"Il n'y aura pas de véhicule autonome, mais plutôt des véhicules automatisés" (Anne-Marie Idrac)

Les promesses de la voiture autonome ont largement été revues à la baisse par les constructeurs automobiles. Mais pour Anne-Marie Idrac, commissaire pour la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes, cette technologie peut apporter des réponses concrètes notamment en matière de mobilité partagée, un domaine où la France dispose de sérieux atouts à l'échelle mondiale.

4 mn

Anne-Marie Idrac, ancienne présidente de la RATP, puis de la SNCF, a également occupé le poste de secrétaire d'Etat aux Transports, s'est vu assigné la charge de penser la politique française en matière de véhicule autonome par le Président Macron.
Anne-Marie Idrac, ancienne présidente de la RATP, puis de la SNCF, a également occupé le poste de secrétaire d'Etat aux Transports, s'est vu assigné la charge de penser la politique française en matière de véhicule autonome par le Président Macron. (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - Dans les années 2010, on présentait la voiture autonome comme la martingale technologique avec d'importants enjeux concurrentiels et de souveraineté. En 2022, on n'en entend plus parler, sauf pour des cas limités qu'on appelle le 3ème niveau d'autonomie, loin de la voiture sans volant...

ANNE-MARIE IDRAC - J'ai commencé il y a quatre ans à m'occuper de la politique française en matière de véhicules autonomes, pour répondre à des enjeux de souveraineté technologique, économique et industrielle, mais aussi de modernisation des mobilités. Ce qui a changé en quatre ans, c'est qu'en réalité plus personne ne croit au véhicule "sans volant" (Level 5 sur une échelle de 1 à 5, NDLR), qui reviendrait à doter un véhicule d'une véritable autonomie de conduite, sans humain en charge, en tous lieux et par tous les temps.

Tout le monde se focalise désormais sur des cas d'usage à la fois technologiquement atteignables, et économiquement et socialement pertinents. Deux voies sont suivies en parallèle : d'un côté, l'amélioration des assistants de conduite de manière incrémentale, nos équipementiers français sont en pointe sur ces innovations. Il s'agit d'améliorer la sécurité, et d'offrir de nouveaux services embarqués, ou plus de praticité. D'ores et déjà, l'aide au parking rencontre un véritable succès, et le contrôle de la vitesse et des distances correspond à de vrais besoins.

Les expérimentations les plus poussées, par exemple aux USA, concernent des zones limitées et dédiées. L'autre voie, c'est celle de la conduite sans conducteur, avec supervision. Dans ce cas de figure, on pense évidemment aux véhicules et systèmes d'usage partagé, en particulier aux navettes, en la matière, la France est l'un des pays leaders dans le monde.

Quel est ce leadership français en matière de navette autonome ?

Nous avons d'abord de belles sociétés qui ont des modèles déjà en service dans le monde entier comme Navya ou EasyMile. Au plan réglementaire ensuite , la France est le seul pays à avoir autorisé la circulation de véhicules sans conducteur à bord, sur des itinéraires dédiés, et nous disposons déjà des retours d'expérience décisifs. En outre, nous disposons de leaders mondiaux du transport de personnes. Keolis, Transdev ou la RATP voient dans ces services le moyen de compléter leurs offres. Enfin, le gouvernement soutient ces démarches via le PIA 4 (programme d'investissements d'avenir, NDLR), plusieurs consortiums incluant des acteurs de l'automobile sont concernés.

A LIRE | Transdev va lancer une navette autonome sur une route départementale de Normandie

En matière d'autorisation justement : l'allemand Mercedes va commercialiser une première voiture autonome de niveau 3, sur les routes allemandes pour des questions réglementaires. Quand pourrons-nous acheter ce type de voitures en France ?

Il s'agit de l'application d'une réglementation internationale, déclinée à l'échelle européenne. Je précise qu'elle n'autorise que des circulations sur voies séparées, de type autoroute, à moins de 60km/h. Si des constructeurs en font la demande en France, il sera tout à fait possible d'obtenir l'autorisation. D'ailleurs, Stellantis l'envisage dans les deux ans.

Revenons sur les navettes, vous avez évoqué une supervision, elles ne seront donc pas tout à fait autonomes ?

Comme je l'indiquais en effet, il n'y a pas de véhicules "tout à fait autonomes" : soit il y a un conducteur à bord, qui doit pouvoir reprendre la main, soit une supervision. Le comité national d'éthique considère d'ailleurs que le terme véhicules "autonomes"  est abusif. Nous utilisons plutôt la formule "à conduite automatisée". Dans le même ordre d'idée, le rôle de la connectivité, du balisage, des infrastructures apparaît de plus en plus important pour progresser vers de plus en plus d'automatisation. C'est le cas notamment en Chine.

C'est la fin de la voiture autonome et le début de la navette automatisée pour résumer ?

En réalité, il y a deux marchés différents. D'une part,  celui de l'amélioration continue de la sécurité, de la facilité et du confort de la conduite individuelle par exemple de nuit ou en cas d'intempéries, en embouteillage ou à l'égard des usagers de la route fragiles comme les deux-roues. D'autre part il y a le marché des services collectifs : l'automatisation supervisée les rend potentiellement plus flexibles et moins coûteux, en complément des offres classiques. Enfin certains cas d'usages logistiques, dans les ports par exemple ou pour des livraisons urbaines, sont également prometteurs.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 12/01/2022 à 9:22
Signaler
Bel exemple d'absence de vision et d'audace... Bien sûr que si....il y aura des véhicules autonomes...si ça n'est pas dans 10 ans , ça sera dans 20 ou 30 ou plus encore mais in fine oui il y aura bien des véhicules autonomes. A ranger dans le dos...

à écrit le 11/01/2022 à 18:24
Signaler
Heureusement que certains responsables ne cèdent aux sirènes des irresponsables qui oublient qu'on est entrain de fabriquer la meilleure arme pour le terrorisme.

à écrit le 11/01/2022 à 16:50
Signaler
Euh… j’ai un peu de mal à comprendre là… La Chine a commencé ses tests en conditions réelles niveau 4, l’Allemagne vient d’accorder l’autorisation niveau 4 à MERCEDES, les États-Unis viennent de faire rouler un poids-lourd sans aucun humain à bord s...

à écrit le 11/01/2022 à 14:01
Signaler
Il fallait les voir, sur les sites d'informatiques, les gars qui faisaient la promotion des véhicules autonomes. Ils y croyaient dur comme fer. On avait beau leur dire qu'il y avait trop d'impondérables que la puissance processeur embarquée sur un...

à écrit le 11/01/2022 à 9:23
Signaler
Et moi j'en rien à faire de la voiture autonome, je veux être autonome grace à ma voiture... J'ai pas choisit de payer plus pour des options dont je me fou, elles me sont imposées pour financer des investissements privés, des rentes d'actionnaires e...

à écrit le 10/01/2022 à 21:54
Signaler
Anne Marie Idrac !! Le retour du come back !!

à écrit le 10/01/2022 à 18:52
Signaler
mais mais la 5G des pas amish, c'était pas pour ça ? pour la voiture autonome ?

à écrit le 10/01/2022 à 15:30
Signaler
Ben voilà, je n'ai pourtant pas un salaire à 5 chiffres et contrairement à eux j'avais raison, encore une fois, qu'un simple bénévole ai bien plus souvent raison dans ses analyses, bon un ami de l'esprit aussi, que tout ces "experts" normalement éduq...

à écrit le 10/01/2022 à 13:24
Signaler
Le plus grand progrès serait que l'on diminue le besoin en véhicule par la suppression des déplacements inutiles!

le 10/01/2022 à 14:00
Signaler
Et qui va décréter que mes déplacements sont inutiles ? Il faudrait un pastèque derrière chaque citoyen ?

le 11/01/2022 à 11:00
Signaler
Eliminer les centres commerciaux pour le commerce de proximité, avoir les services de santé a porté de main, c'est déjà diminuer l'utilité d'un véhicule pour les citadins!

à écrit le 10/01/2022 à 13:17
Signaler
La photo n'est pas actualisee. Elle date des annees chirac.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.