Bercy veut amputer le budget de la défense 2017 de 850 millions d'euros

 |   |  834  mots
Entre sa volonté de rester dans les clous du pacte de stabilité et son envie de protéger les Français, Le Premier ministre Édouard Philippe fait semble-t-il aujourd'hui le grand écart avec le budget de la Défense.
Entre sa volonté de rester dans les clous du pacte de stabilité et son envie de protéger les Français, Le Premier ministre Édouard Philippe fait semble-t-il aujourd'hui le grand écart avec le budget de la Défense. (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)
Après avoir gelé 2,7 milliards d'euros de crédits, Bercy a récemment transmis à Matignon une proposition pour réduire de 850 millions d'euros le budget de la défense en 2017. Les arbitrages ne sont pas encore tranchés.

Le ministère des Armées est bien dans le collimateur de Bercy. Après une parenthèse de cinq ans où l'ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a défendu avec succès son budget, le ministère de l'Économie est revenu depuis le début de l'année à la charge pour contraindre le ministère des Armées à faire des économies. Après avoir gelé 2,7 milliards d'euros de crédits avant l'arrivée du gouvernement Philippe comme l'a révélé La Tribune, Bercy a récemment transmis à Matignon une proposition pour réduire de 850 millions d'euros le budget de la défense en 2017, selon nos informations. Le blog Secret Défense avait révélé ce montant jeudi. Pour autant, les arbitrages n'ont pas été encore effectués.

Arbitrages chez Macron?

Le gouvernement a promis jeudi de préciser sous quinze jours le tour de vis prévu pour contenir le déficit public à 3% en 2017. "J'ai proposé au Premier ministre un certain nombre d'économies" et il "va rendre des arbitrages dans la semaine", a annoncé le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, rappelant que Bercy devait trouver 4 à 5 milliards d'euros pour respecter en 2017 les règles budgétaires européennes. "Tous les ministres sont solidaires, (...) donc il n'y aura pas de logiques de l'un contre l'autre", avait-il rappelé début juin.

"Aucun ministère, aucun opérateur, aucune niche fiscale ne sera sanctuarisé. Partout, nous chasserons la dépense inefficace et le saupoudrage de crédits", a d'ailleurs confirmé mardi le Premier ministre Édouard Philippe lors de son discours de politique générale. Si le ministère des Armées devait être touché par des économies budgétaires, les promesses d'Emmanuel Macron, relayées par Édouard Philippe, ne seraient finalement que des... promesses, qui n'engagent que ceux qui les écoutent alors que les armées réclament plus de moyens pour assurer leurs missions face aux menaces terroristes.

En novembre 2015 juste après les attentats, François Hollande avait à juste raison considéré devant les sénateurs et députés français réunis en Congrès au château de Versailles que "le pacte de sécurité l'emporte sur le pacte de stabilité budgétaire européen". Emmanuel Macron, qui va devoir arbitrer entre Bercy et l'Hôtel de Brienne, va-t-il être le président qui va changer ce dogme?

Florence Parly au front

La ministre des Armées, Florence Parly, a pour sa part assuré vendredi à Toulon qu'elle allait "mettre tous ses efforts au service d'une progression permettant de crédibiliser" l'objectif d'un budget de la défense à 2% du PIB en 2025. "C'est un engagement du président de la République, réitéré à plusieurs reprises", a-t-elle rappelé, évoquant l'objectif de 2% confirmé par le Premier ministre dans son discours de politique générale. "Les discussions budgétaires sont en cours", a-t-elle précisé lors de sa visite au sein d'unités de la Marine nationale, sur la base de Toulon. La ministre a d'ailleurs rendez-vous avec Gerald Darmanin lundi en fin d'après-midi pour une réunion... budgétaire.

Fin juin, la ministre, qui a succédé à Sylvie Goulard, avait déjà annoncé que la France allait engager une revue de ses enjeux stratégiques d'ici à l'automne afin d'adapter ses besoins militaires aux nouvelles menaces et de porter l'effort de défense à 2% du PIB d'ici à 2025. La revue stratégique sera présentée en Conseil de défense en octobre puis au Parlement en novembre afin d'adopter la nouvelle loi de programmation militaire (2019-2025) au premier semestre 2018.

Des discours contradictoires?

Mais que veut exactement Édouard Philippe ? Car entre sa volonté de rester dans les clous du pacte de stabilité et son envie de protéger les Français, il fait aujourd'hui le grand écart. Lui qui mardi estimait que "la menace est partout, diffuse, pas un mois ne passe sans que des projets ne soient éventés ou des actes empêchés". Il a même comptabilisé "plus de 200 tués sur notre sol, des centaines de blessés".

"Je veux rendre hommage à tous ceux que nous voyons, policiers, gendarmes, militaires de l'opération Sentinelle veiller chaque jour sur notre sécurité, à ceux qui combattent sur les théâtres d'opérations extérieures, au Sahel ou au Levant, et à tous ceux que nous ne voyons pas et que nous ne connaîtrons jamais, nos soldats de l'ombre dont nous pouvons être fiers, beaucoup sont tombés au service de notre liberté.

A tous ces militaires, Édouard Philippe a promis de leur donner "les moyens de défendre" la France "comme s'y est engagé le président de la République une loi de programmation militaire", qui sera adoptée dès 2018. Cette loi de programmation militaire (LPM) portera l'effort de dépenses à 2 % du PIB d'ici à 2025 et "permettra à la France de se battre sur tous les fronts". Cet effort passe déjà par une très bonne exécution du budget 2017...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2017 à 18:04 :
Et oui, les économies il faut bien les prendre quelque part. C'est ce que les gens ne comprennent pas.

Et vous croyez que FILLON qui prévoyait 2 fois plus d'économie que MACRON les aurait prises où ?

On va vite se rendre compte que HOLLANDE, malgré la très faible croissance de la zone euro et la très faible croissance mondiale en général, a finalement très bien géré la FRANCE ?
a écrit le 12/07/2017 à 9:36 :
En parlant d'économie :

La ministre des Armées Florence Parly avait ordonné une enquête de commandement, à la suite de l'article du Canard Enchaîné du 28 juin, mettant en cause le général Reboul.

Le général Richard Reboul, commandant en second des forces aériennes mis en cause pour avoir utilisé des appareils de l'armée à des fins personnelles, a été nommé à un poste de «chargé de mission», selon un décret du 7 juillet.«M. le général de division aérienne du corps des officiers de l'air Reboul (Richard) est nommé chargé de mission auprès du chef d'état-major de l'armée de l'air», est-il précisé dans ce décret du président de la République.
Outre l'enquête commanditée par la ministre, un enquête interne a été ouverte par l'armée de l'Air. Les conclusions de ces deux enquêtes n'ont pas encore été rendues.Selon l'hebdomadaire, depuis août 2016, le général devenu commandant en second des forces aériennes le mois suivant, aurait réquisitionné un Alphajet une dizaine de fois pour circuler entre Bordeaux et Salon de Provence. Les Alphajet, avion phare de la Patrouille de France, sont aussi utilisés pour la formation des futurs pilotes de chasse de l'armée de l'Air.Il aurait également mobilisé un avion de transport militaire de six places, avec pilote et copilote, écrit l'hebdomadaire.
a écrit le 11/07/2017 à 19:26 :
En pleine periode de réarmement mondial voilà qui est particulièrement stupide.
a écrit le 10/07/2017 à 17:27 :
Tout cela est conforme aux GOPE de Bruxelles. Rien de surprenant pour ceux qui suivent l'action de François Asselineau. A tous les autres, ceux qui hurlent à la trahison, vous l'avez bien profond !! et ce n'est pas fini...
Réponse de le 10/07/2017 à 23:11 :
C'est très juste. Rien à redire.
a écrit le 10/07/2017 à 16:50 :
Imaginez juste deux secondes que des pays etrangers survolent votre pays tous les jours et frappent régulièrement faisant inexorablement des victimes civiles en permanence...
insupportable n'est ce pas ?
C'est uniquement ça l'EI daesh etc... Dites merci à vos "young leader (price)" pour leur interventionnisme qui en plus ne nous rapporte rien !!!!
a écrit le 10/07/2017 à 16:45 :
Et si on est attaqué par les chinois du fbi ?
cake on fait hein ?
cake on fait ?
a écrit le 10/07/2017 à 12:07 :
Bon, notre jupiterdieu vivant et ex potentiel sauveur du monde......redevient un mortel ordinaire, dirait on.......
Pour des gens qui pensent depuis 18 mois....pas certain que leurs superbes intelligences additionnées soient....intelligibles pour nous, pauvres ères .....
Le cap a suivre ressemble plutôt au sens du vent....inquietant.......
a écrit le 10/07/2017 à 10:00 :
Par manque de courage et d'être confronter à une minorité de nabab salariés du public qui vit au crochet de la société, le gouvernement n'engage aucune mais nécessaire réforme des administrations publiques territoriales et de ses agents. Fermeture d'administrations en doublons ou sans utilités, réorganisation des tâches des fonctionnaires en sureffectifs, augmentation du temps de travail, lutte contre l'absentèisme... Car les économies sont là et possible mais par manque de volontarisme, de courage et de facilité le Premier ministre Édouard Philippe ne fait qu'un copier-coller des précédents gouvernements.... Nous sommes bien gouverné par des énarques incapable de prendre leur responsabilité... La dette de la France est aujourd'hui de 100% plus rien ne peut l'arrêter... Triste constat !
a écrit le 10/07/2017 à 8:40 :
Ces gens la n ont aucune parole !!!c est facile de taper sur le budget de la défense ils ne font pas grève et donc tout passe !!il faudrait peut être que les grands chefs militaires expliquent qu avec moins d argent on fait moins !!! supprimer sentinelle mr le 1 er ministre !!!quant à la ministre des armées elle donne l impression de ne pas faire le poids !!
a écrit le 09/07/2017 à 22:05 :
Jalousie?.......avez vous des chiffres?
a écrit le 09/07/2017 à 22:01 :
Bien sûr, il faut bien trouver les miliards qui menque, et le budget de La Défense et le plus simple à raboter, pas de manifestation , pas de bruits .... Comme toujours les économie ( ou réforme ) n'ont pas lieu où il faut... Mais bon rien de bien surprenant ....
a écrit le 09/07/2017 à 20:27 :
s'être vendu, avoir trahi ses anciens amis, tout cela pour faire le sale boulot de macron?? ne pas respecter les engagements de macron (ISF, Taxe d'habitation, HS défiscalisées, baisse des prélèvements en 2017, tout ça à la trappe à c..) honte à ce personnage ainsi qu'à darmanin (lemaire a toujours été une p...) de s'être pros.... HONTEUX matraquer les salariés, ne pas tenir UNE promesse, quelle petitesse ces deux là.
a écrit le 09/07/2017 à 20:07 :
Dans l'intérêt de la France il faut plutot eliminer les allocations logement et les allocations familiales au dela du 2ème enfant.
a écrit le 09/07/2017 à 19:10 :
Cela ne change pas pas a caque élection l'armé fait les frais .
Sauf sur les salaires du gouvernement et des élus que tranche direct dans les caisses non et non l'armé a ce jour doit faire sa peau neuve en Mater ,en Forma , en renouveau pluridisciplinaire pour le bien de la france
La plupart des des nations ayant l'Arme nucléaire son a la pointe .
Alors arrêtons d'être des maso .
a écrit le 09/07/2017 à 19:05 :
Il existe une fable consistant à laisser croire que la France a un budget de la Défense sousdoté. Or la France a l'un des budgets militaires les mieux pourvus de l'Europe continentale. Donc dans un pays où les habitants rechignent régulièrement à payer des impôts, il n'est pas anormal qu'on rogne sur ce budget. Par contre il faudra à un moment réfléchir à une définition des objectifs plus en adéquation avec les moyens par définition limités d'un pays de taille moyenne...
Réponse de le 09/07/2017 à 22:53 :
M. Théophile la France est le deuxième pays de la terre avec la plus grande Zone economique exclusive, dispose du plus grand plateau continental mondial de 600 000 km et le premier domaine sous maritime mondial. Donc vos propos paraissent désuets, "un pays de taille moyenne" mort de rire l'ignorance
Réponse de le 10/07/2017 à 18:39 :
Assez d'accord avec vous, dans la mesure où il faut rendre cohérents l'ambition et les moyens. Sinon, la variable d'ajustement est la vie de nos soldats sur le terrain !
Réponse de le 11/07/2017 à 9:51 :
Une fois de plus on envisage les moyens avant de réfléchir à la mission. Le monde à l'envers
a écrit le 09/07/2017 à 18:51 :
La France doit adapter ses dépenses à ses recettes. Il n'y a jamais eu d'autre façon de gérer loyalement les finances publiques et c'est bien pour ne pas l'avoir fait que les gouvernements précédents ont failli à leurs responsabilités.

Il est trop facile de geindre et de crier à la rigueur, alors qu'il ne s'agit que de retrouver des marges de manœuvre pour un développement durable.

Que ce soient les subventions ou les niches fiscales, elles ne devraient pas conduire à des budgets en déficit. La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a.

Un peu de courage et de civisme, ne nous feraient pas de mal.
Réponse de le 09/07/2017 à 21:51 :
"La France doit adapter ses dépenses à ses recettes."

Ou mais pourquoi perdre 9 milliards annuels avec cette belle régularité qui nous caractérises en tant que contributeur net au budget de cette UE qui nous ruine et se révéler tout aussi incapable de recouvrer les 80 milliards d' évasion fiscales des multinationales ...?

A cause de notre malsaine appartenance à l' UE évidemment ....
Réponse de le 09/07/2017 à 22:27 :
Un peu de courage en effet car vu qu' on ne produit plus rien (car tout est parti à l' est) et puisqu' il qu' il faut bien fiscaliser pour nous ..renflouer, je ne vois qu' une solution, il faut les taxer, sauter LA niche fiscale ! Ainsi donc, moi, j’adore l’UE, et surtout l’article 63 du TUE ! Cet article dit qu’il est impossible aux états membres d’empêcher la libre circulation des marchandises et des capitaux entre les pays membres et avec les pays tiers de l’UE. Cet article est génial car il permet les délocalisations ! Et ça c’est super car au lieu de produire en France, n’importe quel patron peut délocaliser son usine dans n’importe quel pays ou les ouvriers sont payés un euro de la journée ! C’est vraiment super cet article, car ça désindustrialise notre pays et ça génère encore plus de chômage ! Vraiment on ne pouvait rêver mieux pour l’économie française ! Vraiment ces articles des traités de Lisbonne, mieux on les connait, plus on aime l’Europe ! Enfin, on ne va quand même pas continuer à salarier des français ! Et pourquoi pas les soigner gratuitement non plus ? Ou même leur donner une éducation gratuitement pendant qu’on y est ? Les Français ce qu’ils veulent, c’est plus de chômage, et c’est pour cela qu’ils sont tellement attachés à l’UE !
a écrit le 09/07/2017 à 18:48 :
La baisse des primes exorbitantes du personnel de Bercy est elle à l'ordre du jour?
a écrit le 09/07/2017 à 13:05 :
Les gouvernements se succèdent et le budget de la défense demeure la variable d'ajustement. C'est le grand courage de nos politiques qui se manifeste. La grande muette par définition, on peut lui faire subir tous les outrages sans risque alors que pendant ce temps 150 000 enseignants sont rémunérés à attendre chez eux une affectation, la fin de leur suspension, de leur burn out...
a écrit le 09/07/2017 à 12:52 :
Mais qu'est-ce qu'il se passe avec ce President (et ce gouvernement) ? Il est exactement comme tous les autres ni plus ni moins que des promesses etc....Rien ne changera avec lui on nous fait un fromage pour rien encore une fois !
Réponse de le 09/07/2017 à 18:48 :
Pour l'instant, force est de constater que les réformes promises sont en préparation ou en cours d'adoption. Cela faisait longtemps qu'un gouvernement n'avait pas déployé autant d'énergie pour tenir ses promesses. Donc ne faites pas un mauvais procès à ce gouvernement. Wait and see...

Dans ce cas spécifique, c'est le ministère des économies qui publie des recommandations, comme il le fait souvent et comme le font aussi la Cours des Comptes ou les commissions parlementaires. Ce ne sont que des recommandations, autrement dit des avis et opinions. Elles n'ont aucun caractère contraignant. D'ailleurs, la recommandation de diminuer le budget militaire est réitéré chaque année depuis au moins 9 ans, sachant qu'entre temps le budget des armées a été augmenté. Autrement dit, il est fort possible que le premier ministre n'en tienne pas compte.
Réponse de le 10/07/2017 à 4:10 :
C'est bien d'ouvrir les yeux. Mais trop tard, le petit napoleon d'operette est elu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :