Sauvetage de Lufthansa : Ryanair saisira la justice sur le feu vert de l'UE pour atteinte au droit de la concurrence

 |   |  443  mots
Ryanair a déjà saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la compagnie scandinave SAS et à Air France par leurs gouvernement nationaux respectifs.
Ryanair a déjà saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la compagnie scandinave SAS et à Air France par leurs gouvernement nationaux respectifs. (Crédits : RALPH ORLOWSKI)
Par la voix de son directeur juridique, la compagnie à bas coûts irlandaise s'est insurgée contre le plan d'aide de 9 milliards d'euros accordé à Lufthansa notamment, parce qu'il "va bien plus loin que la simple résolution d'un problème de liquidité", ajoutant que "la pandémie n'est pas une excuse pour ignorer le droit de la concurrence".

La compagnie aérienne irlandaise Ryanair a annoncé jeudi qu'elle allait contester devant la justice européenne le feu vert de Bruxelles au plan de sauvetage de 9 milliards d'euros du géant Lufthansa par le gouvernement allemand, estimant qu'il allait fausser la concurrence.

"Jusqu'ici, nous avons fait appel de toutes les décisions de la Commission approuvant les aides des gouvernements aux compagnies aériennes [décidées en raison de l'impact du coronavirus, Ndlr] et c'est la même chose pour le feu vert d'aujourd'hui à Lufthansa", a dit le directeur juridique de Ryanair, Juliusz Komorek, lors d'un point téléphonique.

Ryanair a déjà saisi la justice européenne concernant les aides accordées à la compagnie scandinave SAS et à Air France par leurs gouvernement nationaux respectifs.

Lire aussi : "C'est une honte d'avoir aidé Air France" (Edward Wilson, CEO de Ryanair)

Pour Lufthansa, "nous allons faire appel dès que l'intégralité de la décision sera publiée par la Commission", a-t-il ajouté.

"La pandémie de coronavirus ne peut pas être une excuse" pour ignorer le droit de la concurrence, a-t-il continué.

Trop peu de contreparties en échange des 9 milliards, selon Ryanair

Il s'est insurgé sur le peu de contreparties demandées à Lufthansa (1% des créneaux d'atterrissages et de décollages de la compagnie à Francfort et Munich, selon lui) en échange des 9 milliards d'euros d'aide accordés.

"Et le plan d'aide va bien plus loin que la simple résolution d'un problème de liquidité", a-t-il ajouté. "Les problèmes de liquidité des compagnies aériennes sont les seules justifications concevables pour des aides d'État aux transporteurs dans la crise actuelle", a-t-il affirmé.

Il réagissait quelques heures après l'annonce par communiqué de presse de la Commission de son feu vert au plan d'aide du gouvernement allemand, qui passe par une recapitalisation du premier groupe de transport aérien européen à hauteur de 6 milliards d'euros.

Cette recapitalisation fait partie d'un plan de sauvetage plus vaste, qui prévoit aussi une garantie d'État sur un prêt de 3 milliards d'euros, que Berlin prévoit d'accorder à la compagnie dans le cadre d'un régime d'aide déjà approuvé par Bruxelles en mars.

Le plan d'aide allemand, qui porte donc sur un total de 9 milliards d'euros, prévoit le retour à hauteur de 20% de l'État dans le capital de Lufthansa, plongée comme l'ensemble du secteur dans une crise sans précédent. Il doit être soumis ce jeudi au vote des actionnaires de l'entreprise, réunis en assemblée générale.

Lire aussi : Transport aérien : une sanglante guerre des prix se profile avant une consolidation du marché

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/06/2020 à 17:19 :
Ryanair, est une compagnie installée dans un Paradis Fiscal, qui se contrefout du droit du travail, adepte du dumping social.
Ryanair pourrait disparaître que ce ne serait pas une grosse perte pour le transport aérien, les usagers, les employés et la planète.
Réponse de le 25/06/2020 à 19:27 :
Je suis plutôt d'accord, difficile de pleurer sur le sort de cette entreprise. Mais exploiter les failles de l'UE fait partie intégrante de leur business model, donc cette tentative de blocage n'est pas surprenante.
Réponse de le 30/06/2020 à 1:16 :
Dans ce cas il y aura un Irlandexit peut etre.Excusez moi les francais mais les autres europeens ne sont pas obliges de travailler pour l'Allemagne si vous ne voyez pas un probleme dans ca.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :