La vraie liste des licornes de la French Tech

Même si elle reste à bonne distance du Royaume-Uni, de la Chine et des Etats-Unis, la France s'est pleinement lancée dans la course aux licornes -ces startups non cotées valorisées au moins un milliard de dollars. Après un début d'année en fanfare -pas moins de 5 nouvelles licornes lors du seul mois de janvier 2022-, le refroidissement mondial de la tech a cassé cette dynamique. Mais après quatre mois de disette, EcoVadis devient la 25è licorne de la French Tech, et la 24è licorne active. Qui sont les autres champions de la French Tech et que font-ils ? La Tribune passe au crible l'ensemble des licornes tricolores.
Sylvain Rolland

33 mn

La France a atteint l'objectif de 25 licornes en 2025 fixé en 2019 par Emmanuel Macron dès janvier 2022, avec trois ans d'avance.
La France a atteint l'objectif de 25 licornes en 2025 fixé en 2019 par Emmanuel Macron dès janvier 2022, avec trois ans d'avance. (Crédits : La Tribune)

[Article mis à jour le 14 juin 2022]

De deux licornes en 2017 à 24 -actives- en juin 2022 avec la levée de fonds spectaculaire -500 millions de dollars- d'EcoVadis. En cinq ans, la French Tech a parcouru un énorme chemin pour s'imposer parmi les pays les plus dynamiques de la tech mondiale. En début d'année, le président Emmanuel Macron a même annoncé le franchissement du cap symbolique des 25 licornes. En réalité, ce n'était pas encore le cas, comme le montre cette liste, car pour revendiquer ce statut et l'aura qui va avec, une startup doit cumuler deux caractéristiques : être valorisée au moins un milliard de dollars, et ne pas être cotée en Bourse. Or, certaines pépites désignées comme des licornes n'en sont pas en réalité (voir plus bas). Quoi qu'il en soit, les cocoricos traduisaient un dynamisme bien réel : la France rattrape vite son retard et fait naître dans ses territoires des startups aux ambitions mondiales.

Lire aussi 13 mnSouveraineté, Bourse, Gafam, taille critique, mixité : les cinq faiblesses de la French Tech

Un écosystème solide mais qui tangue en 2022

Toujours très loin des Etats-Unis et de la Chine, qui comptent chacun plusieurs centaines de licornes, et du Royaume-Uni (une centaine), la France cueille enfin les fruits d'une politique résolument tournée vers le financement de l'innovation depuis le début des années 2010. Grâce à la création de la Mission French Tech en 2012, et surtout de la mobilisation à coups de milliards d'euros de Bpifrance pour combler, un à un, tous les "trous" de l'écosystème privé du financement de la tech -de l'amorçage au late stage, en passant par le plan Tibi mobilisant des investisseurs institutionnels pour les très gros tours de table et l'entrée en Bourse-, l'Hexagone a engrangé ces dernières années un écosystème solide de startups -près de 20.000- et enregistré l'arrivée de nombreux investisseurs capables de les financer. Le dynamisme est tel que les investisseurs étrangers, qui ont longtemps boudé la France, sont revenus et financent de plus en plus de pépites tricolores.

De leur côté, plus les startups sont nombreuses et lèvent des fonds, plus certaines réussissent à sortir du lot, grandir et avoir besoin de financements encore plus conséquents pour tenter de devenir des leaders mondiaux de leur secteur. Ce cercle vertueux permet à la startup de gonfler sa valorisation à chaque tour de table, d'autant plus si les montants sont importants, ce qui finit par la transformer en licorne. Ainsi, le nombre de levées de fonds supérieures à 100 millions d'euros explose depuis quelques années, engrangeant mécaniquement une floppée de nouvelles licornes : 2 nouvelles en 2019 (Doctolib, Ivalua), 3 en 2020 (ContentSquare, Voodoo, Mirakl) et pas moins de 11 en 2021 (Vestiaire Collective, Alan, IAD, Shift Technology, Back Market, Ledger, ManoMano, Sorare, Swile, Dental Monitoring, Lydia), année record pour la tech tricolore avec plus de 11 milliards d'euros levés par ses pépites.

2022 semblait continuer sur cette spectaculaire lancée : rien qu'au mois de janvier, cinq nouvelles licornes se sont ajoutées à la liste : Payfit, Ankorstore, Qonto, Exotec et Spendesk. Toutes ces opérations s'étaient négociées en fin d'année 2021, au plus fort de l'euphorie autour des valeurs tech. Mais patatras : le durcissement de la politique monétaire avec la remontée actée des taux, et les tensions internationales -guerre en Ukraine, crise d'approvisionnement- ont entraîné dès février la plus grande crise boursière de la tech depuis l'explosion de la bulle Internet au début des années 2000. Ce refroidissement violent et imprévu s'est traduit par une chute des levées de fonds. Particulièrement pour les très gros tours de table : l'environnement pour entrer en Bourse étant mauvais, les investisseurs se montrent plus frileux avec leur argent et les conditions se durcissent pour les entrepreneurs.

De fait, après s'être habitué à accueillir au moins une licorne par mois sur les 13 derniers mois, l'écosystème tech français n'a engendré aucune nouvelle licorne entre fin janvier et mi-juin en France, soit une disette de plus de quatre mois. La levée de fonds spectaculaire de 500 millions de dollars d'EcoVadis, première nouvelle licorne tricolore post-crise, est à ce titre d'autant plus impressionnante.

Pourquoi OVHCloud, Owkin, Aircall, Younited, Meero et Veepee ne sont pas ou plus des licornes françaises

Le nombre de licorne évolue sans cesse, car les startups n'ont pas vocation à rester des licornes toute leur vie : elles peuvent changer de dimension pour devenir des géants de leur secteur, entrer en Bourse, se faire racheter, ou encore mourir. La différence d'une unité entre le nombre de licornes (25) et celui des licornes actives (24) s'explique par la sortie d'OVHCloud, en octobre dernier. Le champion français du cloud, intégré dans le club des licornes en 2016, est entré en Bourse fin 2021. Mais une licorne est forcément une entreprise non-cotée.

La Tribune a également choisi de ne pas inclure dans cette liste Aircall (télécoms professionnelles) et Owkin (intelligence artificielle dans la santé), deux startups pourtant fondées en France par des Français, et qui sont devenues des licornes en 2021. La raison : même si elles gardent des bureaux et des emplois dans l'Hexagone, leur siège social a été déplacé à New York il y a déjà plusieurs années. Elles sont donc désormais des entreprises américaines et viennent gonfler la liste des licornes des Etats-Unis.

Contrairement au décompte de Bercy, nous avons aussi choisi de ne pas inclure Veepee (e-commerce), car l'entreprise, bien que membre du Next40, ne peut plus, à notre avis, être considérée comme une startup. Agé de 21 ans, Veepee est depuis longtemps devenu un géant de son secteur. En 2020, le groupe a réalisé 3,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires et employait 5.500 personnes dans le monde. Surtout, Veepee ne répond plus à deux caractéristiques typiques des startups, c'est-à-dire l'hyper-croissance et le financement par le capital-risque.

Egalement présent dans la liste de Bercy, Meero ne peut pas selon nous être considéré comme une licorne. Le logiciel de retouches de photos grâce à l'intelligence artificielle a été présenté comme tel en juin 2019, à la faveur de sa levée de fonds de 205 millions d'euros. Mais depuis, investisseurs et spécialistes considèrent que l'entreprise n'a en réalité jamais atteint ce niveau de valorisation. D'après nos informations, sa véritable valorisation lors de sa levée de fonds de 2019 était aux alentours de 600 millions d'euros. Le fait que Meero n'est pas une licorne est même un secret de polichinelle dans l'écosystème de la French Tech.

Enfin, contrairement à d'autres médias, nous ne faisons pas entrer la fintech Younited dans la liste. Même si le site de référence Dealroom indique pour la startup une valorisation de licorne, l'entreprise n'a pas confirmé ce statut et ne figure pas dans la liste des licornes tricolores de Bercy. Ceci dit, ce n'est certainement que provisoire.

Liste des 24 licornes françaises actives

  • 24. EcoVadis

Secteur : logiciel

Devenue une licorne en : juin 2022, lors d'une levée de fonds de 500 millions de dollars (479,6 millions d'euros)

Dernière valorisation connue : non-communiqué

Date de création : 2007

EcoVadis développe la première plateforme collaborative de notation de la responsabilité sociétale (RSE) des entreprises. Son logiciel nourri à l'intelligence artificielle permet aux donneurs d'ordres, notamment les grands groupes industriels, d'évaluer une vingtaine de critères de RSE (performance environnementale, biodiversité, qualité de vie au travail,  diversité, inclusion...) de leurs fournisseurs. Le but : flécher les achats vers les entreprises les plus responsables. Et changer les pratiques, notamment dans les secteurs plus opaques de la supply chain. En juin 2022, EcoVadis est également devenue une entreprise à mission au sens de la loi Pacte, et revendique 95.000 entreprises clientes dans 175 pays, ainsi que plus de 1.300 salariés dans le monde.

Lire aussi 4 mnFrench Tech : EcoVadis devient une licorne en levant 500 millions de dollars

  • 23. Spendesk

Secteur : fintech

Devenue une licorne en : janvier 2022, lors d'une levée de fonds de 100 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 1 milliard d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2016

Spendesk édite une plateforme de gestion des dépenses professionnelles (factures, achats, notes de frais...) à destination des entreprises qui comptent entre 50 et 1.000 salariés. Elle suit un modèle désormais classique dans la tech de software-as-a-service (SaaS), c'est-à-dire de vente par abonnement. "Nous remplaçons des processus internes lourds et des logiciels qui ne couvrent qu'une partie des problématiques. Notre objectif est de simplifier et décentraliser le fonctionnement des achats pour offrir une meilleure autonomie à tous les employés de nos clients", résume à La Tribune Rodolphe Ardant, cofondateur et CEO de Spendesk.

Lire aussi 5 mnSpendesk lève 100 millions d'euros et devient la 7ème licorne fintech française

  • 22. Exotec

Secteur : robotique industrielle

Devenue une licorne en : janvier 2022, lors d'une levée de fonds de 335 millions de dollars (293 millions d'euros)

Dernière valorisation connue : 1,75 milliard d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2017

Basée à Croix, près de Roubaix, un bassin d'emploi frappé par la désindustrialisation et tout près d'OVHCloud, la startup équipe déjà les entrepôts de plusieurs géants mondiaux de la distribution (Carrefour, Uniqlo...) avec ses flottes de "Skypods" -de petits robots organisés en ruches, qui participent à la préparation des commandes. Sa vision : placer des machines à chaque endroit stratégique de la chaîne logistique. Exotec est la première licorne industrielle française.

Lire aussi 9 mnFrench Tech : Exotec, cette première licorne industrielle qui veut multiplier ses revenus par... 10 d'ici à 2025

  • 21. Qonto

Secteur : fintech

Devenue une licorne en : janvier 2022, lors d'un tour de table de 486 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 4,4 milliards d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2016

Alors que de nombreuses néobanques, comme Nickel (détenue par BNP Paribas), l'allemande N26 ou encore la britannique Revolut, visent les particuliers, Qonto a été la première en France à se concentrer sur les PME et professionnels. Un marché non négligeable (la France compte 3,8 millions de PME, microentreprises incluses) et en croissance. Sa promesse : faciliter le quotidien des entrepreneurs et des dirigeants d'entreprises pour leur permettre de bénéficier des mêmes innovations que les particuliers. La startup vise un million de clients en 2025. Sa cinquième levée de fonds l'a propulsée au rang de licorne française la mieux valorisée de la French Tech le temps... d'une demi-journée, détrônée par Back Market qui est la première startup de la French Tech à dépasser les 5 milliards d'euros de valorisatiokn (5,1 milliards).

Lire aussi 4 mnFintech : Qonto rafle la mise pour sa cinquième levée de fonds et devient la plus grosse licorne française

  • 20. Ankorstore

Secteur : logiciel

Devenue une licorne en : janvier 2022, lors d'une levée de fonds de 250 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1,75 milliard d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2019

Seulement deux ans pour devenir une licorne : la place de marché Ankorstore incarne parfaitement la pépite qui a explosé grâce à la crise du Covid-19. Comme Mirakl ou ManoMano avant elle, Ankorstore creuse le sillon de l'alternative à Amazon pour le petit commerce. Sa plateforme met en relation des commerçants indépendants avec un large choix de fournisseurs, leur donnant ainsi un moyen d'élargir plus facilement leur produits disponibles. En janvier 2022, l'entreprise revendique 200.000 commerçants indépendants européens clients, et 15.000 marques côté fournisseurs, pour environ un million de produits dans l'épicerie, la beauté, la maison, la mode et l'univers enfant.

Lire aussi 4 mnNouvelle licorne française : Ankorstore valorisée 1,75 milliard d'euros deux ans après sa création

  • 19. Payfit

Secteur : ressources humaines / fintech

Devenue une licorne en : janvier 2022, lors d'une levée de fonds de 254 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1,82 milliard d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2015

A mi-chemin entre le logiciel RH et la fintech, Payfit a trouvé un marché prolifique qui lui permet de devenir une licorne moins de six ans après sa création. La pépite parisienne s'est fait un nom grâce à son logiciel qui permet aux entreprises d'automatiser la gestion financière des ressources humaines -paie, déclarations sociales, congés, notes de frais... Implantée en France, en Allemagne, en Espagne et au Royaume-Uni, Payfit revendique plus de 6.000 entreprises clientes (le double d'il y a deux ans et demi), gère d'environ 150 000 salariés, et emploie environ 700 personnes. Son chiffre d'affaires s'élevait à environ 40 millions d'euros en 2021, en croissance de 70%. Sa levée de fons de 254 millions d'euros devrait lui permettre de grimper à 9.000 clients fin 2022 et de recruter 400 employés supplémentaires.

  • 18. Lydia

Secteur : fintech

Devenue une licorne en : décembre 2021, lors d'une levée de fonds de 91 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (environ 880 millions d'euros).

Date de création : 2011

Les ambitions de l'application de paiement Lydia - qui a bouclé son troisième tour de table en deux ans - sont à la mesure de ses financements successifs. La fintech poursuit sa stratégie de développement autour d'une « super app » de services financiers, pour écrire le futur des services bancaires. L'application de paiement préférée des étudiants, devenue une plateforme de services financiers, revendique près de 5,5 millions d'utilisateurs et vise désormais 10 millions de clients en Europe, avec comme premier objectif à l'international, le marché espagnol.  « Nous avons débuté avec le service de paiement, principalement le transfert d'argent P2P. Nous avons ensuite complété cette offre avec la panoplie complète des services de paiement, du compte avec un IBAN (identifiant bancaire, NDLR), des cartes de paiement, des cartes virtuelles à usage unique, le prélèvement, le virement instantané. Nous développons une offre par cercles concentriques, autour du paiement, ce qui ressemble finalement beaucoup à la relation que noue un client avec sa banque au fil des ans », résume le dirigeant », résume le cofondateur Cyril Chiche.

Lire aussi 8 mnLydia, nouvelle licorne qui veut révolutionner les services bancaires

  • 17. Dental Monitoring

Secteur : e-santé

Devenue une licorne en : octobre 2021, lors d'une levée de fonds de 150 millions de dollars (128,8 millions d'euros)

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (909 millions d'euros, octobre 2021)

Date de création : 2013

Première licorne du marché dentaire, la startup française propose des solutions de soins connectés aux professionnels de santé et à leurs patients. Elle est la première et la seule entreprise à proposer des téléconsultations à tous les professionnels dentaires. Sa technologie basée sur l'intelligence artificielle permet également le suivi à distance des traitements et des appareils. À ce jour, plus d'un million de patients dans plus de 50 pays ont pris plus d'un milliard d'images intra-orales sur la plateforme DentalMonitoring.  La startup compte désormais Mérieux Equity Partners à son capital, avec l'ambition de poursuivre son développement à l'international et de recruter 400 employés supplémentaires, en plus de 400 déjà présents dans 18 pays.

  • 16. Swile

Secteur : fintech

Devenue une licorne en : octobre 2021, lors d'une levée de fonds de 200 millions de dollars (175 millions d'euros).

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (909 millions d'euros, octobre 2021)

Date de création : 2018

En quatre ans à peine, la super-app des avantages salariaux dématérialisés, notamment les tickets restaurants, revendique déjà 13% du marché en France. Parmi ses 15.000 clients et 500.000 utilisateurs figurent des fleurons de la tech comme Doctolib, Spotify, Airbnb ou Tiktok, mais aussi des entreprises de tous les secteurs et de toutes les tailles, à l'image du groupe Le Monde, le PSG ou encore Red Bull. En levant 200 millions de dollars auprès du japonais Softbank, Swile vise le doublement de ses effectifs en un an (de 500 à 1000 employés) et surtout, la poursuite de sa conquête du monde, à commencer par l'immense marché latino-américain où la startup dispose déjà de 120 salariés au Brésil.

Lire aussi 8 mnSwile lève 200 millions de dollars et devient la 19e licorne française

  • 15. Sorare

Secteur : divertissement

Devenue une licorne en : septembre 2021, lors d'une levée de fonds de 680 millions de dollars (580 millions d'euros).

Dernière valorisation connue : 3,7 milliards d'euros (septembre 2021)

Date de création : 2018

En levant 680 millions de dollars (environ 580 millions d'euros) auprès du japonais Softbank, à peine quelques mois après son premier tour de table de 40 millions d'euros en février, Sorare a explosé le record de fonds levés par une pépite française. Son innovation ne va pas contribuer à résoudre les grands problèmes de ce monde, mais elle pourrait en revanche bouleverser celui des fantasy leagues, ces compétitions entre fans de sports sur Internet, et des cartes à collectionner. Concrètement, Sorare est une plateforme qui permet aux fans d'acheter des cartes à collectionner d'une certaine rareté à l'effigie de joueurs des vraies ligues de football (comme Lionel Messi), pour les garder ou les revendre. Ces cartes sont délivrées grâce à des NFT (non fungible tokens), c'est-à-dire des jetons numériques uniques inscrits dans la blockchain, ce qui permet aux joueurs de garantir facilement leur authenticité et de les revendre avec une plus-value... Les cartes ouvrent en plus l'accès à des championnats en ligne contre d'autres joueurs, et les victoires font prendre de la valeur à la collection. En septembre 2021, Sorare revendiquait 600.000 inscrits sur sa plateforme (x30 en un an) et un chiffre d'affaires de 150 millions de dollars depuis le début de l'année, suffisant pour -déjà- en faire une entreprise rentable.

Lire aussi 5 mnCartes à collectionner, NFT et football : le cocktail explosif derrière le succès de Sorare

  • 14. ManoMano

Secteur : e-commerce (marketplace de vente de produits de jardinage et bricolage)

Devenue une licorne en : juillet 2021, lors d'une levée de fonds de 355 millions de dollars (299 millions d'euros)

Dernière valorisation connue : 2,6 milliards de dollars (juillet 2021)

Date de création : 2013

ManoMano est le leader européen de la vente en ligne de produits de bricolage et de jardinage. Sa croissance exponentielle depuis sa création en 2013 lui a permis de réaliser une levée de fonds par an et de s'implanter en France et en Europe, tout en développant une offre pour les professionnels du bâtiment, ManoMano Pro.

Lire aussi 4 mnManoMano, le Amazon français du bricolage, valorisé 2,6 milliards de dollars après une méga-levée de fonds

  • 13. Ledger

Secteur : cybersécurité

Devenue une licorne en : juin 2021, lors d'une levée de fonds de 312,4 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1,26 milliard d'euros (juin 2021)

Date de création : 2015

Ledger, dont le siège est à Paris, gère une plateforme appelée Ledger-Live qui gère et sécurise les portefeuilles de cryptomonnaies. Pour Pascal Gauthier, Pdg de Ledger, l'ambition de la startup est de passer "du statut de principale société de sécurité des actifs numériques à celui de passerelle sécurisée vers l'ensemble de l'écosystème des actifs numériques". Une industrie en plein boom, qui se démocratise à grande vitesse et qui est appelée à remodeler l'ensemble du secteur financier. Au point que certains experts citent Ledger parmi les potentiels futurs géants européens de la tech appelés à une valorisation de plus de 100 milliards d'euros dans quelques années.

  • 12. Back Market

Secteur : e-commerce (électronique reconditionnée)

Devenue une licorne en : mai 2021, lors d'une levée de fonds de 276 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 5,1 milliards d'euros (janvier 2022)

Date de création : 2014

Back Market est une place de marché dédiée aux produits électriques et électroniques reconditionnés, c'est-à-dire remis à neuf pour être revendus. La startup revend des smartphones, tablettes, ordinateurs portables, téléviseurs, matériel hi-fi, consoles de jeu, appareils électroménagers ou encore des montres connectées. Contrairement à son concurrent Recommerce, qui se restreint au smartphone et "nettoie" lui-même les produits qu'il commercialise, Back Market met directement en relation le client final avec le reconditionneur, ce qui lui permet de se positionner en tiers de confiance et de limiter ses coûts. Ainsi, le consommateur achète des produits réparés, vérifiés et garantis, directement aux usines de reconditionnement certifiées, ainsi qu'aux distributeurs et aux marques grand public qui reconditionnent leurs appareils. Les prix, comparables à ceux des concurrents, sont inférieurs de 30% à 70% au prix du neuf. Back Market prend 10% de la transaction. Les consommateurs peuvent aussi revendre leurs appareils aux usines, en passant par la plateforme.

Lire aussi 3 mnBack Market valorisé 5,1 milliards d'euros : un nouveau record pour la French Tech

  • 11. Shift Technology

Secteur : assurance

Devenue une licorne en : mai 2021, lors d'une levée de fonds de 185 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (mai 2021)

Date de création : 2013

Shift Technology propose un logiciel qui automatise les procédés, encore très manuels, de détection de fraudes chez les assureurs. Basée sur des technologies d'intelligence artificielle, l'offre de Shift Technology permet non seulement de détecter de nouveaux cas de fraudes, comme des réseaux en bandes organisées, mais aussi de les détecter plus rapidement. Shift Technology entend créer d'ici à deux ans en France "le plus important pôle mondial de data science dédié au secteur de l'assurance, constitué de plus de 300 data scientists".

  • 10. IAD

Secteur : immobilier

Devenue une licorne en : avril 2021, lors d'une levée de fonds de 300 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 1,2 milliard d'euros (avril 2021)

Date de création : 2008

IAD est un réseau immobilier qui n'a jamais eu d'agences physiques mais qui fédère environ 15.000 conseillers en Europe et Amérique centrale, dans les six pays où il est présent : France, Portugal, Espagne, Italie, Mexique et Allemagne. Sa particularité : un fonctionnement 100% numérique. Pas de frais fixes liés à un loyer ou à du matériel, mais l'abonnement à une plateforme de services logiciels, juridiques et rédactionnels, comme l'acte authentique. Après avoir levé 300 millions d'euros en février 2021, le groupe vient de réaliser, sur les douze derniers mois, 400 millions d'euros de chiffre d'affaires dont 385 millions en France. Résultat : il se hisse à la première place des vendeurs hexagonaux avec 5% des parts de marché, contre 3,6% en juin 2020.

Lire aussi 4 mnImmobilier: déjà leader, le transactionnaire iad veut doubler ses parts de marché

  • 9. Alan

Secteur : assurance

Devenue une licorne en : avril 2021, lors d'une levée de fonds de 220 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1,4 milliard d'euros (avril 2021)

Date de création : 2016

De « l'assurance santé centrée sur l'humain ». Telle est le proposition de valeur d'Alan. Dotée d'un agrément d'assureur depuis 2016 -le premier obtenu par une entreprise française depuis les années 1980-, l'Assurtech parisienne revendique plus de 155.000 membres et plus de 100 millions d'euros de chiffre d'affaires. Sa force : la simplicité d'une offre 100% digitale, en rupture avec la complexité et l'opacité des mutuelles classiques.

Lire aussi PODCAST « 40 nuances de Next » avec Jean-Charles Samuelian, Alan

  • 8. Vestiaire Collective

Secteur : e-commerce (produits de luxe de seconde main)

Devenue une licorne en : mars 2021, lors d'une levée de fonds de 178 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1 milliard d'euros (mars 2021)

Date de création : 2009

Acheter du "seconde main", c'est-à-dire des vêtements ayant déjà été portés, a été longtemps perçu comme dévalorisant, et notamment dans le secteur très guindé du luxe. Vestiaire Collective a donc été patient : lancée en 2009, la startup a patiemment bâti sa communauté, travaillé son expérience client, et conquis peu à peu l'international, jusqu'en Asie, au Moyen-Orient et aux Etats-Unis. Aujourd'hui, avec l'explosion du commerce en ligne depuis la crise du coronavirus et l'essor de la conscience environnementale, le seconde main devient tendance et Vestiaire Collective, qui a contribué à faire sauter ces verrous, en est l'un des premiers à en profiter. Soutenue par le géant du luxe Kering (Gucci, Yves Saint Laurent...), la pépite française revendiquait en mars 2021 11 millions de membres sur sa plateforme et 3 millions d'articles disponibles, partout dans le monde.

Lire aussi Comment Vestiaire Collective est devenue la 11e licorne de la French Tech

  • 7. Mirakl

Secteur : logiciel (édition et gestion de marketplaces)

Devenue une licorne en : septembre 2020, lors d'une levée de fonds de 255 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1,4 milliard d'euros (septembre 2020)

Date de création : 2011

Mirakl édite un logiciel de création et de gestion de marketplace, ou place de marché, un secteur en pleine croissance. Concrètement, une marketplace est un espace sur le site e-commerce qui est accessible aux vendeurs extérieurs. La promesse des marketplaces géantes comme Amazon ou son équivalent chinois, Alibaba, est de permettre aux vendeurs "partenaires" de profiter d'une visibilité inédite sur Internet pour les aider à séduire rapidement et simplement de nouveaux clients. Car bien souvent, créer son propre site Internet, s'occuper de la logistique ou encore, assurer un service client peut se révéler coûteux et fastidieux pour une entreprise. Avec, en septembre 2020, 300 clients dans le monde, Mirakl se cache entre autres derrière les places de marché de Carrefour, la Fnac-Darty et de Conforama. Sa traction, notamment en Europe, vient également du fait qu'elle incarne une alternative aux géants du Net américains et chinois pour les enseignes européennes.

Lire aussi La startup de la semaine : Mirakl veut s'imposer comme "l'arme anti-Amazon"

  • 6. Voodoo

Secteur : jeu vidéo (édition et gestion de jeux sur mobile)

Devenue une licorne en : août 2020.

Dernière valorisation connue : 1,2 milliard d'euros (août 2020)

Date de création : 2013

Inconnu du grand public, Voodoo est pourtant déjà un géant. La startup parisienne est numéro un en terme de nombre de téléchargements de jeux mobiles sur l'App Store, le magasin applicatif d'Apple. Car Voodoo développe, édite et distribue des jeux grand public, distribués sur l'App Store et sur Google Play, en partenariat avec plus de 400 studios dans le monde. La startup est notamment à l'origine des jeux Paper.io, Dune! et Snake vs Block. Sa première levée de fonds, en 2019, était de 172 millions d'euros, auprès de Goldman Sachs, qui a vite flairé le potentiel de cette jeune pousse hors normes. En 2020, le géant chinois Tencent a pris une participation minoritaire dans la startup -d'un montant de 400 millions d'euros-, qui a fait de l'entreprise une licorne.

  • 5. ContentSquare

Secteur : logiciel (analyse du comportement client)

Devenue une licorne en : mai 2020, lors d'une levée de fonds de 174 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 2,8 milliards d'euros (mai 2021)

Date de création : 2012

ContentSquare propose un logiciel d'analyse du comportement des internautes. Celui-ci permet à ses 750 clients dans le monde, dont 30 des 100 plus grandes entreprises mondiales, de comprendre très précisément ce que fait un client sur son site. Sa technologie peut analyser les moindres mouvements de la souris d'ordinateur et même les mouvements tactiles sur mobile : le "touch" (cliquer avec le doigt), le zoom ou encore le "swipe" (l'action de faire glisser du contenu sur l'écran pour passer d'une page à une autre). Son logiciel commercialisé en mode SaaS (software as a service), doté d'une interface pour visualiser et analyser les données, permet à ses clients d'augmenter l'engagement sur Internet, au téléphone et sur les applications, de réduire les coûts opérationnels et de maximiser les taux de conversion. En mars 2021, lors d'une levée de fonds de 408 millions d'euros, ContentSquare revendiquait des clients grands groupes dans les secteurs du luxe, du commerce, des médias, des télécommunications, du tourisme, de l'automobile, du BtoB et de la finance. Parmi eux : BMW, Gucci, Ikea, Microsoft, Rakuten, Sephora, Verizon ou encore Carrefour.

Lire aussi La licorne ContentSquare lève 408 millions d'euros et explose le record de la French Tech

  • 4. Ivalua

Secteur : fintech

Devenue une licorne en : mai 2019, lors d'une levée de fonds de 60 millions de dollars.

Dernière valorisation connue : 1,1 milliard de dollars (mai 2019)

Date de création : 2000

Pépite très discrète de la fintech française, Ivalua est un éditeur de logiciels de gestion des achats, qui permet à ses clients grands comptes d'optimiser leurs finances, jusqu'au paiement.

Lire aussi 4 mnEt si Ivalua était l'autre licorne de la Fintech française ?

  • 3. Doctolib

Secteur : santé

Devenue une licorne en : mars 2019, lors d'une levée de fonds de 150 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (mars 2019)

Date de création : 2013

Probablement la plus connue, avec BlaBlaCar, des startups françaises, Doctolib a révolutionné la prise de rendez-vous médicaux avec son site web et son application devenus incontournables. Peu avant la pandémie, Doctolib s'était également lancé dans la téléconsultation, qui a explosé lors des confinements et tend à devenir un nouvel usage dans la population.

Lire aussi 6 mnCoronavirus : explosion des téléconsultations en France, Doctolib grand gagnant

  • 2. Deezer

Secteur : streaming musical

Devenue une licorne en : juillet 2018, lors d'une levée de fonds de 160 millions d'euros.

Dernière valorisation connue : 1 milliard de dollars (juillet 2018)

Date de création : 2007

Toujours loin derrière les leaders Spotify, Amazon Music Unlimited et Apple Music, le champion français du streaming musical s'est fait un nom et a trouvé sa place sur le marché, notamment en France et au Moyen-Orient. Et c'est dans cette zone que ses perspectives de croissance sont les plus importantes. La plateforme de streaming a signé un « accord à long terme » avec Rotana, également société du prince Al-Walid. Rotana, qui se revendique comme le « premier producteur et distributeur de musique en langue arabe de la région et possède un catalogue comprenant plus de 13.000 titres et 2.000 vidéos ». Cet accord permet à Deezer de distribuer en exclusivité ce catalogue musical dans des marchés délaissés par ses concurrents et où le secteur du divertissement est en pleine croissance, notamment l'Égypte, l'Arabie Saoudite, la Turquie et les Émirats Arabes Unis.

Lire aussi 2 mnDeezer lève 160 millions d'euros pour se développer au Moyen-Orient

  • 1. BlaBlaCar

Secteur : mobilités

Devenue une licorne en : septembre 2015, lors d'une levée de fonds de 177 millions d'euros

Dernière valorisation connue : 1,6 milliard d'euros (mai 2021)

Date de création : 2006

La première licorne de la French Tech est forcément l'une des startups les plus emblématiques du pays. Son cofondateur, Frédéric Mazzella, a tapé dans le mille avec son idée de plateforme collaborative, qui met en relation des automobilistes et des voyageurs, ce qui permet au premier de diminuer le coût de son trajet et aux seconds de voyager pas cher, la convivialité en plus. Depuis qu'elle a obtenu le statut de licorne, la route de BlaBlaCar n'a pas été toute droite et l'entreprise a rencontré de grosses difficultés, à commencer par un modèle économique difficile à pérenniser et la pandémie du Covid-19 qui a mis ses activités quasi à l'arrêt pendant de longs mois. Mais la pépite phare de la French Tech a toujours rebondi, a diversifié ses activités (bus, bientôt le train), a conquis de nouveaux marchés (en Europe notamment), a trouvé de nouveaux actionnaires (la SNCF) et a réussi, en mai 2021, une nouvelle méga-levée de fonds de 97 millions d'euros. Si bien qu'après avoir été la première licorne, BlaBlaCar pourrait être la première licorne qui réussit à entrer en Bourse d'ici à 2022.

Lire aussi 6 mnBlaBlaCar: "Après le covoiturage et le bus, nous lancerons le train" (Nicolas Brusson, DG)

----------------------

Elles ne sont plus des licornes...

  • 1. OVHCloud

Secteur : cloud

Devenue une licorne en : mai 2016, lors d'une levée de fonds de 250 millions d'euros.

N'est plus une licorne depuis : octobre 2021 (entrée en Bourse)

Date de création : 1999

Deuxième licorne historique de la French Tech, quelques mois après BlaBlaCar, le champion européen de l'informatique dématérialisée OVHCloud est la première licorne française à entrer en Bourse. Et qui plus est avec succès : bien qu'introduite au bas de la fourchette de prix sur Euronext, le titre a été soutenu par les investisseurs institutionnels et a terminé sa première journée de cotation en hausse de 6,51%. Valorisée 3,71 milliards d'euros, la pépite basée à Roubaix et dirigée par le duo Octave Klaba (président fondateur) et Michel Paulin (directeur général)a levé 400 millions de dollars supplémentaires pour diversifier ses activités, s'internationaliser, réaliser des opérations de croissance externe, et changer son image quelque peu abîmée par l'incendie de Strasbourg en mars 2021. Un chemin de croix d'après les analystes, mais qui pourrait aboutir, au bout de la route, à l'avènement d'un vrai champion européen du cloud.

Lire aussi 9 mn« OVHCloud a beaucoup à prouver, un chemin de pénitence l'attend en Bourse »

Sylvain Rolland

33 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 17/01/2022 à 12:01
Signaler
"L'objectif de Macron de 25 licornes en 2025 atteint avec trois ans d'avance" la mystification économique est sans doute de ne pas poser la question suivante: Est ce par la levée de fond, ou par le financement d'état? car la question est de savoir s...

à écrit le 07/01/2022 à 17:54
Signaler
Les rémunérations des dirigeants fondateurs des jeunes pousses de la French Tech ont bondi en moyenne de 30% depuis 2019, a révélé vendredi 7 janvier, une étude de The Galion Project, un groupement d'intérêts des entrepreneurs du secteur. Selon cette...

à écrit le 22/10/2021 à 13:04
Signaler
"Concrètement, Sorare est une plateforme qui permet aux fans d'acheter des cartes à collectionner d'une certaine rareté à l'effigie de joueurs des vraies ligues de football (comme Lionel Messi), pour les garder ou les revendre...." Wouaaaah. Dans ...

le 14/06/2022 à 10:32
Signaler
pour macron et sa clique de bobo moisis start up nation, un kilo octet a plus de valeur qu'un kilo de patates. Ils vont etre a la diete dans pas longtemps

à écrit le 22/09/2021 à 10:40
Signaler
Je remarque dans des nombreuses nouvelles séries sur netflix et ailleurs la réappropriation du mot licorne partant de sa véritable signification, merci à eux.

à écrit le 22/09/2021 à 8:02
Signaler
Comme le dit Valbel89, les licornes sont des chimères. Aucune chance donc d'avoir des Gafams hexagonaux. Nos start up d'ailleurs n'attendent qu'une chose : être rachetées très chères par des américains ou des chinois.

à écrit le 27/05/2021 à 17:10
Signaler
La startup nation déguise ses ânes en licornes grâce à des subventions... cela fait cher le carnaval!

à écrit le 26/05/2021 à 22:30
Signaler
Certain ont des Gafas ....

à écrit le 26/05/2021 à 22:15
Signaler
Licorne, animal mythique qui n'existe pas. Tout juste bon à être peint en rose pour amuser les petites filles.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.