Smart city : la donnée, nouvelle matière première des géants du BTP

 |  | 1252 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : DR)
De Vernon (Eure) à Yaoundé (Cameroun), en passant par Angers et Canberra, Bouygues, Eiffage, NGE et Vinci proposent toujours plus d'offres "villes intelligentes" aux collectivités. Les majors du BTP doivent encore jongler entre les données publiques et les responsabilités juridiques afférentes.

Avant d'atteindre le zéro carbone en 2050, conformément à la stratégie nationale bas-carbone, les collectivités locales vont-elles devenir des "territoires zéro", c'est-à-dire des villes sans déchet ni embouteillage grâce aux données et à l'intelligence artificielle ? "Tout converge en ce sens mais il y a des risques, à savoir que les plateformes mondialisées ou des Etats imposent leurs règles, ou encore l'algocratie, autrement dit que les algorithmes décident de tout, y compris des sujets éthiques", relève Guillaume Cordonnier, responsable de l'activité "smart cities et mobilité" chez Capgeminini et co-auteur d'un rapport intitulé "Données, territoires et citoyens: repenser le modèle opérationnel du territoire pour concilier données et démocratie".

Le dernier mot sur les données

En avril 2019 à Dijon, Capgemini a inauguré une smart city aux côtés de Bouygues, Citelum, EDF, Keolis et Suez - lui-même co-lauréat à Angers. Dans un bâtiment de 1.200 mètres carrés, la cité des ducs de Bourgogne a installé un centre d'information et de veille opérationnelle, avec des écrans remontant en direct les captations de 115 caméras, ainsi qu'un opérateur de l'ensemble des mobilités. De même qu'à l'étage, un "bocal" héberge une cellule de crise censée faciliter la coordination entre les moyens et les équipes d'intervention, et un portail téléphonique pour répondre aux questions des habitants.

Lire aussi : À Dijon, dans le cockpit de la ville du futur

Pour un coût total de 105...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2020 à 15:32 :
Je préfère mon village idiot, sans la fibre ni même un feu rouge (le nec plus ultra du bourgeois) une seule boulangerie.
C'est pas votre ville connectée qui me dira ou trouver un parking gratuit pour faire les corvées obligatoires d'un campagnard qui s'en passerait bien.
a écrit le 17/11/2020 à 11:11 :
le monde est pave de bonnes intentions
y a un challenge data science sur le sujet au college de france
vu la tete des donnees, y a franchement des trucs qui font sourire
bon, j'attend de voir les profils recrutes pour traiter tout ca.... certainement des bac, bac- 2 avec un doctorat en datascience, comme on dit en france
a écrit le 17/11/2020 à 9:35 :
"Smart City", un joli nom pour redéfinir la ville. Cependant la ville restera la ville, c'est à dire un lieu pas très "smart". Gris et insecure.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :