L'Asie, gourmande en armements, cherche à développer sa propre industrie

 |   |  603  mots
Copyright AFP
Copyright AFP (Crédits : AFP)
Avec l'Inde comme premier importateur mondial et la Chine devenue exportatrice, le marché de l'armement en Asie a été particulièrement vivace entre 2007 et 2011, contribuant très largement à la progression globale des transferts d'armes conventionnelles, selon l'institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri).

En volume, l'Asie et l'Océanie ont compté pour 44% des importations mondiales d'armements conventionnels sur ces cinq années, loin devant l'Europe (19%), le Moyen-Orient (17%) les Amériques (11%) et l'Afrique (9%), indique un rapport de l'Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri) publié lundi. Globalement, les transferts d'armements ont progressé de 24% lors du quinquennat passé par rapport à la période 2002-2006 et les cinq plus gros importateurs ont été des pays d'Asie. A elle seule, l'Inde a compté pour 10% des importations mondiales, devant la Corée du sud (6%), le Pakistan et la Chine (5%) et Singapour (4%).

"Les principaux pays importateurs en Asie cherchent à développer leur propre industrie de l'armement afin de réduire leur dépendance vis-à-vis des sources extérieures d'approvisionnement", relève cependant l'un des auteurs du rapport, Pieter Wezeman. Ainsi, la Chine qui était le premier importateur sur la période 2006-2007 a chuté à la quatrième place et ce "déclin coïncide avec les progrès de l'industrie chinoise de l'armement et de ses exportations d'armes", explique le Sipri. Mais en dehors du Pakistan qui est son principal client, "la Chine n'a encore réalisé de percée majeure dans aucun autre marché important", tempère le directeur du programme de recherche du Sipri sur les transferts d'armes, Paul Holtom.

Toutefois, selon l'étude, les exportations d'armes chinoises ont progressé de 95% entre les deux quinquennats, faisant de la Chine le sixième exportateur mondial d'armes, juste derrière la Grande-Bretagne. Les Etats-Unis (30%), la Russie (24%), l'Allemagne (9%) et la France (8%) sont restés sur la période 2007-2011 les principaux pays exportateurs. Avec la Grand-Bretagne (4%), ces pays ont enregistré 75% des exportations d'armes en volume contre 78% sur le quinquennat précédent, selon le Sipri.

Faible impact du printemps arabe

Le Printemps arabe n'a eu que peu d'impact sur le marché de l'armement, même si "le transfert d'armes aux Etats affectés (...) a provoqué des débats publics et parlementaires dans nombre de pays fournisseurs", souligne un autre auteur du rapport, Mark Bromley. Les Etats-Unis ont certes revu leur politique de livraison d'armes dans la région, mais ils n'en demeurent pas moins l'un des principaux fournisseurs de la Tunisie comme de l'Egypte, relève l'étude précisant que "les Etats-Unis ont livré 45 chars M-1A1 à l'Egypte en 2011 et ont un accord pour en livrer 125 autres."

De son côté, la Russie a pourvu à hauteur de 72% aux importations syriennes sur la période 2007-2011 avec notamment, en 2011, des batteries de missiles sol-air Buk-M2E et des batteries de défense côtière Bastion-P. En outre, les deux pays ont signé l'an passé un accord pour la livraison à la Syrie de 36 avions de combat et d'entraînement YAK-130. Au total, la Syrie a augmenté de 580% ses importations d'armes en volume entre les périodes 2002-2006 et 2007-2011, relève le Sipri.

L'Arabie Saoudite a commandé l'an passé aux Etats-Unis 154 chasseurs F-15, ce qui constitue "non seulement la plus importante commande d'armement par un Etat en 2011, mais également le plus gros contrat de vente d'armes conclu entre deux Etats ces vingt dernières années", selon le Sipri. L'étude du Sipri, qui a mis au point un indicateur TIV (Trend-indicator value) pour comparer les transferts d'armes en volumes et non en valeur, prend en compte des périodes de cinq années afin de donner une mesure plus stable d'un marché très fluctuant d'une années sur l'autre.

Etabli à Stockholm depuis 1966, le Sipri est un institut international indépendant et spécialisé dans les conflits, les armements, le contrôle des armes et le désarmement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2012 à 10:11 :
J'aime beaucoup l'Allemagne, troisème exportateurs avec ses 9% et en même temps avec une image propre dans ce domaine. Ils sont fort quand même.
Réponse de le 19/03/2012 à 11:42 :
+1
Très fort. La compétitivité allemande est incroyable.
Réponse de le 19/03/2012 à 11:42 :
C'est que l'aigle caquète beaucoup moins que le poulet....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :