche pas le même service, on a besoin d'être autonome, de pouvoir prendre des décisions rapidement et donc d'avoir toutes les informations nécessaires en toute transparence. On ne veut payer que ce dont on a besoin.
Avoir une banque c'est indispensable, mais ce n'est pas notre métier, on ne peut pas perdre autant de temps pour ça...
a écrit le 31/03/2015 à 11:41 :
Bravo, à Mme LEMAIRE cette franco Canadienne, qui tente de donner de l'oxygène à notre économie numérique, elle a des vues internationales, avec un esprit ouvert, messieurs les politiques prenez en de la graine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :