Renault pourrait supprimer des usines après ses premières pertes en dix ans

 |   |  816  mots
Le groupe au losange est tombé dans le rouge l'an dernier pour la première fois depuis 2009.
Le groupe au losange est tombé dans le rouge l'an dernier pour la première fois depuis 2009. (Crédits : Reuters)
"Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien", a déclaré Clotilde Delbos, la directrice générale par intérim de Renault, interrogée sur la possibilité que des usines en France ou dans le monde puissent être fermées.

[Article publié le 14/02 à 12h22, mis à jour le 14/02 à 14h50]

Le constructeur automobile français Renault a annoncé, ce vendredi, qu'il pourrait supprimer des usines dans le cadre d'un vaste plan d'économies après avoir enregistré sa première perte depuis 2009.

"Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien", a déclaré la directrice générale par intérim, Clotilde Delbos, interrogée lors d'une conférence de presse sur la possibilité que des usines en France ou dans le monde puissent être fermées pour redresser l'entreprise.

"Notre objectif est de réduire nos coûts de structure d'au moins 2 milliards d'euros au cours des trois prochaines années", a-t-elle expliqué, soulignant que le groupe au losange annoncerait en mai son plan de redressement.

Renault a publié, ce vendredi matin, une perte nette de 141 millions d'euros sur 2019, affecté par le recul de ses ventes et de sa rentabilité opérationnelle, dans un marché mondial en baisse. Il subit aussi la chute de la contribution financière de Nissan, son allié japonais en difficulté, et l'abandon d'une créance fiscale en France se traduisant par une charge de 753 millions d'euros.

Le groupe a vu ses volumes reculer de 3,4% l'an dernier à 3,75 millions de véhicules.

Et il ne voit pas encore le bout du tunnel. Pour 2020, dans un marché mondial toujours baissier, Renault anticipe une nouvelle dégradation de sa rentabilité opérationnelle. Sa marge devrait atteindre 3% à 4% des ventes, après 4,8% en 2019 et 6,3% en 2018.

"2019 a été une année difficile pour Renault [...]. Nous ne sommes pas satisfaits des résultats", a commenté Mme Delbos. Mais elle s'est dite "convaincue" que le constructeur français avait "tous les atouts" pour se rétablir.

Elle a cité les véhicules électriques, dont Renault a été pionnier, et la gamme de véhicules "low cost" dont la filiale roumaine Dacia est le fer de lance en Europe.

Renault a vendu en janvier 10.000 exemplaires de sa citadine électrique Zoe récemment renouvelée, un chiffre record. Le constructeur assure avoir profité des progrès des dernières versions de ses "best-seller" Clio et Captur pour augmenter ses prix de ventes.

Mais, comme ses concurrents, il doit investir des sommes importantes en recherche et développement pour accélérer l'électrification de ses modèles afin de respecter les plafonds d'émissions de CO2 fixés par l'Union européenne dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pour Mme Delbos, c'est un sujet d'inquiétude, alors que les constructeurs sont "sans certitude sur l'appétence des clients" pour ces véhicules.

Lire aussi : Fiat Chrysler et Foxconn projettent une coentreprise de voitures électriques

S'appuyer sur Nissan

Renault entend s'appuyer sur le partenaire Nissan, dont il détient 43%, pour faire des économies. Après des mois de crise dans le sillage de l'affaire Ghosn, les deux groupes entendent mettre davantage en commun leurs technologies et leurs usines pour dégager des synergies qui se font attendre depuis des années.

Lire aussi : L'alliance Renault-Nissan est-elle morte, comme le prétend Carlos Ghosn ?

Le président de Renault, Jean-Dominique Senard, arrivé il y a un an, a affirmé sa confiance dans la nouvelle équipe dirigeante, avec l'arrivée prévue en juillet de Luca de Meo, transfuge de Seat (groupe Volkswagen) et aussi le recrutement de Gilles Le Borgne, chef de l'ingénierie venu du rival PSA (Peugeot, Citroën).

Lire aussi : Luca de Meo peut-il sauver Renault ?

"L'intensité du travail de l'alliance n'a jamais été aussi forte depuis que j'ai rejoint le groupe", a assuré M. Senard, laissant entendre que la phase d'instabilité, qui a suivi l'arrestation de Carlos Ghosn au Japon sur une dénonciation de Nissan en novembre 2018, était désormais surmontée.

Alors que des analystes se sont inquiétés des capacités de financement de Renault, Mme Delbos a souligné que le groupe disposait de plus de 15,8 milliards d'euros de liquidités et n'avait aucun problème de trésorerie. "Sur ce sujet, je dors sur mes deux oreilles", a-t-elle dit.

En revanche, "la Chine est une source d'inquiétude". Renault est très loin de ses objectifs de ventes dans le pays ce qui a conduit à une dépréciation de 400 millions d'euros l'an dernier.

Par ailleurs, les prévisions 2020 ne tiennent pas compte d'un éventuel impact de la crise sanitaire du nouveau coronavirus, impossible à évaluer. "Quelques pièces commencent à manquer dans certaines usines, donc nous pourrions avoir quelques jours d'arrêt ici ou là dans les prochaines semaines. Ce n'est rien de majeur si la production redémarre vite", a expliqué Mme Delbos.

Lire aussi : Industrie, électronique, tourisme... L'épidémie du coronavirus affecte déjà les multinationales du monde entier

Le groupe a annoncé une division par trois du dividende à 1,1 euro par action.

Vers 12h30, le titre Renault, proche de son plus bas niveau en dix ans, gagnait 1,5% à 35,3 euros, dans un marché stable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2020 à 12:07 :
Politiquement, la suppression d'une usine en France serait catastrophique pour une opinion majoritairement très remontée contre le pouvoir actuel, qui basculerait assurément vers les extrêmes en nous conduisant en 2022 ds un aventurisme économique aux conséquences financières dramatiques.
Renault doit solder au plus vite l'échec du premium, qui comme l'a montré PSA avec sa marque DS ou Nissan avec Infiniti ne peut espérer émerger chez un généraliste que par une identification forte avec ses propres codes indépendants de ceux du groupe.
Et encore pour ces 2 marques, c'est loin d'être l'Eldorado, tant le marché du premium est encombré par des marques historiques quasi indétrônables ou nvelles comme Tesla qui a misé dès sa création sur des innovations de rupture avec une très forte image identitaire (tt électrique à forte autonomie, véhicule partiellement autonome, PDG visionnaire et ultra médiatique).
Pour autant, ses acquis ds l'électrique naissant sont encourageants et doivent lui permettre de voir gd avec la généralisation du passage à l'electrique de ts ses best sellers actuels ( en s'inspirant de la stratégie de PSA qui electrifie sa gamme existante ss faire appel à des modèles électriques spécifiques). Il doit s'appuyer davantage sur les synergies industrielles avec Nissan plus avancé ds l'électrique, point fondamental à mon sens d'amélioration de l'alliance.
Il peut aussi spécialiser un site industriel en composants électriques tt en incluant les batteries et s'insérer ds l'Airbus des batteries en cours de création en bénéficiant des aides de l'UE qui vont avec.
Par ailleurs, la RD sur une filière automobile à hydrogène prometteuse ne doit pas être sacrifiée, car les opérateurs qui détiendront les clés de la fabrication compétitive des composants de cette filière (réservoir, pile à H2 ou moteur à combustion H2, batterie...) détiendront également les clés de ce marché appelé à un développement important ds l'utilitaire, le poids lourds, les routières HT et moyens de gamme.
a écrit le 17/02/2020 à 9:33 :
Nous sommes en plein dans l'héritage de Carlos Ghosn. Quelqu'un a dit que le bilan d'un patron commençait à se juger que deux ans après son départ lorsque tout était sur la table et nous y arrivons. De plus, l'objectif de M. Ghosn était d'avoir le plus gros volume de ventes possible pour l'Alliance. M. Ghosn et sa stratégie de volume !
Fin 2017, M. Ghosn annonçait viser les 5 millions de véhicules Renault vendus en... 2022 soit une augmentation complètement irréaliste de 44% par rapport à 2016 (3,47 millions). Idem pour l'Alliance avec la perspective de 14 millions d'unités en 2022, soit + 40 % par rapport à 2016. Le succès selon Carlos Ghosn. Au Mondial de l'auto de 2014, il annonçait le chiffre déraisonnable de 1,5 million de véhicules électriques par an à l’horizon 2016 avec la Zoé et la Leaf ! En réalité, le sauvetage et la remise sur rail de Nissan a été son presque seul réel succès.
Réponse de le 17/02/2020 à 17:04 :
Tous les nuls expliquent que s'ils ont échoué, c'est la faute de leur prédécesseur. Si la gestion de Carlos Ghosn était mauvaise il fallait le virer en conseil d'administration ou en assemblée générale, pas faire un kidnapping sur un aéroport. Un peu trop facile d'expliquer que si tout va mal depuis qu'on a éliminé Carlos Ghosn, c'est forcément de sa faute.
a écrit le 17/02/2020 à 9:14 :
Ils n'excluent rien mais cela fait bien longtemps que c'est le cas. Combien des vehicules Renault donc soit disant français sont produits effectivement en France ? Pas la twingo, pas la clio , pas la capture , pas la megane, pas la kadjar !
Réponse de le 17/02/2020 à 17:00 :
Exactement les diregeants de Renault doivent fermer des usines en Espagne premierement.C'est evident que les espagnoles n'achetent pas ces voitures pk ils les fabriquent.
a écrit le 16/02/2020 à 16:18 :
Le probleme de vous les francais c'est que vous pensez pas globalement vous pensez dans les frontieres de votre pays.Personne achete vos voitures en dehor de la France personne n'ecoute votre musique en dehor de votre pays.Vous etes deux fois plus grands que l'Allemagne et le monde entiers prefere des produits allemands que francais.Vous etes des perdants.
Réponse de le 16/02/2020 à 20:38 :
Tandis que la Grande Bulgarie inonde le monde de ses produits dont la qualité est unanimement louée, sans compter son rayonnement dans le monde culturel, artistique et sportif (enfin tant qu'on pouvait se doper impunément).
a écrit le 16/02/2020 à 15:48 :
La Renault de Macron est tombée en panne lors de sa récente visite en Pologne !

La caisse n'a pas démarré ! La Honte !
a écrit le 16/02/2020 à 10:41 :
Reprenez Carlos Ghosn...
Si un dirigeant a l'envie, la volonté et la "gniac" pour refaire de Renault une entreprise rentable (de même que pour faire un bras d'honneur à Nissan), c'est bien lui...
Ce n'est ni un perdreau de l'année, ni un saint, mais c'est clair qu'il fera le job
Réponse de le 17/02/2020 à 10:56 :
au contraire, le gros des problemes actuels sont dus a Carlos. C est lui qui a fait une course au volume, c est lui qui a loupe le virage de l electrique (zoe/tesla il n y a pas photo) ou de la voiture autonome
a écrit le 16/02/2020 à 10:03 :
On voit mal comment Renault va pouvoir régler ses problèmes en un temps court. et on comprend qu'en dépit d'un contrôle à plus de 40% d'une entreprise, on ne peut la manager. Pour les investisseurs, dossier à haut risque pour les trois prochaines années.
a écrit le 15/02/2020 à 20:30 :
Une interimaire qui veut virer tout le monde
J adore
a écrit le 15/02/2020 à 19:47 :
Renault ne sera jamais une marque premium et seules les premium vont survivre!

Renault doit se repositionner sur les utilitaires 100% électriques, en s'inspirant du camion de Kuhn, sur l'autopartage et les transports en commun, dont les taxis et navettes volantes avec Airbus et la RATP!

Ce qui nous ramène au périphérique parisien, immense dalle de chaleur...

Dans les campagnes, les roues à aubes et les volants d'inertie sont loin d'être obsolètes!

développer une gamme de robots livreurs dans les villes...

Prévoir aussi les besoins des futurs villes sur l'eau avec des Sea Bublles...

Tout en préparant la future croisière jaune sur la Lune pour exploiter l'hélium-3!

Bien-sûr, ces productions seront automatisées au maximum, donc réinvestir dans les machines-outils!

Mais que fait le ministre le Maire, lui qui veut décréter le futur?
Réponse de le 16/02/2020 à 4:27 :
Les sea bublles? Renseignez-vous, c'est la plus grande arnaque depuis les avions renifleurs de Giscard.Financées par Hidalgo et Macron, elle devaient "voler" au dessus de l'eau de la Seine depuis 2019.
a écrit le 15/02/2020 à 17:36 :
Renault :
1) marque populaire franco française peu présente en Europe, en Afrique avec des voitures neuves et absente ailleurs
2) marque moyen / bas de gamme avec Dacia low cost
3) pas présente sur haut de gamme; comme la marque FIAT sauf que le Groupe FIAT a de nombreuses marques pour segmenter les différents marchés cela permet une présence sur presque tout les continents, dans tout les pays "riches" si une marque vend moins une autre vend plus, si les ventes baisses en Europe elles augmentes en Amérique … . Renault aurait dù accepter l'accord avec le Groupe italien FIAT. Je souhaite bonne chance au nouveau PDG italien il a accepter un sacré défi.
a écrit le 15/02/2020 à 14:24 :
"Nous n'avons aucun tabou et nous n'excluons rien", en effet : les voitures individuelles et leur omniprésence dans la vie quotidienne doivent être abandonnées. Notre modèle de société doit être repensé pour limiter le changement climatique et notre effondrement. Un de ces reliquats du XXe siècle conso/gaspilleur à oublier.
Réponse de le 15/02/2020 à 20:04 :
Le sans voiture est un Vision extrémiste de centre ville où on commande sur Amazon et où on se fou des banlieues
Cherchons plutôt des batteries efficaces et non polluantes et surtout arrêtons la croissante exponentielle du nombre d humain
Réponse de le 15/02/2020 à 20:28 :
Commencons par diviser par deux la populations de la region parisienne
A force de vous entasser la bas ç est devenu du grand n importe quoi
Et y a pas que Paris helas dans ce cas !!
Réponse de le 15/02/2020 à 20:29 :
Commencons par diviser par deux la populations de la region parisienne
A force de vous entasser la bas ç est devenu du grand n importe quoi
Et y a pas que Paris helas dans ce cas !!
a écrit le 15/02/2020 à 10:39 :
Les résultats Renault sont plombés par la contre performance de Nissan qui va repartir de zéro après avoir purgé son staff incapable. La guerre a cessé entre les deux entreprises et le nouvel arrivant Di Meo saura installer la solide poursuite de l' Alliance. Le catalogue de nouveaux produits se charge dans les deux entreprises principales ce qui est une excellente nouvelle alors que les fondamentaux sont bons. Tout va bien se passer.
a écrit le 15/02/2020 à 10:36 :
Il faut quand même dire la vérité

Carlos était un bon patron et Renault marchait très bien quand il était là

Lui chercher des ennuis pour 10 millions alors que des milliards sont en jeu
C’est du populisme digne de melenchon
Réponse de le 15/02/2020 à 13:38 :
Renault faisait des bénéfices que grâce aux actions de Nissan. Si aujourd'hui l'alliance va mal c'est grâce à ce voleur !
a écrit le 15/02/2020 à 8:17 :
tres rapide la direction de cette entreprise pour calculer le deficit
mais pour celui du detournement au profit de l'ancien n1
on attend toujours
Réponse de le 15/02/2020 à 9:36 :
Le deficit de cette entreprise est surarment là pour payer les indemnités de licenciement que ce monstre a osé demander...
a écrit le 15/02/2020 à 6:34 :
Renault pourra t-elle surmonter une crise aussi grave ? Impossible. Renault c'est fini.
a écrit le 14/02/2020 à 22:08 :
Ben quand on a assisté à l'exhibition il y a quelques années au mans des méganes électriques, on a compris que Renault maitrisait bien son sujet, pourquoi s'être limité à un genre de twingo 2 électrifiée?
Ben je l'ignore, pourquoi n'avoir pas vu plus haut, mégane, fluence, duster?
Les petites bagnoles c'est fini, plus on est condamné à rouler doucement et plus il faut de place.
Je me poile bien avec ces 'Japoniais' d'avoir fait couper l'arbre de Nissan par le bucheron Gosn, que Nissan disparaisse comme finissent tous les imbéciles serait une nouvelle bien agréable ma foi.
Renault a les moyens de reprendre la main puisqu'il maitrise le concept.
Mais penser les "électromobiles" comme des électriciens, c'est pas gagné, ses ingénieurs ne peuvent penser l'auto que comme des essences ou on a remplacé le 4 cylindres par un 4 pôles c'est tout. Même Mercédes s'est banané, sa dernière électrique pour des dimensions identiques fait 600 kg de plus que la Tesla model 3 et 50 km'h moins rapide, et un prix similaire,
Réponse de le 15/02/2020 à 8:51 :
La Fluence a eu une version électrique, qui a surtout été diffusée en Israël, pays qui, vu ses dimensions, bordé par la Méditerranée et de pays hostile (ce qui exclut pratiquement toute sortie du pays par voie routière). L'autonomie limitée n'y était donc pas un problème.
a écrit le 14/02/2020 à 21:34 :
La marque Renault a perdu son talent de créateur de voitures adaptées aux vrais besoins et se perd en voulant copier la concurrence . Ses voitures ne sont pas attrayantes, l'éternelle clio qui ne ressemble en rien au concept de départ, mais ne change jamais de nom. L'abandon du véhicule espace sans abandonner le nom et combien de reniements. Du neuf, de l'audace....
a écrit le 14/02/2020 à 17:34 :
C'était pourtant bien cette époque ou nous traversions la France en 4L, R5 voire R16, elles étaient sympas ces bagnoles avec parfois leurs petits caractères, hélas depuis que beaucoup ne veulent plus que des Gross bagnoles c'est le bazar il est clair qu'avec les écarts de l'Euro entre la France et l'Allemagne c'est cadeau - Carlos revient..
Réponse de le 15/02/2020 à 19:55 :
Ben l'espace 1 n'était pas une Renault, on n'imagine pas une seule minute de Renault une telle créativité, c'est un concept mixte Matra Heuliez qui aurait du finir dans l'escarcelle de Simca qui s'est retrouvé orphelin avec la disparition de celle-ci.
Et Peugeot qui a fait la fine bouche, ne pas comprendre que l'espace ferait un même!
Ca me fait penser à ma boîte qui avant dans le 92 fournissait Fiat et Maserati et évidement Ferrari après avoir fermé l'usine parisienne, refusait de reprendre fiat comme client, et vla ces gros nigauds en train de lècher les bottes de Renault à faire les invendables Laguna pendant que fiat lançait sa 500 qui a explosé tous les compteurs. On aurait du fermer., l'actionnaire américain a eu pitié de nous
a écrit le 14/02/2020 à 17:31 :
le groupe est a son point bas.....mais dispose de toute la batterie d électrification possible.... entre Mitsu, Nissan et maintenant Renault....pour couvrir toutes les utilisations....depuis cette année...
de plus Nissan est entrain de réorganiser sa gamme
ce, sans parler d un vrai savoir faire dans le low-cost.....y compris electrique et hybride, a venir.....

ce n est pas vraiment le cas de PSA... a la traine sur ce plan.....avec un trou béant entre thermique et hybride rechargeable...
Réponse de le 15/02/2020 à 8:54 :
Pour le low cost le groupe PSA/FCA dispose de Fiat. La Tipo, produite en Turquie, est une honorable compacte au prix d'une urbaine.
a écrit le 14/02/2020 à 16:53 :
L'état qui gère cette entreprise depuis 1945 et continue de le faire depuis sa pseudo privatisation. Franchement quelle belle réussite avec la plus faible valeur des entreprises du secteur et un chiffre d'affaires qui a cessé de croître depuis dix ans. Donner de l'or à un énarque de Bercy il va le transformer en plomb et il vous en réclamera toujours plus.
a écrit le 14/02/2020 à 15:04 :
Renault est en perte uniquement pour les comptables, et pour les journalistes stagiaires.
Renault gagne de l'argent en exploitation : c'est pour ça que le cours monte aujourd'hui.

Et bien d'accord avec Churchill ci-dessous : L'Europe se tire une balle dans le pied en poussant la voiture électrique : a) ça demande 20% de main d'oeuvre en moins pour la fabriquer, b) la valeur ajoutée est dans les batteries, qui viennent de Chine.
Tout ça est ridicule.
Réponse de le 14/02/2020 à 15:36 :
Le states ont mis la main sur l' UE pour un, ralentir un concurrent plus gros qu' eux et deux, l' obliger à s' aligner sur sa géopolitique anti russe
"Qui gouverne la France et l'Europe ? - François ASSELINEAU 1/4"
Après on s' étonnera que l' UE qui se tire une balle dans le pied sur chaque décision de "faire le poids!" contre les usa et la Chine et le reste du monde et qu' elle soit la seule zone du monde en récession sur dix ans..
Miche Santi La Tribune "Croissance depuis 2009 : Chine +139%, Inde +96%, Etats-Unis +34%, Europe -2% !"

Ce sujet tabou ne doit JAMAIS être discuté car il vaut excommunication, politique et médiatique, entendez que l' UE a été créée pour faire le poids face au reste du monde, est-ce que c' est clair ?
Et que je n' aie pas à y revenir ..!
a écrit le 14/02/2020 à 13:10 :
et vu l'incertitude colossale colees par les lois ecolos a la con deconnectees des realites, la purge va etre severe
on attend avec bonheur que les ecolo crabes ( les cancers, quoi), mettent une norme de maxi 45 grammes par constructeur sur tout nouveau vehicule produit, comme ca l'industrie ira au tas encore plus vite
mais rassurez vous, les ours blancs continueront de mourir vu que les chinois vont continuer de produire du thermique, et les yanks aussi ( et sans que greta Langschtrumpf aille y brailler sa haine et sa colere)
vous entendez les bruits des bottes de hitler? non, he ben ecoutez un peu mieux....
Réponse de le 14/02/2020 à 16:58 :
Le candidat est une candidate !
Gros point Goldwing, associer la petite thundberg avec Hitler une prouesse rhétorique, bravo, la candidate remporte la Honda Goldwing !
C'était pour faire avancer le schililimili, le shilimlilimli
Oui d'accord on a compris !
a écrit le 14/02/2020 à 13:03 :
IL n'y a aucune logique entre licenciements et résultats, le cas BAYER endetté de plus de 40 milliards et qui selon cette logique aurait du licencier l'intégralité de ses salariés afin de n'être plus qu'une quincaillerie de quartier, nous l'exposant ouvertement à la figure tous les jours, c'est seulement un prétexte, dommage que les journalistes ne soient pas habitués à aller trouver la véritable raison de telles annonces, je vous garantie qu'ils en feraient moins...

Parce que de planquer sans arrêt son incompétence derrière ses salariés est une honte.
Réponse de le 14/02/2020 à 14:34 :
Tout à fait d'accord.
Et l'annonce du salaire du futur patron est en contradiction avec ces "mauvais résultats".
Mais ces mauvais résultats sont tout bénefs pour De Meo qui ne pourra que faire mieux et ainsi toucher un maximum de part variable.
Bien joué Luca !
Réponse de le 17/02/2020 à 9:30 :
@ multipseudos: "Il va être temps d’arrêter de faire semblant de tout mélanger. "

"En fait on aurait dû nommer le Blasé à la tête de Renault,"

TU adores commencer tes trollages avec des phrases sans intérêt ne donnant absolument pas envie de lire le reste et ça tombe bien...

Signalé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :