Immobilier : le patron de Saint-Gobain réclame un « plan Marshall de la rénovation »

Benoît Bazin, le directeur général de Saint-Gobain, fleuron français des matériaux de construction, plaide en faveur d'un « plan Marshall de la rénovation » des bâtiments, logements, bureaux ou administrations. Pour lui, les aides au coup par coup pour aider les propriétaires à mieux isoler leurs habitats ne sont pas suffisantes.
Le groupe de matériaux produit des plaques de plâtre et de verre dans de nombreux pays.
Le groupe de matériaux produit des plaques de plâtre et de verre dans de nombreux pays. (Crédits : CHARLES PLATIAU)

Quand le bâtiment va tout va. Cet adage pourrait être finalement une des solutions pour répondre aux enjeux pluriels du climat, du pouvoir d'achat, et des réductions d'énergie. C'est en tout cas ce que défend le directeur général de Saint-Gobain. A l'occasion de l'inauguration du salon Batimat à Paris, Benoît Bazin a plaidé en faveur d'un « plan Marshall de la rénovation » des bâtiments, logements, bureaux ou administrations. Pour lui, les aides au coup par coup pour aider les propriétaires à mieux isoler leurs habitats ne sont pas suffisantes.

« Il faudrait lancer une sorte de plan Marshall de la rénovation, car on voit que la construction peut être à la fois une solution pour la décarbonation de l'économie, le climat, le bien vivre ensemble, le pouvoir d'achat et le confort », a déclaré le PDG du groupe de matériaux.

Accélérer les rénovations globales

Selon lui, « il faut changer d'ordre de grandeur et accélérer sur les rénovations globales de bâtiments » au lieu d'accorder des aides au coup par coup sur des « simples gestes » comme l'installation d'une pompe à chaleur, un changement de fenêtres, ou l'installation de lampes à led.

« Installer une pompe à chaleur dans un appartement mal isolé, c'est comme utiliser la climatisation dans une voiture fenêtres ouvertes », a-t-il insisté en rappelant que la France compte « cinq millions de logements qui sont des passoires énergétiques ».

Il y a en effet encore beaucoup à faire dans le domaine de la rénovation des bâtiments. Selon une étude de l'Observatoire national de la rénovation énergétique (ONRE) publiée l'été dernier, la France compterait 5,2 millions de « passoires énergétiques » sur 30 millions de résidences principales. Soit plus que lors de la précédente estimation en 2018 (4,8%).

La loi Climat et Résilience votée en 2021, et mise en place progressivement, vise à encourager les propriétaires à engager des travaux d'isolation. Les logements mal isolés, dits « passoires thermiques » ou « énergétiques », sont progressivement considérés comme indécents au regard de la loi. Pour aider et encourager les particuliers à se lancer dans des travaux, des aides de l'Etat sont disponibles, comme le programme « Ma Prime Renov », qui doivent être augmentées à quelque 2,5 milliards selon le projet de loi de finances pour 2023 (au lieu de 2 milliards en 2022).

Solliciter davantage les banques

Le patron de Saint-Gobain voudrait aller plus loin et aimerait aussi « embarquer » les banques sur le sujet de la rénovation énergétique des bâtiments, grand chantier qui va durer des années selon lui. « En France, les banques ne prennent pas de risque sur le bien immobilier mais raisonnent uniquement en termes de risque sur l'emprunteur et que le logement soit en catégorie (énergétique) G ou A, elles s'en moquent (...) or les prêteurs devraient s'intéresser à ce sujet dans un environnement où l'énergie va coûter quatre fois plus cher, et où la capacité à rembourser un emprunt peut en être affectée », a-t-il dit. « Le pouvoir d'achat sera d'autant meilleur que l'emprunteur ne dépense pas son salaire dans sa facture énergétique ».

Alors que l'industrie du verre, très consommatrice de gaz et d'électricité, subit de plein fouet la hausse des coûts de l'énergie, le groupe de matériaux, qui produit des plaques de plâtre, du verre dans de nombreux pays, n'a subi « aucune fermeture d'usine » liée au renchérissement de l'énergie, a indiqué Benoît Bazin. Sa couverture énergétique était assurée à 80% en 2022, et l'est à 60% pour 2023.

Par ailleurs, Benoît Bazin a indiqué que son groupe, présent dans 75 pays et qui a quintuplé ses bénéfices en 2021 à 2,5 milliards d'euros, envisage le recyclage des matériaux de façon « stratégique », et qu'il va « monter en puissance » sur ce sujet. Saint-Gobain va aussi s'intéresser aux sujets liés au « traitement de l'air », a-t-il dit. Pour rappel, la construction est responsable de près de 40% des émissions de gaz à effet de serre mondiales selon l'Onu, dont 28% liées à l'utilisation de l'énergie (lumière, chauffage, climatisation), et 11% aux matériaux.

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 07/10/2022 à 10:11
Signaler
Bonjour, je remarque que beaucoup de maisons vides sont en fait des bien devenus inhabitables (passoires thermiques, fuites toitures, chauffage défaillant, installation eau vétuste, installation électrique vétuste...) Les propriétaires qui n'ont pas ...

à écrit le 04/10/2022 à 14:36
Signaler
Vite des subventions sans condition pour les ponctionnaires du CAC 40 aux rémunérations pharaoniques...

à écrit le 04/10/2022 à 10:30
Signaler
L'innovation dans le secteur de la la rénovation est encore très insuffisante pour atteindre une productivité capable de baisser les couts. On paye le retard technologique dans le secteur du batiment. Quand un chantier de la rénovation sera automa...

à écrit le 04/10/2022 à 8:34
Signaler
Selon la règle qu'une horloge cassée donne quand même deux fois la bonne heure par jour. En effet notre patrimoine immobilier se meure et ne peut attendre des politiques au coup par coup. Il y a certainement quelques bâtiments à détruire mais la plup...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.