Face à la crise : des turbulences en vue dans l'aérien

 |  | 1238 mots
(Crédits : DR)
SÉRIE D'ÉTÉ - ÉPISODE 3/3. Après l'arrêt quasi-complet du transport aérien mondial, la reprise s'annonce difficile. En plus d'essuyer de lourdes pertes financières, les compagnies aériennes font face à la frilosité des clients. La faiblesse de la demande ne permet pas de compenser la hausse des coûts qui accompagne le redémarrage. #Replay

>> ÉPISODE 2 : Face à la crise : les Etats volent au secours de l'aérien

15 AVRIL

Déconfinement : comment convaincre les passagers de remonter à bord des avions?

Le redémarrage du transport aérien sera lent. Au-delà des conséquences de la récession économique sur la demande, la crainte des passagers à prendre l'avion constitue un obstacle majeur. Des mesures de protection sanitaire doivent se prendre de manière coordonnée. Ce sera long et c'est pour cela que la reprise se fera par étapes en commençant par les marchés domestiques au troisième trimestre. En France, les vols pourraient reprendre en juin.

Lire l'intégralité

__

24 AVRIL

Pour la reprise, Ryanair et Easyjet privilégieront les aéroports qui feront des cadeaux sur les redevances

Les compagnies aériennes préparent la reprise de leur activité. Cette dernière sera progressive, et par conséquent sélective. Certains transporteurs comme Ryanair, Easyjet ou le groupe IAG mettent la pression sur les aéroports pour obtenir des conditions avantageuses pendant la reprise. Comme la suppression temporaire des redevances. Certaines, comme Ryanair, expliquent même aux aéroports qu'elles choisiront ceux qui accepteront leurs conditions. Ce point renvoie au sujet plus large de la compétitivité des aéroports français. Si celle-ci est trop faible par rapport à d'autres pays européens, la connectivité aérienne des régions pourrait être remise en cause.

Lire l'intégralité

__

1er MAI

La réduction en vue des vols intérieurs est-elle vraiment catastrophique pour Air France ?

Parmi les mesures environnementales que demande le gouvernement à Air France en contrepartie de son aide pour passer la crise du Covid-19 figure la suppression de certaines lignes intérieures au profit du train. Avec les critères retenus, le projet du ministre des Finances Bruno Le Maire évite les principaux inconvénients de la proposition (rejetée) de certains députés l'an dernier qui aurait été insoutenable pour Air France. La très grande majorité du réseau intérieur est épargnée par la mesure. Les vols vers Roissy également. Une autre mesure interpelle davantage : l'obligation d'incorporer 2% de biocarburants dans les avions d'ici à 2025. Sans harmonisation au moins à l'échelle européenne, elle créera une distorsion de concurrence. Analyse.

Lire l'intégralité

__

22 MAI

Transport aérien : une sanglante guerre des prix se profile avant une consolidation du marché

Pour stimuler le trafic, la reprise devrait se traduire par des prix extrêmement bas. Une féroce guerre des prix, surtout attendue à partir de septembre, devrait durer pendant de nombreux mois. Elle sera alimentée par les compagnies les plus fragiles qui voudront engranger du cash avant l'hiver qui pourrait être leur dernier, mais aussi par les grandes compagnies low-cost comme Ryanair qui voudront gagner des parts de marché rapidement. La faiblesse du prix du carburant facilitera cette stratégie, qui sera inéluctablement suivie par une phase de consolidation.

Lire l'intégralité

 __

26 MAI

Air France va tailler à la hache dans son réseau domestique

Air France entend réduire son offre de 40% sur le réseau intérieur français d'ici à 2021, selon le directeur général d'Air France-KLM, Ben Smith. Outre les trois lignes concernées par l'interdiction de voler sur les routes où existe une alternative ferroviaire en moins de 2h30, de nombreuses lignes assurées par la filiale régionale HOP vont disparaître. Certaines seront remplacées par la low-cost Transavia. Cette réduction de voilure va entraîner des suppressions de postes massives. Avec le renouvellement de la flotte qui se profile, l'objectif gouvernemental de réduire de 50% d'ici à fin 2024 les émissions de CO2 de 2019 pourrait être dépassé.

Lire l'intégralité

__

4 JUIN

Restructuration d'Air France, compétitivité des aéroports, consolidation : le cocktail explosif qui menace la connectivité aérienne des régions

Avec la réduction de voilure de 40% d'Air France sur le réseau intérieur qui se profile d'ici à fin 2021, l'absence de mesures d'amélioration de la compétitivité des aéroports qui risquent de faire passer ces derniers derrière leurs voisins italiens ou espagnols dans le choix de réouverture de lignes, mais aussi le mouvement de consolidation attendu dans le transport aérien, la connectivité aérienne des aéroports français est fortement menacée. A Bordeaux et à Pau, des élus commencent à tirer la sonnette d'alarme. Et ce n'est qu'un début. Analyse.

Lire l'intégralité

__

5 JUIN

Air Caraïbes et French Bee : les syndicats acceptent une baisse de salaire

La direction et les représentants du personnel des trois filiales aériennes du Groupe Dubreuil, Air Caraïbes, Air Caraïbes Atlantique et French Bee, ont signé des accords de baisse de salaire d'environ 10% en contrepartie du maintien des effectifs. Ces accords permettent d'améliorer la performance des compagnies (déjà plus compétitives que leurs concurrentes) à l'heure où la reprise sera longue, progressive et coûteuse.

Lire l'intégralité

__

15 JUIN

Reprise : pourquoi les compagnies de "hub" sont désavantagées par rapport aux low-cost

En Europe, après un redémarrage des vols intérieurs, les vols intra-européens vont repartir progressivement avec l'ouverture sélective des frontières ce lundi d'une majorité des pays de l'Espace Schengen, puis suivra à partir de juillet une reprise des vols au compte-gouttes vers certains pays non communautaires. Ce schéma crée des différences entre les compagnies spécialisées sur les vols intra-européens comme les low-cost, et les compagnies positionnées sur le long-courrier comme Air France ou Lufthansa, qui mettront plus de temps à remettre de la capacité en ligne. Dans un système de hub, cette forte exposition au long-courrier impacte le moyen-courrier. Double peine. Elles vont également souffrir d'une exposition plus importante à la clientèle affaires qui risque de mettre plus de temps à reprendre l'avion que la clientèle loisirs. Parmi les low-cost, un modèle comme celui d'Easyjet est plus fragile que celui de Ryanair en cette phase de reprise. Explications.

Lire l'intégralité

__

23 JUIN

Aérien : le redémarrage risque de coûter plus cher que l'arrêt des vols (Air Caraïbes, Corsair, Fnam)

Après l'arrêt quasi-complet du transport aérien mondial, la période de reprise qui débute en ce mois de juin risque d'être encore plus dure pour les compagnies aériennes. La faiblesse de la demande ne permet pas de compenser la hausse des coûts qui accompagne le redémarrage. La reprise s'annonçant lente et progressive, cette situation catastrophique sur le plan économique risque de durer. Les compagnies aériennes françaises en appellent une nouvelle fois à l'Etat non seulement pour prolonger les mesures d'accompagnement décidées pendant la crise, mais aussi pour soutenir la productivité et la compétitivité tricolore.

Lire l'intégralité

__

6 JUILLET

Transport aérien : le pire est à venir

La crise du Covid-19 a fait entrer les compagnies aériennes dans un long tunnel dont la sortie n'est pas attendue avant trois à cinq ans. Avec une reprise du trafic extrêmement lente, les changements des comportements des passagers, l'arrêt progressif des soutiens des Etats, la guerre tarifaire que vont mener les compagnies aériennes pour survivre, le mouvement de consolidation qui s'ensuivra...., une recomposition du secteur est attendue au cours des prochaines années. Analyse.

Lire l'intégralité

__

>> Retrouvez toutes nos séries d'été sur les secteurs stratégiques bousculés par le Covid-19, la politique-fiction...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/08/2020 à 9:11 :
La peur d'être contaminé (quand j'ai fais mes courses j'ai toussé à cause d'une allergie dans mon masque et pendant trois secondes j'ai cru que certains allaient me mettre la corde au cou... ), les gestes barrières semblent être installés pour très longtemps même au sein de notre économie de tous les jours, il est bien évident que le secteur aéronautique déjà fortement subventionné par l'argent public n'a pas fini de nous coûter toujours plus cher.

Et là je ne parle pas de la crise politique et citoyenne majeur que notre classe dirigeante continue de prendre à la légère via la propagande encore plus stupide de ces médias de masse qui si nos benêts de dirigeants continuent de nous prendre pour aussi idiots qu’eux va leur péter rapidement à la gueule. Alors que Macron, et je l'en remercie chaleureusement personnellement, a réussi à retourner mon père contre lui et la droite toute entière tandis que ça fait plus de 60 ans qu'il vote pour elle.

Même si c'est le chaos en expansion, nous sommes quand même témoins d'une période historique là.

Chapeau les artistes !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :